-

Résultats 1 - 6 sur un total 6 pour  Wikisource / Sarabande century / Wikisource    (1821697 articles)

Page:Wright - French Verse of the XVI century, 1916.djvu/45 Imprimer cet article

Ne m’achete point de chair, Car, tant soit-elle friande, L’esté je hay la viande. Achete des abricos, Des pompons, des artichôs, Des fraises et de la crême : C’est en esté ce que j’aime, Quand, sur le bord d’un ruisseau, Je les mange au bord de I’eau, Estendu sur

wikisource.org | 2019/1/20 12:50:03

Page:Wright - French Verse of the XVI century, 1916.djvu/44 Imprimer cet article

Tes boccages soient tousjours pleins D’amoureuses brigades De Satyres et de Sylvains, La crainte des Naiades ! En toy habite desormais Des Muses le college, Et ton bois ne sente jamais La flame sacrilege ! À SON LAQUAIS J’ay l’esprit tout ennuyé D’avoir trop estudi

wikisource.org | 2019/1/20 10:27:27

Livre:Wright - French Verse of the XVI century, 1916.djvu Imprimer cet article

Livre:Wright - French Verse of the XVI century , 1916.djvu La bibliotheque libre. Sauter a la navigation Sauter a la recherche Titre French Verse of the XVI Century Auteur Collectif Éditeur Charles Henry Conrad Wright Maison d’édition Heath Lieu d’édition New-York Boston

wikisource.org | 2019/11/12 18:10:14

Page:Wright - French Verse of the XVI century, 1916.djvu/9 Imprimer cet article

Page:Wright - French Verse of the XVI century , 1916.djvu/9 La bibliothèque libre. Sauter à la navigation Sauter à la recherche Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé. TABLE OF CONTENTS PAGE Introduction    v Clément Marot     1 Melin

wikisource.org | 2019/1/20 9:36:09

Page:Wright - French Verse of the XVI century, 1916.djvu/10 Imprimer cet article

Page:Wright - French Verse of the XVI century , 1916.djvu/10 La bibliothèque libre. Sauter à la navigation Sauter à la recherche Cette page n’est pas destinée à être corrigée . Catégorie  : Sans texte

wikisource.org | 2019/1/20 9:37:17

Page:Wright - French Verse of the XVI century, 1916.djvu/11 Imprimer cet article

Un pastoureau, qui Robin s’appeloit, Tout a par soy n’agueres s’en alloit Parmy fousteaux ^ (arbres qui font umbrage), Et la tout seul faisoit de grand courage^ Hault retentir les boys et Tair serain, Chantant ainsi : « O Pan, dieusouverain, Qui de garder ne fus one paresseux

wikisource.org | 2019/1/20 9:38:35