Les Nourritures terrestres

Citations « Les Nourritures terrestres » sur Wikiquote, le recueil de citations libre
Aller à : navigation, rechercher

Les Nourritures terrestres, parfois appelé plus simplement Les Nourritures, sont une œuvre littéraire d'André Gide (1897), sur le désir et l'éveil des sens.


Citations[modifier]

Avant-propos[modifier]

Que mon livre t'enseigne à t'intéresser plus à toi qu'à lui-même, - puis à tout le reste plus qu'à toi.

  • Les Nourritures terrestres, André Gide, éd. Gallimard, p. 15 (voir la fiche de référence de l'œuvre)


Livre premier[modifier]

   Tandis que d'autres publient ou travaillent, j'ai passé trois années de voyage à oublier au contraire tout ce que j'avais appris par la tête. Cette désinstruction fut lente et difficile ; elle me fut plus utile que toutes les instructions imposées par les hommes, et vraiment le commencement d'une éducation.
   Tu ne sauras jamais les efforts qu'il nous a fallu faire pour nous intéresser à la vie ; mais maintenant qu'elle nous intéresse, ce sera comme toute chose — passionnément.

  • Les Nourritures terrestres, André Gide, éd. Gallimard, p. 20 (voir la fiche de référence de l'œuvre)


   Que l'importance soit dans ton regard, non dans la chose regardée.

  • Les Nourritures terrestres, André Gide, éd. Gallimard, p. 21 (voir la fiche de référence de l'œuvre)


Car, je te le dis en vérité, Nathanaël, chaque désir m'a plus enrichi que la possession toujours fausse de l'objet même de mon désir.

  • Les Nourritures terrestres, André Gide, éd. Gallimard, p. 21 (voir la fiche de référence de l'œuvre)


J'ai peur que tout désir, toute énergie que je n'aurais pas satisfaits durant ma vie, pour leur survie ne me tourmentent. J'espère, après avoir exprimé sur cette terre tout ce qui attendait en moi, satisfait, mourir complètement désespéré.

  • Les Nourritures terrestres, André Gide, éd. Gallimard, p. 22 (voir la fiche de référence de l'œuvre)


   La mélancolie n'est que de la ferveur retombée.

  • Les Nourritures terrestres, André Gide, éd. Gallimard, p. 23 (voir la fiche de référence de l'œuvre)
  • Citation choisie citation du jour pour le 11 avril 2011.


   Et si notre âme a valu quelque chose, c'est qu'elle a brûlé plus ardemment que quelques autres.
   Je vous ai vus, grands champs baignés de la blancheur de l'aube ; lacs bleus, je me suis baigné dans vos flots - et que chaque caresse de l'air riant m'a fait sourire, voilà ce que je ne me lasserai pas de te redire, Nathanaël. Je t'enseignerai la ferveur.

  • Les Nourritures terrestres, André Gide, éd. Gallimard, p. 23 (voir la fiche de référence de l'œuvre)


Il y a d'étranges possibilités dans chaque homme. Le présent serait plein de tous les avenirs, si le passé n'y projetait déjà une histoire.

  • Les Nourritures terrestres, André Gide, éd. Gallimard, p. 24 (voir la fiche de référence de l'œuvre)


   Il faut, Nathanaël, que tu brûles en toi tous les livres.

  • Les Nourritures terrestres, André Gide, éd. Gallimard, p. 31 (voir la fiche de référence de l'œuvre)


   [À propos des livres : ]
   
   Il y en a que l'on chérit comme des frères
   Plus purs et qui ont vécu mieux que nous.

  • Les Nourritures terrestres, André Gide, éd. Gallimard, p. 32 (voir la fiche de référence de l'œuvre)


   Il ne me suffit pas de lire que les sables des plages sont doux ; je veux que mes pieds nus le sentent... Toute connaissance que n'a pas précédée une sensation m'est inutile.

  • Les Nourritures terrestres, André Gide, éd. Gallimard, p. 33 (voir la fiche de référence de l'œuvre)


   Je n'ai jamais rien vu de doucement beau dans ce monde, sans désirer aussitôt que toute ma tendresse le touche.

  • Les Nourritures terrestres, André Gide, éd. Gallimard, p. 33 (voir la fiche de référence de l'œuvre)


Livre deuxième[modifier]

Nathanaël, que toute émotion sache te devenir une ivresse. Si ce que tu manges ne te grise pas, c'est que tu n'avais pas assez faim.

  • Les Nourritures terrestres, André Gide, éd. Gallimard, p. 38 (voir la fiche de référence de l'œuvre)


Le rêve de demain est une joie, mais la joie de demain en est une autre, et rien heureusement ne ressemble au rêve qu'on s'en était fait ; car c'est différemment que vaut chaque chose.

  • Les Nourritures terrestres, André Gide, éd. Gallimard, p. 40 (voir la fiche de référence de l'œuvre)


Où tu ne peux pas dire : tant mieux, dis : tant pis. Il y a là de grandes promesses de bonheur.

