Page:Bouasse - Optique géométrique élémentaire, Focométrie, Optométrie, 1917.djvu/29

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


OPTIQUE GÉOMÉTRIQUE
ÉLÉMENTAIRE [1].



CHAPITRE PREMIER
HYPOTHÈSES FONDAMENTALES. MIROIRS PLANS.


1. Propagation rectiligne.

On appelle Optique géométrique l’ensemble des propositions qu’on peut tirer de l’hypothèse d’une propagation rectiligne dans un milieu homogène, et des lois dites de la réflexion et de la réfraction.

. — Nous posons que dans un milieu homogène existent des rayons lumineux ; autrement dit, la lumière se propage en ligne droite. Nous avons tous vu les traces rectilignes que le soleil produit dans une chambre quand il pénètre par une fente des volets. Les rayons sont tracés par les poussières de l’air qui diffusent la lumière. Si, par extraordinaire, l’air est assez pur pour que les rayons soient invisibles, on les rend visibles en soufflant de la fumée de tabac ou en frappant sur sa manche.

. — Coupons le faisceau par un écran : nous constatons que sa trace n’a pas un contour parfaitement net. Nous sommes portés à trouver la raison de ce flou dans la grandeur apparente du soleil : ce n’est pas un point lumineux, puisqu’il nous apparaît sous un angle de 32 minutes.

Recommençons donc l’expérience dans de meilleures conditions. À l’aide d’un arc, éclairons fortement un trou T d’un demi-millimètre de diamètre (trou d’aiguille). À deux mètres (pour fixer les idées) plaçons un diaphragme E percé d’un trou O (le mot diaphragme est

  1. Ce volume est le premier d’une série de cinq dont voici les titres et auxquels je renvoie en abrégé :

    Optique géométrique supérieure.

    Construction, description et emploi des appareils de mesure et d’observation.

    Dans ce volume sont étudiés les Instruments d’optique.

    Vision et reproduction des formes et des couleurs.

    Dans ce volume sont étudiés la Photométrie, la Photographie, les Procédés d’impression.

    Interférences et Diffraction, en collaboration avec l’abbé Carrière.

    Dans le présent volume et le suivant je me borne à l’étude des éléments (lentilles et miroirs) avec lesquels sont construits les appareils, et aux généralités sur les radiations.