Transport est-ouest rouennais

Un article de Wikipedia, l'encyclopedie libre.
Sauter a la navigation Sauter a la recherche
« TEOR » redirige ici. Pour la commune en Italie, voir Teor.

TEOR

Autobus sur la ligne T2 à l'arrêt Théâtre des Arts

Situation Rouen (Normandie)
Type Bus à haut niveau de service
Entrée en service 12 février 2001
Longueur du réseau 30 km[1]
Lignes 4
Stations 64
Véhicules 58[1]
Heuliez GX 437 BHNS
Irisbus Crealis Neo 18
Irisbus Citelis 18
Renault Agora L
Fréquentation 52 000 passagers par jour[1] (2015)
Propriétaire Métropole Rouen Normandie
Exploitant TCAR
Site internet www.reseau-astuce.fr
Vitesse moyenne 17,5 km/h(2015)
Vitesse maximale 70 km/h
Lignes du réseau T1 T2 T3 T4
Réseaux connexes TEOR
Métro de Rouen
Réseau de bus


Carte du réseau du métro et des lignes TEOR (avant 2019)

Le Transport est-ouest rouennais (TEOR) est un réseau de transport collectif circulant dans la ville de Rouen et son agglomération.

Prévu pour être un tramway, le TEOR, principalement porté par l'actuel maire de Rouen, Yvon Robert, au cours de son premier mandat (1995-2001), est un bus à haut niveau de service. Il bénéficie d'une voie réservée sur environ 60 % de son parcours[2], ce qui lui permet de ne pas être mélangé à la circulation routière et permet une régularité de passage moins sujette aux perturbations.

Les lignes T1, T2 et T3 desservent une zone commune s'étendant sur onze arrêts (environ quatre kilomètres) en centre-ville de Rouen, tandis que la ligne T4 dessert un axe nord-sud en correspondance avec les trois autres lignes à la station Belges.

Histoire du projet[modifier | modifier le code]

Avant l'inauguration[modifier | modifier le code]

Cette section contient une ou plusieurs listes. Le texte gagnerait à être rédigé sous la forme de paragraphes synthétiques. Mais les listes peuvent demeurer, si elles sont introduites par une partie rédigée et sourcée, de façon à bien resituer les différents items. Par défaut de sourçage d'ensemble, ce sont chacun des items qui devront être sourcés  (juin 2016).
Illustration du projet de « télébus », finalement abandonné en 1997

Depuis l'inauguration[modifier | modifier le code]

Cette section contient une ou plusieurs listes. Le texte gagnerait à être rédigé sous la forme de paragraphes synthétiques. Mais les listes peuvent demeurer, si elles sont introduites par une partie rédigée et sourcée, de façon à bien resituer les différents items. Par défaut de sourçage d'ensemble, ce sont chacun des items qui devront être sourcés  (juin 2016).

Controverses autour du projet[modifier | modifier le code]

Cette section contient une ou plusieurs listes. Le texte gagnerait à être rédigé sous la forme de paragraphes synthétiques. Mais les listes peuvent demeurer, si elles sont introduites par une partie rédigée et sourcée, de façon à bien resituer les différents items. Par défaut de sourçage d'ensemble, ce sont chacun des items qui devront être sourcés  (juin 2016).

TEOR a été un projet qui a été contesté en raison de son coût et d'abandons successifs[5].

  • 1995 : Yvon Robert parle de « télébus » dans son nouveau projet de ligne est ouest LEO.
  • 1998 : pour des raisons de coûts (environ 1 milliard de francs), le projet LEO est abandonné au profit d'un nouveau projet de bus à haut niveau de service, TEOR.
  • Novembre 1999 : abandon de la desserte directe des Hauts de Rouen et de Bonsecours.
  • Mai 2000 : report des travaux entre le boulevard des Belges et Martainville (quartier de Rouen) ainsi que les aménagements à Darnétal. Les travaux reprendront quelque temps après.
  • 2000 : à la suite de sondages de terrain trop tardifs en bas de l'avenue Pasteur, les travaux sont arrêtés. Le terrain est pollué par des hydrocarbures. Les travaux de dé-pollution s'ajoutent à la facture.
  • 2000 : acquisition du terrain du Mont-Riboudet pour 2,7 millions de francs (prévue, à la base, pour 1,5 million de francs).

