Tour d'Italie 2016

Un article de Wikipedia, l'encyclopedie libre.
Sauter a la navigation Sauter a la recherche
Tour d'Italie 2016
Généralités
Course99e Tour d'Italie
CompétitionUCI World Tour 2016 2.UWT
Étapes21
Dates6 – 29 mai 2016
Distance3 463,1 km
Pays Italie
Pays-Bas
France
Allemagne
Lieu de départApeldoorn
Lieu d'arrivéeTurin
Équipes22
Partants198
Arrivants154
Vitesse moyenne40,014 km/h
Résultats
Vainqueur Vincenzo Nibali (Astana)
Deuxième Esteban Chaves (Orica-GreenEDGE)
Troisième Alejandro Valverde (Movistar)
Classement par points Giacomo Nizzolo (Trek-Segafredo)
Meilleur grimpeur Mikel Nieve (Sky)
Meilleur sprinteur Daniel Oss (BMC Racing)
Meilleur jeune Bob Jungels (Etixx-Quick Step)
Fuga Daniel Oss (BMC Racing)
Meilleure équipe Astana
Meilleure équipe aux points Etixx-Quick Step
◀ 20152017 ▶
Documentation

Le Tour d’Italie 2016 est la 99e édition du Tour d'Italie. Le départ est donné à Apeldoorn le et l’arrivée a lieu le à Turin. C'est l'Italien Vincenzo Nibali qui remporte ce Giro d'Italia après avoir repris le maillot rose à 24 heures de l'arrivée à Turin.

Présentation[modifier | modifier le code]

Parcours[modifier | modifier le code]

Les vignobles dans la région du Chianti, emplacement du contre-la-montre individuel de 40,4 km lors de la neuvième étape

Les détails sur le départ du Tour d'Italie (Giro) sont dévoilés le 26 juin 2015. Il est confirmé que les Pays-Bas sont pour la troisième fois les hôtes du Grande Partenza (Grand Départ) du Giro, après avoir accueilli les étapes d'ouverture des éditions 2002 et 2010. Les étapes aux Pays-Bas comprennent un contre-la-montre individuel le jour d'ouverture, suivie de deux étapes en ligne favorables aux sprinteurs. Pour permettre un long transfert, un jour de repos est placé après la troisième étape[1]. La neuvième étape, un contre-la-montre individuel de 40,4 km, est dévoilée lors d'une conférence de presse à Londres le 7 septembre 2015[2], tandis que la treizième étape, sur un parcours montagneux, est confirmé lors d'une conférence de presse le 21 septembre 2015[3].

Le reste du parcours est dévoilé par le directeur de course, Mauro Vegni, le 5 octobre 2015. Le parcours final contient trois contre-la-montre individuel, les deux chronos annoncées précédemment et un « cronoscalata » (contre-la-montre en côte) supplémentaire sur l'Alpe de Siusi lors de la quinzième étape[4]. Globalement, il y a quatre arrivées au sommet, ainsi que sept étapes favorables aux sprinteurs et sept autres étapes vallonnées et montagneuses. Après le départ aux Pays-Bas, trois autres étapes quittent l'Italie : deux d'entre elles visitent la France (la 19e étape qui se termine par une arrivée au sommet à Risoul et la 20e étape qui commence à Guillestre) et la 18e commence en Suisse[5].

Par rapport à la course de l'année précédente, le parcours est 98,8 km plus court, il contient un jour de repos en plus et deux contre-la-montre individuels supplémentaires. Pour la première fois depuis 2005, il n'y a pas de contre-la-montre par équipes.

Équipes[modifier | modifier le code]

L'organisateur RCS Sport a communiqué la liste des quatre équipes invitées le [6]: Bardiani-CSF, Wilier Triestina-Southeast (vainqueur de la Coupe d'Italie), Nippo-Vini Fantini et Gazprom-Rusvelo. L'équipe italienne Androni Giocattoli-Sidermec ne figure pas dans cette sélection.

Vingt-deux équipes participent à ce Tour d'Italie — dix-huit WorldTeams et quatre équipes continentales professionnelles :

Équipes continentales professionnelles
Nom de l'équipe Pays Code
Bardiani CSF Italie BAR
Gazprom-RusVelo Russie GAZ
Nippo-Vini Fantini Italie NIP
Wilier Triestina-Southeast Italie WIL

Favoris[modifier | modifier le code]

Hommage[modifier | modifier le code]

Le dossard 108 est retiré pour la cinquième année consécutive en hommage au Belge Wouter Weylandt décédé sur les routes du Tour d'Italie 2011 avec ce même dossard[7],[8].

