Zoo de Pont-Scorff

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Zoo de Pont-Scorff


Entrée du parc

Date d'ouverture 1973
Situation Pont-Scorff, Morbihan, France
Superficie 14 hectares
Latitude
Longitude
47° 48′ 37″ nord, 3° 24′ 25″ ouest
Nombre d'animaux 600
Nombre d'espèces 120
À voir rhinocéros noirs, panthères nébuleuses, panthères des neiges
Site web http://www.zoo-pont-scorff.com

Géolocalisation sur la carte : France

Zoo de Pont-Scorff

Géolocalisation sur la carte : Morbihan

Zoo de Pont-Scorff

Le Zoo de Pont-Scorff est un parc zoologique français, situé à Pont-Scorff dans le Pays de Lorient, en Bretagne. Fondé par Pierre et Maguy Thomas en 1973, il est aujourd'hui la propriété de Sauveur Ferrara.

Il présente une importante collection zoologique constituée de grands mammifères (éléphants d'Asie, hippopotame, girafes...), de nombreux félins (lions, panthères, différentes espèces de chats, etc.), d'herbivores divers (zèbres, watusis...), de primates, d'oiseaux, etc. Des spectacles d'otaries et d'oiseaux offrent un attrait pédagogique au lieu. C'est l'un des trois parcs zoologiques français présentant le rhinocéros noir, une espèce en danger critique d'extinction.

Il est membre de l'Association mondiale des zoos et aquariums (WAZA).

En 2017, il a accueilli 156 000 visiteurs[1].

Historique[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (septembre 2016)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.
Une allée du zoo

Dès 1964, Pierre Thomas avait réalisé son rêve : travailler au cirque et monter son propre numéro de dressage. Des lions, des ours et des chèvres dans la même cage. Ce précurseur des nouvelles techniques de dressage, dites « positives », était avant tout un amoureux de la Nature et c’est pourquoi son second rêve fut de créer un lieu où elle serait protégée et expliquée aux visiteurs de ce parc. Maguy et Pierre Thomas s'installent en 1973 à Pont-Scorff, sur les bords du Scave, affluent du Scorff et ils créent « leur » zoo[2].

De 1973 jusqu'au début des années 1980, le Zoo de Pont-Scorff est un modeste établissement, Pierre Thomas parcourt le Pays de Lorient, d’école en école avec son camion et quelques animaux, il marquera toute une génération de sa passion et sa connaissance de la Nature. À partir de 1985, la situation financière du zoo permet d’envisager de nouvelles installations pour accueillir encore plus d’animaux ; deux tendances générales se dégagent à cette époque : une prédominance certaine pour les carnivores et des spectacles à la fois attractifs et pédagogiques.

Mais dans la nuit du 15 au 16 octobre 1987, un terrible ouragan s'abat sur la Bretagne. Les trois quarts des installations du parc sont détruites ; six animaux se retrouvent dans la nature et l'un d'entre eux (une panthère des neiges) ne sera récupéré que deux semaines plus tard, apeuré et tapis au fond d’un jardin ! L'avenir du zoo est gravement compromis mais un magnifique élan de solidarité se développe. Les habitants de la région lorientaise ne veulent pas que « leur » zoo disparaisse. En quelques mois, l'essentiel des dégâts sera réparé. 1988 est l'année du renouveau ; le nombre des visiteurs augmente de près de 60 % et le moral est au beau fixe.

En 1990, emporté par son succès, le Zoo de Pont-Scorff double sa superficie. L'entreprise familiale se transforme en SARL et prend un nouvel essor : zèbres, autruches, girafes, rhinocéros, otaries viennent compléter une collection déjà importante.

Le Zoo de Pont-Scorff se développe alors d'année en année. De nombreuses installations sont en cours d'aménagement ou en rénovation et cet espace zoologique s'implique de plus en plus dans les programmes européens d'élevage (EEP).

Depuis le début des années 2000, le Zoo de Pont-Scorff n’a de cesse de s’impliquer dans la Conservation : conservation ex situ en participant activement à de nombreux EEP, mais aussi conservation in situ en finançant des actions de terrain au Niger ou au Botswana. Parallèlement le Zoo renforce ses actions au quotidien pour un développement soutenable (tri sélectif des déchets, accueil du 1er CAT intégré à un Zoo en Europe, atelier espaces verts comme support de réinsertion professionnelle, achats raisonnés auprès de fournisseurs locaux, organisation du premier stage de formation sur le développement durable pour les zoos français…).

Le zoo est représenté à plusieurs reprises dans la série BD humoristique Zoo Dingo, dessinée par Beno.

