Page:Bertheroy - La Ville des expiations.pdf/33

La bibliotheque libre.
Sauter a la navigation Sauter a la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


les agréments qu’on lui donne ? Certes, je ne pré tends point faire le procès de ma marraine, mais elle est la survivante d’une autre époque, elle appartient à un temps préhistorique. La Palingénésie de Ballauche et l’École des Mœurs de l’abbé Blanchard, voilà les appuis de sa pensée et les sources où elle puise pour élever une enfant née dans un autre milieu et dont les premières années se sont écoulées parmi les raffinements du luxe moderne. À la place de Juliette je me serais évadé depuis longtemps !

— Marcel, dit sa mère, tu ne réfléchis pas aux conséquences d’un pareil acte.

— Parfaitement si, au contraire ! S’évader, voilà le souci de toute créature ; et plus notre prison est étroite, plus nous devons ardemment, désespérément, chercher à en briser les barreaux. Tenez, quand j’étais petit, chaque nuit, ou presque, je faisais le même rêve : je rêvais qu’un pouvoir étrange me donnait l’élasticité, que des ailes me poussaient aux épaules et que je m’élançais, léger et libre, aussi loin que je voulais aller. Quelquefois encore, ce songe bizarre me revient. Oui, s’évader, monter plus haut, fuir, se sentir son maître…

— Mon pauvre ami, dit Octave, à quoi servent de telles illusions ? Quand bien même la nature nous