Tour de Colombie 2016

Un article de Wikipedia, l'encyclopedie libre.
Sauter a la navigation Sauter a la recherche
Tour de Colombie 2016
Généralités
Course66e Tour de Colombie
CompétitionUCI America Tour 2016 2.2
Étapes13
Dates13 – 26 juin 2016
Distance1 742,8 km
Pays Colombie
Lieu de départTurbaco
Lieu d'arrivéeTunja
Partants156
Arrivants105
Vitesse moyenne41,76 km/h
Résultats
Vainqueur Mauricio Ortega (Supergiros-Gane-Redetrans)
Deuxième Óscar Sevilla (EPM-Tigo-Une-Área Metropolitana)
Troisième Alex Cano (Aguardiente Antioqueño-Lotería de Medellín)
Classement par points Óscar Sevilla (EPM-Tigo-Une-Área Metropolitana)
Meilleur grimpeur Mauricio Ortega (Supergiros-Gane-Redetrans)
Meilleur sprinteur Steven Cuesta
Meilleur jeune Aldemar Reyes (Manzana Postobón)
Meilleure équipe Coldeportes-Claro
◀ 20152017 ▶
Documentation

Le Tour de Colombie 2016 a lieu du 13 au . La Vuelta a Colombia "¡Infraestructura en Marcha!" (nom officiel) est inscrite au calendrier de l'UCI America Tour 2016, en catégorie 2.2.

Présentation[modifier | modifier le code]

Équipes[modifier | modifier le code]

Vingt équipes prennent part à la compétition. Jusqu'à quelques heures du début de l'épreuve, vingt-deux formations étaient prévues. C'est tout d'abord l'équipe "Ecuador"[1] qui fait défection, peu de jours avant le départ. Elle est remplacée au pied levé par la formation "Bolívar Sí Avanza - IDERBOL" avec comme tête d'affiche Félix Barón. Mais, cette dernière ainsi que celle d'"IMRD Chía"[2] ne se trouvent pas à Turbaco pour disputer le contre-la-montre initial de cette nouvelle édition du Tour de Colombie[3].

Dossards Équipe
1-8 EPM Tigo - Une - Área Metropolitana
11-18 Manzana Postobón
21-28 GW Shimano - Chaoyang - Envía
31-38 Raza de Campeones
41-48 Movistar Team América
51-58 Strongman - Campagnolo - Wilier
61-68 Aguardiente Antioqueño - Lotería de Medellín - IDEA - Indeportes Antioquia
71-78 Coldeportes - Claro - Zenú
81-88 EBSA Empresa de Energía de Boyacá
91-98 Mundial de Tornillos - Formesan - Pijaos Web
Dossards Équipe
101-108 Indeportes - IMRD Cota - 4WD Rent a Car
111-118 Supergiros - Gane - Redetrans
121-128 Autolarte - Postal - JB Ropa Deportiva - Rionegro
131-138 FF AA Fuerzas Armadas - Ejército Nacional
141-148 Sogamoso - Argos - Cooservisios - IDRS
151-158 Pinturas Bler - Team Wilches - Colpatria
171-178 Multi Repuestos Bosa - Carnaval del Pollo - Coyote store - Tolima es pasión
191-198 Team Sonora - Dimonex
201-206 Jamis
211-216 Sélection nationale du Rwanda

Rodrigo Pacheco, directeur technique de l'équipe tolimense "Mundial de Tornillos-Formesan-Pijaos Web", croit au succès des siens. Il vise non seulement la victoire au classement général individuel mais aussi le classement par équipes et le gain d'étapes. Il compte pour cela sur Fabio Montenegro (recrue toute récente[4]) et sur Alejandro Serna[5]. Ce dernier, fort de son Top ten et de sa victoire d'étape dans le Tour de Colombie 2015, rêve de podium et de gagner une étape[6]. Alors que Montenegro, déjà deux fois vainqueur du classement du meilleur grimpeur (en 2006 et en 2008) aimerait remporter un troisième trophée dans cette spécialité[7].

Rafael Antonio Niño, manager de la formation "EBSA" et sextuple vainqueur du Tour de Colombie, se fixe comme objectifs une ou deux victoires d'étape et placer un de ses hommes dans les cinq premiers au classement général. Il pense à Álvaro Gómez ou à Óscar Rivera, bons grimpeurs[8]. Celui-ci espère gagner une étape comme l'an dernier et lutter pour le titre[9].

Jorge Arbeláez, stratège de l'équipe "Coldeportes-Claro", annonce qu'indiscutablement l'objectif est le titre. Il veut améliorer les résultats de l'année précédente alors que les coureurs de sa formation ont remporté deux étapes, le classement par équipes et placé trois des leurs dans les cinq premiers en 2015. Il table sur l'expérience de ses hommes, dont la moitié a couru en Europe. L'osmose s'est faite avec les autres et la bonne entente qui règne au sein du groupe constitue un atout, selon lui[10]. Luis Felipe Laverde, troisième l'année précédente, et Miguel Ángel Rubiano, leader de l'épreuve pendant une semaine en 2014, confirment qu'ils ont trois ou quatre coureurs capable de gagner la course. Sur un plan personnel, Laverde attend le déroulement de l'épreuve pour avoir un objectif propre[11]. Tandis que Rubiano déclare avoir une revanche à prendre par rapport à 2014[12] (où il perd la tête de la course à deux jours de l'arrivée[13]). Quant à Camilo Gómez, son équipe lui paraît plus forte que l'année précédente. Cinquième un an auparavant, il veut améliorer son classement et se voit vainqueur de l'épreuve[14].

Andrés Felipe Torres, jeune directeur sportif (d'à peine vingt-six ans) des "GW Shimano - Chaoyang - Envía", annonce que l'objectif est de conquérir le titre. Il voit au terme de la compétition Edward Díaz remporter la catégorie Espoir, Óscar Pachón le trophée des grimpeurs et une ou deux étapes gagnées[15]. Quant à son leader Walter Pedraza, il espère monter de nouveau sur le podium, onze ans après[16].

