Vétra CS 60

Un article de Wikipedia, l'encyclopedie libre.
Sauter a la navigation Sauter a la recherche

Vétra CS 60.1

Un trolleybus Vétra CS 60 1ère génération

Marque Vétra
Années de production 1932 - 1939
Classe Trolleybus
Moteur et transmission
Énergie Électrique
Moteur(s) 1933 BTH[1] 110 HB compound
Alsthom TS 505 compound
Puissance maximale à 1.200 tr/min continu : 56 ch (pointe : 73 kW)
Poids et performances
Vitesse maximale sur le plat : 50 km/h / sur rampe 6% : 26 km/h
Châssis - Carrosserie
Carrosserie(s) 2 portes
Châssis caisse autoportante
Dimensions
Longueur 9.280 mm
Largeur 2.349 mm
Hauteur 2.665 mm
Empattement 4.600 mm
Voies  AV/AR 1.730 mm  / 1.830 mm
Nombre de places assis : 31 / debout : 47
Chronologie des modèles

Le Vétra CS 60 est un modèle de trolleybus construit par le constructeur français Vétra entre 1932 et 1939.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le contexte[modifier | modifier le code]

Dès 1932, Vétra s'est lancé dans la production de trolleybus de conception très moderne pour l'époque, caisse entièrement métallique avec une technologie dite de la caisse autoportante ou « caisse-poutre » qui élimine le traditionnel châssis et ses longerons à fortes sections donc très lourd. Ils rendaient également complètement obsolètes les véhicules à la caisse faite d'une ossature bois.

Cette nouvelle technique de la caisse-poutre est due à la SATRAMO (Société Anonyme du TRAmway MOderne) qui a acheté à la société américaine Brill de Philadelphie, le brevet de la technique dite des "longerons-parois". La rigidité de la caisse est assurée par la soudure à l'arc des tôles formant les parois internes sur des armatures.

Les trolleybus Vétra construits après 1940 reposaient, en général, sur une base mécanique SCEMIA (trains avant et arrière, roues, direction, arbres, ponts, freinage...), société partenaire privilégiée de Renault, suivant le brevet SATRAMO et le diagramme d'ensemble fourni par Vétra. La carrosserie, les équipements électriques et le montage étaient réalisés dans les ateliers Vétra de Clichy. Dans la première génération de trolleybus, avant 1933, CS signifie Châssis Surbaissé, suivi du nombre de passagers. À partir de 1933, CS = Caisse SATRAMO, suivi du chiffre indiquant le nombre de passagers.

À l'époque, les véhicules étaient tous de fabrication artisanale. L'esthétique comptait peu et c'est la simplicité de construction qui prévalait ce qui peut justifier le fait que les caisses étaient un gros bloc parallélépipédique aux lignes anguleuses, banales et sans recherche. Les premières carrosseries aérodynamiques et plus rondes n'apparaîtront qu'en 1939/40 avec le carrossier Lacroix & Arnold puis à Limoges avec le premier CS 35 en 1939 suivi des CB40, CB 55 et CB 60.

Le CS 60[modifier | modifier le code]

Ce trolleybus a marqué une révolution dans la conception de ce type de véhicule en France. Les premiers essais du nouveau trolleybus CS 60 furent décidés en 1932 par la CTR-Compagnie des Tramways de Rouen et opérés en 1933. Le but était de remplacer progressivement le tramway sur les parcours les plus difficiles. Les autobus de l'époque sont lents et peu économiques.

Le 28 novembre 1931, Vétra propose à la ville de Rouen de mettre à disposition gracieusement le prototype de son nouveau modèle, le CS 60 pendant 3 mois. Les essais sont prévus sur la ligne N° 14 longue de seulement 2,2 km. Des travaux sont réalisés pour installer les lignes aériennes avec les boucles de retournement. Le trolleybus devait entrer en service en juin 1932 mais il n'arrivera au dépôt de la CTR que le 14 décembre 1932. Les essais ont débuté le 30 décembre et la mise en service commerciale le dimanche 22 janvier 1933. A la fin des 3 mois, le trolleybus ayant donné satisfaction, la CTR passera commande de 5 modèles CS 35 d'un gabarit un peu plus étroit. Le premier CS 35 sera mis en service le 25 juin 1934.