En théorie (dans la déclaration d'utilité publique), le coût du matériel roulant était estimé à 150 millions de francs (bus articulés et équipements de l'atelier-dépôt). La commande finale à Irisbus a atteint les 193 millions de francs.

Financement[modifier | modifier le code]

Cette section contient une ou plusieurs listes. Le texte gagnerait à être rédigé sous la forme de paragraphes synthétiques. Mais les listes peuvent demeurer, si elles sont introduites par une partie rédigée et sourcée, de façon à bien resituer les différents items. Par défaut de sourçage d'ensemble, ce sont chacun des items qui devront être sourcés  (juin 2016).
Bus de la ligne T2 arrivant à l'arrêt Martainville (ancienne sérigraphie)

Chiffres exprimés en millions d'euros, hors taxes.[6]

  • Montant total de l'opération TEOR (T1/T2/T3) : 208,8
  • Montant de l'achat du matériel roulant : 29,5
  • Construction du pôle d'échanges du Mont-Riboudet : 9,4

Total des subventions : 80,9

  • Montant utilisé pour la construction de la ligne T4 : 88[7]

Exploitation[modifier | modifier le code]

Horaires d'ouverture et fréquences[modifier | modifier le code]

Le réseau TEOR circule tous les jours de l'année de 4 h à 23 h 30 (sauf les dimanches et jours de fêtes : ouverture vers 5 h), à l'exception du 1er mai où aucun bus ne circule. En semaine, la circulation du TEOR commence à 3 h 58 pour le T2, puis vers 5 h pour les T1 et T3. Les derniers départs ont lieu vers 23 h (jusqu'à minuit pour le T1).

En heure de pointe, il passe un bus environ toutes les deux minutes aux arrêts du tronc commun et toutes les cinq minutes en heures creuses. En dehors du tronc commun, il passe un bus environ toutes les huit minutes en heure de pointe et toutes les onze minutes en heures creuses.

Le samedi, les horaires sont les mêmes qu'en heure creuse, la semaine (cinq minutes sur le tronc commun et onze minutes hors tronc commun).

Les dimanche et jours fériés, un bus passe toutes les dix minutes sur le tronc commun et toutes les trente minutes en dehors du tronc commun.

Tarification[modifier | modifier le code]

Le système de tarification se fait sans distinction de zone. La politique tarifaire est déterminée par Métropole Rouen Normandie, l'autorité organisatrice de la mobilité.

Depuis août 2008, la carte à puce Astuce permet de charger un ou plusieurs titres de transport (quatre par carte au maximum) sur un seul support. Des valideurs sont placés à bord des bus (un valideur à chaque porte) ; pour valider une carte Astuce, il suffit d’approcher la carte à moins de quinze centimètres des bornes, même dans un sac ou une poche. Les titres de transport peuvent également être chargés sur une carte Atoumod, le système billettique régional de la Haute-Normandie.

Il existe également une gamme de dix titres de transport sur support papier pour les voyageurs occasionnels.

Un titre de transport (tickets sous forme papier ou carte à puce Astuce) permet de voyager pendant une heure à partir de la première validation, quelle que soit la distance avec une à six correspondances[8] avec les lignes d'autobus et de tramway.

