Psychologie de l’Éducation/V/9

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher

Flammarion (pp. 320-332).
Livre V


CHAPITRE IX

L’éducation par l’armée.


§ 1. — RÔLE POSSIBLE DU SERVICE MILITAIRE DANS L’ÉDUCATION.

Nous avons montré que, si l’instruction universitaire est très faible, son éducation est tout à fait nulle. Or, dans l’évolution actuelle des civilisations, ce qu’il importe le plus de développer, ce sont surtout les qualités du caractère.

Sur la nullité de l’éducation donnée par l’Université, tout le monde, nous l’avons vu, est d’accord et l’on peut répéter aujourd’hui ce qu’écrivait, il y a déjà longtemps un ancien ministre de l’Instruction publique, Jules Simon.

Il n’y a plus d’éducation ; on fait un bachelier, un licencié, un docteur, mais un homme, il n’en est pas question ; au contraire on passe quinze années à détruire sa virilité. On rend à la société un petit mandarin ridicule qui n’a pas de muscles, qui ne sait pas sauter une barrière, qui a peur de tout, qui, en revanche, s’est bourré de toutes sortes de connaissances inutiles, qui ne sait pas les choses les plus nécessaires, qui ne peut donner un conseil à personne, ni s’en donner à lui-même, qui a besoin d’être dirigé en toutes choses et qui, sentant sa faiblesse et ayant perdu ses lisières, se jette pour dernière ressource au socialisme d’État. — Il faut que l’État me prenne par la main, comme l’a fait jusqu’ici l’Université. On ne m’a appris qu’à être passif. Un citoyen, dites-vous ? Je serais peut)être un citoyen, si j’étais un homme.

Que l’on considère la valeur et le sort de l’individu ou la dignité et la destinée de la nation, écrivait récemment un autre Ministre de l’Instruction publique, M. Léon Bourgeois, le caractère pèse d’un bien autre poids que l’esprit. Qu’importe ce que sait un homme en comparaison de ce qu’il veut, et qu’importe ce qu’il pense au prix de ce qu’il fait [1].

Ce qui manque le plus aux Latins, ce sont les qualités qui font la force des Anglais : la discipline, la solidarité, l’endurance, l’énergie, l’initiative et le sentiment du devoir.

Ces qualités, non seulement l’Université ne les donne pas, mais son pesant régime les ôte à qui les possède.

Existe-t-il un moyen de faire des hommes de cette armée de bacheliers et de licenciés impuissants, ridicules et nuls que l’Université nous fabrique ?

Étant donné que le régime universitaire n’est pas modifiable avec les idées latines actuelles et que tous les projets de réforme sont d’irréalisables chimères, il faut chercher ailleurs, mais ne chercher que dans le cycle des choses possibles, c’est-à-dire dans le cycle des choses ne heurtant pas trop le courant des opinions actuelles.

Or, ce moyen existe et il n’en existe qu’un seul. Aujourd’hui, la totalité de nos bacheliers et licenciés est obligée de faire un service militaire. L’armée pourrait les transformer, car elle est, ou au moins devrait être un centre éducateur par excellence. Elle peut devenir l’agent efficace du perfectionnement et du relèvement de la race française dégradée par l’Université. D’éminents officiers, tels que les généraux Bonnal et Galliéni, ont démontré expérimentalement de quel développement physique et moral est susceptible le soldat bien commandé.

Si l’on voulait compléter fort utilement la loi sur le service obligatoire de trois ans, obtenir un corps, de sous-officiers excellent et réduire un peu le nombre écrasant des candidats fonctionnaires, il y aurait seulement à promulguer que, en dehors de quelques professions techniques — magistrats et ingénieurs, par exemple — nul ne pourra entrer dans une administration de l’État avant d’avoir été sous-officier pendant cinq ans. Après un an de surnumérariat, un bon sous-officier est parfaitement apte à remplir tous les emplois publics n’exigeant de lui que l’application des règlements, c’est-à-dire la très immense majorité de ces emplois.

