Représentations et cartes du monde/Annexe/Globes de Coronelli

Une page de Wikiversité.
Aller à : navigation, rechercher
Globes de Coronelli
Image logo représentative de la faculté
Annexe 1
Leçon : Représentations et cartes du monde

Cette annexe est de niveau 13.

Précédent : Sommaire
Suivant : Liens externes
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « Annexe : Globes de Coronelli
Représentations et cartes du monde/Annexe/Globes de Coronelli
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.
Globe terrestre de Coronelli, Bibliothèque nationale de France.
Globe céleste de Coronelli, Bibliothèque nationale de France.

Les globes de Coronelli ou globes de Marly sont une paire de globes (terrestre et céleste) de grande dimension (4 mètres de diamètre environ et pesant près de 2 tonnes) réalisée par Vincenzo Coronelli et offerte à Louis XIV à la fin du XVIIe siècle. Le globe terrestre présente l'état des connaissances géographiques et les savoirs sur les civilisations indigènes des trois continents Asie, Afrique, Amérique des Européens pour la décennie 1670-1680, tandis que le globe céleste figure l'état du ciel à la naissance de Louis XIV[1].

Histoire du globe[modifier | modifier le wikicode]

Ces globes ont été financés par le cardinal d'Estrées pour les offrir au roi de France Louis XIV, dont il était l'ambassadeur auprès du Saint-Siège. Le Cardinal avait en effet été très impressionné par les globes d'un mètre cinquante de diamètre fabriqués en 1678 pour le Duc de Parme par le cartographe italien Vincenzo Coronelli, « le plus grand fabricant de globes de tous les temps », dont il obtient de réaliser deux globes de grande dimension pour Louis XIV. Ils sont fabriqués à Paris de 1681 à 1683.

Bien que destinés à orner le château de Versailles, ils restent à Paris dans l'attente d'une solution architecturale pour les présenter. Ils sont finalement installés à Marly en 1703 ; c’est à ce séjour qu’ils doivent leur nom de « Globes de Marly ». Au château de Marly, où des pavillons ont été spécialement aménagés par Mansart afin de présenter ces œuvres de grande dimension, les globes impressionnent les visiteurs, tel la reine d'Angleterre Anne qui les découvre le 12 août 1704 à l’occasion d'une visite à la cour de Louis XIV. Les globes sont ensuite stockés au palais du Louvre et quittent la Bibliothèque en 1901, suite aux modifications opérées dans la grande salle de lecture. Puis, enfermés à Versailles, ils tombent dans l'oubli et on perd même les clés ouvrant les caisses de stockage.

C'est dans les années 1970 que Michel Morel, aidé de Edmond Pognon, retrouve leurs traces. Il se retourne ensuite vers l'association internationale des Amis de Coronelli, qui font pression pour faire exposer les globes. Ils sont restaurés et créent l'événement à l’occasion de l'exposition de cartographie "Cartes et Figures de la Terre" au Centre national d'art et de culture Georges-Pompidou du 24 mai au 17 novembre 1980. À cette occasion, les globes sont transportés par l'armée (quatre véhicules porte-chars sont mobilisés pour assurer cette opération) de leurs réserves de l'Orangerie de Versailles à Beaubourg. Les travaux de restauration durent 60 jours et débutent à Versailles et se poursuivent à Beaubourg, sous la direction de Michel Morel, en abattant la façade des caisses et en travaillant à l'intérieur de celles-ci. Ils sont ensuite rapportés à Versailles puis transférés à la "Cité des Sciences"[2].

Description des globes[modifier | modifier le wikicode]

Ces deux sphères, l'une terrestre et l'autre céleste, mesurent 387 centimètres de diamètre et pèsent environ 2 tonnes chacune. Le diamètre atteint 487 centimètres si l’on inclut les méridiens et les cercles d'horizon (mobiles). Leur ossature est en bois (probablement du chêne), recouvert d'une toile. Chaque globe est muni de deux trappes : une de visite et une d'aération[3].

Le mobilier de présentation des globes est lui aussi de grande dimension, portant l’ensemble à plus de 8 mètres de hauteur. Chaque mobilier de bronze et de marbre pèse plus de quinze tonnes.

Parmi les peintres ayant illustré ces globes, citons Jean-Baptiste Corneille.Le globe terrestre présente l'état des connaissances géographiques alors connues et la Californie est encore représentée sous les contours d'une île. Il comporte plus de 600 cartouches explicatifs, parfois assez longs, comme celui intitulé « Mœurs des peuples du Chili ». Ces textes et les tracés géographiques sont confiés à des spécialistes. Le globe céleste figure l'état du ciel à la naissance de Louis XIV. Peint et enluminé par Jean-Baptiste Corneille, y sont représentées les constellations sous forme d'animaux fantastiques, les étoiles et les planètes, le tout dans un camaïeu de bleu. Les noms des constellations sont indiqués en quatre langues : français, latin, grec ancien et arabe. Sept étoiles sont nommées exclusivement en arabe. Le globe indique également la course de certains corps célestes au cours du XVIIe siècle dont quelques comètes.

Notes et références[modifier | modifier le wikicode]

  1. Article Wikipédia Globes de Coronelli, consulté en janvier 2014.
  2. Article Wikipédia Globes de Coronelli, consulté en janvier 2014.
  3. Article Wikipédia Globes de Coronelli, consulté en janvier 2014.


Copié/collé omg ! C'est ignoble, aller voir l’article wiki.