Après les 3 mois d'essais à Rouen, le prototype CS 60 a été vendu à la Société des Tramways Algériens (TA) qui sera immatriculé le 16 juin 1937 et radié en début d'année 1949. Vétra vendra 4 CS 60 supplémentaires à Alger en 1934. La caisse a été construite par la "Société Franco-Belge" dans son usine de Raismes dans le Nord et la finition sur place à Alger. Ils ont été réformés en 1957. En 1938, les TA font construire 10 nouveaux trolleybus CS 60 à caisse-poutre par la Société Franco-Belge. Ils ne comportent pas de portes latérales mais une plateforme arrière ouverte par laquelle se fait la montée et la descente des voyageurs, comme sur les autobus parisiens.

Pour la petite histoire, entre 1935 et 1938 les CS 60 produits ont été baptisés "type Francheville" et surnommés "caisse à savon". Ils ont été commercialisés uniquement à Lyon et Alger.

Le CS 60 2ème génération[modifier | modifier le code]

Vétra CS 60.2

Un trolleybus Vétra CS 60

Marque Vétra
Années de production 1939 - 1947
Usine(s) d’assemblage SCEMIA à Puteaux
Classe Trolleybus
Moteur et transmission
Énergie Électrique
Moteur(s) Alsthom TA 505D compound
Puissance maximale à 1.500 tr/min continu : 100 ch (pointe : 74 kW)
Poids et performances
Poids à vide 7.300 kg
Vitesse maximale sur le plat : 50 km/h / sur rampe 6% : 26 km/h
Châssis - Carrosserie
Carrosserie(s) 2 portes
Dimensions
Longueur 9.060 mm
Largeur 2.450 mm
Hauteur 2.740 mm
Empattement 5.000 mm
Porte-à-faux  AV/AR 1.560 mm  / 2.500 mm
Voies  AV/AR 1.730 mm  / 1.830 mm
Nombre de places assis : 22 / debout : 38
Chronologie des modèles

Le CS 60.2 est un trolleybus court, 9,37 m hors tout, de 60 places, construit à Puteaux par SCEMIA, filiale et sous-traitant de Renault, et plusieurs carrossiers industriels à partir de 1940. Le CS 60.2 est équipé de portes en 4-4-0 selon l'appellation consacrée soit : 2 portes à 4 vantaux, la porte du milieu est située dans l'empattement juste derrière l'essieu avant et pas de porte à avant l'essieu avant. Il se caractérise par ses formes beaucoup plus arrondies.

La RMTT de Toulon a acquis, en 1956, 4 CS 60.2 auprès de l'éphémère réseau de Bordeaux, TEOB, après que ce dernier eût mis fin à l'exploitation des trolleybus en mai 1954. Bordeaux a été la première ville française à supprimer ses trolleybus dans la période d’après-guerre. Sur les 19 Vétra CS 60.2 livrés entre 1940 et 1945 à la TEOB, 7 furent réquisitionnées en 1943 par les autorités allemandes. 5 autres CS 60.2 commandés pour des lignes départementales livrés en 1946 sont restés stockés jusqu’à leur revente au Havre.

Après la guerre, les CS 60 et CB 60 seront remplacés par le VCR, en 1948, qui leur ressemble fortement.

Les Vétra CB 55/60[modifier | modifier le code]

Les CB 55 et CB 60 sont des frères jumeaux du CB 60, fabriqués pendant la guerre, le CB 60 en 1941 à Marseille et le CB 55 en 1943 à Limoges, tous deux avec des organes mécaniques Berliet, d'où le B pour Berliet qui était alors le seul constructeur automobile en zone libre.

Vétra CB 60[modifier | modifier le code]

Le Vétra CB 60 concerne uniquement les villes de Marseille et de Limoges. Le CB 60 est une évolution du CB 55 dont la plate-forme arrière sera agrandie pour être équipée d'une porte double à 4 vantaux avec une longueur hors-tout de 9,37 m comme le CS 60.2. Les CB 55/ CB 60 de Limoges ont été entièrement carrossés dans les ateliers de la CTEL - Compagnie des Tramways Électriques de Limoges. 33 unités furent produites dont 10 CB 55 et 23 CB 60. Les tout premiers CB 60, construits sur base Berliet par les Etablissements Barthélémy rouleront à Marseille à partir du 1er août 1941.


