Page:Curie - Traité de radioactivité, 1910, tome 2.djvu/508

La bibliotheque libre.
Sauter a la navigation Sauter a la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


connaît le coefficient de solubilité, la mesure de la concentration de l’émanation dans l’air ainsi activé permet de déduire la valeur de sa concentration primitive dans l’eau qui a servi pour l’expérience (§ 63).

Pour rendre comparables les diverses mesures, le meilleur procédé consiste à comparer l’ionisation observée à celle qui serait obtenue dans le même appareil de mesures avec l’émanation dégagée en un temps connu par une solution titrée de sel de radium pur. On peut aussi indiquer en valeur absolue le courant de saturation obtenu avec l’émanation provenant d’un volume donné d’eau ou de gaz, mais en ce cas les nombres obtenus dépendent de la forme de la chambre d’ionisation.

La quantité d’émanation contenue dans un litre d’eau ou de gaz d’une source fortement radioactive est de l’ordre de celle qui est produite en une minute par un milligramme de radium. L’unité du milligramme-minute a été couramment employée par P. Curie et M. Laborde dans l’indication de la radioactivité des sources. Le nombre des sources qui ont été étudiées est déjà considérable, et les études ont porté sur des endroits très différents [1].

Le Tableau suivant indique en milligrammes-minutes la quantité d’émanation du radium contenue dans 10 litres de gaz ou d’eau de source.

  1. J.-J. Thomson, Eaux de Cambridge (Phil. Mag., 1902). — Adams, Phil. Mag., 1903. — Pochettini et Sella, Rend. Accad. Lincei., 1902. — Elster et Geitel, Phys. Zeit., 1902, 1903. — Bumstead et Wheeler, Sources de New Haven (Amer. Journ. of Sc., 1903). — Strutt, Eaux de Bath (Phil. Mag., 1904). — Curie et Laborde, Sources de France (C. R. de l’Ac., 1904 et 1906). — Mache et Meyer, Sources de Gastein et de Bohême, 1904 (Wiener Ber., 1904, et Phys. Zeit., 1905). — Engler et Sievecking, Sources de Baden-Baden (Chem. Zeit., 1907). — H.-W. Schmidt et Kurz, Sources de Hesse (Phys. Zeit., 1905 et 1906). — Boltwood, Sources des États-Unis (Amer. J. of Sc., 1904) — Munoz del Castillo, Sources d’Espagne (Soc. Esp. de Fisic, 1907). — Battelli et Dechiali, R. Ac. Lincei, t. XV. — Engler, Zeit. für anorg. Chemie., t. LIII.