Libardo Leyton, directeur sportif de la formation "Movistar Team América", considère qu'il est temps pour son sponsor principal d'inscrire son nom au palmarès du Tour de Colombie, en remerciement de son soutien. Il trouve ses coureurs très motivés grâce aux résultats acquis en début de saison, fruits du travail effectué avec des psychologues, des préparateurs physiques et un médecin du sport. Les pièces maîtresses du groupe de téléphonie mobile sont le Bolivien Óscar Soliz et le Llanero Omar Mendoza[17]. Soliz avait dû abandonner le Tour 2015 pour raisons de santé[18]. Il revient avec la volonté d'être protagoniste et de lutter pour être sur le podium (ou un de ses coéquipiers). Outre Mendoza, il ajoute à son nom Cristian Talero[N 1] comme prétendant à la victoire finale[19]. Omar Mendoza a pris confiance avec sa victoire au Clásico RCN 2015. Il se dit en excellente condition comme le prouve son succès dans la récente Vuelta a Antioquia. Il se voit progresser d'année en année et espère gagner la Vuelta, lui ou Soliz[20].

En analysant la composition des "Supergiros-Gane-Redetrans", le podium dont rêve leur manager Luis Fernando Otálvaro semble possible. L'arrivée d'hommes expérimentés comme Mauricio Ortega ou Marlon Pérez pour épauler Danny Osorio renforce les possibilités de briguer des victoires d'étape ou une des marches du podium final. Ortega, deuxième en 2008 et en 2015, est un homme familier des podiums finals[N 2]. Osorio, après une saison gâchée par les blessures, retrouve son niveau de 2014 qui lui a permis de finir sixième du Tour de Colombie et troisième du Clásico RCN, comme le prouve sa deuxième place lors de la dernière Vuelta a Antioquia. Ce coureur qui vaut le Top ten aspire au podium. La pointe de vitesse de Marlon Pérez peut faire espérer des victoires d'étapes en cas d'arrivée massive ou plus sûrement en petit comité. Il ambitionne de se vêtir du maillot de leader. Enfin, il ne faut pas oublier l'apport et le talent d'hommes comme Ronald Gómez ou Carlos Ospina habitués à être acteurs dans des compétitions comme le Tour national[21].

Après la victoire dans la Vuelta de la Juventud[22] et des prestations remarquables dans les derniers Clásico RCN et Tour de San Luis[23], l'équipe Strongman-Campagnolo-Wilier s'attaque à son premier Tour de Colombie. Avec l'appui de leurs coéquipiers, le directeur technique Luis Alfonso Cely pense que Carlos Becerra et Nicolás Paredes vont jouer un grand rôle[24].

Víctor Hugo Peña étrenne ses fonctions de directeur sportif en prenant les commandes d'une nouvelle formation, le "Team Sonora-Dimonex", aboutissement d'un projet vieux de deux ans. Le Tour de Colombie 2016 est la première course disputée par l'équipe. Après neuf années passées en Europe (les deux dernières dans une WorldTeam), José Serpa réintègre les rangs d'une équipe colombienne. Peña désire que ses coureurs pèsent sur la course et désigne Serpa comme candidat au titre. Celui-ci est entouré d'hommes d'expérience comme Pedro Herrera ou Fernando Camargo[25],[26].

Le vainqueur de l'édition 2009, le Vénézuélien José Rujano prend part à la compétition avec la formation bogotanaise "Multi Repuestos Bosa". Rujano a pour objectif de peaufiner sa préparation pour les Jeux olympiques. Même si cela lui semble compliquer de remporter l'épreuve, il espère être un adversaire coriace pour les favoris[27]. Il escompte augmenter le nombre de ses victoires d'étapes (au nombre de cinq actuellement), lui qui vient de terminer sixième des championnats panaméricains. Par ailleurs Miguel Cendales et Marvin Angarita intègrent également le groupe[28].

Alex Cano, victime d'une fracture du fémur au mois de mars[29], espère pourtant s'imposer dans la Vuelta. Conscient de n'être pas à cent pour cent, sa victoire dans la dernière Vuelta Marco Fidel Suárez le rassure. L'absence de difficulté majeure lors de la première semaine de cette 66e édition lui permettra d'affiner sa condition physique[30]. Gabriel Jaime Vélez, le directeur technique des "Aguardiente Antioqueño - Lotería de Medellín", vise également le podium malgré le manque de compétition de ses coureurs[31].

La formation "Manzana Postobón" vient au départ avec l'intention de glaner des victoires d'étapes par l'intermédiaire de son sprinter Sebastián Molano et de s'imposer dans le classement des moins de vingt-trois ans soit grâce à Aldemar Reyes, soit grâce à Hernán Aguirre[32].

Selon Óscar Sevilla, l'objectif des "EPM Tigo - Une" est de conserver leur titre, peu importe avec qui. Cependant, vainqueur des trois dernières éditions, Sevilla est le chef de file de cette équipe à l'aise sur tous les terrains. De plus, ce bloc compact a été renforcé par l'apport de Fabio Duarte, Cayetano Sarmiento et Edward Beltrán[33], anciens professionnels en Europe.

Favoris[modifier | modifier le code]

Óscar Sevilla est donné par tout le monde comme le favori pour se succéder à lui-même.

Par ailleurs quatre cyclistes, sanctionnés pour dopage, font leur retour sur le Tour de Colombie, cette année. Luis Largo, suspendu deux ans à la suite d'un contrôle subi hors compétition lorsqu'il faisait partie du Team Colombia, revient au sein de l'équipe "Multi Repuestos Bosa". En 2013, avec la formation "EBSA", il fut un éphémère leader du Tour de Colombie et le vainqueur de la Vuelta a Cundinamarca. Un autre Boyacense Salvador Moreno et deux Santandereanos Jonathan Millán et Aristóbulo Cala reprennent la compétition également[34].

