Catégories Wikipediaclose
-

Résultats 11 - 20 sur un total 446 pour  Wikisource / Le Pèlerin de Sainte Anne/Tome I statues / Wikisource    (1821697 articles)

Page:LeMay - Le pèlerin de Sainte-Anne, Tome II, 1877.djvu/201 Imprimer cet article

saints, avant de s’être agenouillé, anxieux et tremblant, au pied de l’image de la bonne sainte . En passant dans l’étroite allée, il laisse sur le plancher des taches de sang, car la blessure de son pied s’est rouverte. Il y a beaucoup de monde dans l’église. Elles sont si nombreuses

wikisource.org | 2015/9/15 15:16:51

Page:LeMay - Le pèlerin de Sainte-Anne, Tome II, 1877.djvu/230 Imprimer cet article

Le maître d’école ne répond rien. — Nous en serons quitte pour creuser une autre fosse, reprend le chef, ou pour faire celle-ci plus creuse. Les deux monstres se dressent armés de leurs pelles de fer. La folle se tait, se rapproche de l’escarpement et, s’inclinant de nouveau

wikisource.org | 2015/9/15 18:24:06

Page:LeMay - Le pèlerin de Sainte-Anne, Tome II, 1877.djvu/252 Imprimer cet article

La femme, ne sachant que répondre, tourne les talons en faisant une grimace. Le maître d’école et le vieux Saint Pierre entrèrent en causant à voix basse. Ils venaient de faire une promenade dans le champ, sous Catégorie  : Page corrigée

wikisource.org | 2015/9/15 23:57:28

Page:LeMay - Le pèlerin de Sainte-Anne, Tome II, 1877.djvu/295 Imprimer cet article

Une voix souterraine murmure : Non… dépêche-toi… Assurément il n’est pas mort, mais il ne vivrait pas longtemps dans son étroit tombeau. Couché le long des pièces qui formaient le côté de la cave, il eut échappé sain et sauf sans le morceau de bois qui lui écrasa le pied

wikisource.org | 2015/9/16 16:04:03

Page:LeMay - Le pèlerin de Sainte-Anne, Tome II, 1877.djvu/296 Imprimer cet article

La main qui la tient ne se desserre point ; c’est la poigne énergique du malheureux qui se noie. Catégorie  : Page corrigée

wikisource.org | 2015/9/16 16:04:34

Page:LeMay - Le pèlerin de Sainte-Anne, Tome II, 1877.djvu/303 Imprimer cet article

Au premier coup, la femme poussa un cri. Les doigts impitoyables du mourant s’étaient enfoncés de nouveau dans ses chairs. — Travaillez plus loin, de l’autre côté, dit-elle ; il me serre de plus en plus. — Qui ? demande-t-on. — Mon frère. — Le maître d’école 

wikisource.org | 2015/9/16 16:27:16

Le Pèlerin de Sainte Anne/Tome II/Un serrement de mains… qui n’est pas doux Imprimer cet article

Les habitants qui étaient venus fumer une pipe chez Asselin se retirèrent de bonne heure. Dans les champs on n’attend pas minuit pour se coucher, ni midi pour se lever. Le travail commande d’être matineux et la fatigue invite au repos. Asselin entra dans sa chambre. Sa femme dormait

wikisource.org | 2015/9/16 17:10:38

Page:LeMay - Le pèlerin de Sainte-Anne, 1877.djvu/233 Imprimer cet article

Plusieurs rirent pour faire plaisir à la barbe rouge. Picounoc reprit : Il a son histoire, le muet, et c’est une histoire qui en vaut la peine. — Conte donc ! Picounoc rapporta l’événement extraordinaire dont il avait été témoin un jour de l’hiver passé. Là plupart n’en

wikisource.org | 2015/7/14 20:47:02

Page:LeMay - Le pèlerin de Sainte-Anne, 1877.djvu/234 Imprimer cet article

Ces gens-là ne se sentaient pas bien avec leur conscience : ils ont eu raison d’aller à confesse. Quant à moi… le ciel s’écroulerait sur ma tête que je ne tremblerais pas !… — Tu te vantes. — Si je voyais un miracle je ne sais pas ce que je ferais, ma foi ! non je ne le

wikisource.org | 2016/11/21 6:54:59

Page:LeMay - Le pèlerin de Sainte-Anne, 1877.djvu/235 Imprimer cet article

Le souper fut joyeux et chacun paya pour soi. — J’ai une idée, dit le charlatan au chef. — Moi aussi, répond le chef au charlatan. — Vous avez bien de la chance, vous autres, d’avoir une idée ! murmura Picounoc. — Ce soir, à huit heures, au lieu ordinaire, continua le vieux

wikisource.org | 2015/7/14 21:03:46