Vieux Moulins de Thilay

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Vieux Moulins deThilay

Maison Fontaine
Administration
Pays  France
Région Champagne-Ardenne
Département Ardennes
Arrondissement Charleville-Mézières
Commune Monthermé
Géographie
Coordonnées 49° 57′ 02″ nord, 4° 47′ 45″ est
Altitude Min. 470 m
Max. 475 m
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Champagne-Ardenne

Vieux Moulins deThilay

Géolocalisation sur la carte : Ardennes

Vieux Moulins deThilay

Géolocalisation sur la carte : France

Vieux Moulins deThilay

Géolocalisation sur la carte : France

Vieux Moulins deThilay

Les Vieux Moulins de Thilay est un hameau, situé dans le département des Ardennes. Il est rattaché à la commune de Thilay, dans le département des Ardennes en région Champagne-Ardenne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le hameau est situé à la frontière franco-belge, au sommet d'un plateau à environ 500 m d'altitude, au milieu d'une clairière dans la forêt. Cette clairière est constituée de cultures, de prairies et de tourbières.

Histoire[modifier | modifier le code]

Ce hameau a été le lieu d'implantation d'une caserne de douaniers, toujours en partie existante, à gauche avant le centre du hameau, mais désormais inoccupée, rendant nécessaire une école des Vieux-Moulins, inaugurée en 1911, et qui a compté jusqu'à 25 élèves. Les douaniers sont partis dans les années 1960.

Durant la Seconde Guerre mondiale, l'endroit a été important pour la résistance ardennaise, avec des zones de parachutages destinés notamment au maquis des Manises, et plusieurs complicités dans le hameau dont le commandant des douanes, Lucien Leverd, et la famille Fontaine membre actif de réseaux de passeurs pour les prisonniers évadés, les pilotes abattus, les juifs, etc., bénéficiant du silence et de la complicité des autres habitants de ce hameau[1],[2],[3]. Un terrain de parachutage est ainsi proposé au chef du maquis, le commandant Jacques Pâris de Bollardière, surnommé «  Prisme  », militaire français ayant participé à la campagne de Norvège et à la bataille d'El Alamein. Ce terrain est au Nord du hameau. Le premier parachutage a lieu le 8 mai 1944 et il est impressionnant, puisque les résistants reçoivent 88 containers d'armes, de munitions et de vivres, soit un poids de 10 tonnes[4],[2]. D'autres parachutages suivent le 2 juin, et le 5 juin. Un dernier a lieu le 15 août 1944, permettant l'arrivée d'une équipe Jedburgh alors que le maquis des Manises se reconstitue après l'attaque subie dans les hauteurs de Revin mi-juin[4].

Les tourbières[modifier | modifier le code]

Un chemin partant du hameau vers le nord-ouest mène aux tourbières et aux mares des Vieux Moulins de Thilay, avec une végétation caractéristique : chênaie, aulnaie-boulaie à sphaignes dans les zones de sources, lande à callune et lande tourbeuse humide à bruyère à quatre angles (inscrite sur la liste rouge régionale), canneberge, molinie bleue, myrtille, bistorte, tourbière, laîche, linaigrette vaginée, et fossés[5].

De l'osmonde royale, protégée au niveau régional et du piment royal inscrit sur la liste rouge des végétaux de Champagne-Ardenne peuvent être observés le long des ruisseaux, ainsi que de la lycopode en massue (protégée de même) dans les clairières[5].

La faune est également assez typique. Des castors fiber ont été vus. Des papillons rares et menacés sont observables sur le site, tels le nacré de la sanguisorbe, ou le cuivré de la bistorte, abrité par la plante de même nom. Des épicéas abritent des nicheurs, tels que le grosbec casse-noyaux, ou le cassenoix moucheté, inscrit sur la liste rouge des oiseaux de Champagne-Ardenne. Des observations intéressantes peuvent être faites également parmi les libellules, avec le cordulégastre annelé et le sympétrum noir. Parmi les amphibiens et reptiles sont présents la salamandre tachetée ou la vipère péliade, deux espèces protégés[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Eva Thomé et Marguerite Fontaine, Les Vieux Moulins de Thilay : haut-lieu de la Résistance ardennaise, Editions de la Societe des Ecrivains Ardennais, .
  • Gilbert Grandval et A. Jean Collin, Libération de l'Est de la France, Hachette, , 275 p. (lire en ligne), p. 80,134.
  • Jacques Vadon, « Les parachutages dans la résistance ardennaise », Revue Historique Ardennaise, no 17,‎ , p. 249-264.
  • Roger Maudhuy, La vallée, de la place ducale à Givet, Éditions Les cerises aux loups, , 176 p. (ISBN 2-913275-07-9), p. 84-85.
  • (en) Tom McCann, The Geology of Central Europe, vol. 1, Geological Society of London, , 748 p. (lire en ligne), p. 213-214.
  • Mirko Spasic, « Les vieux moulins de Thilay : Georgette Fontaine passeuse de mémoire », L’Union,‎ (lire en ligne).
  • Yanny Hureaux, « Chemin faisant. "La rage au ventre, je voulais abattre les prisonniers allemands" », L’Union,‎ (lire en ligne).
  • Yanny Hureaux, « Chemin faisant. «Un parachute, un autre ! Mon dieu...» », L’Union,‎ (lire en ligne).

Webographie[modifier | modifier le code]

  • Portail des Ardennes