Les étapes[modifier | modifier le code]

ÉtapeDateVilles étapestypeDistance (km)Vainqueur d'étapeLeader du classement général
1re étape 13 juinTurbacoArjona
11,3 Óscar Sevilla Óscar Sevilla
2e étape 14 juinCarthagène des Indes – La Cansona
128,6 Fabio Montenegro Óscar Sevilla
3e étape 15 juinSincelejoMontería
126,8 Lucas Sebastián Haedo Óscar Sevilla
4e étape 16 juinMonteríaCaucasia
118,6 Sebastián Molano Óscar Sevilla
5e étape 17 juinYarumalBello
113,5 Lucas Sebastián Haedo Óscar Sevilla
6e étape 18 juinMedellín – Alto de Las Palmas
17 Mauricio Ortega Óscar Sevilla
7e étape 19 juinCaldasManizales
183,1 Mauricio Ortega Mauricio Ortega
20 juinJournée de repos
8e étape 21 juinManizalesSanta Rosa de Cabal
124,9 Frank Osorio Mauricio Ortega
9e étape 22 juinPereiraCali
214,8 Jairo Salas Mauricio Ortega
10e étape 23 juinBugaSalento
143 Cristhian Montoya Mauricio Ortega
11e étape 24 juinSalentoIbagué
169 Alexis Camacho Mauricio Ortega
12e étape 25 juinIbaguéCota
218,6 Juan Pablo Suárez Mauricio Ortega
13e étape 26 juinSopóTunja
173,6 Wilson Marentes Mauricio Ortega

Récit de la course[modifier | modifier le code]

1re étape[modifier | modifier le code]

Le triple vainqueur Óscar Sevilla prend le pouvoir dès l'entame de cette 66e édition. Il s'impose dans le contre-la-montre inaugural de 11 km, disputé entre les municipalités bolivarenses de Turbaco et Arjona.

En tant que tenant du titre, Sevilla s'élance le dernier des cent cinquante-cinq participants. Bénéficiant semble-t-il de conditions aérologiques favorables, il bat de quatre secondes, le meilleur temps, réalisé par Omar Mendoza, parti une minute avant lui. Sur un parcours rigoureusement plat, le Colombo-espagnol, âgé de 39 ans, réalise 12 min 6 s, à la moyenne horaire de 54,85 km/h[35].

2e étape[modifier | modifier le code]

Óscar Sevilla conforte son avance au classement général dans une étape menant le peloton de Carthagène à une arrivée inédite à los Montes de María, située dans la vereda de La Cansona (municipalité d'El Carmen de Bolívar). Après 128,6 km d'effort, Fabio Montenegro s'impose devant Sevilla.

Une fugue de trois coureurs occupe le devant de la scène une partie de la matinée. Puis le dernier d'entre-eux Carlos Julián Quintero s'isole. Il est rejoint à moins de dix kilomètres de l'arrivée par six hommes[36]. Les tentatives de fugue se multiplient et Mauricio Ortega s'extrait à trois kilomètres de l'arrivée. Dans les derniers mille mètres, Ortega est dépassé par le grimpeur explosif Fabio Montenegro. Ce dernier devance sur la ligne de quelques mètres trois hommes Sevilla, Freddy Montaña et Camilo Gómez[37]. Quintero prend la tête du classement des étapes volantes, Fabio Montenegro celui de la montagne. Omar Mendoza incapable de suivre le rythme du Colombo-espagnol perd vingt secondes supplémentaires et Ortega vingt-trois[38].

3e étape[modifier | modifier le code]

Óscar Sevilla conserve son maillot de leader dans une étape qui se termine par un sprint massif. La journée, reliant la capitale du département de Sucre, Sincelejo à celle de Córdoba, Montería, voit la victoire de Lucas Sebastián Haedo, premier succès d'un Argentin en soixante-quatre ans dans la Vuelta.

La fugue du jour comprend cinq hommes qui se partagent les trois étapes volantes de l'étape. Elle prend fin dans les faubourgs de Montería, à seulement cinq kilomètres de l'arrivée. L'emballage final est conclu victorieusement par Haedo qui devance deux Colombiens Jairo Salas et Sebastián Molano[39].

4e étape[modifier | modifier le code]

L'étape est la revanche de la veille avec un nouveau sprint massif en conclusion d'un parcours développant 113,5 km et menant les participants de Montería à Caucasia, dans le département d'Antioquia. Óscar Sevilla garde sa position en haut de la hiérarchie.

La journée se déroule à un rythme effréné. Les tentatives d'échappée sont muselées rapidement par le peloton. Seuls trois coureurs obtiennent un bon de sortie. Cristián Torres, présent dans l'échappée, en profite pour s'emparer de la tête du classement des étapes volantes, l'ancien leader de ce classement, Carlos Julián Quintero ne pouvant défendre ses chances. Comme son coéquipier Miguel Ángel Rubiano et les frères Wilches, Quintero se voit interdire le départ pour avoir une double licence. Quelques jours avant le Tour de Colombie, ces quatre coureurs se sont, en effet, engagés avec une formation chinoise, en vue de disputer quelques courses sur le continent asiatique lors du deuxième semestre. Contrôlés par les coéquipiers de Sevilla, les fugueurs sont absorbés par le peloton après le dernier sprint bonification où ils chutent. Les équipes préparent alors l'arrivée pour leur coureur le plus véloce. À Caucasia, Sebastián Molano s'impose devant Lucas Sebastián Haedo, Weimar Roldán[40] et le reste du peloton relégué à une seconde. Néanmoins Haedo dépossède Sevilla de la tête du classement par points[41].

5e étape[modifier | modifier le code]

Pour le troisième jour consécutif, l'étape, disputée totalement dans le département d'Antioquia entre les municipalités de Yarumal et Bello, se termine au sprint. Après 118,8 km, Lucas Sebastián Haedo s'impose pour la seconde fois tandis qu'Óscar Sevilla n'est pas inquiété.

6e étape[modifier | modifier le code]

Mauricio Ortega prend sa revanche alors qu'Óscar Sevilla conserve sa position au sommet du classement général.

L'étape du jour est une cronoescalada, un contre-la-montre en côte. Le départ est donné devant l'Edificio Intelligente de EPM (siège social des Empresas Públicas de Medellín). Le tracé, développant 17,5 km se situe intégralement dans la municipalité de Medellín. Pour monter des rues de la ville vers l'Alto de Las Palmas (es), quatre variantes sont possibles. Celle, proposée aux participants, dite de San Diego, est réputée la plus facile, bien que classée en première catégorie par les organisateurs. Les 15,6 derniers kilomètres ont une pente moyenne de 6,6 %[42].

