Lettre publiée dans la Chronique de Paris (18 janvier 1790)

La bibliothèque libre.
Aller à : Navigation, rechercher
La Chronique de Paris, 18 janvier 1790
Comte de Sanois

Aux auteurs de la Chronique de Paris
Lettre publiée dans la Chronique de Paris (18 janvier 1790)

Messieurs,

Les lois commencées s’achèvent dans l’assemblée des représentants de la nation française et la fin de ce siècle sera probablement heureuse pour une partie des habitants de l’Amérique et de l’Europe. A cette époque mémorable, ces deux parties du monde auront vu naître une révolution presque générale dans l’esprit humain. Elles auront vu sortir plusieurs peuples du chaos où ils étaient plongés par le despotisme des ministres, des administrateurs-chefs et subalternes, des grands, des prélats, de la cour de Rome, de l’ordre judiciaire, etc. etc. Le poids des chaînes a enfin détruit la superstition d’une obéissance aveugle. Le besoin universel d’une sage liberté a renversé le vil culte qu’on rendait à la volonté arbitraire. Les potentats eux-mêmes, esclaves et victimes des adulateurs qui environnaient les trônes, devront de proche en proche, le triomphe des lois et le retour de l’ordre à la saine philosophie. Ne nous dissimulons cependant pas que c’est l’autre continent qui a su, avant nous, en ressentir les effets, et que les Américains auront la gloire d’être devenus les nouveaux législateurs du monde dans le siècle qui va finir. Mais la diète que l’immortel Henri IV voulait établir en Europe pour juger les procès des souverains, sans faire couler le sang des peuples, manquera encore au bonheur de l’humanité. Le bon abbé de Saint-Pierre, le sublime J. J. Rousseau auront-ils vainement sollicité l’érection de ce tribunal si nécessaire à la félicité universelle ?
Le premier vœu que je forme ce matin 1er janvier 1790, en ouvrant les yeux, est que les rois se réunissent pour faire ce présent à la terre.

                                                Comte de Sanois
Près Chartres, ce prem. janvier 1790.
© Copyright Wikipedia authors - The articles gathered in this document are under the GFDL licence.
http://www.gnu.org/copyleft/fdl.html