Page:Ibn Khaldoun - Prolégomènes, Slane, 1863, tome I.djvu/533

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


D'IBN KHALDOUN. 409

Les imamiem enseignent qu'Ali, auquel le Prophète avait légué l'imamat, le transmit de la même manière à son fils El-Hacen. Celui- ci le légua à son frère El-Hoceïn , qui le transmit à son fils Zeïn el- Abedîn. Cet héritage passa de Zeïn el-Abedîn à son fils Mohammed el-Baker, puis à Djâfer es-Sadec, fils du précédent. A partir de Djâ- fer, les imamiens ne s'accordent plus; les Ismaëhens, une de leurs sectes, font passer l'imamat de Djâfer à son fils Ismaïl, qu'ils sur- nomment El-Imam '. Ceux de l'autre secte enseignent que Djâfer es- Sadec laissa l'autorité à son fils Mouça '1-Kadhem et, comme ils ne comptent que douze imams, on les désigne par le nom de daodéci- mains. Ils croient que le dernier imam se tient caché et qu'il repa- raîtra lors de la fin des temps.

Les Ismaéliens déclarent qu Ismaïl était imam parce que son père, Djâfer es-Sadec, l'avait désigné comme successeur. «Cette désigna- tion, disent-ils, eut un effet réel; car, bien qu'Ismaïl mourût avant son père , le droit à l'imamat resta dans sa postérité , ainsi que cela eut lieu pour Aaron à la suite de ce qui se passa entre lui et Moïse ^. » Ismaïl transmit l'imamat à son fils Mohammed el-Mektoum (le caché), le premier des imams cachés. « Il peut arriver, disent-ils, que l'imam n'ait aucune puissance; en ce cas, il se tient caché, mais ses mission- naires se montrent afin d'établir une preuve authentique (qui suffise P. 363. pour faire condamner les incrédules). Quand il a de la puissance, il paraît et proclame ses droits. Mohammed el-Mektoum eut pour successeur son fils Djâfer El-Mosaddec, dont le fils, Mohammed el-Habîb, fut le dernier des imams cachés. Puis vint Obeïd-AUah el- Mehdi, dont le missionnaire, Abou Abd-AUah le Chîïte, parut chez les Ketama^ les rallia à la cause de son maître, qu'il tira ensuite de

' Après les mots (Jt UjsL», il faut in- était connu de Mohammed, qui en parie sérer «LoVL Aà^ .oJjajj JacLo»! ooJ. dans le Coran, sourale xx, verset 3i ; et ... .Jl UyL isy^ -uLcUui!! A sourate xxv, verset Sy.

, ,, . -, , j , f ' Voyez V Histoire des Berbers, t. H,

Moïse confia le sacerdoce a son trere •'

, /-.,•• ^ . m - • p. 5o6 et suiv. de la traduction, et //ij/oi're

Aaron. Lelui-ci mourut avant Moïse, mais r

, , , j ,1 -.x n t -^ rffs Drusw, de M. de Sacv, introduction.

le sacerdoce resta dans sa poslente. Le lait •'

Prolégomènes. Ss

�� �