L'année précédente, Ortega perdait le Tour de Colombie lors de la dernière étape, identique à celle-ci. Cette fois-ci, en tête à tous les classements intermédiaires, il devance son "bourreau" de 2015 de cinquante-quatre secondes. Ce qui lui permet de se replacer à la deuxième place du classement général, à seize secondes d'Óscar Sevilla. Diego Calderón, de l'équipe "Pinturas Bler - Team Wilches", en réalisant 43 min 49 s, fixe le premier temps de référence. Il faut attendre cinquante concurrents et Óscar Rivera, de la formation "EBSA" pour voir son "chrono" battu. Rivera réussit 43 min 11 s. Longtemps imbattable, il faut attendre le passage des dix derniers participants pour voir son temps surclassé. C'est d'abord le leader des moins de vingt-trois ans, Aldemar Reyes (Manzana Postobón) qui réalise 42 min 54 s. Il terminera troisième de l'étape. Puis Mauricio Ortega, en tête aux pointages intermédiaires, effectue le parcours en 41 min 55 s. Alex Cano échoue à min 10 s du membre de la formation "Supergiros". Seul le leader de la course réussit à s'intercaler entre Reyes et Ortega. À quatre secondes au km 6, à trente-six secondes au km 12, Sevilla finit à cinquante-quatre secondes de son dauphin de l'année précédente[43].

11e étape[modifier | modifier le code]

Alexis Camacho remporte l'étape tandis qu'Óscar Sevilla grignote son retard sur Mauricio Ortega.

Les coureurs joignent Salento à Ibagué, en passant par la redoutée ascension de l'alto de la Línea, classée en hors catégorie. Cette journée est considérée comme l'étape reine de cette 66e édition. Elle voit Mauricio Ortega être un des grands protagonistes du jour, en dynamitant le peloton dans le fameux col. De son côté, vainqueur la veille, Cristhian Montoya est le grand malchanceux du jour, en chutant dès les premiers kilomètres, il doit abandonner la compétition.

Le premier col de la journée (placé sept kilomètres après le départ) sélectionne la première échappée. Le quintet est cependant neutralisé dans la montée de l'alto de la Línea. La bataille tant escomptée n'a pas lieu, et l'ascension se fait sur un tempo relativement paisible. Mauricio Ortega attaque alors et se détache. Il passe au sommet avec cinquante et une secondes d'avance sur Fabio Montenegro et une minute sur un trio composé de Fernando Camargo, Fabio Duarte et Óscar Sevilla. Robinson Chalapud est à min 30 s, Aldemar Reyes plus loin encore, il passe avec un retard de min 55 s. Dans la descente, Ortega est rejoint par neuf hommes. Robinson Chalapud, Óscar Álvarez, Fabio Montenegro et Carlos Becerra, entre autres, sont à min 40 s. Ortega passe de nouveau en tête de l'ultime difficulté de la journée, Álvarez et consorts voient leur retard grimper à min 34 s. À quarante kilomètres de l'arrivée, l'écart est maintenant de min 52 s. Óscar Sevilla grappille une seconde sur le leader à un sprint bonification, où le groupe poursuivant, emmené par Aldemar Reyes, est pointé à min 30 s. Álvaro Gómez ne peut suivre le rythme et laisse ses neuf compagnons d'échappée. Lors de la dernière étape volante, la différence est de min 55 s. Le jour sans continue pour Aldemar Reyes qui chute, tout comme Robinson Chalapud. Alexis Camacho, Luis Felipe Laverde, Alejandro Ramírez et Fabio Duarte s'enfuient pour disputer la victoire d'étape dans la capitale musicale du pays. Alexis Camacho s'impose devant le stade Murillo Toro. Aldemar Reyes et Robinson Chalapud mais aussi Óscar Álvarez, Fabio Montenegro, Carlos Becerra, Fernando Camargo ou Omar Mendoza arrivent avec un retard de min 23 s sur Camacho[44]. Óscar Sevilla grignote deux autres secondes sur la ligne d'arrivée et pointe, désormais, à quatre secondes du leader. Aldemar Reyes (quatrième au matin[45]) est maintenant dixième au général, alors qu'Alexis Camacho et Camilo Gómez font leur apparition dans le Top ten[46].

Classements finals[modifier | modifier le code]

Classement général final[modifier | modifier le code]

105 coureurs terminent l'épreuve[47].

Classement général
CoureurPaysÉquipeTemps
1erMauricio Ortega ColombieSupergiros-Gane-Redetrans41 h 44 min 00 s
2eÓscar Sevilla EspagneEPM-Tigo-Une-Área Metropolitana+ 2 s
3eAlex Cano ColombieAguardiente Antioqueño-Lotería de Medellín+ 1 min 05 s
4eFabio Duarte ColombieEPM-Tigo-Une-Área Metropolitana+ 3 min 20 s
5eAlejandro Ramírez ColombieColdeportes-Claro+ 3 min 47 s
6eLuis Felipe Laverde ColombieColdeportes-Claro+ 4 min 08 s
7eÓscar Rivera ColombieEBSA-Empresa de Energía Boyacá+ 4 min 33 s
8eAlexis Camacho ColombieGW Shimano+ 4 min 39 s
9eCamilo Gómez ColombieColdeportes-Claro+ 6 min 40 s
10eAldemar Reyes ColombieManzana Postobón+ 11 min 54 s


Classements annexes[modifier | modifier le code]

Classement par équipes[modifier | modifier le code]

Classement par équipes
  Équipe Pays Temps
1re Coldeportes - Claro - Zenú Colombie en 125 h 20 min 26 s
2e EPM Tigo - Une - Área Metropolitana Colombie + min 34 s
3e Aguardiente Antioqueño - Lotería de Medellín - IDEA - Indeportes Antioquia Colombie + 15 min 25 s

Classement de la montagne[modifier | modifier le code]

