Page:Ibn Khaldoun - Histoire des Berbères, trad. Slane, tome 1.djvu/14

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
IV
INTRODUCTION.

Arabes arabisés, descendants de Himyer, fils de Seba. Nous indiquerons la filiation de leurs tribus et nous exposerons l’histoire de la dynastie qu’ils fondèrent dans le Yémen, dynastie qui se composa des Tobba et de leur postérité. Nous aborderons ensuite l’histoire des dynasties étrangères qui leur étaient contemporaines ; savoir :

  • Les rois assyriens de Babel ;
  • Les rois des Djerameca à Mosul et à Ninive ;
  • Les Coptes d’Égypte et leurs rois ;
  • Les Enfants d’Israël et leurs dynasties à Jérusalem, tant avant qu’après la destruction de cette ville par Nabuchodonosor ;
  • Les Samaritains ;
  • Les rois perses des deux premières dynasties ;
  • Les Grecs et l’empire fondé par Alexandre ;
  • Les Romains et leur empire sous les Césars et autres princes.
  • Ensuite nous raconterons l’histoire des Arabes de la troisième race, c’est-à-dire, des Arabes successeurs des Arabes. »

Ceux-ci proviennent de trois souches : Codâa, petit-fils de Himyer, Cahtan, le Yectan de la Bible, et Ismaël, fils d’Abraham.

Les deux premiers sont les aïeux des tribus yéménites ; Ismaël est l’aïeul d’Adnan. La postérité d’Adnan eut pour berceau le Hidjaz dont elle peupla une grande partie et d’où elle se ramifia dans le Nedjd et les déserts de l’Irac, de la Mésopotamie et de la Syrie.

« Les ARABES SUCCESSEURS, dit notre auteur, descendent de Codâa, de Cahtan et d’Adnan, personnage dont les petits-fils, Rebiâ et Moder, ont été les souches de plusieurs tribus. Nous indiquerons la descendance de Codâa, sans négliger le royaume bédouin que les Noman, famille de cette branche, fonda en Irac et à Hira. Nous parlerons ensuite de leurs voisins et rivaux,

l’avait entrepris. On avait déjà imprimé cent huit pages du texte arabe et cent quarante de la traduction italienne, mais, jusqu’à présent, toutes les feuilles tirées sont restées en magasin. L’achèvement d’une entreprise si bien commencée serait un véritable service rendu à la science.