Catégories Wikipediaclose
-

Résultats 11 - 20 sur un total 129 pour  Wikisource / Le Pèlerin de Sainte Anne/Tome I statues chapelles / Wikisource    (1821697 articles)

Le Pèlerin de Sainte Anne/Tome I/Le complot Imprimer cet article

Le chef des brigands, le charlatan et les canotiers n’étaient pas sortis de l’auberge. Après le départ d’Asselin, plusieurs hommes de cage arrivèrent, et tous ensemble, voleurs et travailleurs, se mirent à vider les verres et à raconter des histoires. Les paroles étaient libres

wikisource.org | 2015/7/15 20:13:30

Page:LeMay - Le pèlerin de Sainte-Anne, 1877.djvu/240 Imprimer cet article

Le vent soufflait de l’est, et de légers nuages, pareils à des cardées de laine, se dispersaient au firmament. Le fleuve s’agitait dans son lit. La mer montait. Debout sur le coqueron de leurs berges, les bateliers criaient aux passagers de faire diligence. Et l’on voyait accourir

wikisource.org | 2015/7/15 20:26:55

Page:LeMay - Le pèlerin de Sainte-Anne, 1877.djvu/241 Imprimer cet article

femmes faisaient cercle autour de la plus jaseuse des commères, et les hommes, en prenant un coup, parlaient affaires et politique. Alors comme aujourd’hui, il y avait deux partis, l’un bon, l’autre mauvais. Le bon, c’était le mauvais pour ceux qui n’y appartenaient pas, et le

wikisource.org | 2015/7/16 2:29:49

Page:LeMay - Le pèlerin de Sainte-Anne, 1877.djvu/242 Imprimer cet article

La brise fraîchissait. Appareillons ! dit Mathurin, appareillons ! Mathurin était le capitaine de l’un des Catégorie  : Page corrigée

wikisource.org | 2015/7/16 2:39:57

Page:LeMay - Le pèlerin de Sainte-Anne, 1877.djvu/243 Imprimer cet article

bâteaux passagers de Lotbinière. Il en était aussi le matelot et le couque  ; il formait l’équipage à lui seul. Paton était capitaine et propriétaire, couque , et matelot de l’autre bateau voyageur. Tous deux avaient beaucoup de monde : ils ne partaient pas du même endroit 

wikisource.org | 2015/7/16 16:44:02

Page:LeMay - Le pèlerin de Sainte-Anne, 1877.djvu/244 Imprimer cet article

ressemblaient au croissant de la lune que l’on voit courir, par une nuit venteuse, sur les grands nuages. Les habitants se hélaient de l’un à l’autre. Les uns criaient : Holà ! jetez nous une amarre que l’on vous remorque ! Retournez-vous à la ville ? Êtes-vous à l’ancre

wikisource.org | 2015/7/16 17:26:35

Page:LeMay - Le pèlerin de Sainte-Anne, 1877.djvu/245 Imprimer cet article

Eusèbe Asselin parlait avec les femmes et faisait le galant. — Eusèbe, dit Bélanger, laisse donc les femmes tranquilles ; viens ici un peu. — Dieu ! que vous vieillissez vite, vous autres ! répondit Eusèbe, et que vous êtes devenus désagréables aux yeux du beau sexe ! —

wikisource.org | 2015/7/16 17:32:04

Page:LeMay - Le pèlerin de Sainte-Anne, 1877.djvu/246 Imprimer cet article

Et il se dirige vers le jeune étrangler dont les yeux rêveurs sont toujours attachés sur les flots. — Il vente une bonne brise, lui dit Asselin. Pour commencer une conversation toutes les phrases sont bonnes, pour la finir les bonnes sont rares. L’inconnu lève sur son interlocuteur

wikisource.org | 2015/7/16 19:44:27

Page:LeMay - Le pèlerin de Sainte-Anne, 1877.djvu/247 Imprimer cet article

Le jeune homme prend une expression de profonde tristesse, et mettant un doigt sur sa bouche, il fait comprendre qu’il ne parle point. — Vous êtes muet ? Il affirme de la tête. — C’est Une grande affliction ! Le muet baisse les yeux et pense : C’est une punition terrible

wikisource.org | 2015/7/16 20:07:56

Page:LeMay - Le pèlerin de Sainte-Anne, 1877.djvu/248 Imprimer cet article

Au même instant les yeux mouillés de pleurs du muet rencontrent les yeux noirs de la jeune fille, qui rougit et baisse la tête comme si elle eut été entendue. Le jeune étranger la regarde toujours. — Vous venez en promenade sans doute ? reprend Asselin. — Non, fait comprendre le

wikisource.org | 2015/7/16 20:47:18