Il faut bien reconnaître malheureusement que le service militaire a produit uniquement jusqu’ici chez les intellectuels une antipathie croissante pour l’armée, dont ils ne voient que les côtés gênants. L’expansion de tels sentiments parmi la masse populaire, qui fut seule pendant longtemps à subir les duretés nécessaires du régime militaire, marquerait la fin irrémédiable de la France comme nation. Ce sont les sentiments subsistant encore dans la foule, non intellectualisée, qui rendent possible le maintien de l’armée, dernier soutien d’une société en proie aux plus profondes divisions et prête à se dissocier suivant le rêve des socialistes.

La raison qu’on invoquait autrefois pour dispenser toute une classe de la nation du service militaire, c’est qu’il constituait une entrave aux études, mais personne n’a jamais pu fournir une seule preuve à l’appui d’une telle assertion. Durant leurs trois années de service militaire, les jeunes gens pourraient acquérir des qualités qui leur seraient bien autrement utiles au cours de la vie que ce qu’ils apprendraient dans leurs manuels pendant le même temps. Si d’ailleurs la raison invoquée était sérieuse, elle serait applicable à toutes les professions.

Personne, écrit M. Gouzy, ne s’est jamais informé si une interruption de trois ans dans leurs travaux ne diminuait pas la valeur professionnelle des charpentiers, des serruriers ou des laboureurs, catégorie de citoyens tout aussi intéressante dans une démocratie, que celle des avocats, des médecins ou des receveurs de l’enregistrement. On a accepté comme tout naturel le sacrifice qu’ils font à leur pays d’aptitudes acquises par un pénible apprentissage. On semble avoir dit, sans s’en soucier autrement : Si après trois ans de service militaire ils ont oublié leur métier, eh bien, ils le rapprendront.

§ 2. — LES CONSÉQUENCES SOCIALES DES ANCIENNES LOIS MILITAIRES.

La loi qui multipliait, il y a quelques années, le nombre des exemptés, a multiplié du même coup le nombre des diplômés. Elle a détourné des fonctions utiles l’élite de la jeunesse française pour la lancer dans des carrières ultra-encombrées et créer un nombre chaque jour plus grand de mécontents et de déclassés. Les documents statistiques fournis à ce propos devant la Commission d’enquête, et dont je vais reproduire quelques-uns, sont catégoriques.

La loi militaire de 1889 a supprimé le volontariat et a établi d’autres cas de dispense dont les conséquences sociale et économiques sont infiniment plus profondes.

… En France, sous une apparence trompeuse d’encouragement aux études spéciales, la loi militaire a nui profondément au commerce et à l’industrie. Elle a faussé nombre de vocations, elle a jeté dans certaines carrières, dites libérales, une foule de jeunes gens qui se serait tournés naturellement vers les professions productives.

Pour la médecine, il y avait 590 docteurs en 1875, 591 en 1891, avant que la loi ait pu produire ses effets, et 1 202 en 1897 [2].

… À l’École des langues orientales, le nombre des élèves a décuplé en 14 ans, passant de 38 à 372. Je vous demande si ces jeunes gens, qui vont prendre là quelques notions de persan, de grec moderne, d’arménien, d’arabe ou de javanais, le font parce qu’ils seront consuls, drogmans, professeurs, traducteurs, ou parce qu’ils se fixeront dans le pays dont ils auront commencé d’apprendre la Iangue ; non, c’est parce qu’ils cherchent la dispense de deux ans de service militaire.

… À l’École des Beaux-Arts, vous voyez le même phénomène d’afflux artificiel se produire : de 586 candidats à l’entrée, en 1890-1891, nous passons à 830 en 1896-1897 ; et, à la sortie, il y avait 20 dispensés en 1890, et, en 1897, il y en avait 78.

