Page:Archives israelites 1851 tome12.djvu/323

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


uaaassnus. ss! ··'·a'Ls pttipütshlcbisl continue ahslt Verset 5. Et au mllieu de ce même feu on voyait la ressemblance dd Qhsaùxqditdsllsslts aostss anyvsyalttalgus-fn hanane. · - Jünsisn. üannfsnsssttqsatrstaass stqastssdss. Verset 7. Leurs pieds etaient droits; la plante de leursjleds étals comms sslt•d’s• vssu, stil sss·talts'surlesshedlss eusmnaum de Vaitaiu le plus luisant. · . ·· • L3 llgllfe dillûlllllll €l¤'Éz6ulaial §P9"9l“ N calls dIllî• nisu; les quatre ailes sont las dirsrsss heaasbsstdstsnsaj communiquent ls mouvement aux Nlleül eelllllles UW ill- pidcs dans leur évolution qu’elles paraissent droites au llüd abord. Elles sont lllsîlltenues sur le rsil pl! Ins flillfi id ressemble au pied lûllfdlll d'¤ll Weill; slles Sïîllltlül 00 fsllllll jaillir autour d’el|es une Dllll tl'étineellss. Verset 8. ll 7 avalt des mains d*hnmmes pres'de leurs ailes, aux quatre edtds; et lls avalent chacun quatre faces et quatre alles. =• Ces mains tfhommes sont celles des ouvriers, des conduc- teurs, des cantonniers qui tendent le brel pour lIl0nlt‘st‘ li route sa œsvd. ' · · · · Verset 9. Leurs alles étalent jointes Puce a Feutre; ils ne se retour- assaut palnt quand tts amdnslnt, mats ellesa allais droit devant ssi. s Telle est etïecttvemnnt la marche des locomotives, qnlsnnt sn droits lips, et ns décrivent que des courbes instgnldantes. Lesdivsrsœ pieces dont ellessnnt composées sont jshtes funs I l’autre, et ne forment qu’un seul mécanisme. , Ysrsst 10. Ilcavslent tous les-quatre une face d’heins, aaefaee de lion, une face de bœuf, et une face d’aigle. q • Ces mots désignent les quatre points cardinaux; le visage d’homme, le midi; l’aigle, le nord; le lion caractérise l’orient; le bœuf avait été choisi par les anciens pour symboliser Possi- dent, tant à cause de sa couleur qui est souvent celle du soleil couchant, que parce que Cel animal, pesantet pacilique, est comme la personniticatiou du repos. q o Verset li. Leurs côtés et leurs ailes étaient perpendiculaires; leurs ailes étaient jointes deux par deux. Verset 12. Chacun d’enx marchait devant sol; ils allaient où les em· portait Wmpdtuostté de Pesprit, et lls ne se retouruaient point quand lls " marchaient. ` `