  • Les Nourritures terrestres, André Gide, éd. Gallimard, p. 40 (voir la fiche de référence de l'œuvre)


Toute chose vient en son temps, Nathanaël ; chacune naît de son besoin, et n'est pour ainsi dire qu'un besoin extériorisé.

  • Les Nourritures terrestres, André Gide, éd. Gallimard, p. 43 (voir la fiche de référence de l'œuvre)


Nathanaël, je te parlerai des instants. As-tu compris de quelle force est leur présence ? Une pas assez constante pensée de la mort n'a donné pas assez de prix au plus petit instant de ta vie. Et ne comprends-tu pas que chaque instant ne prendrait pas cet éclat admirable, sinon détaché pour ainsi dire sur le fond très obscur de la mort ?

  • Les Nourritures terrestres, André Gide, éd. Gallimard, p. 45 (voir la fiche de référence de l'œuvre)


Il y a un grand plaisir, Nathanaël, à déjà tout simplement affirmer :
   Le fruit du palmier s'appelle datte, et c'est un mets délicieux.

  • Les Nourritures terrestres, André Gide, éd. Gallimard, p. 46 (voir la fiche de référence de l'œuvre)


Je sais des jours où me répéter que deux et deux faisaient encore quatre suffisait à m'emplir d'une certaine béatitude - et la seule vue de mon poing sur la table...
   et d'autres jours où cela m'était complètement égal.

  • Les Nourritures terrestres, André Gide, éd. Gallimard, p. 47 (voir la fiche de référence de l'œuvre)


Livre troisième[modifier]

[...]   sortiras-tu dans le jardin désert ?   descendras-tu vers la plage, t'y laver ?   iras-tu cueillir des oranges, qui semblent grises sous la lune ?   d'un caresse, consoleras-tu le chien ?   (Tant de fois j'ai senti la nature réclamer de moi un geste, et je n'ai pas su lequel lui donner.)

  • Les Nourritures terrestres, André Gide, éd. Gallimard, p. 54 (voir la fiche de référence de l'œuvre)


Livre quatrième[modifier]

[...] chaque nouveauté doit nous trouver toujours tout entiers disponibles.

  • Les Nourritures terrestres, André Gide, éd. Gallimard, p. 67 (voir la fiche de référence de l'œuvre)


Livre cinquième[modifier]

   Départs horribles dans la demi-clarté d'avant l'aube. Grelottement de l'âme et de la chair. Vertige. On cherche ce qu'on pourrait bien emporter encore. — Qu'aimes-tu tant dans les départs, Ménalque ? Il répondit : — L'avant-goût de la mort.
   Non certes ce n'est pas tant voir autre chose que me séparer de tout ce qui ne m'est pas indispensable. Ah ! de combien de choses, Nathanaël on aurait encore pu se passer ! Âmes jamais suffisamment dénuées pour être enfin suffisamment emplies d'amour — d'amour, d'attente et d'espérance, qui sont nos seules vraies possessions.

  • Les Nourritures terrestres, André Gide, éd. Gallimard, p. 99 (voir la fiche de référence de l'œuvre)


Livre sixième[modifier]

   Nathanaël, il y a d'admirables préparatifs au sommeil ; il y a d'admirables réveils ; mais il n'y a pas d'admirables sommeils, et je n'aime le rêve que tant que je le crois réalité. Car le plus beau sommeil ne vaut pas
   le moment où l'on se réveille.

  • Les Nourritures terrestres, André Gide, éd. Gallimard, p. 124 (voir la fiche de référence de l'œuvre)


Livre huitième[modifier]

Ce que l'on appelle : se recueillir, m'est une contrainte impossible ; je ne comprends plus le mot : solitude ; être seul en moi, c'est n'être plus personne ; je suis peuplé. — D'ailleurs je ne suis chez moi que partout ; et toujours le désir m'en chasse. Le plus beau souvenir ne m'apparaît que comme une épave du bonheur. La moindre goutte d'eau, fût-ce une larme, dès qu'elle mouille ma main, me devient une plus précieuse réalité.

  • Les Nourritures terrestres, André Gide, éd. Gallimard, p. 155 (voir la fiche de référence de l'œuvre)


Envoi[modifier]

Nathanaël, à présent, jette mon livre. Emancipe-t'en. Quitte-moi ; maintenant tu m'importunes ; tu me retiens ; l'amour que je me suis surfait pour toi m'occupe trop. Je suis las de feindre d'éduquer quelqu'un. Quand ai-je dit que je te voulais pareil à moi ? — C'est parce que tu diffères de moi que je t'aime ; je n'aime en toi que ce qui diffère de moi. Éduquer ! — Qui donc éduquerais-je, que moi-même ? Nathanaël, te le dirai-je ? je me suis interminablement éduqué. Je continue. Je ne m'estime jamais que dans ce que je pourrais faire.

  • Les Nourritures terrestres, André Gide, éd. Gallimard, p. 169 (voir la fiche de référence de l'œuvre)


Il existe une fiche de références pour cette œuvre :
Les Nourritures terrestres.

Autres projets: