-

Résultats 1 - 10 sur un total 46 pour  Wikisource / Manchot cavalier / Wikisource    (1821697 articles)

Les Beaux Messieurs de Bois-Doré Imprimer cet article

Lauriane comprit l’embarras et l’inquiétude de son vieil ami, et rentra sa gaieté ; mais l’idée du Mario ne lui en parut que plus bouffonne, et, durant tout le souper, elle eut ce fou rire de jeune fille que la contrainte change en excitation nerveuse. L’effet en fut magique sur

wikisource.org | 2016/7/31 13:18:52

L’Écuyère/Première partie/Chapitre 2 Imprimer cet article

Je me suis attardé dans ces évocations rétrospectives auxquelles s’associent pour moi tant de fantômes de compagnons disparus, tant de souvenirs de chevauchées au Bois, tantôt pensives dans le sévère décor des branches dépouillées, tantôt si gaies parmi les jeunes verdures. Cette

wikisource.org | 2016/5/8 0:00:30

Lucien Leuwen (ed. Martineau)/Chapitres 2 à 10 Imprimer cet article

Comme M. Leuwen, ce banquier célèbre, donnait des dîners de la plus haute distinction, à peu près parfaits, et cependant n’était ni moral, ni ennuyeux, ni ambitieux, mais seulement fantasque et singulier, il avait beaucoup d’amis. Toutefois, par une grave erreur, ces amis n’étaient

wikisource.org | 2019/9/10 8:15:10

Page:Revue des Deux Mondes - 1877 - tome 24.djvu/762 Imprimer cet article

Avellaneda épuise contre Cervantes le vocabulaire des plus basses injures. Il l’appelle vieux, manchot , habitué des prisons, envieux, grognard. À cela répondit Cervantes dans sa seconde partie, par la bouche de Don Quichotte : « Le peu que j’ai lu du livre d’Avellaneda m’a

wikisource.org | 2019/6/26 16:23:57

Les Mille et Une Nuits/Histoire que raconta le marchand chrétien Imprimer cet article

Scheherazade apercevant le jour, se tut en cet endroit ; mais elle reprit son discours la nuit suivante, et dit au sultan des Indes : CXXIX e NUIT. Sire , le marchand chrétien continuant de raconter au sultan de Casgar l’histoire qu’il venoit de commencer : » J’examinai

wikisource.org | 2016/1/1 10:11:17

Page:Revue des Deux Mondes - 1831 - tome 4.djvu/605 Imprimer cet article

les souvenirs de cent batailles heureuses sont-là ; puis, dans le plus petit bourg, il y a un manchot , un boiteux, un borgne, qui ont perdu leur œil, leur jambe, leur bras en Prusse ou en Autriche, et qui racontent leurs campagnes de manière à donner envie au plus poltron d’aller voir

wikisource.org | 2016/1/18 10:09:20

Page:Revue des Deux Mondes - 1832 - tome 6.djvu/526 Imprimer cet article

feu, ni même avec une épée pu un bâton, à moins d’appartenir à un certain rang. Chaque cavalier était obligé de mettre pied à terre à la porte, et de conduire son cheval par la bride. La colline de l’Alhambra s’élève au milieu même de la ville de Grenade comme une sorte

wikisource.org | 2016/1/26 17:28:02

Page:Cham - Albums du Charivari, Vol. 6.djvu/365 Imprimer cet article

page n’a pas encore été corrigée Soldat français venant de s’emparer d’un cavalier chinois. — En fait de tunique, il en a peut-être trop ! mais il a raison : moi, j’en ai pas assez ! — Dites donc, major, voilà un gaillard qui ne me fait

wikisource.org | 2017/9/11 12:28:42

Cham - Albums du Charivari/Les français en Chine Imprimer cet article

Dites donc, major, ils ne doivent pas être grands, les hommes de six pieds, à juger du pied d’après ceux de madame ! — Tiens ! qu’est-ce qu’il a donc sur le dos ? — Mais ça me fait l’effet d’être un monument Rambuteau ! — Sapristi ! c’est joliment incommode

wikisource.org | 2017/9/11 14:25:51

La Rose des sables/Texte entier Imprimer cet article

Le_Goffic_-_La_Rose_des_sables_(page_4_crop)

Lannion, 25 Janvier 1932. Ces lignes, vraisemblablement les dernières de l’auteur, ont été écrites par Charles Le Goffic quelques jours avant sa mort, survenue à Lannion le 12 février 1932. l’éditeur. AU COMMANDANT ALFRED DROIN AU GRAND POÈTE DE LA PLUS GRANDE FRANCE