Pour le classement général[modifier | modifier le code]

Le grand favori de la course est Vincenzo Nibali[9]. Mikel Landa, Alejandro Valverde, Rigoberto Uran, Rafal Majka et Esteban Chaves font partie des principaux outsiders[10],[11],[12]. Ilnur Zakarin, Tom Dumoulin, Domenico Pozzovivo et Jakob Fuglsang (en cas de défaillance de son leader Nibali) sont cités également.

Pour le classement par points[modifier | modifier le code]

Pour le maillot rouge récompensant le vainqueur du classement par points, les favoris sont les sprinteurs.

Le principal sprinteur engagé dans la course est l'Allemand Marcel Kittel (Etixx-Quick Step). Ses principaux concurrents sont les sprinteurs italiens Giacomo Nizzolo (Trek-Segafredo), Elia Viviani (Sky), Sacha Modolo (Lampre-Merida), l'Australien Caleb Ewan (Orica GreenEDGE) et l'Allemand Andre Greipel (Lotto-Soudal). D'autres sprinteurs sont également cités, mais font figure d'outsiders, comme le Français Arnaud Démare (FDJ), les Italiens Nicola Ruffoni (Bardiani CSF), Kristian Sbaragli (Dimension Data), Manuel Belletti (Southeast) et Matteo Pelucchi (IAM), l'Allemand Nikias Arndt (Giant-Alpecin) et le Russe Alexey Tsatevitch (Katusha)[13],[14],[15].

Pour le classement de la montagne[modifier | modifier le code]

Le maillot de meilleur grimpeur est souvent gagné par un bon grimpeur qui ne vise pas le classement général. De cette façon, le coureur obtient plus de liberté et peut lancer des attaques de loin, pour collecter les points sur les montées parsemées tout le long du parcours.

L'Italien Giovanni Visconti a remporté le classement de la montagne lors du Tour d'Italie précédent. Il est au départ de l'épreuve pour défendre son titre, même si son rôle principal est d'aider son leader Alejandro Valverde, l'un des favoris du classement général[16],[17].

Parmi les principaux prétendants, on retrouve un ancien vainqueur l'Italien Stefano Pirazzi lauréat en 2013, ainsi que son coéquipier Francesco Manuel Bongiorno ou d'autres coureurs réputés bons grimpeurs comme Alessandro De Marchi, Damiano Cunego, Omar Fraile, Amets Txurruka et Tim Wellens[17].

Les trois principaux favoris pour le classement général Alejandro Valverde (Movistar), Vincenzo Nibali (Astana) et Mikel Landa (Sky) sont des candidats naturels au maillot bleu grâce au nombre important d'arrivées au sommet. D'autres coureurs, qui jouent un bon classement général sont également cités, comme Domenico Pozzovivo (AG2R La Mondiale), Esteban Chaves (Orica-GreenEDGE), Rafal Majka (Tinkoff), Ryder Hesjedal (Trek-Segafredo) et Steven Kruijswijk (LottoNL-Jumbo)[17],[18].

38 ascensions sont répertoriées pour le classement de la montagne. La Cima Coppi est le col Agnel qui est au programme de la 19e étape. En plus, les coureurs franchissent dix cols de première catégorie, douze de deuxième catégorie, dix de troisième catégorie et cinq de quatrième catégorie[19].

Pour le classement du meilleur jeune[modifier | modifier le code]

Contrairement aux deux éditions précédentes, il n'y a pas un grand favori pour l'obtention du maillot blanc du classement du meilleur jeune (meilleur coureur de moins de 25 ans au classement général).

Les coureurs les plus cités sont l'Italien Davide Formolo, le Luxembourgeois Bob Jungels, le Colombien Sebastián Henao, ainsi que l'Espagnol Carlos Verona. Les autres prétendants sont l'Américain Joe Dombrowski, l'Érythréen Merhawi Kudus, les Italiens Giulio Ciccone et Simone Petilli, le Biélorusse Ilia Koshevoy et le Belge Tim Wellens[20],[21].

Récit de la course[modifier | modifier le code]

La course commence avec un contre-la-montre individuel à Apeldoorn, aux Pays-Bas. Le Suisse Fabian Cancellara est annoncé comme le favori, dans le but de devenir le leader du Giro pour la première fois de sa carrière, mais un problème à l'estomac l'oblige à se contenter de la septième place. Au lieu de cela, c'est l'autre favori, le coureur local Tom Dumoulin qui s'impose, dans la même seconde que le deuxième Primož Roglič. Dumoulin devient donc le premier maillot rose de la course. L'Allemand Marcel Kittel s'adjuge au sprint les deux autres étapes disputées aux Pays-Bas et s'empare du maillot rose grâce aux bonifications.