Pour distinguer un CS60 d'un CB 60 on vérifie les roues avant. Sur un CS 60, les jantes avant comportent un moyeu en étoile dit "Artillerie" à 6 rayons typiques des productions Renault-SCEMIA, à la base, celle du train avant du CS 60 était celle de l'autobus Renault TN4, modifié par SCEMIA alors que les roues du CB 60 sont à voile plein fixé avec une dizaine d'écrous. Mais d'autres différences minimes existaient : le CS 60 de Toulon dispose d'un pare-brise côté conducteur ouvrant sur la moitié supérieure tandis que les CB 60 de Marseille était ouvrant des deux cotés mais les CS 60 et CB 60 de Limoges n'avaient pas de pare-brise ouvrant.

Au total, 56 CB 60 seront construits et mis en service sur le réseau marseillais entre 1941 et 1947. Leur livraison est intervenue en 2 étapes : les 28 premiers exemplaires entre août 1941 et janvier 1944 puis les 28 derniers d'août 1945 à mai 1947. Ils ont été radiés et retirés du service entre 1958 et 1963 mais les équipements électriques et les moteurs furent récupérés pour équiper les ELR 100 C N° 264 à 331.

L'exemplaire N° 53 de Marseille est conservé sans son moteur au musée de l'AMTUIR.

Vétra CB 55[modifier | modifier le code]

Les 10 premiers trolleybus de la série CB 60, construits en 1943 à Limoges par et pour la CTEL sont en fait des CB 55 (capacité de 55 places). La seule différence réside dans la porte arrière simple à 2 vantaux alors que les CB 60 sont équipés d'une porte arrière double à 4 vantaux beaucoup plus pratique pour l'accès des voyageurs ref L'histoire du trolleybus à Limoges /ref

Un Vétra VCR à St-Etienne

Le Vétra VCR[modifier | modifier le code]

Le Vétra VCR est un trolleybus de gabarit moyen (60 places) construit par Vétra sur un type C (longueur = 9 m) et muni d'organes mécaniques Renault.

Nota : Dans le but de favoriser la normalisation des véhicules, un décret gouvernemental du 5 novembre 1942 définit les caractéristiques des futurs trolleybus :

  • Type A : Longueur = 12,00 m / Largeur = 2,50 m,
  • Type B : L = 10,00 m / l = 2,50 m,
  • Type C : L = 9,00 m / l = 2,50 m,
  • Type D : L = 8,00 m / l = 2,15 m.

Le VCR, est apparu en 1948 et dérive très étroitement des CS 60 et CB 60 dont il reprend la longueur de 9,06 m, la largeur de 2,38 m et le moteur de traction Alsthom TA 505 C de 100 chevaux, le tout dans une carrosserie plus carrée. LE VCR diffère des CS 60/CB 60 par une face avant moins inclinée et une face arrière droite non bombée. Les VCR étaient carrossés et assemblés par la SNCAC (Société Nationale des Constructions Aéronautiques du Centre) de Fourchambault dans la Nièvre. Les 2 derniers VCR ont été livrés au réseau des Tramways de Fribourg en Suisse. Ils ont été construits par la CGCEM à Villefranche-sur-Saône dans le département du Rhône.

Par rapport aux CS et CB 60, le VCR offrait un poste fixe avec un siège pour le receveur situé à l'arrière. Techniquement, la seule modification fut l'augmentation de la longueur des perches de plus de 1 mètre. Le plancher restait perché à 72 cm du sol.

La RMTT de Toulon avait dans son parc 12 VCR : 5 achetés neufs en 1949 et 7 achetés d'occasion en 1954 auprès de l'éphémère réseau de Bordeaux, mis en circulation le 2 février 1948 et réformés entre le 6 juillet et le 16 septembre 1954.

Les VCR de Toulon furent les tout premiers trolleybus de la compagnie RMTT. Tous les VCR furent vendus en 1964 à un démolisseur.


Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Gabriel Bonnafoux et Albert Clavel, 1880-1980 : Un siècle de transports en commun dans l'agglomération toulonnaise
  • René Courant et Pascal Béjui, Les trolleybus français
  • Jean-Henri Manara et Nicolas Tellier, Autocars, autobus, trolleybus de France 1950-1980
  • Articles de Joël Darmagnac parus dans Charge Utile Magazine N°87, 91 et 102 : « Les trolleybus Toulonnais, 24 ans de traction électrique au soleil ».
  • Catalogue Le trolleybus Vétra de 1933.
  • Archives municipales de Rouen
  • Site Alger-Roi de Bernard Venis.
  • Georges Muller "Les trolleybus français en France et dans le monde 1900-2016" (2017) Editions Maquetrén.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. TBH = British Thomson Houston société fondée en 1896, filiale britannique de General Electric

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Portail des transports en commun
  • Portail des autobus
  • Portail de la France