Lignes[modifier | modifier le code]

Ligne Parcours Mise en
service
Dernière
extension
Longueur
(en km)
Longueur et % en site propre
(en km)
Nombre
d'arrêts
Fréquentation
T1 CHU Charles Nicolle Mont aux Malades 2002 2008 15
T2 Tamarelle Mairie V. Shœlcher 2001 2007 30
T3 Durécu-Lavoisier Monet 2001 2007 27
T4 Zénith - Parc Expo Boulingrin 2019 8,5[7] 16

T1[modifier | modifier le code]

T1

Un bus à la station Théâtre des Arts

Ouverture 2002
Dernière extension 2008
Terminus CHU Charles Nicolle
Mont aux Malades
Exploitant TCAR
Conduite (système) Conducteur
Matériel utilisé Heuliez GX 437 BHNS
Irisbus Crealis Neo 18
Irisbus Citelis 18
Renault Agora L
Dépôt d’attache Deux Rivières
Points d’arrêt 15
Communes desservies Rouen
Mont-Saint-Aignan
Jours de fonctionnement LMaMeJVSD
Lignes connexes T2 T3 T4

Les stations de la ligne sont présentés d'est en ouest :

(Les arrêts Saint-Hilaire et Boulingrin ne sont plus desservis depuis le 29 août 2016)

Stations Communes desservies Correspondances
O   CHU Charles Nicolle Rouen T2 T3
o   Martainville Rouen T2 T3   5    11   13   20 
o   Saint-Marc Rouen T2 T3
F5  33 
o   République Rouen T2 T3 F1   6  
F3 F5   8    32   33 
o   Cathédrale Rouen T2 T3
o   Théâtre des Arts Rouen

(M) Technopôle (M) Georges Braque T2 T3   8   N
F3 F5  32   33   34 
 29   30 

o   Belges Rouen T2 T3 T4
o   Pasteur — Panorama Rouen T2 T3  29 
o   Luciline Rouen T2 T3
o   Mont-Riboudet Kindarena Rouen T2 T3 F4  26   29   30  P+R
o   Fond du Val Rouen P+R
  5  
o   Campus Mont-Saint-Aignan
o   Place Colbert Mont-Saint-Aignan F2   8    40   43  N P+R
o   Les Coquets Mont-Saint-Aignan F2   8    40   43  N
O   Mont aux Malades Mont-Saint-Aignan F2  43 

T2[modifier | modifier le code]

T2

Un bus à la station Cathédrale

Ouverture 2001
Dernière extension 2007
Terminus Tamarelle
Mairie V. Schœlcher
Exploitant TCAR
Conduite (système) Conducteur
Matériel utilisé Heuliez GX 437 BHNS
Irisbus Crealis Neo 18
Irisbus Citelis 18
Renault Agora L
Dépôt d’attache Deux Rivières
Points d’arrêt 30
Communes desservies Rouen
Bihorel
Déville-lès-Rouen
Maromme
Notre-Dame-de-Bondeville
Jours de fonctionnement LMaMeJVSD
Lignes connexes T1 T3 T4

Le T2 est la ligne enregistrant le plus de voyageurs du réseau TEOR[9].

Les stations de la ligne sont présentés d'est en ouest :

Stations Communes desservies Correspondances
O   Tamarelle Bihorel F2  20   40 
o   Châtelet Rouen
o   Maison de l'Emploi Rouen
o   Galilée Rouen
o   Piscine Salomon Rouen
o   Malraux Rouen
o   Sainte-Claire Rouen
o   Couperin Rouen
o   Clos d'Argent Rouen
o   Deux Rivières Rouen T3  22 
o   Auberge de Jeunesse Rouen T3
 t53 
o   Saint-Hilaire Rouen T3
o   CHU Charles Nicolle Rouen T1 T3
o   Martainville Rouen T1 T3   5    11   13   20 
o   Saint-Marc Rouen T1 T3
F5  33 
o   République Rouen T1 T3 F1   6  
F3 F5   8    32   33 
o   Cathédrale[10] Rouen T1 T3
o   Théâtre des Arts Rouen (M) Technopôle (M) Georges Braque T1 T3   8   N
F3 F5  32   33   34 
 29   30 
o   Belges Rouen T1 T3 T4
o   Pasteur — Panorama Rouen T1 T3  29 
o   Luciline Rouen T1 T3
o   Mont-Riboudet Kindarena Rouen T1 T3 F4  26   29   30  P+R
o   Bapeaume Rouen  26   29   t35 
o   Maison Normande Déville-lès-Rouen   5    29   t35 
o   Petit Saint-Pierre Déville-lès-Rouen F4   5    29   t35 
o   Mairie de Déville Déville-lès-Rouen   8    29   t35 
F4
o   Bernard Palissy Maromme   8    29   t35  F4
o   Demi-Lune Notre-Dame-de-Bondeville   8    29   t35  F4
o   Moulin à Poudre Notre-Dame-de-Bondeville   8    29 
O   Mairie V. Schœlcher Notre-Dame-de-Bondeville F4  29 