La quatrième étape, la première sur le sol italien, est remportée en solitaire par l'Italien Diego Ulissi, au lendemain du premier jour de repos. Deuxième de l'étape, Tom Dumoulin récupère la première place du classement général. La cinquième étape, disputée sur un parcours plat, est remportée par l'Allemand André Greipel. La sixième étape est considérée comme importante, c'est la première arrivée au sommet du Giro, à Roccaraso. Membre de l'échappée, le Belge Tim Wellens place son attaque décisive à quinze kilomètres de l'arrivée et distance ses compagnons d'échappée au début de l'ascension. Parmi les prétendants au général, Dumoulin gagne environ dix secondes sur ses rivaux, et conserve la tunique rose. Vincenzo Nibali perd quelques secondes, en raison de mauvaises tactiques de l'équipe Astana. Greipel s'adjuge la septième étape, la troisième victoire consécutive pour l'équipe Lotto-Soudal.

La huitième étape met en vedette les chemins en terre et la montée de l'Alpe di Poti. Gianluca Brambilla obtient la victoire à Arezzo. Derrière lui, une bataille entre les favoris du classement général a lieu. Dumoulin est lâché et perd une minute sur les autres favoris. L'avantage obtenu par Brambilla est suffisant pour lui donner le maillot rose, le premier italien à le porter pendant ce Tour d'Italie. Le contre-la-montre de 40 kilomètres, le Chianti Classico Stage, est remportée par Roglič ; sa première victoire dans une étape de grand tour. L'étape a lieu sous la pluie, et cela a influencé les temps des favoris. Bob Jungels prend la deuxième place derrière Brambilla, mais échoue à prendre le maillot rose pour une seconde. Mikel Landa a aussi progressé dans le classement général, alors que les observateurs estimaient qu'il allait perdre du temps. La 10e étape est la deuxième arrivée au sommet, à Sestola. Remportée par le jeune italien Giulio Ciccone, l'étape est marquée par l'abandon de Landa après avoir souffert de la fièvre, pendant que Brambilla sacrifie son maillot rose en travaillant pour son coéquipier Jungels. Ce dernier récupère le maillot rose à la fin de la journée. La 11e étape est courue sur un terrain assez plat, avec une côte de quatrième catégorie à la fin du parcours. Dumoulin, souffrant de plaies de selle, quitte le Giro à la zone de ravitaillement, tandis qu'Andrey Amador attaque les favoris à 13 kilomètres de l'arrivée. Il est accompagné par le leader du général, Jungels, tandis que Diego Ulissi les rejoint dans la descente. Le trio travaille ensemble pour maintenir l'écart et Ulissi remporte l'étape au sprint tandis que Jungels accentue son avance. L'étape suivante est remportée une nouvelle fois par Greipel, qui signe sa troisième victoire sur la course. Greipel - avec quelques sprinteurs - se retire de la course après cette étape.

Les étapes suivantes avant la troisième journée de repos sont censées être cruciales pour le classement général. La 13e étape est remportée par Mikel Nieve alors que Jungels est distancé lors de l'ascension finale. Amador qui a également chuté brièvement lors de la montée avant de revenir dans la descente prend le maillot rose à Jungels qui a perdu 50 secondes, une première pour un coureur costaricien. La 14e étape est l'une des étapes reines de la course, avec six ascensions catégorisées avant la descente vers Corvara. Esteban Chaves s'adjuge les étapes devant le Néerlandais Steven Kruijswijk au sprint, qui s'empare du maillot rose. Nibali lance l'attaque lors de la montée finale vers Valparola, attaquant à 27 kilomètres de l'arrivée. Son attaque distance Amador et Alejandro Valverde, qui ont tous les deux perdu trois minutes. Kruijswijk attaque près du sommet, avec Chaves, tandis que Nibali est lâché et perd 37 secondes. La 15e étape est le troisième contre-la-montre individuel de la course, avec la montée de l'Alpe de Siusi. Alexander Foliforov surprend les favoris du classement général pour remporter le contre-la-montre en côte, battant de justesse Kruijswijk d'environ un centième de seconde. Kruijswijk augmente son avance à plus de deux minutes sur le deuxième Chaves, tandis que Nibali subit un problème mécanique lors de la montée, perdant plus de deux minutes en onze kilomètres. La 16e étape est courte. Elle est gagnée par Valverde, qui devance Kruijswijk sur la ligne. Kruijswijk augmente son avance au classement général à trois minutes car Chaves perd 42 secondes, tandis que Nibali craque dans la dernière montée. Il perd près de deux minutes pour tomber à la quatrième place, à près de cinq minutes du leader. L'étape suivante est plate. L'Allemand Roger Kluge s'impose après avoir surpris les sprinteurs restants avec une attaque dans le dernier kilomètre. La victoire intervient deux jours après que son équipe a annoncé son arrêt à la fin de la saison.