… À l’Institut agronomique, la situation est presque aussi extraordinaire qu’à l’École des langues orientales. L’Institut agronomique forme des ingénieurs agronomes, et je ne crois pas que notre agriculture ait besoin d’un nombre infini d’ingénieurs, elle a surtout besoin de gens qui apprennent l’agriculture par la pratique, il y avait 32 candidats à l’Institut agronomique à l’entrée en 1876 ; et en 1893, peu de temps après le vote de la loi militaire, il y en avait 348 ; et en 1896, il y en a encore 312.

… À l’École Centrale, phénomène analogue en 1889, avant l’application de la loi militaire, il y avait 376 candidats, et en 1896 ce chiffre monte à 721. Et je vous demande si notre industrie a, d’après les chiffres que vous savez, profité en quoi que ce soit de cet afflux vers les écoles spéciales [3].

Le même auteur donne des chiffres analogues pour les écoles dites commerciales, écoles de théorie pure et dont le diplôme confère également la dispense. Le modeste et ignoré « Institut commercial de Paris », qui comptait dix candidats par an avant la loi, en a compté une centaine ensuite.

On voit à quel point le service militaire est redouté en France des classes lettrées. Ceux qui le fuient ne se doutent pas combien ils gagneraient à le subir. Certes, comme l’a dit justement un ministre de l’Instruction publique dans un discours, le but de l’enseignement classique devrait être de former une élite, car c’est cette élite qui fait la grandeur du pays, mais elle n’est apte à remplir son rôle que si son caractère est à la hauteur de son instruction. Pour pouvoir commander un jour, il faut d’abord qu’elle apprenne à obéir.

Elle doit avant tout acquérir l’esprit de solidarité et de discipline dont manquent si complètement les peuples latins. À l’armée, on apprend à se supporter, puis à s’aider et enfin à s’aimer. On apprend la discipline quand on en subit la nécessité. On apprend à se dominer et on acquiert le sentiment du devoir quand le milieu l’impose. Pour se discipliner soi-même, si on ne l’est pas héréditairement, il faut d’abord avoir été discipliné par d’autres. À la discipline externe la discipline interne succède bientôt par association inconsciente de réflexes. L’homme qui ne sait pas subir la première pour acquérir la seconde restera, dans le cours de sa vie, une insignifiante épave.

Le séjour au régiment, surtout quand le soldat passe quelque temps aux colonies, lui apprend bien autre chose encore. Il lui enseigne surtout à se « débrouiller », comme on dit vulgairement. On sait tout le parti qu’un général habile sut tirer à Madagascar de soldats transformés en colons comme les anciens légionnaires romains. Dans tous les pays du monde où l’on a eu occasion d’utiliser des soldats, on a été frappé des résultats qu’il est possible d’en tirer.

Pour ne citer qu’un fait, écrit M. Léon Chomé, dans la Belgique militaire, les chemins de fer qu’on a réussi à établir jusqu’ici en Afrique intertropicale anglaise, française, allemande, portugaise et surtout congolaise sont dus à des hommes appartenant à l’armée. Toutes les grandes missions scientifiques ont été confiées à des soldats. C’est donc sans doute que cette éducation militaire tant honnie des « intellectuels » a encore quelque vertu efficiente, et pour notre part nous le déclarons très nettement, cette éducation est restée la première de toutes, et elle le montre toutes les fois que l’occasion lui en est fournie ; aussi bien dans les milieux éclairés que dans le milieu humble des travailleurs, où l’ancien bon soldat prime toujours. {{interligne}

§ 3. LE RÔLE ÉDUCATEUR DES OFFICIERS.

