Page:Pastoret - Ordonnances des rois de France de la troisième race, tome 18.djvu/568

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


DE LA TROISIÈME R A C E. J03

ce que aucun arrest, destourbier ou empeschement leur soit ou puisse estre cn ce mis ou donné, pour quelque cause, occasion ne en quelque maniéré que ce soit. Si vous mandons et enjoignons et à chacun de vous sur ce premier requis et comme à lui appartiendra, que, en faisant lesdits consuls, conseilüers et habitans d’Avignon joyr et user paisiblement de noz presens grâce, volonté et octroy, vous leur souffrez, ou à leurs gens, commis et depputez, charger ou faire charger et enlever ledit radeau de bois et le mener ou faire mener et conduire avec lesdits deux cens quintaulx de fer par lesdites rivieres franchement et quictement de tous lesdits peaiges, subsides, passaiges, treuz et travers dessusdits ; et s’aucun arrest, destourbier ou empeschement leur estoit en ce mis ou donné au contraire, si Postez ou faites oster et mectre sans delay à pleine délivrance. Et, par rapportant ces présentes ou vidimus d’icelles et reconnois6ance sur ce suffisant pour une foiz tant seulement, nous voulons tous receveurs, fermiers ou commis à recevoir lesdits peaiges, subsides, passaiges, treuz et travers (a) dessusdits, en estre et demourer quictes et deschargez par-tout où mectier sera, sans aucune difficulté, nonobstant quelconques arrest et empeschement qui pourroient avoir esté faiz, mis ou donnés par lesdits fermiers, receveurs ou commis à recevoir lesdits peaiges, treuz, travers, passaiges et subsides dessusdits, ou autres quelconques ordonnances, mandemens ct deffenses à ce contraires. Donné an Plessis du Parc-le^- Tours, le dixième jour d’Octobre, l’an de grâce mil cccc soixante-dix-neuf, et de nostre regne le xix.e Par le Roy Daulphin : G. de Marle.

Johannes de Daillon, miles, dominas du Lude, consiliarius et cambellanus regius, gubernator Dalphinatûs , universis et singulis harum serie notum facimus qubd, visis et reverenter ut decet receptis licteris patentibus christianissimi Regis Francorum, domini nostri, ejus sigillo cera rubea cum cauda simplici impendente sigillatis, nobis in curia parlamenti Dalphinatûs , ex parte consulum, consiliariorum manentiumque et habitantium civitatis Avinionis impetrantium in eisdem nominatorum, ad effectum interinacionis earumdem exhibitis et presentatis, presentibus allegatis, quarum tenore considerato et in matura consilii deliberatione posito, actentoque qubd de re pia pro reparatione pontis dicti loci Avinionis agitur, qui ejusdem domini nostri jungitur regno, et qubd non debentur gabelle seu pedagia Dalphinatûs seu solvi consueverunt in tangentibus pia opera, ut est in hoc casu, propterea curia seipsa, in presentia procuratoris fiscalis generalis Dalphinatûs et Petri Coste exactoris magnarum gabellarum hujus patrie et pedagii Dalphinatûs, de Romanis ad hoc vocatorum, et nichil saltem validum adversus dictarum licterarum interinacionem opponentium, dictas licteras regias et dalphitiales duxit interinandum, interinavitque et interinat, nos que interinamus per présentes juxta earum formam et tenorem. Quocirca universis et singulis justi dariis et officiants mediate vel immediatè Dalphinatûs, gabellarumque et pedagiorum, pontium, districtuum, aliorumve quorumcumque tributorum exactoribus seu eorum loca tenentibus, et cuilibet ipsorum ad quos spectat et présentes pervenerint et presentate fuerint, harum serie precipimus et mandamus quathenus easdem licteras eisdem impetrantibus observent et observari faciant, ipsosque contentis in eisdem uti et gaudere faciant, sinant, patiantur et permictant juxta mentem et tenorem earumdem et absque aliquali contradictione aut difficultate, quoniam sic fieri jubemus. Datum Gratianopoli, die septimâ mensis Martii, anno nativitatis Domini millesimo cccc octuagesimo. G. Sirmandi. Note.

Louis XJ,

au

Plessis du Parc,

le 10 Octobre

1479.

(a) Droits sur le passage des marchandises, dont nous avons déjà parlé plusieurs fois.