Page:Archives israelites 13.djvu/272

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


266 nenni Louria (‘1"U‘tI't¤), les Mordekhal Yâphé (l) . les lléir Lublin, W les Samuel Edels (&"t¤'tt"t¤) (2), les lléir Schifl (5) , les Eliah Wilnn, les Aryé Loeb ben-Ascher (6), et vingt autres, ont enri- chi la science talmudique par des productions considérables, glo- ses, dissertations, consultations doctrinales, indépendamment d’uutres écrits qui n‘appartiennent. pas à cette histoire. Mais de ces trois siècles, le seizième sera pour nous l’é· poque capitale, en ce qu'il a vu naitre le code définitif de la Ha- lakha, résumé de son passé et régulateur de son avenir. Vous ( devinez,. Messieurs, que je parle du Schoulchan-Aroukh, ouvrage immortel de Joseph Karo (5). Pasteur intègre et pieux , talmu- diste érudit, infatigable écrivain , Joseph Karo, d`origine espn-I gnole, après avoir successivement occupé divers rabbinats en Orient, fut: appelé en dernier lieu à celui de Sapbed (6), et c’est là qu'il mit la dernière main à son ouvrage. ll en avait. jeté ]es bases dans son commentaire sur le Yâd Cbazaka , et dans ce- lui beaucoup plus important dont il avait enrichi_ les Tourîm de ` Jacob ben-Ascher. Je caractériserai d'uu mot le Schoulchan- Aroukh , on disant qu‘à la précision de langage et à la savante méthode de Maîmonide, il joint la vaste compréhension et le ca- — ractère essentiellement pratique des Tourîm. Un grand nombre d’ouvrages subsidiaires se sont groupés autour de ce code nor- mal du judaïsme moderne; nous devrons une mention particu- _ lière aux remarques additionnelles et souvent dissidcntes insé- · rées dans lertexte, d’une part, par R. Moïse Isserlès ( R'731) (7) à Cracovie , de l’autre, par B. Jacob Castro, au Caire. Mais le j Soulcban·Aroukb, je le répète, est demeuré le code universel et incontesté du judaïsme; c‘est le dernier mot, Pimpérissable mo- . (1) A Prague. (2) xvus siècle. (3) A Fulde, XVIII' siècle. (4) Succenivemcnt rabbin à Crneovie et à Metz, surnommé HNR DIRT- j de son principal ouvrage. (5) Mort en 1575. (6) hB¥'.qu‘ilne faut pas confondre avec le ng! de Jag. I, 17. (7) Mort •¤‘1572. N l t Digitized by Google