Voiture à moteur d'avion

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Napier-Railton, construite en 1933 et alimentée par un moteur d'avion Napier Lion au Brooklands Museum en 2008
Bugatti Royale Type 41 Coupé Napoléon / Coupé du Patron de 1926, à moteur d'avion Bugatti de 300 chevaux, pour plus de 200 km/h (collection Schlumpf, de la Cité de l'automobile de Mulhouse)

Une voiture à moteur d'avion est une automobile propulsée par un moteur conçu pour une utilisation dans un avion. La plupart de ces voitures furent construites pour la course, et beaucoup ont tenté de définir des records de vitesse terrestre mondiaux.

Alors que la pratique de montage de moteurs d'avion dans des voitures est antérieure à la première Guerre Mondiale de quelques années, elle était la plus populaire dans l'entre-deux-guerres lorsque les surplus militaires de moteurs d'avions étaient facilement disponibles et utilisés pour l'alimentation de nombreuses voitures de course de haute performance. Initialement alimentées par des moteurs d'avion à pistons, un certain nombre de voitures après la seconde Guerre Mondiale furent propulsées par des turbines et des moteurs à réaction. Les voitures à moteurs à pistons, turbines et réacteurs ont toutes établi des records du monde de vitesse. Il y a eu aussi quelques applications automobiles de moteurs d'aéronefs, y compris dans des véhicules de production tels que la Tucker 48 et certains prototypes comme la Chrysler Turbine, la Fiat Turbina, et les Firebird de General Motors. À la fin du 20e siècle et à l'aube du 21e siècle, il y a également un regain d'intérêt pour les voitures de course à moteurs à pistons d'avion.

Arrière-plan[modifier | modifier le code]

Au début du 20e siècle, les moteurs automobiles étaient assez limités en termes de nombre de tours par minute (tr/min), avec 3.000 tr/min constituant une limite supérieure. Cela signifiait que la façon la plus simple d'augmenter la puissance de sortie d'un moteur était d'augmenter sa cylindrée. Dans les années 1900 à 1910, la construction de moteurs nécessita de très grandes cylindrées afin d'atteindre les 100 chevaux impériaux (74,569987158227 kW). En outre, même s'il est difficile d'adapter ce type de gros moteur dans une voiture, c'était très possible, et le fait que la plupart des moteurs d'avions de l'époque étaient refroidis par liquide les rendait très adaptables pour l'automobile[1].

Course[modifier | modifier le code]

Avant La Première Guerre Mondiale[modifier | modifier le code]

Un certain nombre des premiers constructeurs Européens d'automobiles expérimentèrent l'utilisation de moteurs d'avions, comme Hispano-Suiza, Renault et Rolls-Royce, même si c'est Fiat qui a fait la première vraie voiture à moteur d'avion, la Tipo S76 en 1910, surnommée "La Bête de Turin". Le véhicule se composait d'un châssis de production Fiat de 1907-08 couplé à un quatre cylindres Tipo S76DA de dirigeable d'une cylindrée de 28,4 litres développant 300 cv (220kW) à 1.500 tr/min[2]. Daryl Murphy spécule que la voiture fut construite pour battre le record du monde de vitesse sur terre, qui à l'époque s'élevait à 125,95 miles/heure, soit 202,7 km/h après que la Blitzen Benz l'ait établi sur le circuit anglais de Brooklands en 1909. Alors que la Tipo S76 faisait des tentatives à Brooklands, elle n'y dépassa jamais 140 km/h. Elle retourna ensuite en Europe continentale et, participa à diverses tentatives qui ne purent être homologuées, et disparut finalement au cours de la première Guerre Mondiale.

Sunbeam fabrique également des moteurs d'avions avant la première Guerre Mondiale, et suite à la suggestion du chef designer Louis Coatalen , il a décidé d'installer l'un de ses moteurs V12 de neuf litres (qui allait plus tard devenir le Sunbeam Mohawk) dans un châssis de voiture de 1913. Surnommé "Toodles", la voiture atteint 184,25 km/h à Brooklands avant d'être expédiée aux États-unis, où elle fut pilotée par Ralph DePalma. DePalma vendit Toodles à Packard Motor car Company, qui utilisa le moteur de la voiture comme source d'inspiration pour son Twin-Six de sept litres de cylindrée, qui devint le premier moteur 12 cylindres de production en 1916, ainsi qu'un moteur d'avion V12 de 250 cv (186 kW) de 14,8 litres, en 1917.

Sunbeam a également développé une seconde voiture à moteur d'avion avant la première Guerre Mondiale, qui commença sa vie comme voiture de course aux 500 miles d'Indianapolis avant que Warwick Wright ne l'équipe d'un moteur V8 de dirigeable Sunbeam Sirdar. La voiture développait 200 chevaux aux freins (150 kW) à 2200 tr/min, ce qui lui permit d'atteindre une vitesse de pointe d'environ 160 km/h. En 1923, cette Sunbeam fut mise en vente à £1,000.

Durant l'entre-deux-guerres[modifier | modifier le code]

Les années 1920[modifier | modifier le code]

Dans les années 1920, après la fin de la première Guerre Mondiale, l'intérêt et le développement de voitures à moteur d'avion a atteint un nouveau niveau[3]. Coatalen construit une autre voiture de course, la Sunbeam 350HP, qui utilisait un moteur Sunbeam Manitou conçu pour les hydravions du Royal Naval Air Service. Avec une cylindrée de 18,32 L et la capacité de générer 355 cv (265 kW) à 2.100 tr/min, la 350HP atteint une vitesse de pointe de 216 km/h en 1922.