T3[modifier | modifier le code]

T3

Un bus à proximité de la station Cathédrale

Ouverture 2001
Dernière extension 2007
Terminus Durécu-Lavoisier
Monet
Exploitant TCAR
Conduite (système) Conducteur
Matériel utilisé Heuliez GX 437 BHNS
Irisbus Crealis Neo 18
Irisbus Citelis 18
Renault Agora L
Dépôt d’attache Deux Rivières
Points d’arrêt 27
Communes desservies Rouen
Darnétal
Canteleu
Jours de fonctionnement LMaMeJVSD
Lignes connexes T1 T2 T4

Les stations de la ligne sont présentés d'est en ouest :

Stations Communes desservies Correspondances
O   Durécu-Lavoisier Darnétal P+R
 38 
o   Les Canadiens Darnétal  22 
o   Mairie de Darnétal Darnétal  22   38 
o   École d'Architecture Rouen  22 
o   Deux Rivières Rouen T2  22 
o   Auberge de Jeunesse Rouen T2
 t53 
o   Saint-Hilaire Rouen T2
o   CHU Charles Nicolle Rouen T1 T2
o   Martainville Rouen T1 T2   5    11   13   20 
o   Saint-Marc Rouen T1 T2
F5  33 
o   République Rouen T1 T2 F1   6  
F3 F5   8    32   33 
o   Cathédrale Rouen T1 T2
o   Théâtre des Arts Rouen (M) Technopôle (M) Georges Braque T1 T2   8   N
F3 F5  32   33   34 
 29   30 
o   Belges Rouen T1 T2 T4
o   Pasteur — Panorama[11] Rouen T1 T2  29 
o   Luciline Rouen T1 T2
o   Mont-Riboudet Kindarena[12] Rouen T1 T2 F4  26   29   30  P+R
o   MIN Rouen  t35 
F4
o   Chemin de la Corniche Canteleu
o   Prat Canteleu  30   t35 
o   Touyé Canteleu  t35 
o   Dumas Canteleu
o   Provence Canteleu
o   Hôtel de Ville - Jaurès Canteleu  t35 
o   Pissarro Canteleu
o   Bizet Canteleu
O   Monet Canteleu

T4[modifier | modifier le code]

T4
Ouverture 25 mai 2019
Terminus Boulingrin
Zénith — Parc Expo
Exploitant TCAR
Conduite (système) Conducteur
Matériel utilisé Heuliez GX 437 BHNS
Points d’arrêt 16
Longueur 8,5 km
Communes desservies Rouen
Le Petit-Quevilly
Sotteville-lès-Rouen
Le Grand-Quevilly
Jours de fonctionnement LMaMeJVSD
Lignes connexes T1 T2 T3

La nouvelle ligne TEOR (Nord-Sud) baptisée T4, en grande partie en site propre, a été mise en service le 25 mai 2019[13] juste avant l'armada.

Son temps de trajet total est de 25 à 30 minutes avec une fréquence de passage de 8 minutes en heure de pointe. La fréquentation espérée à terme est de 18000 à 20000 voyageurs par jour[7].