La 18e étape est disputée sur un parcours de moyenne montagne, avec l’ascension d'une côte de deuxième catégorie à Pramartino et l'ascension du col hors catégorie de San Maurizio. Matteo Trentin remporte la course au sein d'une échappée alors que les prétendants au général terminent à environ 14 minutes. La 19e étape est la première à franchir les hautes montagnes, avec la Cima Coppi, le col Agnel, et l'arrivée au sommet à Risoul en France. Michele Scarponi passe en tête la Cima Coppi tandis que Valverde, Ilnur Zakarin et Rafal Majka sont lâchés. Dans la descente, le maillot rose Kruijswijk et Zakarin chutent lourdement. Zakarin subit une fracture de la clavicule et se casse l'omoplate gauche, ce qui le force à se retirer de la course. La journée est marquée par le retour au premier plan de Nibali, qui remporte l'étape après avoir distancé Chaves sur la montée vers Risoul. Pendant ce temps, Kruijswijk franchit la ligne près de cinq minutes après Nibali et plus de quatre minutes derrière Chaves. Chaves s'empare du maillot rose avec 44 secondes d'avance sur Nibali. Kruijswijk, pour qui est diagnostiqué une côte fracturée, passe à la troisième place à une minute et cinq secondes de Chaves. La 20e étape est la dernière étape décisive pour le classement général, avec trois cols de première catégorie à grimper, ainsi que la côte de troisième catégorie vers l'arrivée au Sanctuaire Sainte Anne de Vinadio. La course est remportée par l'Estonien Rein Taaramäe, alors que Nibali parvient à lâcher Chaves pour récupérer le maillot rose.

La dernière étape est remportée au sprint par l'Allemand Nikias Arndt, après le déclassement de Giacomo Nizzolo. Nibali remporte son deuxième Tour d'Italie, après l'édition 2013. Pour la première fois de l'histoire, un seul coureur italien est présent dans le Top 10.

Étapes[modifier | modifier le code]

ÉtapeDateVilles étapestypeDistance (km)Vainqueur d'étapeLeader du classement général
1re étape 6 mai ApeldoornApeldoorn
9,8 Tom Dumoulin Tom Dumoulin
2e étape 7 mai ArnhemNimègue
190 Marcel Kittel Tom Dumoulin
3e étape 8 mai NimègueArnhem
190 Marcel Kittel Marcel Kittel
4e étape 10 maiCatanzaroPraia a Mare
200 Diego Ulissi Tom Dumoulin
5e étape 11 maiPraia a MareBénévent
233 André Greipel Tom Dumoulin
6e étape 12 maiPonteRoccaraso
157 Tim Wellens Tom Dumoulin
7e étape 13 maiSulmonaFoligno
211 André Greipel Tom Dumoulin
8e étape 14 maiFolignoArezzo
186 Gianluca Brambilla Gianluca Brambilla
9e étape 15 maiRadda in ChiantiGreve in Chianti
40,5 Primož Roglič Gianluca Brambilla
10e étape 17 maiCampi BisenzioSestola
219 Giulio Ciccone Bob Jungels
11e étape 18 maiModèneAsolo
227 Diego Ulissi Bob Jungels
12e étape 19 maiNoale – Bibione
182 André Greipel Bob Jungels
13e étape 20 maiPalmanovaCividale del Friuli
170 Mikel Nieve Andrey Amador
14e étape 21 maiFarra d'AlpagoCorvara in Badia
210 Esteban Chaves Steven Kruijswijk
15e étape 22 maiCastelrottoAlpe de Siusi
10,8 Alexander Foliforov Steven Kruijswijk
16e étape 24 maiBressanoneAndalo
132 Alejandro Valverde Steven Kruijswijk
17e étape 25 maiMolvenoCassano d'Adda
196 Roger Kluge Steven Kruijswijk
18e étape 26 maiMuggiòPignerol
244 Matteo Trentin Steven Kruijswijk
19e étape 27 maiPignerolRisoul
162 Vincenzo Nibali Esteban Chaves
20e étape 28 mai GuillestreVinadio
134 Rein Taaramäe Vincenzo Nibali
21e étape 29 maiConiTurin
163 Nikias Arndt Vincenzo Nibali

Classements finals[modifier | modifier le code]

Classement général[modifier | modifier le code]