En 1923, Ernest Eldridge commence la construction de la Mefistofele, un châssis Fiat SB4 et un moteur d'avion Fiat A. 12 bis de 21,7 Litres qui produit 320 cv (240 kW) à 1.800 tr/min. Le 12 juillet 1924, Eldridge conduit la voiture et établit un record du monde de vitesse à 234,98 km/h sur les routes publiques à Arpajon, en France, la dernière tentative de record de vitesse terrestre sur la voie publique. Le nom de la voiture lui a été conféré par la presse en raison de l'énorme quantité de bruit et de fumée générée par son moteur[4],[5].

Le coureur Argentin Adolfo Scandroglio construit sa Fiat Botafogo Spécial à l'image de la Mefistofele, à l'aide d'un châssis Fiat 1917 et le même moteur Fiat A. 12 de 21,7 Litres choisi par Eldridge. La voiture, nommée d'après un célèbre cheval de course, était capable de produire 320 cv (239 kW) à 1.800 tr/min. En 1949, Scandroglio se tue en pilotant la Botafogo Spécial, et la voiture était présumée avoir été perdue avant que son moteur ne soit redécouvert dans les années 1990. Après sa redécouverte, la compagnie Argentine Pur Sang, connue pour créer des répliques exactes des Alfa Romeo 8C 2300 et Bugatti Type 35, reconstruit la Botafogo Spécial. En 2011, la nouvelle voiture est achetée à Pur Sang par Jay Leno[6].

En 1923, la Sunbeam 350HP a été achetée par Malcolm Campbell, qui a apporté des modifications à la carrosserie et au moteur pour augmenter sa vitesse. Il a également renommé la voiture l'Oiseau Bleu, et le 25 septembre 1924 il établit le record du monde officiel de vitesse sur terre, à 235,22 km/h à Pendine Sands au pays de Galles[7]. L'année suivante, le 21 juillet 1925, Campbell retourne à Pendine, où il devint la première personne à dépasser les 150 miles à l'heure (240 km/h) en établissant un nouveau record à 150,76 miles, soit 242.63 km/h.

Peut-être la plus connue des aéro-cylindrées de l'entre-deux-guerres fut la série de voitures à entraînement par chaîne de l'amateur Louis Zborowski, qui furent chacune connues comme Chitty Bang Bang. Elles ont ensuite atteint la gloire comme homonyme dans le livre pour enfants Chitty-Chitty Bang-Bang, écrit par Ian Fleming, ainsi que le film et la comédie musicale du même nom. Bien que l'origine de ce nom soit inconnue, il pourrait faire référence à une chanson à soldats impudique de la première Guerre Mondiale, ou simplement au bruit des moteurs d'avions qui alimentaient les voitures. La première voiture, Chitty 1, utilisait un châssis Mercedes d'avant-guerre et un moteur d'avion Maybach six-cylindres de 23 Litres de cylindrée qui avait alimenté un bombardier Gotha G.V avant d'être livré par l'Allemagne comme réparation de guerre[8]. Le moteur produit 300 cv (224 kW) à un niveau relativement modeste de 1.500 tr/min. Chitty 1 atteint le statut de célébrité à Brooklands en 1921, où elle gagna des courses à des vitesses supérieures à 160 km/h. En 1922, Zborowski retourna à Brooklands pour atteindre le record de vitesse de la voiture, 182,58 km/h, bien qu'à l'automne Chitty 1 fut détruite dans un accident de course.

Zborowski commença à travailler sur une deuxième voiture du même nom, Chitty 2, en 1921. Alors qu'il utilisait le même châssis d'un ancien modèle de Mercedes, cette itération de Chitty Bang Bang était propulsée par un moteur Benz Bz.IV qui délivrait 230 cv (170kw). Chitty 2 se plaça deuxième dans sa seule course à Brooklands, même si elle enregistra une vitesse de plus de 174 km/h. En 1922, Zborowski et sa femme emmènent la voiture dans une longue excursion à travers la France et l'Algérie, à la lisière du Sahara, où un manque d'eau dans le radiateur causa de tels dommages au moteur qu'il fut forcé de retirer la voiture de la course. Zborowski lui-même se tua à Monza  dans le Grand Prix d'italie 1924, et Chitty 2 passa à plusieurs propriétaires (y compris Arthur Conan Doyle) avant d'être acquise par la Crawford Auto-Aviation Collection de Cleveland.

La troisième voiture de Zborowski, Chitty 3, a également été construite autour d'un châssis Mercedes modifié, cette fois couplé à un moteur d'aéronef Mercedes six-cylindres initialement évalué à 160 cv (120 kW), qui avait été réglé pour développer 180 cv (134 kW). Une fois de plus, cette voiture courut à Brooklands, où elle atteignit une vitesse de pointe de 181,34 km/h.

J. G. Parry-Thomas au volant de la Babs à Pendine en 1926

La quatrième et dernière voiture de Zborowski à moteur d'avion fut la Higham Spécial, qu'il nomma en référence à son manoir, la Higham House. Créée en 1924, dans le but de faire une tentative de record de vitesse sur terre, la voiture est alimentée par un moteur V-12 Liberty L-12 de la première guerre mondiale ayant une cylindrée de 27 litres, ce qui en fait la plus grosse cylindrée à avoir jamais couru à Brooklands. Avec ce moteur produisant 450 cv (336 kW), et la boîte de vitesses et la chaîne de la voiture Blitzen Benz d'avant-guerre, la Higham Spécial atteint une vitesse de 187 km/h avec Zborowski au volant. Après la mort de Zborowski à Monza, l'amateur de courses J. G. Parry-Thomas acheta la voiture à la succession et, après la rationalisation de la carrosserie et la modification du moteur, la rebaptisé "Babs". En 1926, Parry-Thomas a pris la voiture pour retourner à Brooklands, où il a établi un nouveau record du monde avec une vitesse de 208 km/h. Il a ensuite amené Babs à Pendine, où il a atteint 272 km/h sur les sables. Après que Malcolm Campbell reprenne le record à 280 km/h dans son Oiseau Bleu, Parry-Thomas retourna à Pendine en 1927, avec une Babs mieux profilée. Cependant, lors de sa première course, il a été tué dans un accident. L'équipe de Parry-Thomas fit enterrer Babs dans les sables, où elle resta jusqu'à ce que Owen Wyn Owen puisse creuser en 1969. Wyn Owen a finalement restauré la voiture en bon fonctionnement en 1985[9]. En 2013, Babs est exposée au National Waterfront Museum à Swansea.

