Volvo 940

Un article de Wikipedia, l'encyclopedie libre.
Sauter a la navigation Sauter a la recherche

Volvo 940

Volvo 940 Break

Marque Volvo
Années de production 1990 - 1998
Production 478 381 exemplaire(s)
Classe Routière
Usine(s) d’assemblage Kalmar, Suède
Torslanda, Suède
Gand, Belgique
Halifax, Canada
Samut Prakan, Thaïlande
Moteur et transmission
Énergie Essence
Diesel
Moteur(s) Essence
4 cylindres 2,0 L
(4 cylindres 2,0 L 16s)
4 cylindres 2,0 L Turbo
4 cylindres 2,3 L
(4 cylindres 2,3 L 16s)
4 cylindres 2,3 L Turbo
Diesel
6 cylindres Turbo 2,4 L
Position du moteur Longitudinale avant
Cylindrée de 1 986 à 2 383 cm3
Puissance maximale de 82 à 171 ch
Transmission Propulsion
Boîte de vitesses Manuelle 5 rapports
Automatique 4 rapports
Poids et performances
Poids à vide de 1 370 à 1 600 kg
Châssis - Carrosserie
Carrosserie(s) Berline
Break
Dimensions
Longueur 4 869 mm
Largeur 1 760 mm
Hauteur de 1 410 à 1 435 mm
Empattement 2 771 mm
Chronologie des modèles

La Volvo 940 est une automobile du constructeur automobile suédois Volvo dans la catégorie des routières. Il s'agit de la dernière Volvo propulsion produite (avec ses dérivés 960, S90 et V90). La 940 est une grosse évolution de la 740. À la façon du tandem 740/760, il existe une 960 plus luxueuse.

Historique[modifier | modifier le code]

C'est à l'automne 1990 qu'est lancée la nouvelle série 900 qui prend la succession de la 740/760 dans la gamme Volvo. Cette dernière reste au catalogue uniquement en finition de base 740 GL jusqu'en 1992. Dès le lancement, les deux carrosseries berline et break de la 940 sont disponibles[1]. Le volume de chargement des break 940/960 atteint 2 200 litres, une valeur rarement atteinte pour les grands break.

Même si la La 960 ressemble à s'y méprendre à la 940, on retrouve les différences caractérisant les 740/760, notamment sur le capot, le pare-brise, la console de bord, la colonne de direction, et surtout le pont arrière de la 960 berline. En effet, cette dernière dispose d'un essieu arrière multibras ("multilink") équipé d'amortisseurs à correcteur d'assiette automatique ("Nivomat"), hérité de la 760 phase II (1988-1990), alors que la 940 et le break 960 sont équipés d'un simple pont rigide, avec possibilité d'amortisseurs Nivomat, notamment sur les break. Certains modèles sont par ailleurs dotés d'un blocage automatique de différentiel, ou alors d'un différentiel à glissement limité monté en concession, faisant office d'antipatinage. Enfin, outre les différences déjà citées, les 960 se distinguent des 940 par leurs tous nouveaux moteurs 6 cylindres en ligne en aluminium (2.9L, et plus tard 2.5L) et la révolutionnaire boîte automatique Aisin-Warner AW30-40/43 à gestion électronique, non disponibles sur la gamme 940.

1990-1994[modifier | modifier le code]

Les motorisations essence proposées pour les 940, furent exclusivement basées sur le 4 cylindres fonte "Red Block", avec culasse en aluminium et arbre à came en tête, réputé pour sa solidité légendaire : un 2,0 litres 8 soupapes (B200) et un 2.3 litres 8 soupapes (B230), les deux en version atmosphérique ou turbo. Les puissances sont variables en fonction de la présence ou non d'un catalyseur. Toutefois, les moteurs les plus courant pour les marchés européens et américains sont catalysés, caractéristique indiquée par la lettre F : B200F/112ch, B230FB/131ch pour les versions atmosphériques, (avec une version B230FD/116ch répondant aux exigences de la Californie sur les émissions, pour les marchés américains et certains pays d'Europe), et pour les versions turbo le B200FT/155ch et le B230FT/165ch, ce dernier étant le plus puissant de la gamme 940. Quelques très rares modèles atmosphériques 16 soupapes B204E/139ch et B234F/155ch ont été produits. En revanche, le fougueux B204FT/190ch (2.0L turbo 16s) proposé assez confidentiellement sur la 740, la 780 puis la 960 n'a jamais équipé la 940. La gamme se complète par un moteur diesel 6 cylindres d'origine Volkswagen, le D24/82ch, doté dès 1991 d'un turbo (D24T/112ch), puis d'un échangeur "InterCooler" (D24TIC/122ch).

Tous les moteurs sont couplés soit à une boîte manuelle 5 vitesses (4+overdrive M46 ou 5 vitesse M47), soit en option, à une transmission automatique à 4 rapports Aisin-Warner (3+overdrive, AW70/71/72) ou ZF (4 rapports intégrés, 4HP22, totalement hydraulique). En pratique la ZF est montée sur les diesels, et pour le marché européen, sur les B230 atmosphériques (FB, E) jusqu'en 1994.

