Tour de Colombie 2015

Un article de Wikipedia, l'encyclopedie libre.
Sauter a la navigation Sauter a la recherche
Tour de Colombie 2015
Généralités
Course65e course cycliste
CompétitionUCI America Tour 2015
Étapes13
Dates2 – 15 août 2015
Pays Colombie
Lieu de départBogota
Lieu d'arrivéeAlto de Las Palmas
Partants167
Arrivants133
Résultats
Vainqueur Óscar Sevilla (EPM-UNE-Área Metropolitana)
Deuxième Mauricio Ortega
Troisième Luis Felipe Laverde (Coldeportes-Claro)
Classement par points Óscar Sevilla (EPM-UNE-Área Metropolitana)
Meilleur grimpeur Álvaro Duarte
Meilleur sprinteur Flober Peña
Meilleur jeune Hernán Aguirre (Manzana Postobón)
Néophyte Miguel Flórez (Raza de Campeones-Lotería de Boyacá)
Meilleure équipe Coldeportes-Claro
◀ 20142016 ▶
Documentation

Le Tour de Colombie 2015 a lieu du 2 au . La Vuelta a Colombia "¡Infraestructura en Marcha!" (nom officiel) est inscrite au calendrier de l'UCI America Tour 2015, en catégorie 2.2. Sur un total de 167 coureurs au sein de 18 équipes qui débutent la course à Bogota, seuls 133 parcourent les 1 696,5 km pour atteindre l'arrivée à Medellín.

La 65e édition de cette épreuve est remportée par l'Espagnol Óscar Sevilla, alors qu'il est deuxième au départ de la treizième et dernière étape. Il devient le premier coureur, non natif de Colombie, à remporter trois Vueltas et seulement le quatrième à le réaliser de manière consécutive (après Ramón Hoyos, Luis Herrera et Libardo Niño).

Présentation[modifier | modifier le code]

Parcours[modifier | modifier le code]

Le Tour de Colombie 2015 est composé de treize étapes, dont six qui traversent la région de l'Eje cafetero. La course, qui débute dans la capitale colombienne, Bogota, traverse ensuite les départements de Boyacá, Caldas, Quindío, Risaralda et Valle del Cauca avant de se terminer en territoire antioqueño, à Medellín[1].

Pour la première fois de son histoire, cette course cycliste inclut trois contre-la-montre dont le premier par équipes. Le contre-la-montre terminal, disputé sur les hauteurs de Medellín, se déroulera en nocturne[1]. Sur les treize étapes, sept se déroulent en montagne[1].

Équipes participantes[modifier | modifier le code]

Dossards Équipe
1-10 EPM - Tigo - Une - Área Metropolitana
11-20 Raza de Campeones - Lotería de Boyacá
21-30 Movistar Team América
31-40 Coldeportes - Claro - Zenú
41-50 Redetrans - Supergiros
51-60 Orgullo Antioqueño
61-70 GW Shimano - Chaoyang - Envía
71-80 Formesan - Bogotá Humana
81-90 Manzana Postobón
Dossards Équipe
91-100 PR - Pijaos
101-108 Rionegro con más futuro
111-120 Fuerzas Armadas - Ejército Nacional
121-129 EBSA - Indeportes Boyacá
131-139 Coordinadora - FundaRujano - Alcaldía de Villa de Leyva
141-148 Aguardiente Néctar - Alcaldía de Cota - 4WD Rent a Car
151-158 D'Amico Bottecchia
161-167 Coopenae - Extralum Economy
171-179 Indersantander - Gobierno de la Gente

Principaux favoris[modifier | modifier le code]

De nombreux coureurs peuvent espérer ramener la maillot jaune à Medellín. On note la présence de l'Espagnol Óscar Sevilla, vainqueur des deux précédentes éditions. Le champion de Colombie sur route 2015 Robinson Chalapud, Hernando Bohórquez et le Bolivien Óscar Soliz sont également cités en tant que favoris de cette épreuve[2]. D'autres outsiders sont aussi nommés, à savoir Eduardo Estrada et le Vénézuélien José Rujano[3] ou encore Fernando Camargo et l'Américain Christopher Horner[1]. Ce dernier et son équipe, Airgas-Safeway, font finalement faux-bond à l'organisation du Tour de Colombie après que le Tour de l'Utah leur a proposé une wild-card pour participer à leur édition 2015 qui a également lieu en août[4].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Règlement de la course[modifier | modifier le code]

Règlement des classements[modifier | modifier le code]

Primes[modifier | modifier le code]

Le montant des prix et des primes distribués par l'organisateur se montent à 129 930 000 pesos colombiens. Le tableau ci-dessous liste les primes accordées aux premiers d'étapes et aux dix premiers du classement final[5].

Position 1er 2e 3e 4e 5e 6e 7e 8e 9e 10e
Classement général 30 000 000 $ 11 500 000 $ 9 000 000 $ 3 500 000 $ 2 500 000 $ 1 500 000 $ 1 300 000 $ 1 200 000 $ 1 000 000 $ 1 000 000 $
Par étape 600 000 $ 400 000 $ 300 000 $ 200 000 $ 150 000 $ 120 000 $ 100 000 $ 90 000 $ 80 000 $ 70 000 $

Les étapes[modifier | modifier le code]

Étape Date Villes étapes Distance (km) Vainqueur d’étape Leader du classement général
1re étape[6] 2 août Bogota - Bogota 24,1 EPM - Tigo - Une - Área Metropolitana Óscar Sevilla
2e étape[7] 3 août Bogota - Paipa 174,6 Wilmer Rodríguez Jaime Castañeda
3e étape[8] 4 août Paipa - Cota 172,1 José de Jesús Jaimes Jaime Castañeda
4e étape[9] 5 août Guaduas - Caño Alegre - Guaduas 203,8 Edwin Sánchez Jaime Castañeda
5e étape[10] 6 août Mariquita - Ibagué 172,5 Paul Betancourt Gabriel Mendoza
6e étape[11] 7 août Ibagué - Salento 136,6 Alejandro Serna Mauricio Ortega
7e étape[12] 8 août Armenia - Riosucio 156,7 Camilo Gómez Mauricio Ortega
8e étape[13] 9 août Viterbo - La Virginia
23,2 Rafael Infantino Mauricio Ortega
Repos 10 août Pereira
-
-
-
9e étape[14] 11 août Cartago - Alto del Boquerón (El Tambo) 157,1 Óscar Sevilla Mauricio Ortega
10e étape[15] 12 août Villamaría - Alto de Minas 162,2 Óscar Rivera Mauricio Ortega
11e étape[16] 13 août Don Matías - Ituango 146,7 Juan Pablo Suárez Mauricio Ortega
12e étape[17] 14 août Ituango - Bello 153,1 Luis Felipe Laverde Mauricio Ortega
13e étape[18] 15 août Medellín - Medellín (Alto de Las Palmas (es))
17,5 Óscar Sevilla Óscar Sevilla

Récit de la course[modifier | modifier le code]

1re étape[modifier | modifier le code]

Comme l'année précédente, la formation EPM - Tigo - Une - Área Metropolitana s'impose dans le contre-la-montre par équipes, confirmant ainsi les pronostics[19].

Classement de l'étape[20]
Équipe Temps
1 EPM - Tigo - Une - Área Metropolitana en 26 min 30 s
2 Orgullo Antioqueño en 26 min 41 s
3 GW Shimano - Chaoyang - Envía en 27 min 9 s
4 EBSA - Indeportes Boyacá en 27 min 30 s
5 Movistar Team América en 27 min 31 s
...11 Coldeportes - Claro - Zenú en 28 min 20 s
Classement général[6]
Coureur Pays Équipe Temps
1 Óscar Sevilla Espagne EPM - Tigo - Une - Área Metropolitana en 26 min 30 s
2 Róbigzon Oyola Colombie EPM - Tigo - Une - Área Metropolitana m.t.
3 Jaime Castañeda Colombie EPM - Tigo - Une - Área Metropolitana m.t.
...12 Mauricio Ortega Colombie Orgullo Antioqueño à 10 s
...82 Camilo Gómez Colombie Coldeportes - Claro - Zenú à 30 s
...83 Alejandro Ramírez Colombie Coldeportes - Claro - Zenú à 30 s
...86 Luis Felipe Laverde Colombie Coldeportes - Claro - Zenú à 30 s

La première étape est disputée dans les rues de la capitale colombienne, Bogota, sur une distance de 24,1 km, entre l'avenue Boyacá et le parc El Tunal (es). Vainqueur d'étape en 2014, et pourtant inscrit, Álvaro Gómez n'y prend pas part[21].

L'équipe EBSA - Indeportes Boyacá est la première à réaliser un temps de référence, effectuant le parcours en 27 min 30 s, et prenant pour une seconde le dessus sur les Movistar Team América (ils seront classés finalement quatre et cinquième). Puis, l'équipe continentale Orgullo Antioqueño réalise 26 min 41 s et prend la tête du classement provisoire. Ensuite, les GW Shimano accomplissent l'exercice en 27 min 9 s, ce qui leur permettront de finir l'étape à la troisième place (et à Aldemar Reyes de s'emparer du maillot de meilleur sub-23[22]). Derniers à s'élancer et principaux favoris, les EPM - Une achèvent leur effort en 26 min 30 s, reléguant, ainsi, pour onze secondes, les Antioqueños au deuxième rang[19]. En tête à tous les intermédiaires, la formation du vainqueur de l'an passé, Óscar Sevilla, perd quelques éléments, mettant même en difficulté son chef de file sur la fin de l'épreuve. Ses équipiers le laissent franchir en tête la ligne d'arrivée et Sevilla endosse, du même coup, le premier maillot de leader[23]. Les principales déceptions sont les formations locale Coldeportes - Claro - Zenú et italienne D'Amico Bottecchia[22].