Voici la liste des stations desservies du nord au sud[14] :

Stations Communes desservies Correspondances
o   Boulingrin Rouen (M) Technopôle (M) Georges Braque F2  22   40   t53  P+R
o   Beauvoisine Rouen (M) Technopôle (M) Georges Braque F1   6    20 
o   Gare-Rue Verte Rouen (M) Technopôle (M) Georges Braque F2   8    11 
o   Cauchoise Rouen   5  
o   Vieux Marché Rouen
o   Belges Rouen T1 T2 T3
o   Orléans Rouen  34 
o   CAF Rouen
o   Louis Poterat Rouen (M) Georges Braque
o   Chartreux Le Petit-Quevilly   6  
o   11-Novembre Le Petit-Quevilly
o   Stade Diochon Sotteville-lès-Rouen F1  41   t54   32 
o   Champ des Bruyères Le Grand-Quevilly
o   Stendhal Le Grand-Quevilly
o   George Sand Le Grand-Quevilly  42 
o   Zénith — Parc Expo Le Grand-Quevilly  27   32  P+R

Lignes temporaires[modifier | modifier le code]

Une ligne T4 CHU Charles NicolleLe Musoir avait été créée pour deux semaines à l'occasion de l'Armada 2008. Le T4 circulait de 9 h à 23 h et desservait deux arrêts sur le site de l'Armada : le terminus Le Musoir (à l'extrémité du site de l'Armada) et l'arrêt Pont Flaubert, avant de rejoindre Mont-Riboudet et d'emprunter la voie TEOR jusqu'à CHU Charles Nicolle.

À partir de 20 h, les deux arrêts Pont Flaubert et Le Musoir n'étaient plus desservis pour ne pas entraver l'accès aux concerts.

En décembre 2012, la ligne T4 a de nouveau été opérationnelle durant trois week-ends, à l'occasion de la hausse de la fréquentation des transports en commun lors des périodes de fêtes, mais aussi à la suite de l'incendie du pont Mathilde. En effet, les dégâts occasionnés au pont ont empêché toute circulation sur celui-ci pendant plusieurs mois.

Stations[modifier | modifier le code]

Arrêt Cathédrale

Le réseau totalise 65 arrêts de 20 ou 35 mètres de long[15]. La hauteur des quais, de 270 mm, permet une meilleure accessibilité aux véhicules. Les quais sont équipés de bordures biaises pour servir de chasse-roue en cas de perte de guidage. En mode nominal, les roues ne touchent pas le trottoir.

Chaque arrêt est équipé :

Les rampes d'accès aux quais sont aménagées pour les personnes à mobilité réduite, elles sont présentes à tous les arrêts, tout comme les bandes podotactiles.

L'arrêt Cathédrale a été inauguré le 19 décembre 2008. Il possède un design différent des autres : modélisé par Jean-Pierre Vaysse et Alain Crenon du cabinet d’architecture Ar. Thème, l'arrêt évoque l'architecture de la cathédrale Notre-Dame de Rouen, symbole de Rouen.

Pôle du Mont-Riboudet[modifier | modifier le code]

Sorti de terre en février 2001, le pôle d'échange du Mont-Riboudet se situe à l'entrée de l'A150 (Barentin - Le Havre), au pied du pont Flaubert. Il permet une correspondance entre les trois lignes TEOR et trois autres lignes régulières (F4,  26  et  29 ).

Cet arrêt est le plus proche du centre-commercial Docks 76 et du Kindarena, le palais des sports de Rouen.

De par sa proximité avec l'autoroute, le parc relais du Mont-Riboudet permet de garer sa voiture facilement pour prendre l'une des trois lignes TEOR présentes. Constitué de 950 places, le parking est équipé de distributeurs de pass In'Cité. Ce titre de transport à 3,90  permet de garer sa voiture au parking et sert de titre de transport pour un aller-retour pour tous les occupants d'une voiture.