La Sunbeam 1000 cv au National Motor Museum, Beaulieu en 2006

En 1927, Henry Segrave porta le record du monde de vitesse de  Campbell à 326,66 km/h (202,98 miles/heure) à Daytona Beach, en Floride, dans sa Sunbeam 1000 hp alimentée par deux moteurs d'avion V12 Sunbeam Matabele[10]. Le nouveau record fait de lui la première personne à dépasser la barre des 200 miles à l'heure. L'année suivante, Campbell court à Daytona pour reprendre le record avec une vitesse de 206,95 miles/heure (333,05 km/h), pour être éclipsé seulement deux mois plus tard par Ray Keech et sa Triplex Spécial, alimentée par trois moteurs V12 Liberty. le 11 Mars 1929, Segrave reprit le record du monde une fois de plus à Daytona avec une vitesse de 231,4 miles/heures, 372,5 km/h, dans sa Golden Arrow, alimentée par un moteur d'aéronef W12 Napier Lion d'une cylindrée de 23.944 cm³ qui délivrait 925 cv (690 kW) à 3.300 tr/min. Le lendemain, lors de la tentative de reprendre le record avec le Triplex Spéciale, le pilote inexpérimenté Lee Bible, remplaçant Ray Keech au pied levé, perdit la vie dans un accident mortel qui tua également un cameraman[11].

Les années 1930[modifier | modifier le code]

En 1931, Campbell a repris la compétition avec un nouvel Oiseau Bleu, qui était plus lisse et plus bas que son prédécesseur. Équipé d'un moteur Napier-Lion de 1.450 cv (1.080 kW), la voiture a établi un nouveau record de vitesse sur terre avec une course à 246,09 miles/heure soit 396,04 km/h. En 1933, Campbell avait créé un nouvel Oiseau Bleu alimenté par un moteur Rolls-Royce R, célèbre pour avoir aidé l'hydravion Supermarine S. 6B à remporter le Trophée Schneider. Avec ce moteur, qui produisait 2.500 cv ( 1.900 kW) avec une cylindrée de 36,7 litres, l'Oiseau Bleu atteignit une vitesse supérieure à 272 miles/heure (438 km/h) à Daytona. Cependant, comme la performance continuait d'augmenter, la longueur relativement limitée de la Plage de Daytona a commencé à empêcher les voitures d'atteindre leurs vraies vitesses de pointe. En septembre 1935, Campbell amena l'Oiseau Bleu en l'Utah, au Lac Salé de Bonneville, où elle dépassa 300 miles/heure, soit 480 km/h.

Ab Jenkins, qui, en octobre 1935, avait établi des records de vitesse sur une heure et sur 24 heures dans une Duesenberg SJ d'usine modifiée sur un circuit balisé de 10 miles (16 km) au lac salé de Bonneville[12],[13], réalisa qu'il n'était plus possible pour une voiture de production modifiée de rivaliser contre des voitures à aéro-moteurs pour des records de vitesse de longue distance[14]. Jenkins modifia sa SJ spéciale en remplaçant le moteur par un Curtiss Conqueror de 25,73 litres de cylindrée. Le moteur spécial Conqueror fut nommé "Mormon Meteor" par un concours organisé par le Deseret News[15]. En 1936, le Mormon Meteor établit le record des 500 kilomètres (310 miles) à 264,69 km/h (brisant un record établi par George Eyston), le record des 24 heures à 247,55 km/h et le record des 48 heures à 239,21 km/h. Le Mormon Meteor définit un autre record de 24 heures en 1937, avec une moyenne de 253,1 km/h. Jenkins demanda à August Duesenberg de construire un châssis capable de mieux gérer le poids, la puissance et le couple du moteur Conqueror. Le résultat fut le Mormon Meteor III, qui brisa le record des 12 heures en 1939 et établit un record des 24‑heures à 259,63 km/h en 1940[16].

La Thunderbolt en 1938

En 1937, Eyston apporta sa Thunderbolt à Bonneville, où ses deux moteurs Rolls-Royce R établirent un record du monde de vitesse à 312 mph, 502 km/h. Cette année quelque chose comme une rivalité se développa entre Eyston et John Cobb, qui avait déjà couru avec la Napier-Railton de 23,94 litres à Brooklands ainsi qu'à Bonneville. En 1937, Cobb avait construit la Railton Spécial profilée, qui comportait quatre roues motrices et deux moteurs Napier Lion. En l'espace de quelques semaines seulement, Eyston et sa Thunderbolt établirent un nouveau record à 345,5 miles/heure (556 km/h), Cobb et sa Railton Spécial répondirent avec une course d'un peu plus de 350 miles/heure (560 km/h), avant qu'Eyston ne reprenne le titre avec 575 km/h. L'année suivante, en 1938, Cobb revint à Bonneville et établit un nouveau record du monde à 595 km/h, qui tint jusqu'en 1947, en partie du à l'interruption de la concurrence provoquée par le déclenchement de la seconde Guerre Mondiale.