Classement de la montagne
  Coureur Pays Équipe Point(s)
1er Mauricio Ortega Colombie Supergiros - Gane - Redetrans 45 points
2e Fabio Montenegro Colombie Mundial de Tornillos - Formesan - Pijaos Web 22 pts
3e Óscar Sevilla Espagne EPM Tigo - Une - Área Metropolitana 18 pts

Classement du meilleur jeune[modifier | modifier le code]

Classement du meilleur jeune
  Coureur Pays Équipe Temps
1er Aldemar Reyes Colombie Manzana Postobón en 41 h 55 min 54 s
2e Hernán Aguirre Colombie Manzana Postobón + 15 min 48 s
3e Wilmar Paredes Colombie Manzana Postobón + 52 min 16 s

Classement par points[modifier | modifier le code]

Classement par points
  Coureur Pays Équipe Point(s)
1er Óscar Sevilla Espagne EPM Tigo - Une - Área Metropolitana 82 points
2e Alex Cano Colombie Aguardiente Antioqueño - Lotería de Medellín - IDEA - Indeportes Antioquia 59 pts
3e Mauricio Ortega Colombie Supergiros - Gane - Redetrans 51 pts

Évolution des classements[modifier | modifier le code]

Étapes
Vainqueur
Classement général
Classement du meilleur jeune
Classement de la montagne
Classement par points
Classement des étapes volantes
Classement par équipes
1re étape[48] Óscar Sevilla Óscar Sevilla Juan Felipe Osorio Juan Pablo Rendón Óscar Sevilla Janier Acevedo EPM Tigo - Une - Área Metropolitana
2e étape[38] Fabio Montenegro Aldemar Reyes Fabio Montenegro Carlos Julián Quintero Aguardiente Antioqueño - Lotería de Medellín - IDEA - Indeportes Antioquia
3e étape[49] Lucas Sebastián Haedo
4e étape[41] Sebastián Molano Lucas Sebastián Haedo Cristián Torres
5e étape[50] Lucas Sebastián Haedo
6e étape[51] Mauricio Ortega Mauricio Ortega
7e étape[52] Mauricio Ortega Mauricio Ortega Óscar Sevilla
8e étape[53] Frank Osorio
9e étape[54] Jairo Salas Steven Cuesta
10e étape[45] Cristhian Montoya
11e étape[46] Alexis Camacho Coldeportes - Claro - Zenú
12e étape[55] Juan Pablo Suárez
13e étape[47] Wilson Marentes
Classements finals Mauricio Ortega Aldemar Reyes Mauricio Ortega Óscar Sevilla Steven Cuesta Coldeportes - Claro - Zenú

Liste des participants[modifier | modifier le code]

Légende
Num Dossard de départ porté par le coureur sur ce Tour de Colombie Pos Position finale au classement général
Indique le vainqueur du classement général Indique le vainqueur du classement par points
Indique le vainqueur du classement de la montagne Indique le vainqueur du classement des étapes volantes
Indique le vainqueur du classement des moins de 23 ans Indique le vainqueur du classement des néophytes
* Indique un coureur en lice pour le maillot bleu
(coureurs nés après le 1er janvier 1994)
** Indique un coureur en lice pour le classement du meilleur néophyte
(coureurs nés après le 1er janvier 1994, n'ayant jamais participé au Tour de Colombie).
Indique le vainqueur du classement du meilleur étranger Indique un maillot de champion national ou mondial, suivi de sa spécialité
# Indique la meilleure équipe
NP Indique un coureur qui n'a pas pris le départ d'une étape,
suivi du numéro de l'étape où il s'est retiré
AB Indique un coureur qui n'a pas terminé une étape,
suivi du numéro de l'étape où il s'est retiré
HD Indique un coureur qui a terminé une étape hors des délais,
suivi du numéro de l'étape
EX Indique un coureur exclu pour non-respect du règlement,
suivi du numéro de l'étape où il s'est fait exclure
EPM Tigo - Une - Área Metropolitana
EPM
Num Coureur Pos
1 Óscar Sevilla Colombie
Espagne
2e
2 Fabio Duarte Colombie 4e
3 Juan Pablo Suárez Colombie 19e
4 Cayetano Sarmiento Colombie 33e
5 Róbigzon Oyola Colombie AB-13
6 Edward Beltrán Colombie AB-13
7 Weimar Roldán Colombie AB-13
8 Óscar Álvarez Colombie 11e
Directeur sportif : Gabriel Jaime Mesa
Manzana Postobón
MZN
Num Coureur Pos
11 Aldemar Reyes Colombie* 10e
12 Wilmar Paredes Colombie* 56e
13 Sebastián Molano Colombie* AB-10
14 Juan Felipe Osorio Colombie* 79e
15 Bernardo Suaza Colombie 32e
16 Juan Pablo Villegas Colombie AB-10
17 Hernán Parra Colombie 76e
18 Hernán Aguirre Colombie* 27e
Directeur sportif : Luis Fernando Saldarriaga
GW Shimano - Chaoyang - Envía
GWS
Num Coureur Pos
21 Walter Pedraza Colombie 23e
22 Alexis Camacho Colombie 8e
23 Arley Montoya Colombie 28e
24 Óscar Pachón Colombie 81e
25 Frank Osorio Colombie 25e
26 Juan Alejandro García Colombie 87e
27 Edward Díaz Colombie** 82e
28 Camilo Pérez Colombie 44e
Directeur sportif : Andrés Felipe Torres
Raza de Campeones
BRC
Num Coureur Pos
31 Heiner Parra Colombie AB-5
32 Jeffry Romero Colombie 57e
33 Carlos Andrés Parra Colombie NP-11
34 Michael Rodríguez Colombie 36e
35 Iván Darío Bothia Colombie 63e
36 Yeison Chaparro Colombie AB-12
37 Javier Gómez Colombie AB-12
38 Diego Mancipe Colombie NP-5
Directeur sportif : Jorge Iván González
Movistar Team América
MOT
Num Coureur Pos
41 Óscar Soliz Bolivie AB-12
42 José Leonel Díaz Colombie 49e
43 Wilson Cepeda Colombie 65e
44 Omar Mendoza Colombie 15e
45 Edwin Sánchez Colombie 75e
46 Brayan Ramírez Colombie 41e
47 Stiber Ortiz Colombie 66e
48 Luis Miguel Martínez Colombie 59e
Directeur sportif : Libardo Leyton
Strongman - Campagnolo - Wilier
SCQ
Num Coureur Pos
51 Carlos Becerra Colombie 14e
52 Jonathan Millán Colombie 72e
53 Nicolás Paredes Colombie AB-11
54 Steven Calderón Colombie 53e
55 Óscar Sánchez Colombie 77e
56 Jefferson Feo Colombie 43e
57 Jaime Suaza Colombie NP-7
58 Jonathan Caicedo Équateur 68e
Directeur sportif : Luis Alfonso Cely
Aguardiente Antioqueño - Lotería de Medellín -
IDEA - Indeportes Antioquia