Classement général
  Coureur Pays Équipe Temps
1er Vincenzo Nibali Italie Astana en 86 h 32 min 49 s
2e Esteban Chaves Colombie Orica-GreenEDGE + 52 s
3e Alejandro Valverde Espagne Movistar + min 17 s
4e Steven Kruijswijk Pays-Bas Lotto NL-Jumbo + min 50 s
5e Rafal Majka Pologne Tinkoff + min 37 s
6e Bob Jungels Luxembourg Etixx-Quick Step + min 31 s
7e Rigoberto Uran Colombie Cannondale + 11 min 47 s
8e Andrey Amador Costa Rica Movistar + 13 min 21 s
9e Darwin Atapuma Colombie BMC Racing + 14 min 9 s
10e Kanstantin Siutsou Biélorussie Dimension Data + 16 min 20 s
11e Hubert Dupont France AG2R La Mondiale + 24 min 33 s
12e Jakob Fuglsang Danemark Astana + 24 min 59 s
13e Giovanni Visconti Italie Movistar + 31 min 38 s
14e André Cardoso Portugal Cannondale + 34 min 12 s
15e Maxime Monfort Belgique Lotto-Soudal + 34 min 34 s
16e Michele Scarponi Italie Astana + 38 min 9 s
17e Sebastián Henao Colombie Sky + 38 min 9 s
18e Stefano Pirazzi Italie Bardiani CSF + 41 min 0 s
19e Matteo Montaguti Italie AG2R La Mondiale + 43 min 49 s
20e Domenico Pozzovivo Italie AG2R La Mondiale + 51 min 49 s
21e Diego Ulissi Italie Lampre-Merida + 56 min 59 s
22e Gianluca Brambilla Italie Etixx-Quick Step + 57 min 8 s
23e Tanel Kangert Estonie Astana + 59 min 30 s
24e Nicolas Roche Irlande Sky + h 1 min 44 s
25e Mikel Nieve Espagne Sky + h 5 min 22 s

Classements annexes[modifier | modifier le code]

Classement par points[modifier | modifier le code]

Classement du meilleur grimpeur[modifier | modifier le code]

Classement du meilleur grimpeur
  Coureur Pays Équipe Point(s)
1er Mikel Nieve Espagne Sky 152 points
2e Damiano Cunego Italie Nippo-Vini Fantini 134 pts
3e Darwin Atapuma Colombie BMC Racing 118 pts
4e Stefan Denifl Autriche IAM 109 pts
5e Giovanni Visconti Italie Movistar 77 pts
6e Alexander Foliforov Russie Gazprom-RusVelo 66 pts
7e Rein Taaramäe Estonie Katusha 62 pts
8e David López García Espagne Sky 54 pts
9e Michele Scarponi Italie Astana 51 pts
10e Steven Kruijswijk Pays-Bas Lotto NL-Jumbo 42 pts

Classement du meilleur jeune[modifier | modifier le code]

Classement du meilleur jeune
  Coureur Pays Équipe Temps
1er Bob Jungels Luxembourg Etixx-Quick Step en 86 h 41 min 20 s
2e Sebastián Henao Colombie Sky + 29 min 38 s
3e Valerio Conti Italie Lampre-Merida + h 10 min 7 s
4e Davide Formolo Italie Cannondale + h 18 min 48 s
5e Joe Dombrowski États-Unis Cannondale + h 24 min 25 s
6e Merhawi Kudus Érythrée Dimension Data + h 46 min 3 s
7e Carlos Verona Espagne Etixx-Quick Step + h 57 min 26 s
8e Alexander Foliforov Russie Gazprom-RusVelo + h 58 min 6 s
9e Nathan Brown États-Unis Cannondale + h 6 min 47 s
10e Tobias Ludvigsson Suède Giant-Alpecin + h 12 min 42 s

Classement par équipes aux temps[modifier | modifier le code]

Classement par équipes aux temps
  Équipe Pays Temps
1re Astana Kazakhstan en 260 h 2 min 35 s
2e Cannondale États-Unis + min 57 s
3e Movistar Espagne + 21 min 0 s
4e AG2R La Mondiale France + 53 min 52 s
5e Sky Royaume-Uni + h 4 min 21 s
6e Etixx-Quick Step Belgique + h 37 min 53 s
7e Tinkoff Russie + h 40 min 44 s
8e Katusha Russie + h 6 min 36 s
9e Dimension Data Afrique du Sud + h 53 min 26 s
10e Lampre-Merida Italie + h 15 min 0 s

Classement par équipes aux points[modifier | modifier le code]