En 1939, la Mercedes-Benz T80 apparut comme le résultat d'une collaboration de trois ans entre le coureur automobile allemand Hans Stuck, Mercedes-Benz et Adolf Hitler, ce dernier ayant un fort intérêt dans le sport automobile, s'engagea à subventionner la course allemande pour présenter la supériorité technologique son pays sur la scène mondiale. D'un coût incroyable de 600.000 Reichsmarks, la T80 profilée à six roues a été en grande partie conçue et développée par Ferdinand Porsche. La T80 est alimentée par le Daimler-Benz DB 603, un moteur d'aviation V12 inversé qui avait une cylindrée de 44,5 litres et produisait 3.000 cv (2.200 kW), dérivé du Daimler-Benz DB 601 qui alimentait les avions de chasse Messerschmitt Bf 109[17],[18]. Le moteur de la T80 utilisait mélange de carburant qui se composait principalement d'alcool méthylique (63%), ainsi que de petits pourcentages de benzène, d'éthanol, d'acétone, de nitrobenzène, d'avgas, et d'éther. Après avoir initialement atteint 550 km/h, la voiture fut constamment améliorée pour atteindre 750 km/h à la fin 1939. Une tentative de record du monde de vitesse prévue pour janvier 1940 sur le segment de dix kilomètres Dessauer Rennstrecke de la Reichsautobahn Berlin-Halle/Leipzig, avec Hans Stück au volant, fut annulée par le déclenchement de la seconde Guerre Mondiale. Après avoir survécu à la guerre en Carinthie, en Autriche, la T80 a finalement été acquise par le Musée Mercedes-Benz à Stuttgart.

Après la seconde Guerre Mondiale[modifier | modifier le code]

Voitures à Moteurs à Piston[modifier | modifier le code]

La Railton Mobil Spécial au Thinktank de Birmingham en 2011

John Cobb retourna en Utah en 1947, où il porta son propre record du monde à la vitesse de 394 miles/heure (635 km/h) dans sa Railton Mobil Spécial reconstruite. Sur l'un des deux trajets requis, Cobb dépassa 400 miles/heure (640 km/h). Le record de Cobb tint 16 ans, et fut le dernier record du monde de vitesse terrestre établi par une voiture à moteur à pistons.

En 1951, l'amateur de hot rod et de courses de dragsters Art Arfons a commencé la construction d'une série de voitures de course à moteur aéro, appelée chacune le Monstre Vert. La première était un châssis de camion Ford de deux tonnes couplé à un moteur à pistons Allison V-1710, qui était tout à fait capable de faire un record de 144 mph (232 km/h) en un quart de mile lors d'une course de drag. Arfons a continué à construire 12 autres Monstres Verts à moteur à piston avant qu'il ne commence à expérimenter des moteurs à réaction.

Voitures à Turbine[modifier | modifier le code]

La Bluebird-Proteus CN7 au National Motor Museum de Beaulieu en 2008

Apparue en 1960, la Bluebird-Proteus CN7 a été construite à un coût de £1 million de dollars et est alimentée par un turbomoteur à turbine à gaz Bristol-Siddeley Proteus. Le moteur, qui délivrait 4.100 cv (3.100 kW) entraînait les quatre roues[19],[20]. Après un grave accident à Bonneville, une aile caudale a été ajouté à la conception originale avant que la Bluebird-Proteus CN7 ne fasse une autre tentative de record du monde au Lac Eyre, en Australie méridionale. Là, le 17 juillet 1964, Donald Campbell pilota la voiture pour établir un nouveau record du monde de vitesse terrestre à 403 miles/h (649 km/h).

Un certain nombre d'autres voitures de course à moteur à turbine furent construites, dont deux conçues pour la compétition mondiale des records de vitesse sur terre: la Pioneer 2M et la Renault Etoile Filante[21],[22]. D'autres  voitures à turbine ont également couru dans d'autres types de sports motorisés, en monoplace (les Lotus 56 et STP-Paxton Turbocar) et en Sport-prototype (les Howmet TX et Rover-BRM)[23],[24],[25],[26].

Voitures à réacteur[modifier | modifier le code]

Le Spirit of America au Musée des Sciences et de l'Industrie de Chicago en 2014

En 1962, les moteurs à réaction ont fait leurs premières apparitions à Bonneville dans trois voitures différentes qui étaient chacune fondée autour du moteur General Electric J47, qui a également alimenté le chasseur à réaction North American F-86 Sabre. L'une des voitures s'appelant Flying Caduceus a été entraînée à une vitesse de 533 km/h par Nathan Ostich, un médecin qui a construit la première voiture à réaction. La deuxième a été piloté par Glenn Leasher, qui a approché les 400 miles à l'heure (640 km/h) avant d'être tué dans un accident. Le troisième est le Spirit Of America au nez en aiguille conçu et piloté par le coureur de dragsters Craig Breedlove. Breedlove a également tenté le record de vitesse cette année-là, mais il ne put pas saisir le titre avant d'avoir atteint 655 km/h en 1963[27].

En 1964, les frères Art et Walt Arfons arrivèrent à Bonneville avec des voitures à réaction de leur conception. Walt avait acquis un moteur à réaction Westinghouse J46 conçu pour le Vought F7U Cutlass, qu'il a utilisé pour alimenter sa Wingfoot Express. Art avait opté pour un General Electric J79, le moteur des chasseurs-bombardiers Lockheed F-104 Starfighter et Convair B-58 Hustler, et construit un nouveau Monstre Vert. Après que Walt Arfons se soit écrasé et ait subi une crise cardiaque lors de l'essai du Wingfoot Express, le designer Tom Green fut sélectionné pour conduire la voiture. Bien qu'il n'ait jamais roulé à plus de 210 km/h avant le 2 octobre 1964, il a piloté la voiture pour un record du monde de vitesse de 665 km/h. Le record tint trois jours seulement avant d'être brisé par Art Arfons et son Monstre Vert à une vitesse de 698 km/h. Une semaine plus tard, Breedlove a cassé la "barrière des 500 miles/heure" (800 km/h) avant de survivre à une collision à haute vitesse. La saison 1964 s'est terminée avec Art Arfons reprenant le titre à 863 km/h après avoir apporté des modifications à son moteur.

