Catégories Wikipediaclose
-

Résultats 31 - 40 sur un total 139 pour  Wikisource / Le Pèlerin de Sainte Anne/Tome I / Wikisource    (1821697 articles)

Page:LeMay - Le pèlerin de Sainte-Anne, Tome II, 1877.djvu/26 Imprimer cet article

Lorsque les habitués de l’ Oiseau de proie redescendirent à la Basse-Ville, dans la relevée, après la condamnation du prétendu voleur, ils furent singulièrement surpris de trouver ouverte la maison depuis longtemps inhabitée, et plus surpris encore de voir l’enseigne provocatrice

wikisource.org | 2015/11/16 6:16:25

Page:LeMay - Le pèlerin de Sainte-Anne, Tome II, 1877.djvu/25 Imprimer cet article

L’enseigne que l’on venait d’apercevoir était la contrepartie de celle de l’ Oiseau de proie . Une colombe blanche tenait, sous ses pieds délicats, un énorme oiseau peint en rouge et armé de longues griffes et d’un bec crochu. Cette enseigne ressemblait, en effet, à une provocation

wikisource.org | 2015/8/2 20:26:10

Page:LeMay - Le pèlerin de Sainte-Anne, Tome II, 1877.djvu/24 Imprimer cet article

Pendant que le dépit gonfle le cœur de la mère et le cœur de la fille, l’enseigne est clouée au-dessus de la porte. La mère Labourique n’y peut tenir ; elle se lève et fait un tour dans la chambre, en frappant du pied, et en menaçant de la main. — Oui ! c’est de la provocation

wikisource.org | 2015/8/2 17:40:58

Page:LeMay - Le pèlerin de Sainte-Anne, Tome II, 1877.djvu/23 Imprimer cet article

en bois qui ressemblait à une enseigne. La vieille Labourique frémit. La Louise dit : — Sainte mère de Dieu ! est-ce qu’on va tenir une auberge dans cette maison ? — C’est comme cela, repart la vieille, c’est comme cela ! si vous gagnez votre vie un peu honnêtement, tout

wikisource.org | 2015/8/2 17:34:28

Page:LeMay - Le pèlerin de Sainte-Anne, Tome II, 1877.djvu/22 Imprimer cet article

Le jour même de la condamnation du muet avait eu lieu, dans la rue Champlain, un petit événement qui n’intéressa pas tout le monde, mais qui avait fort intrigué la bonne femme Labourique. Les contrevents épais de la maison d’en face s’étaient ouverts, comme des yeux endormis depuis

wikisource.org | 2015/8/2 17:30:09

Page:LeMay - Le pèlerin de Sainte-Anne, Tome II, 1877.djvu/19 Imprimer cet article

Asselin sent un frisson courir dans ses veines ; il ne dit rien, et se retire au fond de la braierie , près de l’échafaud. Geneviève, pâle, décharnée, les yeux secs et vitreux, les lèvres serrées, regarde tout le monde, et tous les regards sont fixés sur elle. La première elle

wikisource.org | 2015/7/31 20:43:05

Page:LeMay - Le pèlerin de Sainte-Anne, Tome II, 1877.djvu/18 Imprimer cet article

Aujourd’hui j’ai perdu bien plus d’une espérance En floraison, Et le doute a soufflé sur ma frêle existence Son froid poison ! Ici bas j’ai cherché des amitiés divines, Soins superflus ! L’amour a des regrets, le bonheur, des épines… Je n’y crois plus ! La chanteuse

wikisource.org | 2015/7/31 20:39:37

Page:LeMay - Le pèlerin de Sainte-Anne, Tome II, 1877.djvu/325 Imprimer cet article

Page:LeMay - Le pèlerin de Sainte Anne , Tome II, 1877.djvu/325 La bibliothèque libre. Aller à : navigation , rechercher Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé. TABLE DES CHAPITRES.   Pages. Chap. I.   Le Brayage  

wikisource.org | 2015/9/1 0:46:07

Page:LeMay - Le pèlerin de Sainte-Anne, Tome II, 1877.djvu/17 Imprimer cet article

Ce nom provoqua le rire. Et l’on entendit une dizaine de voix demi-étonnées qui murmuraient : Picounoc ! comme si les arbres de la braierie eussent parlé. Tout à coup s’élève, de l’autre côté du ruisseau, sur la côte chevelue, un chant d’une indicible mélancolie. On prêt

wikisource.org | 2015/7/28 14:51:14

Page:LeMay - Le pèlerin de Sainte-Anne, Tome II, 1877.djvu/16 Imprimer cet article

Asselin avait répondu : Venez ce soir veiller à la maison, peut-être aurez-vous la chance de prendre quelque chose. — Mille noms d’une pipe ! m’invitez-vous sérieusement ? — Sérieusement. — Alors, je ne me rendrai chez ma mère que demain ; j’ai été quinze ans sans

wikisource.org | 2015/7/28 14:47:54