Page:Hume - Œuvres philosophiques, tome 6, 1788.djvu/300

La bibliotheque libre.
Sauter a la navigation Sauter a la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
292
Essais

l’un envers l’autre[1]. À combien plus forte raison cela ne doit-il pas avoir lieu dans l’homme, dont l’appétit n’est à aucun égard borné par la nature, & ne l’est qu’accidentellement, soit par les charmes puissans de l’amour, soit par un principe de devoir & de bienséance ?

Rien n’est donc moins affecté que la passion de la galanterie, elle est toute naturelle : l’art & l’éducation qui regnent dans les cours les plus polies, n’y font pas plus de changement que dans les autres passions louables ; lui donnent plus de force, plus de finesse, plus de délicatesse, plus de grâce, & plus d’expression.

La galanterie est généreuse, aussi-bien que

  1. Tutti gli altri animai, che sono in terra,
    O che vivan quieli estanno in pace ;
    O si vengon a rissa, & si fan guerra,
    A la femina il maschio mai non la face.
    L’Orsa con l’orso al bosco sicura erra,
    La leonessa appresso il Leon giace,
    Con lupo vive la lupa sicura,
    Ne la Giuvenca ha del Torel paura.

    Ariosto Canto 5.