En 1965, Breedlove retournà au lac Salé de Bonneville avec son nouveau Spirit of America - Sonic-I, alimenté par un moteur GE J79. Contesté par Walt Arfons et sa Wingfoot Express modifiée équipée du système JATO d'aide au décollage, Breedlove enregistra une vitesse de 893 km/h dans sa nouvelle voiture. Alors que Walt fut incapable de répondre à Breedlove, son frère Art le dépassa à peine une semaine plus tard avec une course à 927 km/h, détruisant ses pneus. Finalement, ce fut Breedlove, immortalisé par les Beach Boys dans la chanson "Spirit of America", qui a dépassé le premier la vitesse de 600,6 miles/heure (966,6 km/h), le 15 novembre 1965[28].

Thrust2 à la Coventry Musée des Transports en 2007

En 1970, Gary Gabelich , pilotant la voiture-fusée Blue Flame décrocha un nouveau record du monde à Bonneville avec une vitesse de 1.001,7 km/h[29]. En 1983, ce record a été éclipsé par Thrust2, alimenté par un moteur Rolls-Royce Avon et piloté par Richard Noble à une vitesse de 1.019,5 km/h[30],[31]. En 1997, le record du monde a été battu une fois de plus par ThrustSSC, qui atteignit une vitesse de 1.228 km/h dans le Black Rock Desert avec Andy Green aux commandes. La voiture, propulsée par deux moteurs à réaction Rolls-Royce Spey produisait 110.000 cv (82.000 kW) en combiné et 23.000 kg de poussée, devint le premier véhicule à briser le mur du son sur terre[32].

Les voitures de course de dragsters sont également apparues dans des événements de la National Hot Rod Association (NHRA) depuis les années 1970[33]. Les voitures à réaction ont d'abord été interdites par la NHRA en 1974 et en 1980 l'approbation officielle a été accordée pour la catégorie des Funny Cars[34]. En 1975, le pilote de dragster Phillip "Al" Eierdam créa Emergency 1, une voiture "jet" propulsée par un moteur Westinghouse J34, stylisée pour imiter un fourgon d'incendie. Dans les années 1980, Eierdam construisit et pilota la "Invader" à moteur de fusée, souvent opposé à son ami Sammy Miller et sa Funny-Car "Vanishing Point" à moteur à réaction. Ils firent la première course de dragsters entre voitures-fusées au Santa Pod Raceway en Angleterre. En 1989, Roger Gustin avait construit plus de voitures à réaction que n'importe qui d'autre dans le milieu des courses de dragsters et avait gagné le "Jet Car Nationals" à cinq reprises. Dans les années 2010, jet voitures ont continué à être les principales attractions des événements NHRA, participant à des expositions telles que des courses à quatre et atteindre des vitesses supérieures à 430 km/h[35]. Au cours de la saison 2012, Elaine Larsen et Marisha Falk conduisirent des dragsters à réaction alimentés par des moteurs General Electric J85 capables de produire 5.000 cv, 3.700 kW.[36]

Utilisations hors-course[modifier | modifier le code]

Pierre Clerget au volant de son prototype « Delage-Clerget » à moteur d'avion Clerget-Blin de 50 ch de 1914.

Bien que rares, des moteurs d'avion ont parfois été choisis comme moteur de route de voiture.

Dans les années 1880 les inventeurs allemands Gottlieb Daimler et Wilhelm Maybach inventent le premier moteur Daimler Type P industrialisable à essence, dont ils équipent les premiers véhicules de terre, d'air, et de mer en fondant Daimler-Motoren-Gesellschaft (futur Daimler Mercedes-Benz avec leur célèbre logo trois étoiles terre, ciel, mer). En 1914 l'industriel Pierre Clerget équipe son prototype personnel « Delage-Clerget » d'un de ses moteurs d'avions Clerget-Blin de 50 ch. Gustav Otto et Karl Rapp, fondateurs de BMW en 1917, orientent leur industrie de moteur d'avion vers l'automobile, avec pour célèbre logo BMW, une hélice d'avion aux couleurs de la Bavière. Quelques constructeurs d'avions dont Avions Farman de 1908 d'Henri Farman, construisent également des automobiles à base de technologie et moteurs d'avions (Farman A6 de 1921 de Farman (automobile)), Gabriel Voisin et son Avions Voisin C25 de 1934...

Bugatti Royale Type 41 Coach Kellner de 1931, à moteur d'avion de 300 chevaux, pour plus de 200 km/h, dans la cour de l'Usine Bugatti de Molsheim

En 1926 Ettore Bugatti et son fils Jean Bugatti, qui dominent la compétition automobile avec leur Bugatti Type 35, conçoivent leur extraordinaire Bugatti Type 41 « Royale », pour dominer le monde de la voiture de luxe, motorisée par un moteur d'avion 8 cylindres Bugatti de 200 à 300 chevaux, développé à la base pour l'Armée de l'air française (Bugatti-De Monge 100P...) la voiture la plus luxueuse d'alors, avec des performances de plus de 200 km/h des voitures de course les plus performantes de l'époque (vitesse des Bugatti Type 35).