Cependant, selon le règlement, l'écart entre les différentes équipes ne peut dépasser trente secondes. Ainsi, l'Espagnol est lésé du fait que le temps réel ne soit pas pris en compte tandis que des hommes comme Óscar Soliz, finissant à min 1 s de l'Espagnol, ou à min 30 s tels que Fernando Camargo et Francisco Colorado en sont les grands bénéficiaires. Devant le peu d'entrain de certaines formations à disputer ce contre-la-montre par équipes, certains commentateurs s'interrogent sur le bien-fondé de commencer le Tour par cet exercice si particulier[24].

2e étape[modifier | modifier le code]

Wilmer Rodríguez s'impose en territoire boyacense. Le sprint attendu, pour désigner le vainqueur d'étape, a bien lieu mais pour séparer deux rivaux et non un large comité comme supposé[25].

Classement de l'étape[7]
Coureur Pays Équipe Temps
1 Wilmer Rodríguez Colombie Raza de Campeones - Lotería de Boyacá en h 11 min 39 s
2 Sebastián Tamayo Colombie Orgullo Antioqueño m.t.
3 Juan Pablo Forero Colombie Coldeportes - Claro - Zenú à s
...7 Jaime Castañeda Colombie EPM - Tigo - Une - Área Metropolitana à s
...11 Óscar Sevilla Espagne EPM - Tigo - Une - Área Metropolitana à s
Classement général[7]
Coureur Pays Équipe Temps
1 Jaime Castañeda Colombie EPM - Tigo - Une - Área Metropolitana en h 38 min 13 s
2 Weimar Roldán Colombie EPM - Tigo - Une - Área Metropolitana m.t.
3 Óscar Sevilla Espagne EPM - Tigo - Une - Área Metropolitana m.t.
...10 Mauricio Ortega Colombie Orgullo Antioqueño à 10 s
...58 Camilo Gómez Colombie Coldeportes - Claro - Zenú à 30 s
...67 Luis Felipe Laverde Colombie Coldeportes - Claro - Zenú à 30 s
...71 Alejandro Ramírez Colombie Coldeportes - Claro - Zenú à 30 s

Wilmer Rodríguez devant Sebastián Tamayo à l'arrivée de la deuxième étape.

La deuxième étape s'élance de la capitale pour rejoindre le département de Boyacá, en passant par celui de Cundinamarca. Après trois étapes volantes, trois prix de la montagne répertoriés (tous de troisième catégorie) et 174,6 km de course, le peloton atteint Paipa, terme de la journée[26]. Les 166 coureurs quittent Bogota par l'autoroute au nord de la ville jusque Tocancipá.

Les compétiteurs vivent un début d'étape mouvementé avec de nombreuses tentatives d'échappées vite avortées. Cependant, Marlon Pérez, en compagnie de deux ou trois autres compagnons, trouve l'ouverture et effectue 83 kilomètres en tête de la course. Cela lui permet d'endosser le maillot de leader du classement des étapes volantes (en s'imposant dans les deux premières). Puis, une autre fugue de sept coureurs se forme, où ont pris place Wilmer Rodríguez et Sebastián Tamayo. Lorsqu'à l'approche de l'arrivée, les équipes de sprinteur accélérant, le peloton se rapproche dangereusement, ces deux derniers s'enfuient (à cinq kilomètres du but[27]) pour se disputer le gain de l'étape entre eux tandis que les autres sont absorbés. Le local Rodríguez s'impose face à son adversaire, réputé plus rapide, juste quatre secondes devant l'emballage du peloton, dominé par Juan Pablo Forero[25]. Jaime Castañeda, septième de l'étape, déloge son coéquipier Óscar Sevilla, du haut de la hiérarchie pour enfiler la tunique jaune (Tamayo échouant de deux secondes pour son obtention)[7].

3e étape[modifier | modifier le code]

Pour la deuxième année consécutive, José de Jesús Jaimes s'impose à Cota, à l'issue d'un sprint, départagé à la photo-finish[28].

Classement de l'étape[8]
Coureur Pays Équipe Temps
1 José de Jesús Jaimes Colombie EBSA - Indeportes Boyacá en h 58 min 13 s
2 Jaime Castañeda Colombie EPM - Tigo - Une - Área Metropolitana m.t.
3 Jhonatan Ospina Colombie GW Shimano m.t.
...7 Óscar Sevilla Espagne EPM - Tigo - Une - Área Metropolitana m.t.
Classement général[8]
Coureur Pays Équipe Temps
1 Jaime Castañeda Colombie EPM - Tigo - Une - Área Metropolitana en h 36 min 22 s
2 Óscar Sevilla Espagne EPM - Tigo - Une - Área Metropolitana à s
3 Róbigzon Oyola Colombie EPM - Tigo - Une - Área Metropolitana à s
...11 Mauricio Ortega Colombie Orgullo Antioqueño à 14 s
...21 Luis Felipe Laverde Colombie Coldeportes - Claro - Zenú à 31 s
...31 Camilo Gómez Colombie Coldeportes - Claro - Zenú à 34 s
...41 Alejandro Ramírez Colombie Coldeportes - Claro - Zenú à 34 s

Sprint serré entre José de Jesús Jaimes, Jhonatan Ospina et Jaime Castañeda (de gauche à droite).

La journée voit les 166 participants quitter le département de Boyacá, pour revenir dans celui de Cundinamarca. Ils joignent les municipalités de Paipa à celle de Cota après 172,1 km de course, le passage de trois cols de troisième catégorie et avoir disputé trois sprints intermédiaires. L'arrivée est jugée devant la mairie de la cité cundinamarquesa[29].

Après un début d'étape tranquille, six coureurs prennent la poudre d'escampette et restent au devant de la course une bonne partie de la journée. Sebastián Caro, déjà échappé la veille, en profite pour consolider sa place au sommet du classement des meilleurs grimpeurs[28]. Ils sont rejoints peu avant la troisième étape volante, où se produit le fait marquant du jour. Par l'imprudence d'un spectateur, Jahir Pérez est jeté à terre. Une cassure se produit dans le peloton. Trois des candidats au podium sont rejetés dans un deuxième groupe. Hernando Bohórquez, Fernando Camargo et Didier Sastoque vont perdre min 4 s sur le reste des favoris[30]. À l'arrivée, José de Jesús Jaimes s'impose à l'emballage, devant Jaime Castañeda et Jhonatan Ospina (qui dans un premier temps semblait avoir course gagné[31]). Castañeda conserve la tête du classement général, et avec les quatre secondes de bonifications obtenues grâce à sa deuxième place, prend une légère distance avec ses équipiers, auparavant à égalité de temps avec lui[28].

En interview, Jaime Castañeda indique que son équipe était parfaitement informée de la chute et qu'elle a sciemment accéléré pour que les victimes de ce fait de course ne puissent faire la jonction et ainsi éliminer des prétendants à la victoire finale[32].

4e étape[modifier | modifier le code]

Edwin Sánchez s'impose à Guaduas, après 170 km d'échappée, et offre à son équipe, EBSA - Indeportes Boyacá, sa deuxième victoire d'étape consécutive[33].

Classement de l'étape[9]
Coureur Pays Équipe Temps
1 Edwin Sánchez Colombie EBSA - Indeportes Boyacá en h 29 min 33 s
2 Jaime Castañeda Colombie EPM - Tigo - Une - Área Metropolitana à s
3 Robinson Chalapud Colombie Orgullo Antioqueño à s
...5 Óscar Sevilla Espagne EPM - Tigo - Une - Área Metropolitana à s
Classement général[9]
Coureur Pays Équipe Temps
1 Jaime Castañeda Colombie EPM - Tigo - Une - Área Metropolitana en 14 h 5 min 53 s
2 Óscar Sevilla Espagne EPM - Tigo - Une - Área Metropolitana à s
3 Juan Pablo Suárez Colombie EPM - Tigo - Une - Área Metropolitana à s
...7 Mauricio Ortega Colombie Orgullo Antioqueño à 18 s
...13 Luis Felipe Laverde Colombie Coldeportes - Claro - Zenú à 35 s
...17 Camilo Gómez Colombie Coldeportes - Claro - Zenú à 38 s
...25 Alejandro Ramírez Colombie Coldeportes - Claro - Zenú à 38 s

Le menu du jour offre aux compétiteurs un aller-retour sur autoroute. Guaduas, dans le département de Cundinamarca, est le théâtre du départ et de l'arrivée de l'étape. Les concurrents prennent la Ruta del Sol (es) jusqu'à l'échangeur autoroutier de Caño Alegre, pour une brève incursion dans le département d'Antioquia, y font demi-tour puis reviennent à leur point de départ. D'aucuns s'interrogent sur l'opportunité d'un tel tracé qui offre une promotion sur les ouvrages d'art réalisés par INVIAS (es) mais qui éloigne les coureurs de la population puisqu'aucune localité n'est traversée dans la journée[34]. Comme les jours précédents, trois étapes volantes et trois cols de troisième catégorie sont disséminés sur le parcours de 203,8 km. Ce qui en fait l'étape la plus longue de ce Tour de Colombie[33]. Jahir Pérez, pris dans la chute de la veille, ne prend pas le départ[35].

Dès le km 36, huit hommes s'échappent, ils obtiendront jusqu'à huit minutes d'avance à une quarantaine de kilomètres de l'arrivée. Juan Pablo Forero profite de sa présence dans l'échappée, pour gagner les trois sprints intermédiaires et s'emparer de la tête de ce classement annexe. À l'approche de l'arrivée, trois hommes restent en tête, Forero, Sánchez et Cristian Talero. Edwin Sánchez met à profit les deux derniers cols de la journée (situés à moins de dix kilomètres de l'arrivée) pour se débarrasser dans un premier temps du coureur de Coldeportes - Claro puis de Talero. Il termine les cinq ultimes kilomètres en solitaire[33] et malgré des problèmes mécaniques qui l'obligent à changer de vélo[36], résiste au peloton lancer à sa poursuite. Jaime Castañeda règle celui-ci, le champion de Colombie 2015 Robinson Chalapud terminant troisième, deux secondes derrière le vainqueur du jour. Castañeda consolide, ainsi, son maillot jaune. Durant cette étape, Carlos Urán a abandonné, lâché par le peloton, il ne peut le réintégrer et met pied à terre. De plus, Óscar Soliz, vainqueur du Clásico RCN 2014 et prétendant à la victoire finale, a perdu min 50 s sur Sánchez, à la suite de douleurs stomacales[37].