Classement par équipes aux points
  Équipes Pays Point(s)
Vainqueur Etixx-Quick Step Belgique 506
2e Lotto NL-Jumbo Pays-Bas 397
3e Lampre-Merida Italie 361
4e Movistar Espagne 339
5e Lotto-Soudal Belgique 303
6e Katusha Russie 293
7e Giant-Alpecin Allemagne 280
8e BMC Racing États-Unis 232
9e Orica-GreenEDGE Australie 220
10e Trek-Segafredo États-Unis 216

Autres classements[modifier | modifier le code]

UCI World Tour[modifier | modifier le code]

Ce Tour d'Italie attribue des points pour l'UCI World Tour 2016, par équipes uniquement aux équipes ayant un label WorldTeam, individuellement uniquement aux coureurs des équipes ayant un label WorldTeam.

Position[29] 1er 2e 3e 4e 5e 6e 7e 8e 9e 10e 11e 12e 13e 14e 15e 16e 17e 18e 19e 20e
Classement général 170 130 100 90 80 70 60 52 44 38 32 26 22 18 14 10 8 6 4 2
Par étape 16 8 4 2 1
Classement individuel
# Coureur Équipe Points
1 Vincenzo Nibali Astana 191
2 Esteban Chaves Orica-GreenEDGE 150
3 Alejandro Valverde Movistar 124
4 Steven Kruijswijk Lotto NL-Jumbo 118
5 Rafał Majka Tinkoff 82
6 Bob Jungels Etixx-Quick Step 77
7 Andrey Amador Movistar 64
8 Rigoberto Uran Cannondale 60
9 Darwin Atapuma BMC Racing 58
10 André Greipel Lotto-Soudal 50

Classement individuel[modifier | modifier le code]

Ci-dessous, le classement individuel de l'UCI World Tour à l'issue de la course[30].

Classement individuel
Rang Coureur Équipe Points
1 Peter Sagan Tinkoff 329
2 Nairo Quintana Movistar 285
3 Alberto Contador Tinkoff 280
4 Vincenzo Nibali Astana 231
5 Richie Porte BMC Racing 222
6 Ilnur Zakarin Katusha 219
7 Alejandro Valverde Movistar 205
8 Sergio Henao Sky 204
9 Sep Vanmarcke Lotto NL-Jumbo 201
10 Thibaut Pinot FDJ 200

Classement par pays[modifier | modifier le code]

Ci-dessous, le classement par pays de l'UCI World Tour à l'issue de la course[31].

Classement par pays
Rang Pays Points
1 Espagne 817
2 Colombie 762
3 Australie 579
4 Belgique 557
5 France 535
6 Pays-Bas 423
7 Italie 399
8 Royaume-Uni 398
9 Suisse 361
10 Slovaquie 329

Classement par équipes[modifier | modifier le code]

Ci-dessous, le classement par équipes de l'UCI World Tour à l'issue de la course[32].

Classement par équipes
Rang Équipe Points
1 Tinkoff 819
2 Movistar 730
3 Sky 680
4 BMC Racing 628
5 Orica-GreenEDGE 517
6 Katusha 496
7 Etixx-Quick Step 494
8 FDJ 428
9 Lotto NL-Jumbo 361
10 Astana 308

Évolution des classements[modifier | modifier le code]

Le classement général, dont le leader porte le maillot rose, s'établit en additionnant les temps réalisés à chaque étape, puis en ôtant d'éventuelles bonifications (10, 6 et 4 s à l'arrivée des étapes en ligne et 3, 2 et 1 s à chaque sprint intermédiaire). En cas d'égalité, les critères de départage, dans l'ordre, sont : centièmes de seconde enregistrés lors des contre-la-montre, addition des places obtenues lors de chaque étape, place obtenue lors de la dernière étape. Ce classement est considéré comme le plus important de la course et le gagnant est le vainqueur du Giro.

Le leader du classement par points porte le maillot rouge. Pour la deuxième année consécutive, la répartition des points est différente selon le type d'étape. Ainsi, le classement par points est établi en fonction du barème suivant:

  • Pour les arrivées des étapes dites « sans difficultés » ou de « basse difficulté » : 50 points, 35, 25, 18, 14, 12, 10, 8, 7, 6, 5, 4, 3, 2, 1 point pour les 15 premiers coureurs classés
  • Pour les arrivées des étapes dites de « moyenne montagne » : 25 points, 18, 12, 8, 6, 5, 4, 3, 2, 1 point pour les 10 premiers coureurs classés
  • Pour les arrivées des étapes dites de « haute montagne », les « contre-la-montre individuels » : 15 points, 12, 9, 7, 6, 5, 4, 3, 2 et 1 point pour les 10 premiers coureurs classés
  • Pour les sprints intermédiaires des étapes de « sans difficultés » ou de « basse difficulté » : 20 points, 12, 8, 6, 4, 3, 2 et 1 point pour les 8 premiers coureurs classés
  • Pour les sprints intermédiaires des étapes de « moyenne difficulté » : 10 points, 6, 3, 2 et 1 point pour les 5 premiers coureurs classés
  • Pour les sprints intermédiaires des étapes de « haute montagne » : 8 points, 4 et 1 point pour les 3 premiers coureurs classés.