Une Tucker 48 au Blackhawk Musée de Danville, Californie, voiture à moteur d'hélicoptère

La Tucker 48, produite en 1947 et 1948, et propulsée par un moteur d'hélicoptère six-cylindres à plat Franklin O-335[37]. Avec une cylindrée de 5.473 cm³, le moteur produit 166 cv (124 kW) à 3200 tr/min et a un couple maximum de 504 Nm à 2000 tr/min,et  grâce à sa construction en alliage, ne pèse que 145 kg[38],[39]. Le moteur permettait aux Tucker 48 d'atteindre une vitesse de pointe d'environ 190 km/h et d'accélérer de 0 à 60 miles/heure (97 km/h) en 10 secondes. Bien que le moteur d'hélicoptère original O-335 soit refroidi à l'air, Tucker et ses ingénieurs l'avaient modifié pour un refroidissement par eau, ce qui a permis d'améliorer la durabilité du moteur tout en apportant à l'industrie automobile la première voiture à système de refroidissement à eau entièrement scellé.

Dans les années 1960, l'ingénieur Britannique Paul Jameson et le spécialiste des transmission John Dodd ont collaboré pour construire La Bête, une voiture équipée d'un moteur Rolls-Royce Merlin de 27 litres de cylindrée. À l'aide d'une boîte de vitesses Général Motors Turbo-Hydramatic, d'un pont arrière d'une Jaguar XJ12, de portes en fonte d'une Ford Cortina Mk III, et une carrosserie en fibre de verre qui rappelle une Ford Capri, la voiture avait un "capot phallique" qui mesurait trois mètres. Le moteur de la Bête produisait environ 950 cv (710 kW) à 2.500 tr/min ainsi qu'un couple d'environ 1.030 Nm, ce qui la propulsait à une vitesse de pointe supérieure à 290 km/h. La voiture consomme environ 1,4 litres au kilomètre, soit 1.400 litres aux cent. Une fois inscrites dans le Livre Guinness des Records comme la plus puissante voiture de route du monde, en 2012, la Bête avait été située à Málaga[40],[41].

La Firebird I en 2007

Les moteurs à turbine ont également été utilisés dans des voitures concept et des prototypes de voitures de route, comme les trois Firebird de General Motors, la Fiat Turbina, et le Chrysler Turbine Car. En 1953, la General Motors XP-21 Firebird I est devenue la première voiture propulsée par une turbine à gaz à être construite aux Etats-Unis. Jamais conçue pour la production, la voiture était purement un exercice de conception pour déterminer la faisabilité des voitures de route à turbine. La carrosserie de la voiture, en plastique renforcé par de la fibre de verre, fut conçue par Harley J. Earl, tandis que son moteur Whirlfire Turbo-Power a été développé par Charles L. McCuen et le Laboratoire de Recherche de GM. Entraînant les roues arrière de la voiture par l'intermédiaire d'une transmission classique, le moteur a été en mesure de produire 370 cv (276 kW) à 13.000 tr/min[42]. Son successeur, la Firebird II, fit ses débuts au General Motors Motorama en 1956. En plus de sa turbine à gaz à régénération, la voiture avait une carrosserie en titane, une suspension entièrement indépendante, des freins à disque, une boite de vitesses à sélection électrique, et l'air conditionné contrôlé individuellement[43]. La dernière des Firebird GM, Firebird III, fut construite en 1958. Ce fut la seule Firebird à influencer les voitures de production GM; les styles des Cadillac 1959 et 1961 s'en inspirèrent. Remarquée par ses ailes extravagantes, Firebird III a également battu un certain nombre de règles de style d'Earl avec son usage très réservé de chrome et son absence de lignes parallèles. Alors que GM prévoyait une Firebird IV, elle n'a jamais abouti, et les trois Firebird ne léguèrent en fin de compte que leur nom à la pony car Pontiac Firebird qui fit ses débuts en 1967[44].

En 1954, Fiat a présenté son propre prototype expérimental de voiture à turbine, la Turbina, propulsée par une turbine à deux étages qui entraîne les roues par l'intermédiaire d'une unité réductrice, tandis que sa carrosserie a été profilée sur base des résultats des tests en soufflerie. La Turbina a pu atteindre une vitesse de pointe de 250 km/h et produire 300 cv (224 kW) à 22.000 tr/min[45].

Une Chrysler Turbine Car au Walter P. Chrysler Museum à Auburn Hills, Michigan en 2007

Présentée au public en 1963, la Chrysler Turbine Car avait une turbine produisant 130 cv (97 kW) et une poussée de 576 N.m, lui permettant de se comparer à une voiture à moteur V8 de 5,2 litres de cylindrée[46]. Le moteur à turbine offre de nombreux avantages dans une voiture de production, à commencer par moins d'entretien parce que moins de pièces en mouvement, une douceur de conduite incomparable, de meilleurs démarrages à froid, l'absence de besoin d'antigel, consommation d'huile minimaliste, et surtout la possibilité d'employer n'importe quel carburant liquide; la voiture a été essayée avec des carburants aussi divers que de l'huile d'arachide, du parfum Chanel N°5, et de la tequila[47]. Il y a cependant de sérieux inconvénients à utiliser un moteur à turbine, parmi lesquels une chaleur importante, l'absence de frein moteur et une émission importante d'oxides de nitrogène (NOx). De plus, ce moteur convient mieux aux applications à vitesse constante de l'aviation, qu'aux changements continuels de régime et aux arrêts et redémarrages fréquents qu'on rencontre dans un usage automobile. Sur l'autoroute, la voiture a pu se contenter de douze litres aux cent, mais parce que le moteur est en permanence à 22.000 tours par minute, il est beaucoup moins efficient en ville. En plus d'être plus gourmand en combustible qu'un V8 de puissance comparable, la Turbine Car était aussi beaucoup plus chère; Jay Leno estimant que la voiture aurait été vendue dans les seize mille dollars alors qu'une voiture à pistons de performances comparables valait 5.000 $.