Natif de Caparrapí, municipalité proche du parcours du jour, Sánchez connaissait la route et y vit une opportunité. Il intègre l'échappée matinale et en sort au moment opportun. Puis sachant Cristian Talero plus rapide que lui, en cas d'arrivée au sprint, Sánchez exploite de nouveau sa connaissance du terrain, pour le lâcher avant[36].

5e étape[modifier | modifier le code]

À l'issue d'une échappée au long cours, le Costaricien Paul Betancourt s'impose et le Vénézuélien Gabriel Mendoza s'empare du maillot de leader.

Classement de l'étape[10]
Coureur Pays Équipe Temps
1 Paul Betancourt Costa Rica Coopenae - Extralum Economy en h 24 min 41 s
2 Fernando Orjuela Colombie Manzana Postobón à 16 s
3 Gabriel Mendoza Venezuela Coordinadora - FundaRujano - Alcaldía de Villa de Leyva à 22 s
...10 Óscar Sevilla Espagne EPM - Tigo - Une - Área Metropolitana à min 45 s
Classement général[10]
Coureur Pays Équipe Temps
1 Gabriel Mendoza Venezuela Coordinadora - FundaRujano - Alcaldía de Villa de Leyva en 18 h 34 min 13 s
2 Yefferson Vargas Colombie PR - Pijaos à min 59 s
3 Jaime Castañeda Colombie EPM - Tigo - Une - Área Metropolitana à min 6 s
4 Óscar Sevilla Espagne EPM - Tigo - Une - Área Metropolitana à min 14 s
...9 Mauricio Ortega Colombie Orgullo Antioqueño à min 24 s
...15 Luis Felipe Laverde Colombie Coldeportes - Claro - Zenú à min 41 s
...20 Camilo Gómez Colombie Coldeportes - Claro - Zenú à min 44 s
...28 Alejandro Ramírez Colombie Coldeportes - Claro - Zenú à min 44 s

L'étape se déroule entièrement dans le département du Tolima. Les 164 coureurs[9], encore en course, partent de Mariquita pour rejoindre la Plaza Bolívar d'Ibagué. Mais, avant d'atteindre la capitale du département, ils feront un détour pour descendre vers Gualanday (corregimiento de Coello) et monter de là vers l'arrivée (830 m de dénivelé dans les trente-cinq derniers kilomètres). Durant les 172,5 km du parcours, les cyclistes ont trois étapes volantes à se disputer et un col de troisième catégorie à escalader[38].

Sous une chaleur accablante, huit hommes s'enfuient au 45e kilomètre. Ceux-ci augmentent au fur et à mesure leur avance (qui atteindra 10 min 25 s[39]). À dix kilomètres de l'arrivée, ils ne sont plus que six. Fernando Orjuela attaque à cinq kilomètres du but, seul Paul Betancourt peut répliquer et le contrer, les quatre autres étant plutôt des sprinteurs à éliminer avant la ligne d'arrivée. Betancourt s'impose en solitaire seize secondes devant Orjuela. Il devient le premier Costaricien vainqueur d'une étape du Tour de Colombie, après plus de cent-vingt kilomètres d'échappée. Gabriel Mendoza arrive troisième à vingt-deux secondes du Tico (es). Le peloton arrive min 45 s plus tard. Mieux classé des huit fugueurs (comptant, au matin, un débours de min 19 s sur Jaime Castañeda[9]), le jeune Merideño de dix-neuf ans en profite pour devenir le premier coureur néophyte étranger à endosser le maillot de leader. Il bénéficie du rythme peu soutenu imposé par les coéquipiers du leader au peloton. Peu enclins à pourchasser les fugueurs, ces derniers contrôlent seulement l'écart pour qu'il ne grandisse pas démesurément. Yefferson Vargas, autre échappé, devient deuxième du classement général à min 59 s devant l'ancien leader Castañeda, à min 6 s[40], [41]. La présence de deux membres de la formation PR - Pijaos dans la fugue permet à celle-ci de déloger les EPM - Une de la tête du classement par équipes[42], en leur possession depuis le premier jour.

Ni Paul Betancourt, ni Gabriel Mendoza n'ont pensé obtenir ces résultats en intégrant l'échappée. Loin d'être assuré de remporter l'étape en cas d'arrivée groupée, Betancourt a cherché à éliminer ses adversaires, en partant de loin, pour s'imposer en solitaire[43]. Tandis que Mendoza, grâce au labeur fourni par son coéquipier Ángel Rivas[44], a pu endosser les maillots de leader de l'épreuve, de meilleur étranger et de meilleur néophyte. Aux interviews de fin d'étape, il remercie son coéquipier et mécène José Rujano, pour qui, il venait travailler sur cette épreuve[45].

6e étape[modifier | modifier le code]

Alejandro Serna s'impose avec quelques secondes d'avance sur Mauricio Ortega qui s'empare de la tête du classement général provisoire.

Classement de l'étape[11]
Coureur Pays Équipe Temps
1 Alejandro Serna Colombie PR - Pijaos en h 0 min 30 s
2 Mauricio Ortega Colombie Orgullo Antioqueño à 19 s
3 Steven Giraldo Colombie PR - Pijaos à 25 s
4 Luis Felipe Laverde Colombie Coldeportes - Claro - Zenú à 40 s
Classement général[11]
Coureur Pays Équipe Temps
1 Mauricio Ortega Colombie Orgullo Antioqueño en 22 h 39 min 22 s
2 Óscar Sevilla Espagne EPM - Tigo - Une - Área Metropolitana à 15 s
3 Robinson Chalapud Colombie Orgullo Antioqueño à 23 s
...5 Luis Felipe Laverde Colombie Coldeportes - Claro - Zenú à 42 s
...8 Camilo Gómez Colombie Coldeportes - Claro - Zenú à 45 s
9 Alejandro Ramírez Colombie Coldeportes - Claro - Zenú à 45 s

Le Tour de Colombie passe du département du Tolima à celui du Quindío, en quittant Ibagué pour gagner Salento. Les coureurs abordent la haute montagne, avec le franchissement du fameux alto de la Línea, classé en hors catégorie. Quatre autres cols de troisième catégorie et trois étapes volantes sont aussi au menu des coureurs sur les 136,6 km que comptent l'étape du jour[46]. La principale critique faite au parcours établi par les organisateurs est l'éloignement factice du col de la Línea de la ligne d'arrivée. En effet, il a été rajouté une boucle faisant passer la distance entre Calarcá et Armenia de six à vingt-sept kilomètres, réduisant ainsi le caractère décisif de l'ascension[47].

Trois coureurs prennent l'initiative de l'échappée matinale, Álvaro Duarte et Flober Peña de l'équipe Néctar - Alcaldia de Cota et Rafael Infantino de la formation EPM Tigo-Une Area Metropolitana. Ils commencent l'ascension ensemble de l'alto de la Línea mais Infantino doit laisser rapidement ses deux compagnons de fugue. Peña travaille pour réaliser l'objectif de Duarte, à savoir prendre le maillot à pois de meilleur grimpeur. Il atteint son but en passant en tête quatre des cinq cols de la journée dont la Línea. Flober Peña s'isole dans la descente dudit col. Il amasse jusqu'à min 21 s au passage à Armenia. Mais, il doit pourtant composer avec le retour, dans un premier temps de Steven Giraldo (à environ huit kilomètres du but), puis d'Alejandro Serna (six kilomètres plus loin), tous deux coureurs PR - Pijaos, à l'avant d'un peloton de vingt-cinq coureurs. Dans l'ascension vers Salento, Serna se détache et va chercher la victoire d'étape, devant Mauricio Ortega. Ce dernier s'extrait du peloton et prend l'ascendant sur les autres favoris[48],[49]. Avec les bonifications incluses, il constitue un avantage de vingt-cinq secondes qui lui permet de s'emparer du maillot de leader. Au classement général, Óscar Sevilla, son dauphin le suit à quinze secondes, Robinson Chalapud est à vingt-trois et ferme le podium.

Hernán Aguirre déloge de la tête du classement des moins de 23 ans, Aldemar Reyes tandis que, grâce à la troisième place de Giraldo, associée à la victoire de Serna, les PR - Pijaos consolident leur première place dans la hiérarchie[11]. Enfin déjà très attardé au classement général[10], le vainqueur d'étape au Tour de Langkawi 2014, Dúber Quintero abandonne en cours de journée[50]. L'alto de la Línea n'a, effectivement, pas eu un grand impact sur le résultat final, du fait de son éloignement, nonobstant l'élimination des rouleurs et l'affirmation des favoris[48]. Puisque, même si Gabriel Mendoza est éliminé par cette ascension, Sevilla passant au sommet, avec un retard de quarante secondes sur Ortega, a pu faire la jonction dans la descente. Ainsi les dix premiers coureurs au classement individuel se tiennent en moins d'une minute[51].

7e étape[modifier | modifier le code]

Camilo Gómez s'impose et Mauricio Ortega conforte sa position de leader.

Classement de l'étape[12]
Coureur Pays Équipe Temps
1 Camilo Gómez Colombie Coldeportes - Claro - Zenú en h 59 min 32 s
2 Flober Peña Colombie Aguardiente Néctar - Alcaldía de Cota - 4WD Rent a Car à s
3 Mauricio Ortega Colombie Orgullo Antioqueño à 14 s
...7 Luis Felipe Laverde Colombie Coldeportes - Claro - Zenú à 34 s
...11 Óscar Sevilla Espagne EPM - Tigo - Une - Área Metropolitana à 43 s
...14 Alejandro Ramírez Colombie Coldeportes - Claro - Zenú à 46 s
Classement général[12]
Coureur Pays Équipe Temps
1 Mauricio Ortega Colombie Orgullo Antioqueño en 26 h 39 min 6 s
2 Camilo Gómez Colombie Coldeportes - Claro - Zenú à 27 s
3 Alexis Camacho Colombie Orgullo Antioqueño à 31 s
4 Óscar Sevilla Espagne EPM - Tigo - Une - Área Metropolitana à 46 s
...6 Luis Felipe Laverde Colombie Coldeportes - Claro - Zenú à min 4 s
7 Alejandro Ramírez Colombie Coldeportes - Claro - Zenú à min 19 s

Partant d'Armenia, capitale du département du Quindío, les 157 rescapés traversent le département de Risaralda pour atteindre celui de Caldas et la ville de Riosucio, après 156,7 km. Trois sprints volants et trois cols de troisième catégorie sont sur l'itinéraire, tracé dans l'Eje cafetero, avant un col de deuxième catégorie, placé à deux kilomètres du terme[52].