L’action tout à fait prépondérante que pourrait produire le service militaire universel a été signalée depuis longtemps par divers écrivains. Voici comment s’exprimait à ce sujet, il y a déjà plusieurs années, M. Melchior de Vogüé :

Le service militaire universel jouera un rôle décisif dans notre reconstitution sociale. Le legs de la défaite, le lourd présent de l’ennemi, peut être l’instrument de notre rédemption. Nous ne sentons aujourd’hui que ses charges ; j’en attends des bénéfices incalculables : fusion des dissidences politiques, restauration de l’esprit de sacrifice dans les classes aisées, de l’esprit de discipline dans les classes populaires, bref de toutes les vertus qui repoussent à l’ombre du drapeau…

Malheureusement, les résultats obtenus n’ont répondu en aucune façon à ces espérances. Les écrivains militaires les plus autorisés commencent à le reconnaître. Il faut attribuer principalement les causes d’un tel échec à ce que les officiers ne sont nullement préparés au rôle d’éducateurs qu’ils devraient remplir. Le premier moyen de les y préparer consisterait à leur enseigner ce rôle, dans toutes les écoles militaires, à l’École supérieure de Guerre surtout. Le second, fort supérieur au précédent, est d’obliger tous les futurs officiers, ainsi d’ailleurs qu’on le fait à peu près maintenant, à servir d’abord comme simples soldats pendant un an. C’est uniquement en vivant parmi les hommes qu’ils réussiront à comprendre leur psychologie. Dans le rang, ils apprendront d’abord à obéir, seule façon d’arriver ensuite à commander.

Aujourd’hui, nos officiers ne saisissent pas encore très bien leur rôle d’éducateurs. Et, pour qu’il ne reste aucun doute sur ce point, je vais reproduire quelques passages des conférences faites à l’École de Saint-Cyr, avec approbation du ministre de la Guerre, par un professeur à cette École, M. Ebener. Elles sont exagérées peut-être mais pleines de très graves enseignements.

Le service obligatoire, en faisant passer toute la nation par les mains de l’officier, a grandi dans la mesure la plus large son rôle d’éducateur.

La préparation du corps d’officiers à ce rôle, sa formation morale, intéressent donc la société tout entière.

Il ne la remplit qu’imparfaitement, parce que, s’il y est apte, il n’y est nullement préparé, et que l’idée de sa mission sociale ne tient presque aucune place, ni dans son éducation, ni dans l’exercice de sa profession.

Nous sommes seuls à ne pas nous apercevoir que nous avons à côté de notre rôle de préparation à la guerre, à remplir une mission sociale d’une importance capitale, et qu’il nous appartient de contribuer à l’éducation de la démocratie. De là ce malentendu entre les classes intelligentes et le corps d’officiers, malentendu qu’il serait puéril de nier…

On pourrait s’attendre à retrouver dans le peuple la trace d’une influence heureuse et durable exercée par l’officier sur les jeunes Français qui, chaque année, lui passent par les mains. Il s’en faut malheureusement, et nous sommes obligés de constater que les résultats ne sont pas ce qu’ils pourraient être. En somme, ce que nous rendons au pays ne paraît pas valoir beaucoup mieux que ce que nous en avons reçu ; dans le bain de l’armée, le fer ne se change pas en acier.

… Les officiers, dit-on, ne savent pas profiter des longues heures d’oisiveté dont jouissent les militaires — si toutefois c’est une jouissance de se traîner dans les rues ou d’errer dans les corridors des quartiers — et qui, mises bout à bout, forment un total respectable. Ils ne savent pas les employer en partie à cultiver l’esprit de leurs soldats, à façonner leur caractère, à transformer leurs âmes, à en faire, en un mot, des individualités solidaires et conscientes, à préparer à l’État des citoyens au courant de toutes leurs obligations sociales. Il n’y a que dans l’armée, ajoute-t-on, que se rencontre un pareil gaspillage de temps.

… Dans les régiments, la partie éducation se borne presque toujours à quelques théories, dites morales, prévues à l’avance comme toutes les autres parties du service. Les officiers espèrent sauvegarder leur supériorité en tenant l’homme à distance, en se renfermant dans une sorte de morgue indifférente.

