Page:Joanne, Géographie de l’Isère, 1876.djvu/12

La bibliotheque libre.
Sauter a la navigation Sauter a la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
9
PHYSIONOMIE GÉNÉRALE.

et sans gazon, de ravines, de lits desséchés de torrents.

Entre le Dévoluy et les monts du Vercors, dans la région appelée le Trièves, se groupent des montagnes de craie d’élévation moyenne, nues, grisâtres, ravinées ; on peut les appeler Monts de la Croix-Haute, d’un col (1,500 mètres) qui s’y ouvre aux limites de l’Isère et de la Drôme, sur la route de Grenoble à Marseille.

Ce sont là les montagnes de l’Isère : tout le reste, c’est-à-dire à peu près la moitié du département, est composé de plateaux peu élevés, de collines et de plaines basses : Terres Froides, Terres Basses, Balmes de Crémieu, Balmes Viennoises, Plaines de Lyon, Bièvre, Valloire et Plateau de Chambaran.

Les Terres Froides doivent leur nom à ce que la nature de leur sol, le nombre de leurs sources, l’étendue de leurs bois, en font une région humide, sujette aux brouillards, désagréable en hiver, et quelquefois en automne et au printemps, autant qu’admirable de fraîcheur, belle d’aspect et agréable en été. Elles s’étendent sur tout ou partie des cantons de Virieu, du Grand-Lemps, de Saint-Geoire, de Pont-de-Beauvoisin, de la Tour-du-Pin et de Bourgoin. On y trouve de petites montagnes qui atteignent jusqu’à 809 mètres d’altitude, au-dessus du lac charmant de Paladru.

Au nord de la vallée palustre de la Bourbre, les marais des Avenières, de Morestel, d’Aoste et de Granieu, forment ce qu’on appelle les Terres Basses. De la Bourbre, en aval de Bourgoin, aux lieux où le Rhône reçoit le Guiers, elles occupent une dépression en demi-cercle où, selon les géologues, passait le Rhône quand ses eaux n’avaient pas encore percé les calcaires du Jura.

Les Balmes de Crémieu sont comprises entre les Terres Basses au sud, la Bourbre inférieure à l’ouest et le Rhône à l’est et au nord ; ce sont des collines calcaires qui, à leur point culminant, atteignent 444 mètres. Elles portent quelques bois, et généralement tombent sur le fleuve par des escarpements où s’ouvrent des grottes, balmes ou baumes : d’où le nom de ce massif peu élevé, mais souvent très-pittoresque.