Au km 40, sept hommes se lancent dans une fugue. À quarante kilomètres de l'arrivée, trois coureurs se joignent à eux, pour former un groupe de dix, comptant min 50 s d'avance sur le peloton principal. Réduit à un trio, après la troisième étape volante[53], Javier Gómez, s'en extrait à une dizaine de kilomètres de la fin. Il se fait rejoindre, à moins de cinq kilomètres du but[54], dans l'ultime ascension de la journée, où le leader Mauricio Ortega décide d'attaquer. Aussitôt, il disperse le peloton mais ne peut rien contre la contre-attaque de Camilo Gómez. Celui-ci s'envole vers la victoire et passe au sommet avec vingt-cinq secondes d'avance sur Ortega. Ce dernier, avec le renfort de Flober Peña, limite l'écart sur la ligne[55] à dix-huit secondes (bonifications incluses) et surtout, il prend du temps à tous les autres favoris (notamment 31 s à Óscar Sevilla et min 48 s à Robinson Chalapud, considéré comme le grand battu du jour)[12]. Ainsi Gómez est le nouveau dauphin du leader à vingt-sept secondes, devant Alexis Camacho à trente et une et Sevilla à quarante-six. Pour les observateurs, il semble que la lutte pour le titre se circonscrive à ces quatre-là[56].

Après cette étape, les écarts sont véritablement creusés puisque le dixième au classement général a maintenant un retard de min 28 s. Enfin, le Bolivien Óscar Soliz, un des prétendants à la victoire finale au départ, n'a pu récupérer de ses problèmes de santé et s'est retiré[55]. Depuis le contre-la-montre par équipes de Bogota, quinze coureurs ont quitté la compétition dont quatre dans cette seule journée[57].

8e étape[modifier | modifier le code]

Rafael Infantino met à profit ses qualités de rouleur pour remporter l'étape tandis que Mauricio Ortega conforte son maillot jaune.

Classement de l'étape[13]
Coureur Pays Équipe Temps
1 Rafael Infantino Colombie EPM - Tigo - Une - Área Metropolitana en 25 min 50 s
2 Mauricio Ortega Colombie Orgullo Antioqueño à 27 s
3 Jhonatan Ospina Colombie GW Shimano à 31 s
4 Óscar Sevilla Espagne EPM - Tigo - Une - Área Metropolitana à 34 s
...9 Luis Felipe Laverde Colombie Coldeportes - Claro - Zenú à min 5 s
...17 Camilo Gómez Colombie Coldeportes - Claro - Zenú à min 31 s
...57 Alejandro Ramírez Colombie Coldeportes - Claro - Zenú à min 35 s
Classement général[13]
Coureur Pays Équipe Temps
1 Mauricio Ortega Colombie Orgullo Antioqueño en 27 h 5 min 23 s
2 Óscar Sevilla Espagne EPM - Tigo - Une - Área Metropolitana à 53 s
3 Alexis Camacho Colombie Orgullo Antioqueño à min 23 s
4 Camilo Gómez Colombie Coldeportes - Claro - Zenú à min 31 s
5 Luis Felipe Laverde Colombie Coldeportes - Claro - Zenú à min 42 s
...9 Alejandro Ramírez Colombie Coldeportes - Claro - Zenú à min 27 s

Mauricio Ortega à l'arrivée de son contre-la-montre.

La huitième étape est un contre-la-montre individuel, au relief sans difficulté particulière. Le parcours, développant 23,2 km, relie Viterbo (département de Caldas) à La Virginia, dans celui de Risaralda. La relative courte distance de l'effort solitaire a pu être critiquée, un kilométrage supérieur aurait désavantagé les grimpeurs, qui de ce fait auraient été dans l'obligation d'animer la fin de l'épreuve, pour refaire leur retard accumulé lors de cette journée[58].

Aucun résultat probant n'est accompli par les premiers compétiteurs à partir, jusqu'au passage du jeune Jhonatan Ospina qui réalise 26 min 21 s, abaissant le meilleur "chrono" de quinze secondes. Le vainqueur du contre-la-montre de la dernière Vuelta de la Juventud[59] reste un long moment en tête. Il en est délogé par le vice-champion de Colombie 2015 du contre-la-montre, Rafael Infantino. En 25 min 50 s, il ôte plus de trente secondes à la meilleure marque. Les candidats au titre ne réussissent pas à battre son temps et Infantino gagne, ainsi, sa quatrième victoire d'étape dans le Tour de Colombie[60]. Il devance Mauricio Ortega. Ce dernier conforte son maillot de leader en terminant à vingt-sept secondes du vainqueur. Ce résultat surprend bon nombre d'observateurs[61], mais permet à l'Antioqueño d'éloigner la menace que représente Óscar Sevilla (quatrième de l'étape) de sept secondes supplémentaires, Ospina s'intercalant entre les deux favoris. Alors que des hommes comme Camilo Gómez ou Alexis Camacho, en perdant plus ou moins une minute sur Ortega (respectivement min 4 s et 52 s[13]), voient s'éloigner le titre.

Mauricio Ortega reconnait que le contre-la-montre était son point faible mais qu'il a travaillé spécifiquement l'exercice. Il explique que le résultat de la journée est le fruit du travail accompli dans l'année[62].

Repos[modifier | modifier le code]

Le seul jour de repos de l'épreuve la plus importante du cyclisme colombien est l'occasion de dresser un premier bilan et de se projeter sur les perspectives qu'offre la deuxième semaine, pour les journalistes, les directeurs techniques et les coureurs présents sur la course.

Selon les observateurs, quatre à cinq coureurs semblent être encore en mesure de remporter la 65e édition du Tour de Colombie[63],[64]. Sur les cinq étapes restantes, trois sont clairement de haute montagne, où la condition physique du coureur sera plus importante que l'appui de l'équipe[63]. La meilleure impression a été laissée par le leader, Mauricio Ortega, surprenant, même, dans le contre-la-montre de la veille. Il peut, également, compter sur la formation la plus forte du plateau.

Son dauphin, Óscar Sevilla, relégué à 53 s, paraît tranquille. Cependant, il a perdu du temps dans la montée vers Riosucio et dans le chronomètre, son terrain de prédilection[63],[65]. De plus, malgré la confiance de Rafael Infantino que lui inspire son chef de file[66], son équipe a paru défaillante dans les ascensions et Sevilla peut se retrouver bien seul face à ses adversaires dans les plus forts pourcentages.

Le troisième au classement provisoire, Alexis Camacho, a l'inconvénient majeur d'avoir Ortega dans son équipe. Il doit d'abord penser à aider son leader avant de penser à attaquer et de le suppléer en cas de défaillance. Pour beaucoup, le grand favori est Camilo Gómez. Son retard est pourtant conséquent. Même s'il a prouvé être le meilleur grimpeur de tous les prétendants, la min 31 s, concédé en grande partie dans l'exercice chronométré, l'obligera à redoubler d'efforts[63],[65]. Le dernier candidat est Luis Felipe Laverde, le plus limité dans les fortes ascensions[65]. Il a concédé un retard de min 42 s. Mais comme Camacho, son leader est placé juste devant lui. Laverde doit d'abord l'aider et être prêt au cas où Gómez aurait un jour sans[63].

Moins concerné par la victoire finale, il est possible néanmoins de dresser un bilan de la première semaine. C'est ainsi qu'auréolé de son podium sur le Clásico RCN 2014, Danny Osorio prenait le départ de la compétition avec le désir d'intégrer le Top ten. Une chute, dès la deuxième étape, a ruiné ses espoirs. Il reporte ses espérances sur une victoire dans l'une des trois étapes de montagne restantes. Pour son équipe Redetrans - Supergiros, la première semaine a été le théâtre de bien des désagréments et l'objectif est de remporter une étape et de replacer Dalivier Ospina dans les vingt premiers au classement général[67].

De son côté, Josué González, le leader de l'équipe costaricienne Coopenae - Extralum Economy, avoue avoir besoin de ce jour de repos pour récupérer. Il a pour objectif de ravir la place de meilleur étranger de la compétition à José Rujano (seulement trente-cinq secondes les séparent) et de s'installer dans les dix premiers du classement général, et ce à la meilleure place possible[68]. Pourtant à près de trois minutes, le directeur sportif, Luis Alfonso Cely, de la formation GW Shimano pense que son coureur, Francisco Colorado, est, encore, à même de renverser la situation en sa faveur, vu le menu des jours suivants.

Les directeurs sportifs voient, seulement, deux étapes-clés. Raúl Mesa et Gabriel Jaime Vélez pensent que lors de la cronoescalada (un contre-la-montre en ascension) du dernier jour, la course sera déjà jouée. Les étapes de haute montagne, arrivant à l'alto de Minas et à Ituango, auront déterminés le classement général avant. Ces directeurs techniques ainsi qu'Oliverio Cárdenas sont confiants en leurs hommes, même s'ils ne sous-estiment pas leurs adversaires. Car, à cette date, personne ne peut prédire qui sera le vainqueur et ils maintiennent l'espoir intact de pouvoir lutter et de remporter la compétition. C'est ainsi que Mesa fait remarquer que son chef de file, Óscar Sevilla avait un retard équivalent, lors du jour de repos, les années précédentes, et qu'il s'était, toutefois, imposé[69].

