Page:Offenbach - Notes d un musicien en voyage 1877.djvu/22

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


secret des succès considérables de Jacques ; il y a de tout dans son inépuisable répertoire : l’entrain qui soulève une salle, les gros éclats de rire qui plaisent aux uns, l’esprit parisien qui charme les autres et la note tendre qui plaît à tous, parce qu’elle vient du cœur et va droit à l’âme. Voilà les secrets de ses succès retentissants et de cette popularité qu’il faut avoir vue de près pour en comprendre l’étendue. Rien n’a manqué à son long triomphe dans un genre qu’on persiste à dire petit, mais dans les arts, madame, rien n’est petit. La Chanson de Fortunio n’a pas cinq actes et n’exige pas le vaste cadre de l’opéra ; c’est néanmoins une petite œuvre complète d’un compositeur amoureux de son art. Les Brigands contiennent des morceaux d’une finesse exquise que les bottes des carabiniers, combinées en vue de la foule ne parviennent pas à étouffer sous leurs pas pesants. Le « sabre de mon père » peut être contesté malgré