Le 8 septembre 2012, cet arrêt a été renommé Mont-Riboudet Kindarena.

Voirie[modifier | modifier le code]

Croisement de bus à Rouen, entre site propre et site banalisé

Il existe trois types de circulation possibles pour les véhicules du réseau TEOR.

Les voies à double sens sont réservées exclusivement aux véhicules TEOR, aux véhicules d'intérêt général et aux véhicules de TCAR. Elles sont isolées de la circulation routière par des séparateurs physiques et mesurent 6,20 m de largeur[16]. Ces voies sont prioritaires aux carrefours grâce à un système similaire à la signalisation des tramways et sont interdites d'accès aux cyclistes[17].

  • Les sites réservés

Les voies à double sens ou à sens unique sont réservées aux véhicules TEOR et mesurent 6,20 m de largeur[16]. Elles sont séparées de la circulation routière par une séparation franchissable par les autres véhicules, il est d'ailleurs fréquent que ces derniers croisent la voie TEOR. Cependant les véhicules TEOR sont prioritaires aux carrefours grâce à un système similaire à la signalisation des tramways. Ces voies sont interdites d'accès aux cyclistes[17].

  • Les sites banalisés

Les véhicules TEOR circulent sur la chaussée, mêlés à la circulation routière. L'aménagement des arrêts est identique à celui des arrêts en site propre.

Matériel roulant[modifier | modifier le code]

Prototype Irisbus Civis à face avant de Cristalis qui circulait sur le réseau TEOR de 2001 à 2004

À l'origine du projet, des Irisbus Civis devaient être équipés d'un poste de commande (ou cabine de conduite) central et d'un système de rétrovision par caméra, ce qui pose encore aujourd’hui des problèmes d’homologation[18]. Les tests ne furent pas concluants à cause de multiples problèmes techniques et d'une consommation excessive de carburant (100 L aux 100 km pour le Civis contre 70 L aux 100 km pour un Agora[18]), la Communauté de l'agglomération rouennaise se sépara[Comment ?] des deux prototypes Civis en 2004 et passa commande de 28 Irisbus Citelis 18.

Au total, 58 véhicules[1] parcourent les trois lignes TEOR actuellement en service. Ils sont tous équipés du système de guidage optique Optiguide de Siemens. Chaque véhicule est équipé d'un système de climatisation, d'un dispositif de vidéoprotection et de deux panneaux à messages variables (bornes de système d'aide à l'exploitation et à l'information voyageurs). Tous les véhicules sont à plancher bas intégral pour permettre une meilleure accessibilité aux arrêts.

Jusqu'à la mise en service des Irisbus Crealis en septembre 2012, les véhicules du TEOR se distinguaient des autres lignes de bus par une sérigraphie différente.

Depuis 2018, des Heuliez GX 437 BHNS circulent également sur le réseau.

Aujourd'hui, les véhicules roulant sur TEOR sont :

Irisbus Crealis Neo 18[modifier | modifier le code]

Iribus Crealis Neo 18 sur la ligne T1
Article détaillé : Irisbus Crealis.

Depuis septembre 2012, 38 Irisbus Crealis Neo 18 circulent sur les trois lignes TEOR en remplacement des Renault Agora L. L'Irisbus Crealis Neo 18 est un autobus articulé de 18,2 mètres de longueur, de 2,50 mètres de largeur et d’une capacité de 135 personnes, dont 35 assises et 2 places pour fauteuils roulants. Il dispose de quatre portes coulissantes extérieures dont l'accès s'effectue en libre-service.

En plus des deux panneaux à messages variables, ces bus sont équipés de quatre écrans LCD intérieurs diffusant des informations pratiques et des messages commerciaux de Métropole Rouen Normandie et de ses partenaires. Tous les bus sont alimentés en biodiesel, sont équipés de filtres à particules et de pots catalytiques de la nouvelle génération (CTR) conformément à la norme environnementale Euro 5. La caméra du système de guidage optique est située dans l'habitacle du véhicule, à la base du pare-brise.