Enfin, fort de ses vingt-six titres dans des courses de niveau national voire internationale, le leader de la course, Mauricio Ortega espère que le titre ne va pas lui échapper cette année, lui qui a déjà terminé deuxième (en 2008[N 1]), troisième (en 2013) ou quatrième (en 2014). Ortega dresse un bilan positif de la première semaine, commencée par une deuxième place très satisfaisante dans le contre-la-montre par équipes, puis par sa prise du pouvoir dans l'étape de la Línea et surtout le gain de temps réalisé face à ses adversaires dans le contre-la-montre individuel, son point faible d'ordinaire. La seconde semaine s'annonce difficile mais le fait de terminer la compétition dans sa région, devant ses supporters et ses sponsors, lui donne encore plus de motivation. Il ajoute qu'il est important qu'il soit en tête du classement, avec l'appui d'Alexis Camacho, juste derrière, à la troisième place[70].

9e étape[modifier | modifier le code]

Le Colombo-espagnol Óscar Sevilla s'impose et grignote son retard sur Mauricio Ortega.

Classement de l'étape[14]
Coureur Pays Équipe Temps
1 Óscar Sevilla Espagne EPM - Tigo - Une - Área Metropolitana en h 30 min 12 s
2 Luis Felipe Laverde Colombie Coldeportes - Claro - Zenú à s
3 Alejandro Serna Colombie PR - Pijaos à s
4 Camilo Gómez Colombie Coldeportes - Claro - Zenú à s
Classement général[14]
Coureur Pays Équipe Temps
1 Mauricio Ortega Colombie Orgullo Antioqueño en 30 h 35 min 41 s
2 Óscar Sevilla Espagne EPM - Tigo - Une - Área Metropolitana à 41 s
3 Alexis Camacho Colombie Orgullo Antioqueño à min 23 s
4 Camilo Gómez Colombie Coldeportes - Claro - Zenú à min 31 s
5 Luis Felipe Laverde Colombie Coldeportes - Claro - Zenú à min 33 s
...8 Alejandro Ramírez Colombie Coldeportes - Claro - Zenú à min 27 s

Óscar Sevilla à l'arrivée au sommet de l'Alto del Boquerón, Luis Felipe Laverde dans son sillage.

La compétition reprend de Cartago dans le département de la Valle del Cauca. Les 151 coureurs encore en lice (Aldemar Reyes, le vainqueur 2014 de la catégorie des moins de 23 ans, ne prenant pas le départ au matin[71]) vont effectuer une boucle sans difficulté majeure de 115,7 km[72] dans ce département pour terminer dans celui de Risaralda. Ils achèvent la journée par l'ascension de l'alto del Boquerón, classé en troisième catégorie, dans la municipalité de Santa Rosa de Cabal. Auparavant sur les 157,1 km du parcours, ils trouveront trois étapes volantes et un autre col de troisième catégorie à trente kilomètres de l'arrivée[73].

La première partie de la course se dispute à un rythme endiablé, la vitesse moyenne dépassant les 50 km/h. Les tentatives de fugue avortées se succèdent puis neuf, dix hommes trouvent l'ouverture[74]. La vigilance des équipes des favoris ne leur permettront pas de dépasser la min 30 s d'avance[75]. Présent déjà dans l'échappée de la 7e étape qui lui avait permis de rafler les trois sprints intermédiaires[12], Juan Alejandro García profite de celle-ci pour prendre la tête du classement des étapes volantes[76]. Giovanni Báez et Weimar Roldán sont les derniers à être repris, au début de l'ascension finale[74], en raison de l'accélération du peloton des favoris, prêts à en découdre. Même si les observateurs ne pensaient pas que cette arrivée puisse modifier le classement général, et voyaient plutôt une opposition entre grimpeurs-puncheurs, Óscar Sevilla profite des mille cinq cent mètres de montée pour attaquer sèchement. Luis Felipe Laverde est le seul à pouvoir le suivre[75]. Sevilla remporte l'étape et grignote douze secondes de son retard sur Ortega[77]. Ce dernier montre pour la première fois des signes de faiblesse[74] et doit s'appuyer sur ses lieutenants, pour limiter les écarts[77].

Sevilla revient à 41 s d'Ortega et lui subtilise la tête du classement par points (que l'Antioqueño possédait depuis le CLM individuel). Cependant, ce résultat n'altère en rien la confiance de Mauricio Ortega pour l'étape du lendemain et son arrivée au sommet de l'alto de Minas, une de ses montées préférées où il détient le record de l'ascension[76]. Tandis que la victoire a rendu l'estime de soi à Óscar Sevilla, mis à mal par sa défaite dans le contre-la-montre[78], il se sent prêt pour l'étape de haute montagne qui suit[79].

10e étape[modifier | modifier le code]

Óscar Rivera s'impose au sommet de l'alto de Minas, où Óscar Sevilla reprend du temps sur Mauricio Ortega.

Classement de l'étape[15]
Coureur Pays Équipe Temps
1 Óscar Rivera Colombie EBSA - Indeportes Boyacá en h 8 min 23 s
2 Óscar Sevilla Espagne EPM - Tigo - Une - Área Metropolitana à 14 s
3 Alejandro Ramírez Colombie Coldeportes - Claro - Zenú à 27 s
4 Mauricio Ortega Colombie Orgullo Antioqueño à 29 s
...7 Camilo Gómez Colombie Coldeportes - Claro - Zenú à 33 s
...15 Luis Felipe Laverde Colombie Coldeportes - Claro - Zenú à min 50 s
Classement général[15]
Coureur Pays Équipe Temps
1 Mauricio Ortega Colombie Orgullo Antioqueño en 34 h 44 min 33 s
2 Óscar Sevilla Espagne EPM - Tigo - Une - Área Metropolitana à 22 s
3 Alexis Camacho Colombie Orgullo Antioqueño à min 27 s
4 Camilo Gómez Colombie Coldeportes - Claro - Zenú à min 35 s
5 Alejandro Ramírez Colombie Coldeportes - Claro - Zenú à min 23 s
6 Luis Felipe Laverde Colombie Coldeportes - Claro - Zenú à min 54 s

Óscar Rivera au sommet de l'Alto de Minas.

Le départ est donné de la municipalité de Villamaría. Les concurrents traversent le département de Caldas, et notamment sa capitale Manizales[80]. Ils rejoignent celui d'Antioquia pour une arrivée au sommet de l'alto de Minas, col de première catégorie. Le tracé de 162,2 km compte trois sprints bonifications et un second col (de deuxième catégorie), à vingt-cinq kilomètres du terme[81]. C'est une étape inédite puisque, cela fait au moins vingt ans que Villamaría n'a plus été ville-départ et que pour la première fois, le mythique col colombien, culminant à 2 441 m, est le théâtre d'une arrivée du Tour de Colombie. La première partie de la journée est une longue portion descendante vers un parcours plat dans le cañon du río Cauca puis les quarante-quatre derniers kilomètres sont en ascension.

En début d'étape, le rythme est soutenu, empêchant toute échappée de se former durablement. De plus, Mauricio Ortega chute sans gravité et deux membres de la Movistar Team América, Cristian Talero, pourtant plusieurs fois à l'attaque les jours précédents, et Bacilio Ramos abandonnent. Puis quatorze, quinze hommes forment l'échappée du jour. Présent dans le groupe d'éclaireurs, Flober Peña rafle treize points (sur un maximum de quinze) lors des trois étapes volantes et prend la tête de ce classement annexe. Au passage du dernier sprint intermédiaire, l'avance de la fugue culmine à cinq minutes. Dans la montée du col de deuxième catégorie, Luis Alfredo Martínez et Jaime Vergara semblent les plus à même pour mener l'échappée à la victoire, ouvrant la route un bon moment. Mais à quinze kilomètres du but, les favoris arrivent sur le devant de la course. Des huit hommes présents, six jouent les premiers rôles au classement général. José Rujano est le premier à déclencher les hostilités (à dix kilomètres du terme[82]). Puis le rythme frénétique est emmené par Óscar Sevilla et Mauricio Ortega. Bientôt sous l'impulsion de Sevilla, José Rujano et Óscar Rivera cèdent du terrain. À cinq kilomètres de la ligne, il ne reste plus que trois prétendants à la victoire d'étape, Sevilla, Ortega qui ne cède pas aux attaques répétées du Colombo-espagnol et Alejandro Ramírez, spectateur attentif du duel. Cependant les derniers contradicteurs du trio reviennent sur eux et Óscar Rivera, semblant avoir parfaitement géré son ascension, s'enfuit dans les trois derniers kilomètres, pour ne plus être revu (bénéficiant aussi du fait qu'il ne soit pas considéré comme une menace pour le titre[82]). Après deux tentatives infructueuses[82], Sevilla réussit à faire céder Ortega un kilomètre plus loin et termine deuxième de l'étape[83],[84]. Pour le leader de la formation EPM - Tigo - Une - Área Metropolitana, la tête du classement général est encore à vingt-deux secondes[15], car grâce au soutien d'Alexis Camacho, Ortega a réussi à limiter les pertes.

