-

Résultats 1 - 10 sur un total 15 pour  Wikisource / Pierre Le Roux (linguiste) manuscrits revues / Wikisource    (1821697 articles)

Enquête sur l’évolution littéraire/Texte entier Imprimer cet article

Maurice Barrès, Jules Lemaître, Stéphane Mallarmé, Paul Verlaine, Jean Moréas, Saint-Pol Roux -le-Magnifique, Maurice Mæterlinck, Octave Mirbeau, Rosny, Joseph Caraguel, Bonnetain, Abel Hermant, Leconte de Lisle, Catulle Mendès, François Coppée, Vacquerie, Claretie, etc., etc

wikisource.org | 2017/3/23 9:05:06

Paris, Paulin - Commentaire sur la chanson de Roland, I Imprimer cet article

Il en lut avec grand soin tous les vers ; il les copia, puis il les compara avec deux autres manuscrits conservés dans les bibliothèques publiques de Lyon et d’Oxford ; et persuadé que de trois copies plus ou moins corrompues pouvait ressortir un texte pur, il se mit l’œuvre, résol

wikisource.org | 2015/9/6 19:12:14

Page:Hoefer - Biographie, Tome 18.djvu/478 Imprimer cet article

France, Angleterre, Bretaigne, Bourgogne, Ecosse, Espaigne, Portingal, et es autres, nouvellement revues et augmentées d’après les manuscrits , avec notes, éclaircissements, tables et glossaire; Paris, 1835- 1836, 3 vol. in-8°, dans le Panthéon littéraire. M. Buchon a recueilli dans

wikisource.org | 2015/7/14 21:52:13

Émile Zola : l’homme & l’œuvre/Texte entier Imprimer cet article

Paris, 5 décembre 1893. LE NATURALISME OU L’IMMORALITÉ LITTÉRAIRE La critique est un droit et souvent un devoir Cette étude est une tête de ligne, elle en précède d’autres, de noms moins retentissants, mais sûrement plus durables. Zola fut venu dans son rang alphabétiqu

wikisource.org | 2015/7/9 17:25:18

Page:Froissart - Les Chroniques de Sire Jean Froissart, revues par Buchon, Tome III, 1835.djvu/46 Imprimer cet article

présens. Les chevaliers demandèrent au duc quelle chose il vouloit que on fît de Alain et de Pierre Roux . Il répondit qu’il s’en conseilleroit, si comme il fit ; et trouva en son conseil qu’il les envoyeroit en France devers le roi. Donc fut mandé le sénéchal d’Auvergne. Il

wikisource.org | 2019/3/17 8:36:36

Page:Froissart - Les Chroniques de Sire Jean Froissart, revues par Buchon, Tome III, 1835.djvu/40 Imprimer cet article

il mourut et par quelle incidence ; et comment au lit mortel il ordonna ses deux neveux Alain Roux et Pierre Roux à être capitaines du dit châtel de Mont-Ventadour après sa mort ; et fit en la présence de lui, tous les compagnons qui là dedans se tenoient, jurer foi, loyauté, hommage

wikisource.org | 2019/3/16 7:53:59

Page:Froissart - Les Chroniques de Sire Jean Froissart, revues par Buchon, Tome III, 1835.djvu/41 Imprimer cet article

Ce fut la réponse que le varlet rapporta arrière à ses maîtres. Si dirent Alain et Pierre Roux  : « Nous pouvons-nous assurer sur tels paroles ? » — « Oil, dirent-ils, tout considéré, puisque la foi et leur scellé y est. Ce sont loyaux chevaliers, et aussi nous leur parlerons

wikisource.org | 2019/3/16 8:44:22

Page:Froissart - Les Chroniques de Sire Jean Froissart, revues par Buchon, Tome III, 1835.djvu/42 Imprimer cet article

Sur cel état la chose fut arrêtée et conclue. Les trésoriers se pourvurent, et appareillèrent tout l’argent en couronnes d’or et en francs de France, et fut mise la finance en quatre petits sommiers. Ce propre jour que cils qui commis y étoient pour porter aux chevaliers dessus nommé

wikisource.org | 2019/3/16 8:56:41

Page:Froissart - Les Chroniques de Sire Jean Froissart, revues par Buchon, Tome III, 1835.djvu/44 Imprimer cet article

Tous entrèrent en la porte, François et Bretons. Alain Roux et Pierre Roux vinrent refermer la porte, mais les François dirent à Alain : « Laissez la porte ouverte : nous la voulons avoir ouverte, et c’est raison. Nous sommes tout prêts de vous livrer l’argent, si comme ordonnance

wikisource.org | 2019/3/17 7:39:52

Page:Froissart - Les Chroniques de Sire Jean Froissart, revues par Buchon, Tome III, 1835.djvu/43 Imprimer cet article

varlets au châtel de Ventadour, car trèves étoient, en signifiant aux capitaines Alain et Pierre Roux que les dix mille francs étoient tous prêts, et que ils tinssent leur convenant, ainsi que promis l’avoient. Ils répondirent que si feroient-ils, ni jà au contraire n’en iroient

wikisource.org | 2019/3/17 7:19:53