Un exemplaire de ces autobus est équipé d'une motorisation hybride.

Irisbus Citelis 18[modifier | modifier le code]

Irisbus Citelis 18 sur la ligne T3
Article détaillé : Irisbus Citelis.

Le réseau TEOR comporte, depuis 2006, 28 Irisbus Citelis 18. L'Irisbus Citelis 18 est un autobus articulé de 18 mètres de longueur, de 2,50 mètres de largeur et d'une capacité de 110 personnes, dont 43 assises. Il dispose de quatre portes louvoyantes intérieures dont l'accès s'effectue en libre-service.

Tous les autobus sont alimentés en biodiesel, sont équipés de filtres à particules et de pots catalytiques conformément à la norme environnementale Euro 3. La caméra du système de guidage optique est située hors de l'habitacle, au-dessus du pare-brise.

Renault Agora L[modifier | modifier le code]

Renault Agora L de la ligne de bus 7 près de l'arrêt Hôtel de Ville
Article détaillé : Renault Agora.

De 2001 à 2012, 38 Renault Agora L parcouraient les trois lignes TEOR. En 2008, quatre autobus ont été affectés à d'autres lignes régulières nécessitant des bus articulés, réduisant ainsi, l'effectif des Agora sur TEOR à 34 unités. En 2012, les Renault Agora L ont été affectés à d'autres lignes de bus et ont été remplacés par les Irisbus Crealis Neo 18. Depuis 2015, seuls trois Agora circulent encore sur TEOR. A l'été 2018, ils ne sont plus que deux.

Le Renault Agora L est un autobus articulé de 17,8 mètres de longueur, de 2,5 mètres de largeur et d'une capacité de 115 personnes (dont 40 places assises)[19]. Tous les véhicules sont alimentés en biodiesel, conformément à la norme environnementale Euro 2. Il dispose de quatre portes louvoyantes intérieures dont l'accès s'effectue en libre-service. La caméra du système de guidage optique est située dans l'habitacle du véhicule, à la base du pare-brise.

Heuliez GX 437 BHNS[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Heuliez GX 437.

Guidage optique[modifier | modifier le code]

Marquage au sol lu et interprété par le système de guidage optique sur un Renault Agora L

Le système de guidage optique Optiguide conçu par Matra (aujourd'hui Siemens) a pour rôle d'optimiser l'accessibilité aux arrêts en faisant suivre au véhicule une trajectoire matérialisée par un marquage au sol. Il assure la précision et surtout la régularité de l'accostage pour une bonne accessibilité des voyageurs et des personnes à mobilité réduite.

  • Le système de guidage optique est composé d'une caméra numérique (placée derrière le pare-brise pour les Agora et les Crealis ou au-dessus du pare-brise pour les Citelis) qui lit sur la chaussée un marquage au sol, fait de peinture routière standard, matérialisant la trajectoire imposée ;
  • Un ordinateur de bord analyse la position du véhicule par rapport à la voie et transmet à la colonne de direction les informations nécessaires ;
  • L'accostage se fait avec une moyenne de 60 mm d'écart horizontal entre le quai et le véhicule ;
  • Il est utilisé uniquement pour l'accostage aux arrêts, le conducteur peut à tout moment passer d'une conduite guidée à une conduite manuelle ;
  • Le « rail virtuel » est long d'environ 50 mètres pour l'arrivée aux arrêts, et 50 autres mètres en sortie (variable selon les arrêts) ;
  • Lors de l'utilisation du guidage optique, la vitesse maximale est limitée en fonction de la configuration de la station pour des raisons de sécurité ;
  • Le risque de panne du guidage optique est très faible (indice de défaut du guidage pendant l’exploitation : 1,97 pour 10 000 accostages aux arrêts. (chiffre de 2006) soit 99,98 % d'efficacité)[20],[21] ;
  • L'arrêt Chemin de la Corniche sur la ligne T3[22] ainsi que tous les arrêts de la ligne T4 à l'exception de Boulingrin[13] ne sont pas équipés pour le guidage optique.