L'alto de Minas n'a pas fait les écarts escomptés par les directeurs sportifs, malgré plus de quarante kilomètres de montée, seuls les derniers ont créé des différences. Ainsi le nombre de prétendants à la victoire est définitivement circonscrit à quatre, Alejandro Ramírez, cinquième, se trouvant relégué à min 23 s. Quelques coureurs présents dans le Top ten ont néanmoins perdu le titre[84] (comme Chalapud et Laverde déboursant plus de deux minutes, Colorado, plus de trois et Juan Pablo Suárez, min 35 s[15]). Les derniers hectomètres ont bousculé les certitudes. Mauricio, malgré deux chutes et une crevaison dans la journée, semblait intouchable et vainqueur final potentiel de la compétition, après le contre-la-montre et son rendement dans l'ascension de la journée mais sa soudaine baisse de régime, rend plus indécise encore la lutte pour le titre[82]. Ayant perdu du temps dans les deux dernières étapes, Mauricio Ortega attend la suite des évènements avec une certaine anxiété. Il reconnaît avoir vécu un jour difficile, ayant contré les deux premières attaques de Sevilla, il n'a rien pu faire contre la troisième. Il espère néanmoins arriver au contre-la-montre de clôture au moins au même niveau que son adversaire pour se disputer le titre dans un mano a mano terminal. Au contraire, l'écart s'amenuisant entre les deux, jour après jour, rend Óscar Sevilla tranquille, il promet de tenter (d'attaquer) encore et encore[85]. En trois étapes, la courbe s'est inversée, de leader serein au soir de la huitième, Ortega a fait montre de nervosité, la veille, attaquant sans réfléchir, pour se faire contrer, Ortega n'est pas aussi fort qu'espéré, il voit fondre son avance sur Sevilla (trente-et-une secondes en deux jours) et attend désormais le dernier jour. Bien qu'il n'ait pas perdu de temps, sachant ses lacunes en contre-la-montre, Camilo Gómez semble avoir perdu une bonne occasion de refaire son retard, ne se montrant guère à son avantage dans l'alto de Minas[86]. En outre, Óscar Rivera offre sa troisième victoire d'étape à sa formation EBSA - Indeportes Boyacá. Et enfin, non seulement, Flober Peña s'empare d'un maillot distinctif, mais le jeune Miguel Flórez dépossède Gabriel Mendoza, de la tête du classement du meilleur néophyte[87].

11e étape[modifier | modifier le code]

Juan Pablo Suárez remporte l'étape détaché et Mauricio Ortega reprend un léger avantage sur Óscar Sevilla.

Classement de l'étape[16]
Coureur Pays Équipe Temps
1 Juan Pablo Suárez Colombie EPM - Tigo - Une - Área Metropolitana en h 43 min 47 s
2 Álvaro Duarte Colombie Aguardiente Néctar - Alcaldía de Cota - 4WD Rent a Car à min 4 s
3 Bernardo Suaza Colombie Manzana Postobón à min 19 s
...5 Camilo Gómez Colombie Coldeportes - Claro - Zenú à min 50 s
6 Alejandro Ramírez Colombie Coldeportes - Claro - Zenú à min 52 s
7 Mauricio Ortega Colombie Orgullo Antioqueño à min 52 s
...10 Luis Felipe Laverde Colombie Coldeportes - Claro - Zenú à min 59 s
...16 Óscar Sevilla Espagne EPM - Tigo - Une - Área Metropolitana à min 2 s
Classement général[16]
Coureur Pays Équipe Temps
1 Mauricio Ortega Colombie Orgullo Antioqueño en 38 h 31 min 12 s
2 Óscar Sevilla Espagne EPM - Tigo - Une - Área Metropolitana à 32 s
3 Alexis Camacho Colombie Orgullo Antioqueño à min 29 s
4 Camilo Gómez Colombie Coldeportes - Claro - Zenú à min 33 s
5 Alejandro Ramírez Colombie Coldeportes - Claro - Zenú à min 23 s
6 Luis Felipe Laverde Colombie Coldeportes - Claro - Zenú à min 1 s

Juan Pablo Suárez franchissant en vainqueur la ligne d'arrivée.

L'étape de haute montagne se déroule entièrement dans le département d'Antioquia. Elle relie les municipalités de Don Matías à celle d'Ituango (pour une arrivée inédite dans cette cité du nord du département[87]). Sur les 146,7 km du parcours, les 143 rescapés ont deux sprints intermédiaires et deux cols à franchir. Le dernier, de première catégorie, se situe à moins de huit kilomètres de l'arrivée[88].

Franchissant de nombreux ouvrages d'art réalisés par le sponsor (es) de la compétition, le peloton roule à allure modérée en début d'étape, ce dont profite le duo Álvaro Duarte et Flober Peña pour intégrer un groupe de cinq. Partis pour consolider leurs avantages dans les classements annexes dont ils occupent la tête, le frère cadet de Fabio Duarte et Peña réussissent dans leur entreprise, puisqu'ils sont mathématiquement injoignables, à deux journées de la fin du Tour. Grâce à la passivité des équipes de leaders, visiblement, plus concernées par les étapes suivantes, et le renfort de douze, treize hommes, l'échappée prend de l'ampleur. La descente vertigineuse sur une route étroite du premier tiers du parcours désavantage un peloton et l'écart augmente alors peu à peu. La victoire d'étape se joue alors entre ces éclaireurs sous une averse torrentielle. Juan Pablo Suárez, déjà dans la fugue de la première heure, profite du col de première catégorie pour s'enfuir et s'imposer en solitaire. Seuls Suárez et trois autres échappées ne sont pas repris par le groupe maillot jaune. Près de trois minutes plus tard, les favoris arrivent. Óscar Sevilla est victime de la pluie puisqu'il chute sans gravité à moins de 250 m de la ligne[89], [90]. Sevilla n'a pu contrôler sa bicyclette dans l'une des dernières courbes du jour. Dans ce véritable mur d'arrivée, la chaussée mouillée était dangereuse et Sevilla a glissé. Il perd ainsi dix secondes sur Mauricio Ortega, n'ayant pu profiter de la règle des trois kilomètres qui ne s'appliquait pas dans cette étape de montagne[91], [N 2].

Aucune attaque d'un des favoris n'a été observée dans l'ascension finale[92], en raison de la dangerosité de la route pour Óscar Sevilla, ou pour garder des forces pour les ultimes étapes selon les observateurs. Ainsi, l'information la plus importante de la journée est la perte de dix secondes du Colombo-espagnol sur le leader de la course[93]. Désappointé par ce fait de course, Sevilla parle d'un manque de respect[94]. Son équipe s'en désole mais apprécie la victoire d'un des siens "à domicile", puisque Ituango est le siège du Campamento Tacuí des Empresas Públicas de Medellín (EPM), principal commanditaire de la formation. Le peloton roulant tranquillement toute la journée, seule la dernière montée a créé quelques écarts. Il semble de plus en plus évident que le contre-la-montre de clôture déterminera le vainqueur de la 65e édition du Tour de Colombie[91].

12e étape[modifier | modifier le code]

Les Coldeportes - Claro modifient le podium de la course où Mauricio Ortega reste leader.

Classement de l'étape[17]
Coureur Pays Équipe Temps
1 Luis Felipe Laverde Colombie Coldeportes - Claro - Zenú en h 13 min 51 s
2 Óscar Sevilla Espagne EPM - Tigo - Une - Área Metropolitana m.t.
3 Mauricio Ortega Colombie Orgullo Antioqueño à s
4 Alejandro Ramírez Colombie Coldeportes - Claro - Zenú à s
...7 Camilo Gómez Colombie Coldeportes - Claro - Zenú à min 39 s
Classement général[17]
Coureur Pays Équipe Temps
1 Mauricio Ortega Colombie Orgullo Antioqueño en 42 h 45 min 0 s
2 Óscar Sevilla Espagne EPM - Tigo - Une - Área Metropolitana à 28 s
3 Alejandro Ramírez Colombie Coldeportes - Claro - Zenú à min 29 s
4 Luis Felipe Laverde Colombie Coldeportes - Claro - Zenú à min 57 s
5 Alexis Camacho Colombie Orgullo Antioqueño à min 11 s
6 Camilo Gómez Colombie Coldeportes - Claro - Zenú à min 15 s

L'échappée royale de la douzième étape.

Les coureurs partent du Campamento Tacuí, à Ituango, où ont passé la nuit la caravane du Tour[95],[N 3], des coureurs aux journalistes. L'arrivée est jugée dans la municipalité de Bello, située 153,1 km plus loin. Les soixante premiers kilomètres sont en ascension[96] et le sommet du col de hors catégorie, à escalader, est placé au km 38,5. Trois sprints bonifications suivent au cours de la journée[97]. Comme de nombreuses fois depuis le début du Tour, une partie de l'étape (jusqu'à Don Matías) est la route empruntée la veille, mais cette fois, en sens inverse[98].

Une échappée se forme très rapidement, dans laquelle prend place Alejandro Ramírez. L'écart de quarante secondes acquis fond sous l'impulsion des attaques des favoris. Seul Ramírez réussit à persévérer[96]. Óscar Sevilla, qui cherche à reprendre du temps au leader, fractionne le peloton et le rejoint en la compagnie de Mauricio Ortega et de Felipe Laverde. Les quatre comptent jusqu'à min 30 s d'avance. Sevilla tente de nombreuses fois de fausser compagnie à ses acolytes, sans succès. Puis, visiblement, il décide de garder des forces pour l'étape décisive du lendemain. Les quatre unissent, alors, leurs efforts. Devant leur incapacité à fausser compagnie à leurs adversaires, les deux Coldeportes - Claro se résolvent à changer d'objectif et à penser au gain de l'étape. Le quatuor garde min 39 s de leur avantage, à l'arrivée, sur un peloton de battus, incapables de s'entendre, qui a, un moment, compté vingt-cinq éléments. Au sprint, Laverde dispose du Colombo-espagnol, pourtant favori[99].

La formation Coldeportes - Claro - Zenú déloge de la tête du classement par équipes les Orgullo Antioqueño[100] qui s'en étaient emparés au soir de la dixième étape[15]. Ramírez et Laverde sont les grands bénéficiaires du jour et en profitent pour grimper dans la hiérarchie de deux places. Ainsi, Alejandro Ramírez monte sur le podium provisoire tandis que les victimes du jour sont Alexis Camacho qui passe de la troisième à la cinquième place, et Camilo Gómez qui tombe du quatrième au sixième rang[96]. Dans un mauvais jour, Gómez, chef de file de son équipe, n'a pu suivre le rythme imposé par Sevilla et a laissé partir le groupe des quatre[101]. La lutte pour le titre semble, désormais, circonscrite à deux prétendants, puisque le troisième, Ramírez est relégué à min 29 s[102]. Le vainqueur des deux précédentes éditions, Óscar Sevilla a grappillé quatre secondes et est, désormais, seulement séparé du porteur du maillot jaune actuel, Mauricio Ortega, par vingt-huit secondes. Les observateurs ont des avis partagés sur le nom du vainqueur de cette 65e édition de la Vuelta a Colombia[103],[100]. Mauricio Ortega est optimiste avant d'achever la compétition par un contre-la-montre. Il se base plus sur son état de forme actuel que sur le résultat de l'année précédente, où il avait effectué le parcours trente-deux secondes plus vite que son contradicteur[104]. Óscar Sevilla, quant à lui, rappelle qu'en 2014, il finissait l'épreuve épuisé alors qu'il se sent en meilleur forme cette année. Pourtant, les journalistes s'interrogent sur celle-ci car Sevilla a été le plus combatif des coureurs, attaquant jour après jour pour tenter de réduire l'écart avec Ortega[105].

