WASP-107 b

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

WASP-107 b

Vue d'artiste de l'exoplanète WASP-107 b
devant son étoile.
Étoile
Nom WASP-107
Constellation Vierge
Ascension droite 12h 33m 32,848s
Déclinaison −10° 08′ 46,14″
Distance 200 al
Type spectral K6V

Localisation dans la constellation : Vierge

Planète
Type Super-Neptune chaud
Caractéristiques orbitales
Demi-grand axe (a) 0,055  UA
Excentricité (e) 0
Période (P) 5,72149  j
Caractéristiques physiques
Masse (m) 0,12 MJ ?
Rayon (R) 0,94  RJ
Température (T) ~800  K
Découverte
Découvreurs Tom Evans, Jessica Spake
Programme SuperWASP
Méthode Télescope Hubble par transit.
Date 2017
Statut Confirmée

WASP-107 b est une planète extrasolaire découverte en 2017 autour de l'étoile de type spectral K6V de 0,69 masse solaire nommée WASP-107, située à 200 années-lumière dans la constellation de la Vierge.

Cette planète a une masse estimée à 38 masses terrestres (soit 0,12 masse jovienne), elle est de type super-Neptune chaud, et sa taille avoisine celle de Jupiter (0,94 rayon jovien)[1]. Elle orbite autour de son étoile à 0,055 UA (soit un peu plus de 8 millions de km) en environ 5 jours et 17 heures terrestres. La température estimée de son atmosphère est d'environ 500 °C.

Elle est la première exoplanète dans l'atmosphère de laquelle de l'hélium est détecté. À l'occasion de cette découverte, l'atmosphère de la planète devient également la première atmosphère étendue d'exoplanète détectée en infrarouge.

Atmosphère[modifier | modifier le code]

L'atmosphère de WASP-107 b s'étend sans doute sur des dizaines de milliers de kilomètres, comme la chevelure d'une comète. L'exoplanète qui n'est pas assez massive a du mal à retenir cette atmosphère et devrait lentement la perdre.

Vapeur d'eau[modifier | modifier le code]

Hélium[modifier | modifier le code]

WASP-107 b est la première exoplanète dans l'atmosphère de laquelle de l'hélium est détecté[2],[3],[4]. L'observation de WASP-107 b dans la raie de l'hélium à 1 083,3 nm a également montré pour la première fois la présence d'une atmosphère étendue d'exoplanète dans l'infrarouge. Ce résultat démontre une nouvelle méthode pour étudier les atmosphères étendues, méthode qui est complémentaire aux observations dans l'ultraviolet dans la raie de l'hydrogène neutre[5].

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Open Exoplanet Catalogue - WASP-107 b », sur www.openexoplanetcatalogue.com (consulté le 3 mai 2018)
  2. Alexandra Witze, « Astronomers spot helium on exoplanet for first time », Nature,‎ (DOI 10.1038/d41586-018-05052-w, lire en ligne)
  3. J. J. Spake, D. K. Sing, T. M. Evans, A. Oklopčić, V. Bourrier, L. Kreidberg, B. V. Rackham, J. Irwin, D. Ehrenreich, A. Wyttenbach, H. R. Wakeford, Y. Zhou, K. L. Chubb, N. Nikolov, J. M. Goyal, G. W. Henry, M. H. Williamson, S. Blumenthal, D. R. Anderson, C. Hellier, D. Charbonneau, S. Udry et N. Madhusudhan, « Helium in the eroding atmosphere of an exoplanet », Nature, vol. 557, no 7703,‎ , p. 68–70 (DOI 10.1038/s41586-018-0067-5, lire en ligne)
  4. « University of Exeter », sur www.exeter.ac.uk
  5. « First detection of Helium in an exoatmosphere - NCCR PlanetS »,

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • Portail des exoplanètes