Les généraux de notre glorieuse époque étaient loin d’avoir vis-à-vis de leurs compagnons d’armes la morgue et le dédain qu’affichent beaucoup trop de jeunes officiers de nos jours. Il est vrai que ceux-ci ont pour excuse de n’avoir fait que passer des examens à un âge où leurs anciens avaient gagné des batailles.

… Nous avons, nous, officiers, à remplir un devoir dont beaucoup d’entre nous ne se doutent même pas. Il n’est pas inutile de le rappeler, à notre époque où l’armée se dresse encore debout, mais où elle sent sa base entamée par les théories subversives, tel un phare dont les fondations sont minées par les flots.

… Le désir de paraître n’est pas le seul reproche qu’on fasse, dans l’armée, aux dernières générations d’officiers prises dans leur ensemble. On trouve le plus grand nombre d’entre eux trop personnels, trop occupés du culte de leur « moi ».

… Un fait certain, c’est qu’on est assez mécontent, dans l’armée, de l’état d’esprit des jeunes officiers on leur trouve trop de prétentions et pas assez de zèle, plus préoccupés de leur propre carrière que de l’accomplissement de leurs devoirs professionnels[4].

Le tableau n’est pas brillant sans doute. Lorsque la démoralisation et l’indifférence s’étendent à l’armée, l’heure de la décadence finale est bien proche. Dès qu’une armée cesse d’être le soutien d’une société, elle en devient le danger.

Les nouvelles générations formées à l’École de Guerre comprennent d’ailleurs parfaitement la grandeur et l’importance du rôle éducateur qui leur incombe. Malgré les nuages qui s’amoncellent, il ne faut donc pas désespérer de l’avenir. L’éducation peut nous donner les qualités indispensables aux peuples qui veulent ne pas finir. L’Université et l’Armée ont pris, en Allemagne, une influence qu’elles pourraient avoir en France, mais qu’elles n’ont pas su exercer encore.

Y réussiront-elles ? Là est le problème. Les générations qui grandissent sont appelées à les résoudre. Si elles n’y parviennent pas, ce sera la continuation d’une lente décadence, puis des défaites économiques et sociales qui marqueront la fin de notre histoire.

Et voici enfin terminé un livre qui restera, sans doute le plus inutile de tous ceux que j’ai écrits. Récriminer contre des fatalités est toujours une pauvre tâche, indigne en vérité des labeurs d’un philosophe.

Si, cependant, j’ai publié cet ouvrage sans grandes illusions sur son efficacité, c’est que les idées semées par la plume finissent quelquefois par germer, si dur soit le roc où elles sont tombées. Malgré tant d’apparences trompeuses, les pensées qui mènent les hommes de chaque race ne se modifient guère dans le cours des âges. Elles changent cependant quelquefois.

Il semble que nous soyons arrivés à un de ces rares moments de l’histoire où nos idées puissent se transformer un peu. Le choix des méthodes d’enseignement est autrement capital pour un peuple que celui de ses institutions ou de son gouvernement. Si l’enquête parlementaire a prouvé que le problème de l’éducation est généralement fort peu compris, elle a montré en même temps que ce sujet commence à préoccuper les esprits. Souhaitons qu’il les préoccupe davantage encore et que l’opinion finisse par se transformer. L’avenir de la France dépend surtout de la solution qu’elle saura donner au problème de l’éducation.

Le monde évolue rapidement et, sous peine de périr, il faut savoir s’adapter à cette évolution. L’éloquence, le beau langage, le goût des finesses grammaticales, les aptitudes littéraires et artistiques pouvaient suffire à maintenir un peuple à la tête de la civilisation à l’époque où il remettait ses destinées entre les mains des dieux ou des rois qui les représentaient. Aujourd’hui, les dieux sont morts et il ne reste guère de nations qui soient complètement dans la main d’un maître. Les événements échappent de plus en plus à l’action des gouvernements. Les volontés des plus autocratiques souverains sont actuellement conditionnées par des nécessités économiques et sociales, proches ou lointaines, hors de leur sphère d’action. L’homme, gouverné jadis par ses dieux et ses rois, est régi maintenant par un engrenage de nécessités qui ne fléchissent pas. Les conditions d’existence de chaque pays deviennent toujours davantage subordonnées à des lois générales que les relations commerciales et industrielles des peuples imposent.

