Page:Bulletin de la société géologique de France - 1re série - 3 - 1832-1833.djvu/443

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


le terrain. Dans quelques cas, il est vrai, le calcaire saccharoïde existe sans qu’on voie le granite ; mais alors toutes les inductions conduisent à penser qu’il se trouve à une petite distance, et seulement qu’il ne s’est pas élevé jusqu’au jour. Ne pouvant pas donner de détails circonstanciés sur le mémoire de M. Dufrénoy, nous copions ses conclusions.

« 1° Le terrain de Vicdessos, composé de la réunion de calcaires saccharoïdes blancs, de calcaires schisteux et de schiste. calcaire, appartient à la partie inférieure des formations jurassiques.

2° Le gite métallifère de Rancié est élevé dans le terrain ; il y forme un stockwerk disposé dans le sens des couches.

3° Cet amas métallifère est en connexion avec le granite qui existe à une petite distance de la mine, et son introduction dans le terrain de lias a eu lieu à l’époque de l’apparition du granite dans les Pyrénées.

4° Le calcaire saccharoïde de la vallée de Sue ne doit sa texture qu’à sa position, au contact du granite ; lors de son dépôt il était de même nature que les couches dans lesquelles on trouve des fossiles.

Ce mémoire donne lieu à des observations de la part de plusieurs membres.

M. C. Prévost entre dans quelques détails sur l’existence du fer au contact des calcaires et des basaltes du cap Passaro en Sicile, sur l’apparition des roches ignées postérieures à craie, et sur la modification que les calcaires ont éprouvée par cette apparition.

M. de Beaumont dit que M. Christie, ayant fait analyser par M. John Davy les calcaires saccharoïdes du cap Passaro, il n’y a pas été trouvé de Dolomies.

M. de B. rapproche des gisemens de fer du Rancié le gîte de fer de Framont dans les Vosges au contact de porphyres, et en zones concentriques autour de cette roche cristalline. Il indique une même analogie de gisement dans les minerais du Cornouailles au contact du granite, et des schistes argileux dits Killas.

M. Texier a observé dans le département du Var des