Cette section contient une ou plusieurs listes et gagnerait à être introduite par une partie rédigée et sourcée, de façon à bien resituer les différents items  (septembre 2016).
agrandissement pour les singes
  • 1973 : Création du zoo par Pierre Thomas
  • 1987 : Les trois-quarts du zoo sont détruits par un terrible ouragan
  • 1990 : Nouveau départ, superficie doublée
  • 1996 : Spectacle des otaries
  • 1997 : Spectacle des perroquets
  • 1998 : Arrivée des éléphants
  • 2000 : Création spectacle des oiseaux marins
  • 2002 : Création spectacle des mal-aimés
  • 2005 : Création spectacle de perroquets en vol libre
  • 2008 : Nouvel enclos pour les éléphants
  • 2010 : La direction du parc est reprise par Olivier et Véronique Thomas, les enfants de Pierre et Maguy
  • 2011 : Arrivée d'un couple de lions blancs de Kruger et naissance de 4 lionceaux blancs.
  • 2012 : Naissance du premier éléphanteau breton (décédée le 24 juin 2013 à la suite d'un herpès)
  • 2013 : Construction de la volière des aigles pygargues à queue blanche, naissance de 3 lionceaux blancs et d'une otarie de Patagonie.

En 2017 le zoo est racheté par Sauveur Ferrara[3].

Installations et faune hébergée[modifier | modifier le code]

Carnivores[modifier | modifier le code]

Herbivores[modifier | modifier le code]

Singes[modifier | modifier le code]

Reptiles[modifier | modifier le code]

Spectacles[modifier | modifier le code]

Le Zoo de Pont-Scorff cultive depuis sa création sa spécificité de zoo à spectacles. En effet dès l’ouverture en 1973, Pierre Thomas proposait un numéro de fauves qui agrémentait une visite courte mais déjà prometteuse en termes de collection. Depuis, cette particularité du zoo s'est développée : au fil des ans, le nombre de spectacles a augmenté et les spectacles eux-mêmes ont évolué. Ainsi aujourd’hui ce sont trois spectacles qui sont proposés :

Otaries[modifier | modifier le code]

Autour d'un magnifique bassin, les soigneurs proposent une séance de ballet aquatique suivie d'une partie pédagogique sur la biologie de l'animal, ainsi que la présentation du groupe d'otaries du parc.

Oiseaux marins[modifier | modifier le code]

Ce spectacle, créé en 2000, présente plusieurs espèces d'oiseaux en vol libre (pélicans, cormorans, kookaburras, hérons garde-bœufs, manchots du Cap...) agrémenté des commentaires de leur soigneurs.

Perroquets en vol libre[modifier | modifier le code]

Créée en 2005, cette présentation offre au public un magnifique ballet aérien avec différents perroquets (Ara Macao, Cacatoès...) accompagné d'une partie ludique et pédagogique.

Conservation des espèces[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (septembre 2016)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Le Zoo de Pont-Scorff s’implique dans la conservation, aussi bien ex situ (à travers la collection animale du parc) qu’in situ (sur le terrain, par une aide financière, matérielle...).

Conservation ex situ[modifier | modifier le code]

Le zoo présente 20 espèces participant dans à un programme d'élevage européen : Ours à lunettes, Chat de Geoffroy... Le parc est membre de l'Association européenne des zoos et des aquariums. Le 1er juin 2012 est né au zoo un éléphanteau d'Asie, nommé Arwen[4]. Cette jeune femelle d'1 an est décédée le 24 juin 2013, à la suite d'une infection par l'herpèsvirus endothéliotrope de l'éléphant (EEHV).

Conservation in situ[modifier | modifier le code]

Depuis 2000, le Zoo finance un projet d’éducation des villageois du sud du delta de l’Okavango au Botswana, et participe ainsi à l’amélioration des relations Homme – Éléphant (Living With Elephants Foundation).

Économie et fréquentation[modifier | modifier le code]

En 2014, il a accueilli 218 000 visiteurs[5].

Le zoo organise chaque année l'événement "La nuit des animaux" et donne l'occasion aux visiteurs de découvrir le zoo en nocturne.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Chiffres Clés Bretagne pour 2017 », calameo.com,‎ (lire en ligne)
  2. « Parc zoologique. Le zoo de Pont-Scorff en grandes difficultés », Ouest-France.fr,‎ (lire en ligne)
  3. « Zoo de Pont-Scorff. Un médecin prend les rênes de l'entreprise », Ouest-France.fr,‎ (lire en ligne)
  4. Ouest-France, Un éléphanteau d'Asie au zoo de Pont-Scorff, 15 juin 2012
  5. « Tourisme. Le pays de Lorient tire son épingle du jeu », sur letelegramme.fr,

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • Portail de la zoologie
  • Portail de Lorient et de sa région