En cas d'égalité de points, les critères de départage, dans l'ordre, sont : nombre de victoires d'étape, nombre de sprints intermédiaires, classement général[33].

Le classement de la montagne, dont le leader porte le maillot bleu, change dans la répartition des points. Le nombre de catégories reste le même. Ainsi, le classement par points est établi en fonction du barème suivant:

  • Pour l'ascension dite Cima Coppi : 45, 30, 20, 14, 10, 6, 4, 2 et 1 point pour les 9 premiers coureurs classés
  • Pour les ascensions de 1re catégorie : 35, 18, 12, 9, 6, 4, 2 et 1 point pour les 8 premiers coureurs classés
  • Pour les ascensions de 2e catégorie : 15, 8, 6, 4, 2 et 1 point pour les 6 premiers coureurs classés
  • Pour les ascensions de 3e catégorie : 7, 4, 2 et 1 point pour les 4 premiers coureurs classés
  • Pour les ascensions de 4e catégorie : 3, 2 et 1 point pour les 3 premiers coureurs classés.

En cas d'égalité de points, les critères de départage, dans l'ordre, sont : nombre de premières places dans la Cima Coppi, les ascensions de 1re, de 2e, de 3e, puis de 4e catégorie, classement général[33].

Le classement du meilleur jeune, dont le leader porte le maillot blanc, est le classement général des coureurs nés depuis le 1er janvier 1991.

Il existe également deux classements pour les équipes.

Le premier est le Trofeo Fast Team (classement par équipe au temps). Le classement par équipes de l'étape est l'addition des trois meilleurs temps individuels de chaque équipe, sauf lors du contre-la-montre par équipes, où l'on prend le temps de l'équipe. En cas d'égalité, les critères de départage, dans l'ordre, sont : addition des places des 3 premiers coureurs des équipes concernées, place du meilleur coureur sur l'étape. Calculer le classement par équipes revient à additionner les classement par équipes de chaque étape. En cas d'égalité, les critères de départage, dans l'ordre, sont : nombre de premières places dans le classement par équipes du jour, nombre de deuxièmes places dans le classement par équipes du jour, etc., place au classement général du meilleur coureur des équipes concernées.

Le second est le classement Trofeo Super Team (classement par équipe par points). Après chaque étape,

  • L'équipe du premier marque 50 points, l'équipe du deuxième 35 points, 25, 18, 14, 12, 10, 8 et ainsi de suite jusqu'à l'équipe du quinzième qui marque 1 point, les points des différents coureurs d'une même équipe se cumulant.
  • En plus des points distribués à l'arrivée, des points sont distribués aux sprints intermédiaires, (8, 5, 3, 2 et 1 point pour les étapes « sans difficultés » ou de « basse difficulté »), (8, 5 et 3 points pour les étapes de « moyenne difficulté »).
Étape Vainqueur Classement général Classement par points Classement de la montagne Classement du meilleur jeune Classement par équipes
aux temps
Classement par équipes
aux points
1 Tom Dumoulin Tom Dumoulin Tom Dumoulin Non attribué Tobias Ludvigsson Giant-Alpecin Giant-Alpecin
2 Marcel Kittel Marcel Kittel Omar Fraile
3 Marcel Kittel Marcel Kittel Maarten Tjallingii Etixx-Quick Step
4 Diego Ulissi Tom Dumoulin Damiano Cunego Bob Jungels Astana
5 André Greipel
6 Tim Wellens
7 André Greipel André Greipel Tim Wellens Lotto-Soudal
8 Gianluca Brambilla Gianluca Brambilla Etixx-Quick Step Etixx-Quick Step
9 Primož Roglič
10 Giulio Ciccone Bob Jungels Damiano Cunego Movistar
11 Diego Ulissi
12 André Greipel
13 Mikel Nieve Andrey Amador Giacomo Nizzolo
14 Esteban Chaves Steven Kruijswijk Astana
15 Alexander Foliforov Lotto NL-Jumbo
16 Alejandro Valverde
17 Roger Kluge
18 Matteo Trentin Etixx-Quick Step
19 Vincenzo Nibali Esteban Chaves
20 Rein Taaramäe Vincenzo Nibali Mikel Nieve
21 Nikias Arndt
Classements finals Vincenzo Nibali Giacomo Nizzolo Mikel Nieve Bob Jungels Astana Etixx-Quick Step