AGT
Num Coureur Pos
61 Alex Cano Colombie 3e
62 Cristhian Montoya Colombie AB-11
63 Rafael Montiel Colombie 22e
64 Alexander Gil Colombie 12e
65 Walter Vargas Colombie (CLM) 64e
66 Mauricio Ardila Colombie 42e
67 Juan Pablo Rendón Colombie 48e
68 Jairo Salas Colombie 78e
Directeur sportif : Gabriel Jaime Vélez
Coldeportes - Claro - Zenú #
COL
Num Coureur Pos
71 Camilo Gómez Colombie 9e
72 Luis Felipe Laverde Colombie 6e
73 Miguel Ángel Rubiano Colombie EX-4
74 Alejandro Ramírez Colombie 5e
75 Carlos Julián Quintero Colombie EX-4
76 John Martínez Colombie 16e
77 Dalivier Ospina Colombie AB-13
78 Juan Martín Mesa Colombie 58e
Directeur sportif : Jorge Arbeláez
EBSA Empresa de Energía de Boyacá
EBS
Num Coureur Pos
81 Óscar Rivera Colombie 7e
82 Álvaro Gómez Colombie 47e
83 Wilson Marentes Colombie 24e
84 Juan Pablo Forero Colombie NP-12
85 Cristian Serrano Colombie 83e
86 Jonathan Paredes Colombie 26e
87 Pedro Nelson Torres Colombie 90e
88 Antonio Alarcón Colombie 93e
Directeur sportif : Rafael Antonio Niño
Mundial de Tornillos - Formesan - Pijaos web
MDI
Num Coureur Pos
91 Robinson Chalapud Colombie 13e
92 Alejandro Serna Colombie NP-5
93 Diego Quintero Colombie 55e
94 Edwin Parra Colombie AB-11
95 Didier Chaparro Colombie 50e
96 Remberto Jaramillo Colombie 38e
97 Steven Giraldo Colombie AB-13
98 Fabio Montenegro Colombie 34e
Directeur sportif : Rodrigo Pacheco
Indeportes - IMRD Cota - 4WD Rent a Car
IND
Num Coureur Pos
101 Freddy Montaña Colombie AB-7
102 Hugo Cabrera Colombie 62e
103 Juan José Carrero Colombie** 40e
104 Camilo Castiblanco Colombie 30e
105 Jahir Pérez Colombie EX-4
106 José Salazar Colombie AB-7
107 Steven Cuesta Colombie** 86e
108 Jonathan Bohórquez Colombie** 80e
Directeur sportif : Jahir Bernal
Supergiros - Gane - Redetrans
SUP
Num Coureur Pos
111 Danny Osorio Colombie 21e
112 Mauricio Ortega Colombie 1er
113 Carlos Ospina Colombie NP-6
114 Salvador Moreno Colombie 60e
115 Ronald Gómez Colombie AB-13
116 Jeferson Pérez Colombie 89e
117 Juan Guillermo Montoya Colombie 70e
118 Marlon Pérez Colombie 91e
Directeur sportif : Luis Fernando Otalvaro
Autolarte - Postal - JB Ropa Deportiva - Rionegro
AUT
Num Coureur Pos
121 Vladimir López Colombie EX-4
122 Coulton Hartrich États-Unis AB-13
123 Cristián Torres Colombie AB-13
124 Carlos Vargas Colombie* 101e
125 Michael Henao Colombie 51e
126 Juan Diego Quintero Colombie 94e
127 Juan Restrepo Colombie NP-12
128 Cristian Gutiérrez Colombie AB-13
Directeur sportif : Jhon Jaime Rivera
FF AA Fuerzas Armadas - Ejército Nacional
FF-
Num Coureur Pos
131 Wilinton Bustamante Colombie 69e
132 Yoedison Bustamante Colombie 92e
133 Jhon Fredy Avila Colombie 102e
134 Jairo Cruz Colombie AB-7
135 Andrés Penagos Colombie** HD-6
136 Nitor Devia Colombie** HD-6
137 Pablo Taborda Colombie** 105e
138 Jeferson Calderón Colombie** NP-4
Directeur sportif : José Jaime González
Sogamoso - Argos - Cooservisios - IDRS
SOG
Num Coureur Pos
141 Christian Gutiérrez Colombie 67e
142 Aristóbulo Cala Colombie 39e
143 Fernando Orjuela Colombie 73e
144 Carlos Alberto Díaz Colombie 45e
145 Diego Soracá Colombie 52e
146 Yessid Rincón Colombie 98e
147 Andrés Guzman Colombie** 84e
148 Albeiro Rabón Colombie 17e
Directeur sportif : Rafael Acevedo
Pinturas Bler - Team Wilches - Colpatria
PIN
Num Coureur Pos
151 Juan Pablo Wilches Colombie EX-4
152 Norberto Wilches Colombie EX-4
153 Diego Calderón Colombie AB-10
154 Daniel Balsero Colombie 95e
155 Kristian Yustre Colombie 31e
156 Juan David Vargas Colombie AB-7
157 Juan David Duarte Colombie AB-13
158 Miguel Ángel Reyes Colombie 29e
Directeur sportif : Pablo Wilches
Multi Repuestos Bosa - Carnaval del Pollo -
Coyote store - Tolima es pasión