Renaissance[modifier | modifier le code]

Même après la période dans laquelle ils étaient compétitifs dans la quête du record du monde de vitesse sur terre, il y a eu un intérêt poursuivi et renouvelé pour des voitures à moteur à piston d'avion. L'une des premières voitures créées au cours de cette renaissance est la Napier-Bentley, construite par Pierre Morley et David Llewellyn en 1972, dans l'esprit des voitures qui coururent à Brooklands. La Napier-Bentley se compose d'un châssis Bentley de 1929 et d'un moteur d'avion Napier Sea Lion de 23,9 litres de cylindrée qui produit 580 cv (430kW) et un couple de 1.690 Nm. La voiture a couru régulièrement, et a été  impliquée dans un accident qui hospitalisa Morley pour quelques semaines. En 1998, la Napier-Bentley a été vendue à Chris Williams[48]. Williams a également conçu et construit la Packard-Bentley, qu'il a conçu comme un hommage aux voitures de course à moteur d'avion de l'entre-deux-guerres qui coururent à Brooklands. Construite sur une période de sept ans, la voiture, qui est surnommée "Mavis", a fait ses débuts en 2010 au Cholmondeley Concours de Puissance. La Packard-Bentley est composée d'un châssis de Bentley 8 Litre et d'un moteur V12 Packard récupéré sur un torpilleur américain de la seconde guerre mondiale. Le moteur de 40,8 litres de cylindrée donne à la voiture 1.500 cv (1.100 kW) et 2.700 Nm de couple à 2.400 tr/min, tout en lui permettant d'atteindre une vitesse de pointe d'environ 260 km/h avec une consommation de carburant de 4 gallons impériaux par minute, soit dix-huit litres. La Packard-Bentley est évaluée à près de 350.000£[49].

La "Brutus" au Motorshow d'Essen en 2013

Les voitures à moteur d'avion ont également fait une apparition à la télévision Britannique, dans le programme Top Gear du 4 Mars 2012, lors du sixième épisode de la Saison 18, lorsque les la BMW à moteur "Brutus" et la Rolls-Royce à moteur "Meteor" furent présentées[50],[51]. La Brutus a été construite en Allemagne, peu de temps après la seconde Guerre Mondiale, lorsqu'une voiture American LaFrance de 1908 fut équipée d'un moteur d'avion BMW V12 qui datait de 1925. La voiture a été créé pendant plusieurs années dans un atelier à l'Auto & Technik Museum de Sinsheim, en Allemagne, qui la possède encore. Selon le Musée, la Brutus peut produire 550 cv (373 kW) à 1.500 tr/min, tandis que son efficacité en carburant tourne autour d'un litre au kilomètre[52]. Après avoir conduit la voiture, le présentateur de Top Gear, Jeremy Clarkson, a décrit l'expérience comme apparentée à "faire des mots croisés pendant qu'on est mangé par un tigre". La Météor, qui est apparue au cours du même épisode, a le châssis d'une Rolls-Royce Phantom des années 1930 et un moteur Rolls-Royce Meteor de la seconde guerre mondiale, de 27 litres de cylindrée, produisant produit 850 cv (630 kW) lui permettant d'atteindre une vitesse de pointe de 260 km/h avec une consommation de carburant de près de 1,4 litre au kilomètre. En 2013, la Météor est vendue pour plus de 500.000 livres"[53].

