Résultats 41 - 50 sur un total 88 pour  Wikisource / Envole-moi (chanson) / Wikisource    (1821697 articles)

La Poésie populaire et le Lyrisme sentimental Imprimer cet article

ROBERT DE SOUZA La Poésie Populaire et le Lyrisme Sentimental PARIS SOCIÉTÉ DV MERCVRE DE FRANCE XV, RVE DE L’ÉCHAVDÉ-SAINT-GERMAIN, XV M DCCC XCIX PRÉFACE Depuis dix à quinze ans, la renaissance poétique qui d’année en année s’élargit, infiniment diverse et audacieuse

wikisource.org | 2018/3/5 13:27:21

Le Parnasse contemporain/1869/Le Faune Imprimer cet article

merveilleux, Fondre le cri de l’âme avec la voix des lieux. Or du premier roseau le son s’ envole à peine, Le dieu n’en est encor qu’à sa première haleine ; Et déjà, près de lui, sur le sol maigre & nu, Le printemps d’autrefois est partout revenu. Le gazon clair-sem

wikisource.org | 2019/1/29 18:49:18

Page:Revue des Deux Mondes - 1865 - tome 55.djvu/320 Imprimer cet article

Bien qu’il soit impossible de déterminer d’une manière précise la date des pesmas , on sait, que la poésie populaire était florissante dans les pays serbes avant la domination musulmane. Un certain nombre de ces pièces parlent de la période des Nemanitch (XIIe siècle), et quoique

wikisource.org | 2019/9/3 16:36:57

Voyage en Italie et en Sicile/Chapitre IV Imprimer cet article

entre elles et criant comme un aigle. L’étranger passe avec un sang-froid désolant ; ainsi s’ envole l’espoir d’un petit bénéfice ! La Villa-Reale est le domaine des enfants et du monde élégant. On y voit, le matin, les nourrices à larges tailles, avec leurs corsages garnis

wikisource.org | 2019/12/1 3:47:30

Page:Lemerre - Anthologie des poètes français du XIXème siècle, t4, 1888.djvu/444 Imprimer cet article

il doit sentir, celui qui git sous terre, L’universel oubli peser sur son cercueil ! CHANSON TRISTE O ù sont mes rêveries ? Elles sont Dieu sait où. Roses de mai fleuries S’effeuillent... et c’est tout. Où sont donc à cette heure Mes gaités d’autrefois 

wikisource.org | 2019/12/8 23:09:29

Hymnes profanes/I/Chanson2 Imprimer cet article

Frise_Biblioth%C3%A8que_de_La_Plume

Plume, 1894 ( pp.  19-20). ◄   Vos yeux sont une émeraude filagrammée II   ► Chanson book Hymnes Profanes Achille Segard Bibliothèque de La Plume 1894 Paris T Chanson Segard - Hymnes profanes, 1894.djvu Segard - Hymnes profanes, 1894.djvu/6 19-20  

Page:Legouvé - Soixante ans de souvenirs, 1886.djvu/166 Imprimer cet article

ce fut un soubresaut général, à peu près comme chez Mme d’Épinay le jour où Jean-Jacques Rousseau, se levant au milieu des sarcasmes fort impies de d’Holbach et de Diderot, dit tout haut : « Eh bien, moi, messieurs, je crois en Dieu ! «  Béranger, dans cette tentative, Catégori

wikisource.org | 2016/6/15 14:22:59

Le Jardinier d’amour Imprimer cet article

Oh ! Reine aie pitié de ton serviteur. LA REINE L’assemblée est terminée et tous mes serviteurs sont partis. Pourquoi viens-tu à cette heure tardive ? LE SERVITEUR Mon heure vient quand celle des autres est passée. Dis-moi quel travail reste à faire pour le dernier de tes serviteurs

wikisource.org | 2016/9/11 6:58:18