Vallée des singes (France)

Un article de Wikipedia, l'encyclopedie libre.
(Redirigé depuis Département de la Seine-Saint-Denis)
Sauter a la navigation Sauter a la recherche
Pour les articles homonymes, voir Vallée des singes.

Vallée des singes


Entrée du parc

Date d'ouverture
Situation Romagne, Vienne, France
Superficie 16 hectares
Latitude
Longitude
46° 14′ 34″ nord, 0° 17′ 23″ est
Nombre d'animaux 400 revendiqués[1]
Nombre d'espèces 31 revendiquées[1]
Accréditations EAZA, ISO 14001
À voir Bonobos, gorilles des plaines de l'Ouest, chimpanzés, mandrills
Site web www.la-vallee-des-singes.fr

Géolocalisation sur la carte : France

Vallée des singes (France)

Géolocalisation sur la carte : Vienne

Vallée des singes (France)

La Vallée des Singes est un parc zoologique français situé à Romagne, dans la Vienne. Fondé par le Néerlandais Wim Mager en 1998, vingt-sept ans après avoir fondé le parc Apenheul, le parc présente aujourd'hui une grande diversité de primates sur des îles végétalisées que le visiteur traverse en circulant au milieu des singes et autres lémuriens.

Au total, environ 30 espèces sont présentées, du petit ouistiti pygmée au grand gorille, en passant par le mandrill, les lémuriens, le chimpanzé, le colobe, le saïmiri, le titi ou callicèbe, le singe laineux ou l'atèle à face rouge. Une mini-ferme termine la visite. Dernièrement, en 2011, le parc est devenu le premier zoo français à présenter des bonobos. Deux bébés bonobos sont nés en 2012 et depuis 2013, c'est le plus grand groupe de bonobos du monde qui est présenté en captivité, avec 17 individus.

Membre permanent de l'Association européenne des zoos et aquariums, il s'engage dans la conservation ex situ en participant à des programmes européens pour les espèces menacées (EEP), dont il en coordonne un. Il soutient également des associations de conservation in situ œuvrant sur le terrain à travers son association dédiée, le Conservatoire pour la Protection des Primates.

Historique[modifier | modifier le code]

Ouvert le 14 juillet 1998, la Vallée des Singes a été fondée par Wim Mager qui avait déjà établi le parc Apenheul aux Pays-Bas en 1971, qui était le premier parc à primates en semi-liberté au monde. Il s'agit d'un espace d'une quinzaine d'hectares, avec un bois au centre, planté de chênes et de châtaigniers. La découverte se fait à pied, le long de sentiers balisés par des panneaux explicatifs. Les singes ne sont pas en cage, mais se promènent sur une quinzaine d'îles très vastes entourées de cours d'eau qui servent de barrières naturelles et empêchent les singes de s'enfuir. Les canaux délimitent le territoire de chaque espèce

Installations et espèces présentées[modifier | modifier le code]

Cette section contient une ou plusieurs listes. Le texte gagnerait à être rédigé sous la forme de paragraphes synthétiques. Mais les listes peuvent demeurer, si elles sont introduites par une partie rédigée et sourcée, de façon à bien resituer les différents items. Par défaut de sourçage d'ensemble, ce sont chacun des items qui devront être sourcés  (août 2016).

30 espèces rares de primates soit plus de 350 animaux sont présentés :

Le territoire des Saïmiris :

Le territoire des Géladas :

Le territoire des Bonobos :

Les lémuriens :

Le territoire des Atèles à faces rouges :

Le territoire des Gibbons à bonnets :

Le territoire des Gorilles :

Le territoire des Ouistitis pygmées :

Le territoire des mandrills :

Le territoire des Gibbons :

Le territoire des Tamarins :

Territoire des Lémurs noirs :

Le territoire des Capucins :

Le territoire des Magots :

Le territoire des Chimpanzés :

Le territoire des Capucins à épaules blanches :

Le territoire des Titis :

Tamarin à mains rousses :

Le territoire des Singes laineux :

Conservation[modifier | modifier le code]

Le zoo est coordinateur d'un programme européen pour les espèces menacées (EEP) ː celui des singes-araignées communs[2], une espèce classée vulnérable par l'Union internationale pour la conservation de la nature.

Il soutient également des associations de conservation in situ œuvrant sur le terrain à travers le Conservatoire pour la Protection des Primates, une association qui participe à la conservation des primates à travers le monde, notamment grâce au "Proyecto Mono Tocon", projet de conservation du singe titi de San Martin au Pérou. Le Conservatoire reverse environ 100.000€ chaque année pour la conservation des primates[réf. nécessaire].

Par ailleurs, l'engagement de La Vallée des Singes en faveur de la protection de l'environnement a été récompensé par l'obtention de la norme ISO 14001 en 2012. Cette norme certifie que le parc s'engage à atteindre les objectifs qu'il se fixe régulièrement dans une démarche d'amélioration continue.

Fréquentation[modifier | modifier le code]

En 2010, selon le Comité Départemental du Tourisme, la vallée aux singes a accueilli 183 000 visiteurs. C'est le deuxième site le plus visité du département de la Vienne et le 7e site le plus fréquenté de la région Poitou-Charentes. Elle a enregistré 181 000 visiteurs en 2013 contre 174 000 en 2012[3]. En 2014, elle a reçu 201 000 visiteurs[4], en 2015 elle en a reçu 195 000[5] et en 2016, 205 000[6].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Les espèces du parc », sur La-vallee-des-singes.fr (consulté le 30 mai 2015)
  2. (en) « EAZA Activities Collection Planning EEPs and ESBs », sur eaza.portal.isis.org (consulté le 18 août 2016)
  3. Bilan sur l’activité touristique de 2013 - Agence Touristique de la Vienne
  4. « Les sites et lieux de visite en Poitou-Charentes 2014 », sur pro.poitou-charentes-vacances.com,
  5. « Nouvelle Aquitaine, Les chiffres clés du tourisme », sur etudes.obs-aquitaine.fr,
  6. « Nouvelle Aquitaine, Les chiffres clés du tourisme », sur etudes.obs-aquitaine.fr,

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • Portail de la Vienne
  • Portail des mammifères