Page:Mourguet - Théatre lyonnais de Guignol, tome 2.djvu/40

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
34
le testament.


MME BOBINARD.

C’est-le notaire qui a fait le testament de mon mari & qui est venu m’apporter l’acte.


RAYMOND.

Bien, bien ; je venais précisément pour en prendre connaissance.


MME BOBINARD.

A votre gré, M. Raymond ; je vais le chercher.


RAYMOND.

Fort bien ! nous allons l’examiner. Ce n’est pas que je me défie… bien au contraire. Mais dans les affaires sérieuses il faut de la prudence ; je ne m’en rapporte qu’à moi-même.


MME BOBINARD.

Tenez, voici l’acte… Lisez.


RAYMOND, lisant.

C’est bien cela ; Voici la clause qui vous nomme héritière universelle… Je donne & lègue à Jeanne Julie Birotteau ma femme mes deux maisons… ma ferme de Vénissieux avec les fiacres. Ah ! il y a des fiacres ! Avec les fiacres à bondon. Quelle singulière idée de spécifier de tels objets ! Enfin, c’est fort joli d’être ainsi légataire universelle. Mais que vois-je ? Je donne à mon domestique