La 940 est la première voiture à être équipée de série d'une ceinture de sécurité autobloquante à 3 points, des appuis-tête réglable avec fonction anti- coup du lapin et d'un siège enfant intégré dans la place centrale de la banquette arrière (en option). Dès 1991, la 940 reçoit les prix Autocar & Motor et Prince Michael Road Safety Award pour ses nombreux équipements de sécurité[1].

Sur le marché américain, la face avant de la 940, reprise du dernier design de la 740, sera au début dotée de petits phares, contrairement aux versions européennes (grands phares rectangulaires). Après la brève commercialisation d'une version "940 GLE" 2.3 16s (B234F), la motorisation y sera limitée au B230FD/116ch ("GL" ou "base") et au B230FT/165ch ("Turbo"), couplés obligatoirement à une transmission automatique Aisin-Warner. Une 960 turbo 2.3 (B230FT) sera également commercialisée quelque temps sous la dénomination "940 SE". La commercialisation de la 940 cessera en 1995, au profit de la nouvelle 960 (cf. ci-dessous) et de la 850.

1994-1998[modifier | modifier le code]

C'est en été 1994 que les 940 et 960 commencent à différer stylistiquement. La 960 est redessinée pour adopter un visage plus proche de la 850. Ses suspensions avant et arrière font l'objet de modifications importantes. Notamment, le pont arrière à roues indépendantes "multilink" est simplifié et doté d'un ressort plat transversal. Il équipe dorénavant tant les berlines que les breaks 960. Les moyeux de roues deviennent aussi spécifiques pour la 960, de sorte que les jantes des 960 et des 940 ne sont plus interchangeables. Le diesel Volkswagen et les 4 cylindres essence disparaissent du catalogue de la 960, qui ne conserve que les moteurs essence 6 cylindres en ligne.

La 940, quant à elle, n'évolue pas stylistiquement, mais une nouvelle boîte manuelle à 5 rapport intégrés "M90" apparaît, qui remplacera peu à peu les boîtes M46 et M47. Quatre finitions sont alors disponibles pour le marché français : Côté Sud, GLE, GLT et Gentleman (uniquement en break)[2]. Enfin, certains équipements de luxe en série sur la 960 deviennent de plus en plus disponibles en option ou selon les finitions sur la 940 (climatisation automatique, siège conducteur réglable électriquement à deux mémoires, essuie-phares, etc.) ou font leur apparition (réglage de la hauteur des phares depuis l'habitacle). Les diesels sans intercooler (D24, D24T) disparaissent au profit du seul D24TIC/122ch.

Pour 1995 apparaît une motorisation "turbo basse pression" ("LPT") directement dérivé du B230FT, le B230FK, de puissance 135ch proche de celle du B230FB atmosphérique, mais avec un couple sensiblement supérieur dès les bas régimes lui donnant souplesse et agrément de conduite. En 1996, les versions atmosphériques disparaissent alors du catalogue. Le B230FK/135ch, et le B230FT/165 ch (turbo haute pression ou "HPT", déjà au catalogue) seront quasiment les seuls moteurs essence de la 940 jusqu'en 1998... quasiment, car le B200FT/155ch restera proposé pour des marchés taxant fortement les cylindrées supérieures à 2 litres, comme l'Italie, la Belgique ou le Portugal. Pour la boîte manuelle, seule la boîte M90 subsiste. Les finitions en France évoluent en GLE, Gentleman et SE.

En 1997, le moteur diesel disparaît du catalogue. Jusqu'à la fin de sa production en 1998, la 940 sera donc disponible uniquement en motorisation essence turbo avec boîte manuelle M90 ou automatique AW71. La gamme de finitions du marché français se réduit à GLE et GLE Clim[3], puis une finition unique Edition Grand Luxe[4] pour la dernière année.

Un total de 246 704 berlines[1] et 231 677 breaks[5] 940 furent produits durant les huit années de commercialisation de la 940. On peut y ajouter les 154 329 960 et les 35 336 S90/V90. Au total, la série 900 a été produite à 668 046 exemplaires. C'est la berline S80 qui prend la succession des berlines 940/S90. Le break est remplacé par le premier SUV de l'histoire de Volvo, le XC90.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c « 49 940 SEDAN | Volvo Cars », sur www.volvocars.com (consulté le 12 juillet 2015)
  2. « Fiche Technique Volvo 940 1995 - L'argus », sur www.largus.fr (consulté le 12 juillet 2015)
  3. « Fiche Technique Volvo 940 1997 - L'argus », sur www.largus.fr (consulté le 12 juillet 2015)
  4. « Fiche Technique Volvo 940 1998 - L'argus », sur www.largus.fr (consulté le 12 juillet 2015)
  5. « 50 940 ESTATE | Volvo Cars », sur www.volvocars.com (consulté le 12 juillet 2015)
  • Portail de l’automobile