Page:LeMay - Le pèlerin de Sainte-Anne, 1877.djvu/233

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
236
LE PÈLERIN DE SAINTE ANNE.

— C’est dommage dit le charlatan, riant du bon mot qu’il espérait dire — c’est dommage que le muet ne soit pas ici, ils nous en rapporterait, lui, des faits curieux.

Plusieurs rirent pour faire plaisir à la barbe rouge. Picounoc reprit : Il a son histoire, le muet, et c’est une histoire qui en vaut la peine.

— Conte donc !

Picounoc rapporta l’événement extraordinaire dont il avait été témoin un jour de l’hiver passé.

Là plupart n’en crurent pas un mot. Picounoc et ses camarades affirmèrent.

— Tu te serais converti, observa le vieux chef.

— Moi ? mais est-ce que j’ai besoin de conversion ?

— Farceur, va !

— On ne voit pas de miracles sans se convertir, ajouta un autre.

— Plusieurs sont devenus presque dévots depuis ce temps-là… Paul Hamel qui parle toujours latin, parce qu’il a mis le nez au séminaire, Sanschagrin, George Lalumière…