MUL
Num Coureur Pos
171 José Rujano Venezuela NP-8
172 Jaime Vergara Colombie 46e
173 Camilo Tique Colombie 99e
174 Johan Colón Colombie** 88e
175 Miguel Cendales Colombie 100e
176 Luis Largo Colombie 54e
177 Marvin Angarita Colombie 74e
178 Juan Carlos Apache Colombie 103e
Directeur sportif : Nazario Arango
Team Sonora - Dimonex
TEA
Num Coureur Pos
191 José Serpa Colombie 20e
192 Pedro Herrera Colombie 37e
193 Fernando Camargo Colombie 18e
194 John Alexander Pico Colombie 96e
195 Cristian Tamayo Colombie 104e
196 Jefferson Vargas Colombie 97e
197 Yelko Gómez Panama 61e
198 José Jiménez Colombie 35e
Directeur sportif : Víctor Hugo Peña
Jamis
JAM
Num Coureur Pos
201 Janier Acevedo Colombie NP-7
202 Brayan Sánchez Colombie** NP-5
203 Lucas Sebastián Haedo Argentine AB-13
204 Luis Amarán Cuba AB-13
205 Rubén Companioni Cuba AB-13
206 Kyle Murphy États-Unis AB-7
Directeur sportif : Sebastian Alexandre
Sélection nationale du Rwanda
RWA
Num Coureur Pos
211 Jean Bosco Nsengimana Rwanda AB-11
212 Samuel Mugisha Rwanda** AB-7
213 Camera Hakuzimana Rwanda 71e
214 Joseph Areruya Rwanda** 85e
216 Jean Cloude Uwizeye Rwanda** AB-7
Directeur sportif : Sterling Magnell