Système d'aide à l'exploitation et à l'information voyageur (SAEIV)[modifier | modifier le code]

En 2005, la Communauté de l'agglomération rouennaise a lancé un appel d'offres afin de renouveler le système d'aide à l'exploitation et à l'information voyageurs (SAEIV) pour un montant d'environ 10 millions d'euros[23].

Chaque autobus est équipé d'une borne de SAEIV du fabricant Ineo. Un panneau à messages variables est située à l'avant du véhicule, au milieu du couloir ; le second se situe derrière le soufflet du véhicule. Ces bandeaux SAEIV indiquent : le prochain arrêt, la destination de la ligne, le temps de trajet estimé avant d'atteindre le terminus, l'heure ainsi que des messages d'information en cas de perturbation sur la ligne. À cette borne SAEIV, est ajoutée des haut-parleurs diffusant des annonces vocales (prochain arrêt, destination et messages d'information en cas de perturbation).

L'installation de ce nouveau SAEIV a débuté en 2006 pour s'achever en septembre 2008. Ce système équipe également tous les autres véhicules (tramway et bus) depuis septembre 2008.

Atelier-dépôt[modifier | modifier le code]

Les véhicules circulant sur le réseau TEOR sont remisés et entretenus au centre des Deux Rivières à Rouen (à la limite de Darnétal), avec les autres autobus de Métropole Rouen Normandie. Le site accueille également le siège social de TCAR.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes, sources et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d « Retour d’expériences des choix Tramway-BHNS dans les agglomérations françaises », sur www.actu-environnement.com, (consulté le 3 janvier 2019)
  2. TCAR - L'entreprise: Chiffres clés
  3. Publication sur le TEOR sur agglo-rouennaise.fr.
  4. Rétro Rouen : bon anniversaire Teor
  5. Dossier de la Gazette daté du 22 octobre 2006.
  6. Dossier d'étude du TEOR, page 21/43.
  7. a b et c « La nouvelle ligne T4, c'est quoi ? », sur Métropole Rouen Normandie (consulté le 28 mai 2019)
  8. Section FAQ de www.tcar.fr.
  9. « Rouen monographie TEOR »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogle • Que faire ?), page 6/7.
  10. Anciennement Place Lelieur de 2001 à décembre 2008
  11. Anciennement Louis Pasteur de 2001 à septembre 2014
  12. Anciennement Mont-Riboudet de 2001 à septembre 2012
  13. a et b « Du Zenith à Boulingrin, la ligne T4 entre en circulation à Rouen ce samedi 25 mai », sur France 3 Normandie (consulté le 28 mai 2019)
  14. « Plan de la ligne T4 », sur Réseau Astuce (consulté le 25 mai 2019)
  15. Il y a deux arrêts pour la station Belges (un pour la T4 et un pour les autres lignes). Les arrêts de 35 mètres de long se situent sur le tronc commun des trois lignes TEOR.
  16. a et b « Rouen monographie TEOR »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogle • Que faire ?), page 7/7.
  17. a et b « A Rouen, les cyclistes sur les voies de bus dans le collimateur »,Paris Normandie, 1er décembre 2014
  18. a et b [PDF] 6_Teor
  19. Chiffre calculé selon une base de 4 personnes au m². Section Matériel roulant du tcar.fr
  20. Étude du TEOR sur Euromedina.
  21. Équipé du système de guidage optique Siemens, le réseau TEOR de l'Agglomération de Rouen reçoit la Palme de l'Accessibilité
  22. « Vue Street View montrant l'absence de marquage au sol à Chemin de la Corniche », sur Google Maps, (consulté le 13 octobre 2018)
  23. Réalisations de l'agglo.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • Portail des transports en commun
  • Portail de Rouen