N’ayant plus à espérer l’aide de la Providence bienveillante qui guidait jadis le cours des choses, l’homme moderne ne doit compter que sur lui-même pour trouver sa place dans la vie. Elle n’est pas marquée seulement par ce qu’il sait, mais surtout par ce qu’il peut.

Dans la phase d’évolution où la science et l’industrie ont conduit le monde, les qualités de caractère jouent un rôle de plus en plus prépondérant. L’initiative, la persévérance, le jugement, l’énergie, la volonté, la domination de soi-même sont des aptitudes sans lesquelles tous les dons de l’intelligence restent à peu près dénués d’efficacité. L’éducation seule peut les créer un peu quand l’hérédité ne les a pas données.

Nous avons vu combien est misérable notre éducation et à quel point cette dernière laisse l’homme désarmé dans la vie. Nous avons montré que notre instruction universitaire, à tous ses degrés, est plus misérable encore, puisqu’elle se borne à entasser dans la mémoire un chaos de choses inutiles destinées à être oubliées totalement quelques mois après l’examen.

Nous avons fait voir aussi combien seront illusoires nos projets de réforme tant que nos professeurs resteront ce qu’ils sont aujourd’hui.

Nos citations ont prouvé que, si les tristes résultats de notre enseignement éclatent à tous les yeux, les causes profondes de ces résultats demeurent généralement méconnues.

L’édifice entier de notre enseignement, de sa base à son sommet, serait à refaire. Ce livre a prouvé pourquoi une telle tâche ne saurait être maintenant tentée. Tout ce que nous pouvons espérer, c’est de parvenir à utiliser le moins mal possible les éléments si défectueux que nous avons entre les mains. Un peu de bonne volonté y suffirait sans doute, mais à qui demander cette petite dose de bon vouloir devant la lourde indifférence de l’Université et du public pour toutes ces questions. Elles passionnent parfois un court instant, mais l’oubli les submerge bientôt.

Quoi qu’il en soit, j’ai terminé ma tâche. Elle devait se borner à éclairer une opinion très incertaine et très égarée aujourd’hui. C’est aux apôtres maintenant à agiter les foules, pour provoquer ces grands courants auxquels les institutions usées ne résistent guère. Il s’agit ici d’une œuvre qui ne peut rencontrer les hostilités d’aucun parti et qu’appuieront sûrement, un jour tous les partis. De son succès l’avenir de la France dépend. Ce grand pays, qui fut pendant longtemps un des phares de la civilisation, s’éloigne chaque jour du premier rang qu’il occupait jadis. Si notre Université ne change pas, il descendra bientôt à ce degré où une nation ne compte plus et devient la victime de tous les hasards.


FIN
  1. Léon Bourgeois. Instructions, etc., p.183
  2. L’augmentation est analogue pour les docteurs en droit. Il y en avait 117 par an en 1889 et 446 en 1899, d’après le rapport de M. Raiberti.

    « La dispense, telle que la loi de 1889 l’a comprise, écrit cet auteur, abaisse donc la valeur des examens ou le niveau d’entrée dans les grandes écoles. Elle encombre les carrières libérales et elle écarte des affaires, du commerce et de l’industrie, un grand nombre de jeunes gens qui y auraient réussi et qui échoueront ailleurs. Elle frappe donc le pays dans les forces vives de sa production. »

  3. Enquête, t. II, p. 89. Max Leclerc, chargé de missions scientifiques par le Gouvernement.
  4. Rôle social de l’officier, conférences faites aux élèves de l’École spéciale militaire, par le commandant Ebener. In-8°, Paris, Librairie militaire.