Recherche:Néo-Quenya/Orthographe et phonologie/Phonologie 3 : les 12 sons additionnels

Une page de Wikiversité.
Recherche:Néo-Quenya/Orthographe et phonologie
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Un contributeur a remis en cause la validité des informations présentées sur cette page. Une relecture poussée par un connaisseur du domaine est demandée. Tant que ce bandeau sera présent, merci de considérer le contenu de cette page avec du recul. Vous pouvez contester cette opinion sur la page de discussion.
Début de la boite de navigation du chapitre
Les 12 sons additionnels
Icône de la faculté
Chapitre no 4
Recherche : Orthographe et phonologie
Chap. préc. :Phonologie 2 : les 8 consonnes suivantes
Chap. suiv. :Phonologie 4 : les voyelles et les caractères spéciaux
fin de la boite de navigation du chapitre
En raison de limitations techniques, la typographie souhaitable du titre, « Orthographe et phonologie : Les 12 sons additionnels
Néo-Quenya/Orthographe et phonologie/Phonologie 3 : les 12 sons additionnels
 », n'a pu être restituée correctement ci-dessus.

Et rebonjour à tous ! Jusqu'ici, nous avons vu les 24 sons consonants de base du néo-quenya fauskangerien, assez facile à comprendre. Pour introduire la suite, je vais par contre devoir me fendre d'un petit cours d'histoire.

Quenya : histoire interne et externe[modifier | modifier le wikicode]

Dans toutes les créations de M. Fauskanger, on distingue l'histoire interne (la mythologie) et l'histoire externe (celle de l'auteur, M. Fauskanger).

Dans l'histoire interne, le néo-quenya fauskangerien a subit une lente évolution au cours des millénaires, depuis sa création au Ier Âge, jusqu'au IIIème Âge. Ce qui est intéressant, c’est que cette évolution est conjointe avec celle de l'auteur (l'histoire externe, donc).

En fait, le néo-quenya fauskangerien a longuement évolué et murit dans l'esprit de M. Fauskanger. Ainsi, dans le néo-quenya fauskangerien originel, seuls les 24 signes que nous avons vu jusqu'ici suffisaient à l'écriture. Mais au IIIème Âge, l'évolution du langage étant devenue ce qu'elle était, des signes additionnels sont venus se rajouter. C'est ceux-ci que je vous propose d'étudier.

Panneau d’avertissement Bien que qualifiés d'additionnels (ce qu’ils sont), ces 16 tengwar ne sont en aucun cas facultatifs !

Ils forment les grades 7, 8 et 9, même si par convention on arrête la numérotation au no6. Même chose pour les séries.

Grade "7" : variantes du r et le l[modifier | modifier le wikicode]

Série I : Rómen, l'Est[modifier | modifier le wikicode]

Rómen

Rómen correspond à la lettre R.

Comme on l'a vu, le tengwa órë (6-I) correspond au r de milieu de mot. Rómen, lui, correspond au r de début de mot, et est fortement "roulé".

Série II : Arda, la région[modifier | modifier le wikicode]

Arda

Arda correspond à la lettre RD. en effet, en néo-quenya fauskangerien on ne peut pas avoir un d solitaire. Donc pour dire rd, on utilise arda.

Série III : Lambë, la langue (langage)[modifier | modifier le wikicode]

Lambë

Lambë correspond à la lettre L.

Rappel : Lambë se décompose en L + A + MB + Ë !

Série IV : Alda, l'arbre[modifier | modifier le wikicode]

Alda

Alda correspond à la lettre LD. Même remarque que pour rd.


Grade "8" : le s, son double et son dédoublement[modifier | modifier le wikicode]

Pardon ?

Non, vous avez bien lu ! Voici le grade "à moitié inutile". Les lettres s et ss en ... quatre tengwar !

Série I : Silmë, la lumière (des étoiles)[modifier | modifier le wikicode]

Silmë

Silmë correspond à la lettre S.

Note : en néo-quenya fauskangerien, le s n'est jamais vocalisé en z. Il représente toujours le son muet de soupe.

Série II : Silmë nuquerna, Silmë inversé[modifier | modifier le wikicode]

Silmë nuquerna

Silmë nuquerna correspond à la lettre S, lui aussi !

Note : il n'y a AUCUNE différence d'utilisation entre Silmë et Silmë nuquerna ! Il s'agit juste d'une commodité d'écriture, qui prendra tout son sens au chapitre suivant.

Série III : Árë, la lumière du Soleil, ou Essë, le nom[modifier | modifier le wikicode]

Árë / Essë

Árë ou Essë correspondent tous deux à la lettre SS, qui est un s allongé.

Série IV : Essë nuquerna, Essë inversé[modifier | modifier le wikicode]

Essë nuquerna

Essë nuquerna correspond à la lettre SS, tout comme Silmë nuquerna correspond à s ! Même remarque que pour Silmë nuquerna.


Grade "9" : les ajouts spéciaux[modifier | modifier le wikicode]

Tous les tengwar que l’on a vu jusqu'ici étaient des consonnes. Mais pour ce dernier grade, ce sera un petit fourre-tout. Et encore, il manquera les signes spéciaux du prochain chapitre. D'ailleurs, trois de ceux que nous allons voir maintenant mériteraient de figurer dans cette catégorie.

Série I : Hyarmen, le Sud[modifier | modifier le wikicode]

Hyarmen

Hyarmen représente la lettre H. Et oui, encore !

Note : il s'agit du h de début de mot, quand il ne représente pas le son [x] ou qu’il n’est pas muet.

Série II : Hwesta sindarinwa, litt. "Le Hwesta du sindarin"[modifier | modifier le wikicode]

C'est le tengwa bizarre du lot ! Il représente en fait le h muet de début de mot, comme dans Hlarë ou Hresta.

Cependant, en quenya, on a tendance à ne pas mettre de signe du tout (je rappelle que quenya et sindarin utilisent les mêmes signes), ce qui explique ... qu’il n'y ai pas d'image !

Série III : Yanta, le pont[modifier | modifier le wikicode]

Yanta

Yanta représente la lettre I. Oui mais voilà, ce n’est pas la voyelle !

Panneau d’avertissement On n'utilise ni yanta ni úrë pour écrire des voyelles.

Ces deux tengwar s'utilisent pour écrire les diphtongues. Voir le chapitre suivant.

Série IV : Úrë, la chaleur[modifier | modifier le wikicode]

Úrë

Úrë représente la lettre U. Même remarque que pour yanta.


On récapitule[modifier | modifier le wikicode]

Et voilà ! On a vu tous les signes du tableau !

Vous savez maintenant distinguer les différends r, vous connaissez toutes les combinaisons avec d et b, le s, le ss et leurs jumeaux inversés, ainsi que toutes les variantes du h.

Toutefois, il doit en toute logique vous manquer quelque chose ... non ?



Orthographe et phonologie
Phonologie 2 : les 8 consonnes suivantes
Phonologie 4 : les voyelles et les caractères spéciaux