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Daryl Murphy, « There’s no Substitute for Cubic Inches: A Short History of Aero-engine Race Cars », sur Airport Journals, Airport Journals, LLC (consulté le 19 novembre 2014)
  2. (en) « The Beast of Turin », sur StefanMarjoram.com, Stefan Marjoram Art & Photography (consulté le 26 janvier 2017)
  3. « Aero-engined cars », Motor Sport, Motor Sport Ltd,‎ (lire en ligne)
  4. (en) Dan Mihalascu, « Meet the Mefistofele, Fiat's 21.7-liter Record-Breaking Car from Hell », sur Carscoops, (consulté le 21 novembre 2014)
  5. (en) « Fiat Mefistofele », sur Fiat.com, Fiat Group Automobiles (consulté le 21 novembre 2014)
  6. (en) Jay Leno, « The 1917 Fiat Botafogo Special—And its WWI Aircraft Engine », Popular Mechanics,‎ (lire en ligne)
  7. (en) « Sunbeam 350hp Bluebird », sur Beaulieu.co.uk, Beaulieu Enterprises Ltd (consulté le 21 novembre 2014)
  8. (en) « Chitty Bang Bang car », sur ChittyBangBang.com (consulté le 19 novembre 2014)
  9. (en) « Aero-engined car on display », ITV News, ITV, (consulté le 19 novembre 2014)
  10. (en) « The Drivers », sur Beaulieu.co.uk, Beaulieu Enterprises Ltd (consulté le 21 novembre 2014)
  11. (en) « Irving-Napier Special "Golden Arrow" », sur Beaulieu.co.uk, Beaulieu Enterprises Ltd (consulté le 21 novembre 2014)
  12. (en) Beverly Rae Kimes (dir.), The Classic Car, Des Plaines, IL USA, Classic Car Club of America, (ISBN 0-9627868-0-2, LCCN 90084421), « Duesenberg », p. 264
  13. (en) Jay Leno, « Jay Leno: Duesy Set Bonneville Records in 1930s that Stand Today » [archive du ], sur Popular Mechanics, Hearst Communication, (consulté le 4 février 2015)
  14. (en) « Can Jenkins Best Eyston's Speed Record? », Deseret News Publishing, Salt Lake City, Utah, USA,‎ (lire en ligne)
  15. (en) « 'Mormon Meteor' Chosen As Name For Jenkins' Car », Deseret News Publishing, Salt Lake City, Utah, USA,‎ (lire en ligne)
  16. (en) Cliff Gromer et Joe Oldham (dir.), « Freewheeling—A 50-Year-Old Record Falls », Popular Mechanics, vol. 167, no 6,‎ , p. 24 (ISSN 0032-4558, Popular Mechanics Jun 1990 sur Google Livres)
  17. (en) Alex Oagana, « Mercedes-Benz T80 – The Record Car That Never Was », sur autoevolution, SoftNews NET, (consulté le 3 janvier 2015)
  18. (en) Rob Arndt, « Mercedes T80 », sur GreyFalcon.us (consulté le 3 janvier 2015)
  19. (en) « Bluebird », sur NationalMotorMuseum.org.uk, National Motor Museum Trust (consulté le 21 novembre 2014)
  20. (en) « Bluebird CN7 - 50 years on », sur Punchline-Gloucester.com, Moose Partnership Ltd, (consulté le 21 novembre 2014)
  21. (en) « Pioneer », sur Soviet Sports Cars, Auto Rarities of USSR (consulté le 21 novembre 2014)
  22. (en) Maya Vautier, « The Renault Etoile Filante, fastest car in the world », sur Renault.com blog, Renault, (consulté le 21 novembre 2014)
  23. (en) « Lotus 56 Pratt & Whitney », sur Ultimatecarpage.com (consulté le 21 novembre 2014)
  24. (en) Frank M. Blunk, « Fate Rides Shotgun », The New York Times,‎ (lire en ligne)
  25. (en) « Howmet TX », sur Ultimatecarpage.com (consulté le 21 novembre 2014)
  26. (en) « Iconic 1965 Rover-BRM returns to Le Mans Classic! », sur Heritage-Motor-Centre.co.uk, Heritage Motor Centre, (consulté le 21 novembre 2014)
  27. (en) Preston Lerner, « Oldies and Oddities: The Bonneville Jet Wars », Air & Space Magazine,‎ (lire en ligne)
  28. (en) Jerry Kirshenbaum, « A Speed King Without A Kingdom », Sports Illustrated,‎ (lire en ligne)
  29. (en) George Ferguson, « The run was a natural gas », Sports Illustrated,‎ (lire en ligne)
  30. (en) « Spirit Of Speed », sur Transport-Museum.com, Coventry Transport Museum (consulté le 22 novembre 2014)
  31. (en) Brian Resnick, « The World's Top 12 Fastest Vehicles: Thrust 2 », sur Popular Mechanics (consulté le 22 novembre 2014)
  32. (en) Brian Resnick, « The World's Top 12 Fastest Vehicles: ThrustSSC », sur Popular Mechanics (consulté le 22 novembre 2014)
  33. (en) « Veteran jet-car racer Eierdam dies », sur NHRA.com blog, National Hot Rod Association, (consulté le 22 novembre 2014)
  34. (en) Don Ward, « Gustin And His Jet A Feature At Today's Citrus Nationals », Sun-Sentinel,‎ (lire en ligne)
  35. (en) « Four-Wide Jet Cars, Charity Pancake Breakfast, Mobile Gaming and Much More All Part of the Dollar General NHRA Four-Wide Nationals » [archive du ], sur CharlotteMotorSpeedway.com, Speedway Motorsports, Inc., (consulté le 22 novembre 2014)
  36. (en) « Extreme Jet Cars Heat Up Annual NHRA National Hot Rod Reunion at Beech Bend », sur NHRA Motorsports Museum website, National Hot Rod Association, (consulté le 22 novembre 2014)
  37. (en) « Tucker 48 », sur Retro Car Icons (consulté le 22 novembre 2014)
  38. (en) « Tucker 48 to be auctioned by Clars Auction Gallery », sur Old Cars Weekly, F+W, (consulté le 22 novembre 2014)
  39. (en) « How Tucker Cars Work », sur HowStuffWorks, InfoSpace LLC, (consulté le 22 novembre 2014)
  40. (en) Ollie Marriage, « The Beast: evo10 Dream Drives: The Beast », Evo,‎ (lire en ligne)
  41. (en) « The Beast: 27 liters of Rolls-Royce power »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogle • Que faire ?), sur AutoMinded.com, AutoMinded, (consulté le 28 novembre 2014)
  42. (en) « 1953 Firebird I », sur GMHeritageCenter.com, GM Heritage Center (consulté le 23 novembre 2014)
  43. (en) « 1956 Firebird II », sur GMHeritageCenter.com, GM Heritage Center (consulté le 23 novembre 2014)
  44. (en) « 1958 Firebird III », sur GMHeritageCenter.com, GM Heritage Center (consulté le 23 novembre 2014)
  45. (en) « Fiat mod. Turbina » [archive du ], sur MuseoAuto.it, Museo dell’Automobile di Torino (consulté le 23 novembre 2014)
  46. (en) Jay Leno, « Jay Leno Drives One of the Last Chrysler Turbines », Popular Mechanics,‎ (lire en ligne)
  47. (en) « 1950s and 1960s Chrysler Turbine Concept Cars », sur HowStuffWorks, InfoSpace LLC, (consulté le 23 novembre 2014)
  48. « Bentley-Napier », Motor Sport, Motor Sport Ltd,‎ (lire en ligne)
  49. (en) Andrew English, « Christmas road test: Packard-engined Bentley », The Daily Telegraph,‎ (lire en ligne)
  50. « Top Gear, Series 18, Episode 6 », sur BBC.co.uk, BBC (consulté le 23 novembre 2014)
  51. « More from the Brutus and Bentley », sur TopGear.com, BBC, (consulté le 23 novembre 2014)
  52. Dan Mihalascu, « Fire Breathing BMW 46.0-liter V12-Powered Brutus Will Scare Even the Bravest Kids », sur Carscoops, (consulté le 23 novembre 2014)
  53. « 850bhp aero-engined Bentley for sale », sur TopGear.com, BBC, (consulté le 19 novembre 2014)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

  • Portail de l’automobile
  • Portail des records
  • Portail du sport automobile