Page:Descartes - Œuvres, éd. Adam et Tannery, X.djvu/316

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


J04 Opuscula Posthuma. * 6.

eft ^, à 2, reftat '-^, quem divido per |, provenitque ^, cujus radix. eft y/^j pro fecundo ter.mino. Atque ila de reliquis.

Quin & in génère, pro radiée cubicâ alicujus bi- nomij, duarum iftarum cubi partium maximam c & 5 minimam d appelle ; deinde extraho radicem hujus aequationis :

X^ =» J CCX + IC^

— ^ddx — 2cdd,

& triplo iftius radiais adjungo ic, &. dimidium radicis lo cubicse produdi eft vna ex partibus radicis qusefitae. Poftea divido c per illam primam partem radicis ; à quotiente aufero quadratum ejufdem primse partis, & tertia pars refidui eft altéra pars radicis.

VI. !5

ClRCVLI QVADRATIO ".

Ad quadrandiim circulum nihil aptius invenio, quàm fi dato quadrato Z /adjungatur redangulum c^ com- prehenfum fub lineis ac & cb, quod fit ?equale quartae parti quadrati bf; item redangulum dh, fadura ex 20

a. Construction pour la quadrature du cercle (voir Canioi», Vorlesun- gen, II, 778), remarquable en ce qu'elle donne le principe de la méthode dite des isopérimètres pour le calcul du rapport de la circonférence au diamètre ; et en ce que, d'un autre côté, c'est, je. crois, le seul exemple connu pour proposer d'atteindre une longueur limite par des constructions graphiques qui permettent, en théorie, de pousser l'approximation indé- finiment. — Cette note, qui se relie à la matière du premier fragment (p. 285 ci-avantj, en est peut-être contemporaine ; rien n'indique, en effet, qu'en lôSg ou 1640, Descartes se soit occupé de questions de ce genre, sauf quelques railleries à l'adresse de Longomontanus. (P. 7".)

�� �