13e étape[modifier | modifier le code]

Óscar Sevilla s'impose dans le contre-la-montre terminal et remporte pour la troisième fois consécutive le Tour de Colombie.

Classement de l'étape[18]
Coureur Pays Équipe Temps
1 Óscar Sevilla Espagne EPM - Tigo - Une - Área Metropolitana en 39 min 58 s
2 Alejandro Serna Colombie PR - Pijaos à 45 s
3 Luis Felipe Laverde Colombie Coldeportes - Claro - Zenú à 54 s
...9 Mauricio Ortega Colombie Orgullo Antioqueño à min 29 s
...14 Camilo Gómez Colombie Coldeportes - Claro - Zenú à min 52 s
...31 Alejandro Ramírez Colombie Coldeportes - Claro - Zenú à min 56 s
Le siège social des Empresas Públicas de Medellín d'où est donné le départ du CLM de clôture.

L'étape de clôture est une cronoescalada, un contre-la-montre en côte, disputée en nocturne. Le premier coureur, Iltjan Nika, s'élance à 18 h 30 et le dernier, Mauricio Ortega part à 20 h 11 (heures locales)[106]. Le départ est donné devant l'Edificio Intelligente de EPM (siège social des Empresas Públicas de Medellín[107]). Le tracé, développant 17,5 km se situe intégralement dans la municipalité de Medellín[108]. Pour le troisième jour d'affilée, l'étape se déroule dans le département d'Antioquia. Pour monter des rues de la ville vers l'Alto de Las Palmas (es), quatre variantes sont possibles. Celle, proposée aux participants, dite de San Diego, est réputée la plus facile, bien que classée en première catégorie par les organisateurs. Les 15,6 derniers kilomètres ont une pente moyenne de 6,6 %[109].

Rafael Infantino reste un long moment meilleur temps. Il faut attendre l'arrivée d'Alejandro Serna (finalement deuxième de l'étape) pour voir son chrono battu, tandis que pour la lutte pour le titre, Óscar Sevilla, réalisant un effort constant, reprend vingt-cinq secondes à Mauricio Ortega, au pointage intermédiaire du km 6[110]. L'avantage passe à min 6 s, km 12. Sevilla est le seul concurrent à descendre sous le seuil des quarante minutes, en effectuant l'exercice en 39 min 58 s[111], soit 45 s plus vite que Serna, alors en tête. Dans un mauvais jour, Mauricio Ortega perd près d'une minute et demie et termine neuvième du contre-la-montre[110]. Il se retrouve, finalement, relégué à min 1 s du Colombo-Espagnol, au classement général final. Felipe Laverde prend la troisième place de l'étape à 54 s du vainqueur, ce qui lui permet de s'octroyer la dernière marche du podium. Au classement général, il termine devant deux autres membres de sa formation Coldeportes - Claro - Zenú, meilleure équipe du plateau.

Óscar Sevilla est le premier coureur, non natif de Colombie, à remporter trois Vueltas et seulement le quatrième à le réaliser de manière consécutive (après Ramón Hoyos, Luis Herrera et Libardo Niño)[112]. Mauricio Ortega, bien qu'attristé par le dénouement de l'épreuve, est satisfait de sa course. Il dit avoir eu de mauvaises sensations lors du contre-la-montre mais admet la supériorité de son adversaire[113] tandis qu'Óscar Sevilla, heureux, reconnait la valeur de son adversaire. Sevilla pense que défendre sa position de leader a mis une pression sur son rival, qui lui a été dommageable pour sa performance du jour, alors que partir deuxième et n'avoir rien à perdre ont conféré à Sevilla la sérénité nécessaire pour s'imposer[114].

Classements finals[modifier | modifier le code]

Classement général final[modifier | modifier le code]

133 coureurs terminent l'épreuve[18].

Classement général final
  Coureur Pays Équipe Temps
1er Óscar Sevilla Colombie
Espagne
EPM - Tigo - Une - Área Metropolitana en 43 h 25 min 26 s
2e Mauricio Ortega Colombie Orgullo Antioqueño + min 1 s
3e Luis Felipe Laverde Colombie Coldeportes - Claro - Zenú + min 23 s
4e Camilo Gómez Colombie Coldeportes - Claro - Zenú + min 39 s
5e Alejandro Ramírez Colombie Coldeportes - Claro - Zenú + min 57 s
6e Alexis Camacho Colombie Orgullo Antioqueño + min 12 s
7e José Rujano Venezuela Coordinadora - FundaRujano - Alcaldía de Villa de Leyva + min 59 s
8e Óscar Rivera Colombie EBSA - Indeportes Boyacá + min 3 s
9e Hernán Aguirre Colombie Manzana Postobón + min 44 s
10e Alejandro Serna Colombie PR - Pijaos + min 0 s

Classements annexes[modifier | modifier le code]

Classement par équipes[modifier | modifier le code]

Classement par équipes
  Équipe Pays Temps
1re Coldeportes - Claro - Zenú Colombie en 129 h 37 min 2 s
2e Orgullo Antioqueño Colombie + min 37 s
3e PR - Pijaos Colombie + 16 min 38 s

Classement de la montagne[modifier | modifier le code]

Classement de la montagne
  Coureur Pays Équipe Point(s)
1er Álvaro Duarte Colombie Aguardiente Néctar - Alcaldía de Cota - 4WD Rent a Car 63 points
2e Flober Peña Colombie Aguardiente Néctar - Alcaldía de Cota - 4WD Rent a Car 48 pts
3e Óscar Sevilla Colombie
Espagne
EPM - Tigo - Une - Área Metropolitana 31 pts

Classement du meilleur jeune[modifier | modifier le code]

Classement du meilleur jeune
  Coureur Pays Équipe Temps
1er Hernán Aguirre Colombie Manzana Postobón en 43 h 34 min 10 s
2e Miguel Flórez Colombie Raza de Campeones - Lotería de Boyacá + 28 min 7 s
3e Yuber Contreras Colombie Movistar Team América + 34 min 57 s

Classement par points[modifier | modifier le code]

Classement par points
  Coureur Pays Équipe Point(s)
1er Óscar Sevilla Colombie
Espagne
EPM - Tigo - Une - Área Metropolitana 91 points
2e Mauricio Ortega Colombie Orgullo Antioqueño 71 pts
3e Luis Felipe Laverde Colombie Coldeportes - Claro - Zenú 60 pts

Classement des étapes volantes[modifier | modifier le code]

Classement des étapes volantes
  Coureur Pays Équipe Point(s)
1er Flober Peña Colombie Aguardiente Néctar - Alcaldía de Cota - 4WD Rent a Car 41 points
2e Juan Alejandro García Colombie GW Shimano 23 pts
3e Juan Pablo Forero Colombie Coldeportes - Claro - Zenú 20 pts

Évolution des classements[modifier | modifier le code]

Tableau récapitulatif de l'évolution des différents classements de la compétition
Étapes Vainqueur
Classement général
Classement des moins de 23 ans
Classement de la montagne
Classement par points
Classement des étapes volantes
Classement par équipes
1re étape[6] EPM - Tigo - Une - Área Metropolitana Óscar Sevilla Aldemar Reyes Non attribué Non attribué Non attribué EPM - Tigo - Une - Área Metropolitana
2e étape[7] Wilmer Rodríguez Jaime Castañeda Sebastián Caro Wilmer Rodríguez Marlon Pérez
3e étape[8] José de Jesús Jaimes Jaime Castañeda
4e étape[9] Edwin Sánchez Juan Pablo Forero
5e étape[10] Paul Betancourt Gabriel Mendoza PR - Pijaos
6e étape[11] Alejandro Serna Mauricio Ortega Hernán Aguirre Álvaro Duarte
7e étape[12] Camilo Gómez
8e étape[13] Rafael Infantino Mauricio Ortega
9e étape[14] Óscar Sevilla Óscar Sevilla Juan Alejandro García
10e étape[15] Óscar Rivera Flober Peña Orgullo Antioqueño
11e étape[16] Juan Pablo Suárez
12e étape[17] Luis Felipe Laverde Coldeportes - Claro - Zenú
13e étape[18] Óscar Sevilla Óscar Sevilla
Classements finals Óscar Sevilla Hernán Aguirre Álvaro Duarte Óscar Sevilla Flober Peña Coldeportes - Claro - Zenú

Liste des participants[modifier | modifier le code]