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Cependant Cristian Talero ne prend pas part à la compétition, alors qu'il était jusqu'à vingt-quatre heures du départ sur la liste des engagés.
  2. Même si Mauricio Ortega termine deuxième en 2008, grâce au déclassement d'Hernán Buenahora, il finit troisième en 2013, quatrième en 2009 et en 2014 ou bien encore cinquième en 2007.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (es) « El Team Ecuador sigue pedaleando en el objetivo de consolidarse en el ciclismo continental », sur www.andes.info.ec, (consulté le 10 septembre 2017)
  2. (es) « Listado provisional de inscritos por equipos », sur drive.google.com (consulté le 10 septembre 2017)
  3. (es) « Lista de participantes », sur www.clasificacionesdelciclismocolombiano.com (consulté le 10 septembre 2017)
  4. (es) « Fabio Montenegro, nuevo corredor de Mundial de Tornillos-Formesan », sur revistamundociclistico.com, (consulté le 10 septembre 2017)
  5. (es) « Vuelta a Colombia: “Para esta oportunidad conformamos un equipo de mucha experiencia para poder lograr el título”; Rodrigo Pacheco » [archive du ], sur revistamundociclistico.co, (consulté le 9 septembre 2017)
  6. (es) « Vuelta a Colombia: “La ilusión más grande que tengo es estar en el podio final. Sé que es complicado, pero no es un imposible”; Alejandro Serna » [archive du ], sur revistamundociclistico.co, (consulté le 9 septembre 2017)
  7. (es) « “Ganar la Vuelta a Colombia es el objetivo del equipo y mío. Quiero el título de los premios de montaña”: Fabio Montenegro » [archive du ], sur revistamundociclistico.co, (consulté le 9 septembre 2017)
  8. (es) « “La idea es colocar un corredor en el Top 5 de la clasificación general y ganar una o dos etapas”; Rafael Antonio Niño » [archive du ], sur revistamundociclistico.co, (consulté le 9 septembre 2017)
  9. (es) « “Buscaré ganar una etapa de la Vuelta a Colombia. Tenemos equipo para dar la pelea”; Oscar Rivera » [archive du ], sur revistamundociclistico.co, (consulté le 9 septembre 2017)
  10. (es) « “Indiscutiblemente el objetivo del Coldeportes-Claro es ganar la Vuelta a Colombia”: Jorge Arbeláez » [archive du ], sur revistamundociclistico.co, (consulté le 10 septembre 2017)
  11. (es) « “Ya el año pasado demostramos que somos un equipo que puede aspirar a ganar”: Luis Felipe Laverde », sur revistamundociclistico.co, (consulté le 10 septembre 2017)
  12. (es) « Vuelta a Colombia: “Tengo una deuda de hace dos años que tuve el liderato y al final perdí”; Miguel Rubiano » [archive du ], sur revistamundociclistico.co, (consulté le 10 septembre 2017)
  13. (es) « Vuelta a Colombia: Álvaro Gómez ganó la cronoescalada nocturna a Las Palmas. Fernando Camargo nuevo líder », sur revistamundociclistico.com, (consulté le 10 septembre 2017)
  14. (es) « Vuelta a Colombia: “Me veo campeón en Tunja”; Camilo Gómez » [archive du ], sur revistamundociclistico.co, (consulté le 10 septembre 2017)
  15. (es) « Vuelta a Colombia: “Vamos por la general de la carrera”; Andrés Felipe Torres (DT del GW Shimano) » [archive du ], sur revistamundociclistico.co, (consulté le 10 septembre 2017)
  16. (es) « “Aspiro ir a disputar la carrera, quiero meterme nuevamente en el podio de una Vuelta a Colombia”: Walter Pedraza » [archive du ], sur revistamundociclistico.co, (consulté le 10 septembre 2017)
  17. (es) « “Movistar es una empresa que se merece ya un título de la Vuelta a Colombia”: Libardo Leyton » [archive du ], sur revistamundociclistico.co, (consulté le 10 septembre 2017)
  18. (es) « Vuelta a Colombia: Camilo Gómez, el ganador en Riosucio. Mauricio Ortega sigue líder », sur www.revistamundociclistico.com, (consulté le 10 septembre 2017)
  19. (es) « “La Vuelta a Colombia será una carrera muy bonita y seguramente muy disputada”: Óscar Soliz » [archive du ], sur revistamundociclistico.co, (consulté le 10 septembre 2017)
  20. (es) « “El objetivo principal mío y de todo el equipo es la Vuelta a Colombia”: Omar Mendoza » [archive du ], sur revistamundociclistico.co, (consulté le 10 septembre 2017)
  21. (es) « Equipo Supergiros Gane Redetrans listo para Vuelta a Colombia » [archive du ], sur revistamundociclistico.co, (consulté le 10 septembre 2017)
  22. (es) « El ecuatoriano que quiere conquistar Colombia », sur www.elespectador.com, (consulté le 10 septembre 2017)
  23. (es) « “El tercer lugar del Strongman-Campagnolo en el Tour de San Luis muestra que somos un grupo muy fuerte y con mucho futuro” Luis A. Cely », sur www.revistamundociclistico.com, (consulté le 10 septembre 2017)
  24. (es) « Strongman-Campagnolo-Wilier disputa su primera Vuelta a Colombia », sur www.mybike.com.co, (consulté le 10 septembre 2017)
  25. (es) « Peña, con equipo nuevo, buscará el título con Serpa », sur www.vanguardia.com, (consulté le 10 septembre 2017)
  26. (es) « Arroz Sonora-Dimonex hará su debut en Vuelta Colombia y será dirigido por Víctor Hugo Peña », sur www.revistamundociclistico.com, (consulté le 10 septembre 2017)
  27. (es) « Rujano es optimista para Vuelta a Colombia que arranca mañana », sur www.el-carabobeno.com, (consulté le 10 septembre 2017)
  28. (es) « José Rujano confirmado por Multirepuestos Bosa para la Vuelta a Colombia », sur nuestrociclismo.com, (consulté le 10 septembre 2017)
  29. (es) « Álex Cano espera salir fortalecido de fractura de fémur », sur www.elcolombiano.com, (consulté le 10 septembre 2017)
  30. (es) « “La primera semana de la Vuelta me favorece para tomar ritmo”: Alex Cano » [archive du ], sur revistamundociclistico.co, (consulté le 9 septembre 2017)
  31. (es) « “La CRI de Palmas será muy importante para seleccionar los candidatos al título”: Gabriel Jaime Vélez », sur publideportes.wordpress.com, (consulté le 10 septembre 2017)
  32. (es) « Aldemar Reyes: “Somos un equipo y así correremos en la Vuelta a Colombia” », sur www.ciclismointernacional.com, (consulté le 10 septembre 2017)
  33. (es) « “Quizá se extrañe más llegadas en alto, una contrarreloj más larga en el recorrido de la Vuelta”: Oscar Sevilla » [archive du ], sur revistamundociclistico.co, (consulté le 9 septembre 2017)
  34. (es) « La Vuelta 2016, la ronda de las segundas oportunidades », sur nuestrociclismo.com, (consulté le 10 septembre 2017)
  35. (es) « V.Colombia, Et.1: Oscar Sevilla comienza su poderío portando la primera amarilla », sur nuestrociclismo.com, (consulté le 11 septembre 2017)
  36. (es) « Fabio Montenegro gana segunda etapa de Vuelta a Colombia, Sevilla sigue líder », sur hsbnoticias.com, (consulté le 11 septembre 2017)
  37. (es) « V.Colombia, Et.2: Montenegro estrenó los Montes de María, Sevilla ratifica liderato », sur nuestrociclismo.com, (consulté le 11 septembre 2017)
  38. a et b (es) « Les différents classements de la deuxième étape », sur www.clasificacionesdelciclismocolombiano.com (consulté le 11 septembre 2017)
  39. (es) « V.Colombia, Et.3: Luego de 64 años victoria gaucha, Haedo gana al sprint en Montería », sur nuestrociclismo.com, (consulté le 11 septembre 2017)
  40. (es) « V.Colombia, Et.4: acierto de Sebastián Molano para el Manzana Postobón », sur nuestrociclismo.com, (consulté le 11 septembre 2017)
  41. a et b (es) « Les différents classements de la quatrième étape », sur www.clasificacionesdelciclismocolombiano.com (consulté le 11 septembre 2017)
  42. (es) « Alto de Las Palmas, cuatro variantes a cual más dura », sur altimetriascolombia.blogspot.fr, (consulté le 11 septembre 2017)
  43. (es) « Vuelta Colombia Et.6: Palmas de revancha para Mauricio Ortega », sur nuestrociclismo.com, (consulté le 11 septembre 2017)
  44. (es) « Vuelta a Colombia: Alexis Camacho ganó etapa reina. Mauricio Ortega más cerca de la victoria final (Crónica) » [archive du ], sur revistamundociclistico.co, (consulté le 11 septembre 2017)
  45. a et b (es) « Les différents classements de la dixième étape », sur www.clasificacionesdelciclismocolombiano.com (consulté le 11 septembre 2017)
  46. a et b (es) « Les différents classements de la onzième étape », sur www.clasificacionesdelciclismocolombiano.com (consulté le 11 septembre 2017)
  47. a et b (es) « Le classement de la treizième étape et les différents classements finals », sur www.clasificacionesdelciclismocolombiano.com (consulté le 20 novembre 2017)
  48. (es) « Les différents classements de la première étape », sur www.clasificacionesdelciclismocolombiano.com (consulté le 11 septembre 2017)
  49. (es) « Les différents classements de la troisième étape », sur www.clasificacionesdelciclismocolombiano.com (consulté le 11 septembre 2017)
  50. (es) « Les différents classements de la cinquième étape », sur www.clasificacionesdelciclismocolombiano.com (consulté le 11 septembre 2017)
  51. (es) « Les différents classements de la sixième étape », sur www.clasificacionesdelciclismocolombiano.com (consulté le 11 septembre 2017)
  52. (es) « Les différents classements de la septième étape », sur www.clasificacionesdelciclismocolombiano.com (consulté le 11 septembre 2017)
  53. (es) « Les différents classements de la huitième étape », sur www.clasificacionesdelciclismocolombiano.com (consulté le 11 septembre 2017)
  54. (es) « Les différents classements de la neuvième étape », sur www.clasificacionesdelciclismocolombiano.com (consulté le 11 septembre 2017)
  55. (es) « Les différents classements de la douzième étape », sur www.clasificacionesdelciclismocolombiano.com (consulté le 11 septembre 2017)

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • Portail du cyclisme
  • Portail de la Colombie
  • Portail des années 2010