Légende
Num Dossard de départ porté par le coureur sur ce Tour de Colombie Pos Position finale au classement général
Indique le vainqueur du classement général Indique le vainqueur du classement par points
Indique le vainqueur du classement de la montagne Indique le vainqueur du classement des étapes volantes
Indique le vainqueur du classement des moins de 23 ans Indique le vainqueur du classement des néophytes
* Indique un coureur en lice pour le maillot gris
(coureurs nés après le 1er janvier 1993)
** Indique un coureur en lice pour le classement du meilleur néophyte
(coureurs nés après le 1er janvier 1993, n'ayant jamais participé au Tour de Colombie).
Indique le vainqueur du classement du meilleur étranger Indique un maillot de champion national ou mondial, suivi de sa spécialité
# Indique la meilleure équipe
NP Indique un coureur qui n'a pas pris le départ d'une étape,
suivi du numéro de l'étape où il s'est retiré
AB Indique un coureur qui n'a pas terminé une étape,
suivi du numéro de l'étape où il s'est retiré
HD Indique un coureur qui a terminé une étape hors des délais,
suivi du numéro de l'étape
EX Indique un coureur exclu pour non-respect du règlement,
suivi du numéro de l'étape où il s'est fait exclure
EPM - Tigo - Une - Área Metropolitana
EPM
Num Coureur Pos
1 Óscar Sevilla
Colombie Espagne
1er
2 Rafael Infantino Colombie 36e
3 Juan Pablo Suárez Colombie 17e
4 Edwin Carvajal Colombie 31e
5 Róbigzon Oyola Colombie 49e
6 Stiber Ortiz Colombie 97e
7 Weimar Roldán Colombie 99e
8 Jaime Castañeda Colombie 43e
9 Juan Pablo Rendón Colombie 88e
10 Jader Betancur Colombie EX-10
Directeur sportif : Raúl Mesa
Raza de Campeones - Lotería de Boyacá
Num Coureur Pos
11 Hernando Bohórquez Colombie 56e
12 Jeffry Romero Colombie 69e
13 Javier Gómez Colombie 78e
14 Michael Rodríguez Colombie 27e
15 José Leonel Díaz Colombie 18e
16 Yeison Chaparro Colombie 55e
17 Wilmer Rodríguez Colombie 66e
18 Carlos Parra Colombie 28e
19 Miguel Flórez Colombie** 22e
20 Juan Carlos Cruz Colombie** 65e
Directeur sportif : Rafael Acevedo
Movistar Team América
MOT
Num Coureur Pos
21 Óscar Soliz Bolivie (Route et CLM) AB-7
22 Marvin Angarita Colombie 116e
23 Omar Mendoza Colombie 26e
24 Wilson Cepeda Colombie 50e
25 Juan David Vargas Colombie 109e
26 Cristian Talero Colombie AB-10
27 Roller Diagama Colombie** 117e
28 Yuber Contreras Colombie* 25e
29 Diego Ochoa Colombie** 91e
30 Bacilio Ramos Bolivie AB-10
Directeur sportif : Franco Gini
Coldeportes - Claro - Zenú #
Num Coureur Pos
31 Camilo Gómez Colombie 4e
32 Luis Felipe Laverde Colombie 3e
33 Alejandro Ramírez Colombie 5e
34 John Martínez Colombie 39e
35 Fredy Piamonte Colombie 74e
36 Luis Alfredo Martínez Colombie 60e
37 Juan Pablo Forero Colombie 86e
38 Juan Martín Mesa Colombie 47e
39 Julían Marín Colombie 90e
40 Luis Hernán Quiceno Colombie** 96e
Directeur sportif : Oliverio Cárdenas
Redetrans - Supergiros
Num Coureur Pos
41 Víctor Hugo Peña Colombie 114e
42 Dalivier Ospina Colombie 24e
43 Diego Calderón Colombie 30e
44 Andrés Cárdenas Colombie 84e
45 Carlos Galeano Colombie AB-12
46 Carlos Ospina Colombie AB-7
47 Danny Osorio Colombie 71e
48 Edwin Sandoval Colombie 110e
49 Alexis Castro Colombie 111e
50 Sebastián Arango Colombie* AB-6
Directeur sportif : Luis Fernando Otalvaro
Orgullo Antioqueño
ANQ
Num Coureur Pos
51 Robinson Chalapud Colombie (Route) 12e
52 Mauricio Ortega Colombie 2e
53 Cristhian Montoya Colombie 63e
54 Juan David Montoya Colombie 120e
55 Alexis Camacho Colombie 6e
56 Rafael Montiel Colombie 73e
57 Mauricio Ardila Colombie 57e
58 Óscar Sánchez Colombie 105e
59 Walter Vargas Colombie 87e
60 Sebastián Tamayo Colombie 92e
Directeur sportif : Gabriel Jaime Vélez
GW Shimano - Chaoyang - Envía
Num Coureur Pos
61 Didier Sastoque Colombie 70e
62 Óscar Pachón Colombie 51e
63 Aldemar Reyes Colombie* NP-9
64 Arley Montoya Colombie 14e
65 Daniel Rozo Colombie 62e
66 Juan Alejandro García Colombie 83e
67 Jaime Suaza Colombie HD-6
68 Jhonatan Ospina Colombie** 61e
69 Johan Pérez Colombie** 126e
70 Juan David Flórez Colombie** 102e
Directeur sportif : Héctor Pérez
Formesan - Bogotá Humana
Num Coureur Pos
71 Francisco Colorado Colombie 11e
72 Fernando Camargo Colombie 15e
73 Iván Parra Colombie 19e
74 Fabio Montenegro Colombie 48e
75 Edwin Parra Colombie 42e
76 Daniel Balsero Colombie AB-12
77 Nicolás Paredes Colombie 77e
78 Rodrigo Guerrero Colombie AB-11
79 Carlos Becerra Colombie 76e
80 Jaime Vergara Colombie AB-12
Directeur sportif : Luis Alfonso Cely
Manzana Postobón
Num Coureur Pos
81 Bernardo Suaza Colombie 21e
82 Juan Diego Quintero Colombie 128e
83 Hernán Aguirre Colombie* 9e
84 Fernando Orjuela Colombie AB-7
85 Juan Felipe Osorio Colombie** 72e
86 Wilmar Paredes Colombie** NP-10
87 Carlos Urán Colombie AB-4
88 Yean Rodríguez Colombie HD-6
89 Daniel Muñoz Colombie** 40e
90 Edson Calderón Colombie 37e
Directeur sportif : Luis Fernando Saldarriaga
PR - Pijaos
Num Coureur Pos
91 Steven Giraldo Colombie 20e
92 Remberto Jaramillo Colombie 16e
93 Yefferson Vargas Colombie 85e
94 Dúber Quintero Colombie AB-6
95 Alejandro Serna Colombie 10e
96 Carlos Combariza Colombie* 52e
97 José Ángel Bernal Colombie 68e
98 Santiago Ojeda Colombie 59e
100 Jefferson Urrego Colombie 112e
Directeur sportif : Rodrigo Pacheco
Rionegro con más futuro
Num Coureur Pos
101 Marlon Pérez Colombie 125e
102 Jesús Castaño Colombie 113e
103 Alexander Gil Colombie 67e
104 Vladimir López Colombie 35e
105 Coulton Hartrich Colombie 108e
106 Yerson Sánchez Colombie 32e
107 Carlos Vargas Colombie* 123e
108 Daniel Estrada Colombie* 118e
Directeur sportif : Jhon Jaime Rivera
Fuerzas Armadas - Ejército Nacional
Num Coureur Pos
111 Edy Navarrete Colombie** AB-6
112 Carlos Paloma Colombie** AB-6*
113 Nadhir Mejía Colombie* EX-11
114 William Valencia Colombie 104e
115 Andrés Pineda Colombie EX-12
116 Yoedison Bustamante Colombie AB-7
117 Karol Torres Colombie 79e
118 Willinton Bustamante Colombie 95e
119 Andrés Herrera Colombie* 127e
120 Carlos Osorio Colombie AB-11
Directeur sportif : José Jaime González
EBSA - Indeportes Boyacá
Num Coureur Pos
121 Óscar Rivera Colombie 8e
122 José Jaimes Colombie AB-11
123 Sebastián Caro Colombie 29e
124 Pedro Herrera Colombie 46e
125 Eduardo Jiménez Colombie 58e
126 Giovanni Báez Colombie 54e
127 Wilson Marentes Colombie 75e
128 Edwin Sánchez Colombie 44e
129 Álvaro Gómez Colombie NP-1
Directeur sportif : Rafael Antonio Niño
Coordinadora - FundaRujano - Alcaldía de Villa de Leyva
Num Coureur Pos
131 José Rujano Venezuela 7e
132 Gabriel Mendoza Venezuela** 45e
133 Heberth Rivas Venezuela 93e
134 Ángel Rivas Venezuela 101e
135 Gusneiver Gil Venezuela 94e
136 Mario Rojas Colombie 81e
137 Álvaro Sainz Colombie 121e
138 Jefferson Vargas Colombie AB-12
139 Brayan Benavides Colombie** 115e
Directeur sportif : Ismael Sarmiento
Aguardiente Néctar - Alcaldía de Cota - 4WD Rent a Car
Num Coureur Pos
141 Miguel Ángel Reyes Colombie 98e
142 Álvaro Duarte Colombie 23e
143 Flober Peña Colombie 33e
144 Antonio Salazar Colombie 122e
145 Kristian Yustre Colombie** 119e
146 Jahir Pérez Colombie NP-4
147 Víctor Niño Colombie 34e
148 Wilmar Castro Colombie* 38e
Directeur sportif : Alexander Soler
D'Amico Bottecchia
AZT
Num Coureur Pos
151 Giorgio Bocchiola Italie 132e
152 Adriano Brogi Italie 129e
153 Paolo Ciavatta Italie 106e
154 Eduardo Estrada Colombie* 64e
155 Iltjan Nika Albanie* 133e
156 Antonio Parrinello Italie 107e
157 Thomas Capocchi Italie* AB-10
158 Davide Leone Italie* AB-10
Directeur sportif : Massimo Codol
Coopenae - Extralum Economy
Num Coureur Pos
161 Josué González Costa Rica (CLM) 13e
162 Henry Raabe Costa Rica 89e
163 Rodolfo Villalobos Costa Rica 103e
164 Paul Betancourt Costa Rica AB-12
165 Bryan Villalobos Costa Rica (Route) 124e
166 Juan Mata Costa Rica AB-5
167 Roberto Jiménez Costa Rica 130e
Directeur sportif : José Adrián Bonilla
Indersantander - Gobierno de la Gente
Num Coureur Pos
171 Sergio Argüello Colombie* 53e
172 Juan Esteban Gómez Colombie** NP-8*
173 Sergio Martínez Colombie** 80e
174 Jhon Alexander Pico Colombie 41e
175 Alexander Rojas Colombie 100e
176 Mauro Rojas Colombie 131e
177 Carlos Alberto Gutiérrez Colombie** 82e
178 Johnatan Sarmiento Colombie AB-10
179 Carlos Vargas Drapeau de la Colombie © Copyright Wikipedia authors - The articles gathered in this document are under the GFDL licence.
http://www.gnu.org/copyleft/fdl.html