Liste des participants[modifier | modifier le code]


Légende
Num Dossard de départ porté par le coureur sur ce Tour d'Italie Pos Position finale au classement général
    Indique le vainqueur du classement général     Indique le vainqueur du classement par points
    Indique le vainqueur du classement de la montagne     Indique le vainqueur du classement du meilleur jeune
    Indique un maillot de champion national ou mondial,
suivi de sa spécialité
# Indique la meilleure équipe aux temps
NP Indique un coureur qui n'a pas pris le départ d'une étape,
suivi du numéro de l'étape où il s'est retiré
AB Indique un coureur qui n'a pas terminé une étape,
suivi du numéro de l'étape où il s'est retiré
HD Indique un coureur qui a terminé une étape hors des délais,
suivi du numéro de l'étape
EX Coureur exclu pour non-respect du règlement,
suivi du numéro de l'étape
* Indique un coureur en lice pour le classement du meilleur jeune
(coureurs nés après le 1er janvier 1991)
AG2R La Mondiale
ALM
Num Coureur Pos
1 Domenico Pozzovivo (ITA) 20e
2 Guillaume Bonnafond (FRA) 54e
3 Axel Domont (FRA) 50e
4 Hubert Dupont (FRA) 11e
5 Patrick Gretsch (GER) AB-13
6 Hugo Houle (CAN) 72e
7 Blel Kadri (FRA) 147e
8 Matteo Montaguti (ITA) 19e
9 Jean-Christophe Péraud (FRA) AB-3
Directeur sportif : Artūras Kasputis
Astana #
AST
Num Coureur Pos
11 Vincenzo Nibali (ITA) 1er
12 Valerio Agnoli (ITA) NP-12
13 Eros Capecchi (ITA) 82e
14 Jakob Fuglsang (DEN) 12e
15 Tanel Kangert (EST) 23e
16 Bakhtiyar Kozhatayev (KAZ)* 65e
17 Davide Malacarne (ITA) 47e
18 Michele Scarponi (ITA) 16e
19 Andrey Zeits (KAZ) 33e
Directeur sportif : Alexandr Shefer
Bardiani CSF
BAR
Num Coureur Pos
21 Stefano Pirazzi (ITA) 18e
22 Simone Andreetta (ITA)* 141e
23 Paolo Simion (ITA)* 131e
24 Nicola Boem (ITA) 139e
25 Francesco Manuel Bongiorno (ITA) 110e
26 Giulio Ciccone (ITA)* NP-19
27 Sonny Colbrelli (ITA) 96e
28 Mirco Maestri (ITA)* 119e
29 Nicola Ruffoni (ITA) NP-13
Directeur sportif : Stefano Zanatta
BMC Racing
BMC
Num Coureur Pos
31 Manuel Senni (ITA)* 76e
32 Darwin Atapuma (COL) 9e
33 Alessandro De Marchi (ITA) 94e
34 Silvan Dillier (SUI) AB-3
35 Stefan Küng (SUI)* 60e
36 Daniel Oss (ITA) 111e
37 Manuel Quinziato (ITA) 117e
38 Joey Rosskopf (USA) 85e
39 Rick Zabel (GER)* 140e
Directeur sportif : Valerio Piva
Cannondale
CPT
Num Coureur Pos
41 Rigoberto Urán (COL) 7e
42 André Cardoso (POR) 14e
43 Simon Clarke (AUS) 67e
44 Joe Dombrowski (USA)* 34e
45 Davide Formolo (ITA)* 31e
46 Moreno Moser (ITA) 41e
47 Ramūnas Navardauskas (LTU) 122e
48 Alberto Bettiol (ITA)* 86e
49 Nathan Brown (USA)* 48e
Directeur sportif : Fabrizio Guidi
Dimension Data
DDD
Num Coureur Pos
51 Igor Antón (ESP) 28e
52 Omar Fraile (ESP) AB-5
53 Songezo Jim (RSA) 144e
54 Merhawi Kudus (ERI)* 37e
55 Kristian Sbaragli (ITA) 93e
56 Kanstantsin Siutsou (BLR) 10e
57 Jay Robert Thomson (RSA) 149e
58 Johann van Zyl (RSA)* 79e
59 Jacobus Venter (RSA) 101e
Directeur sportif : Roger Hammond
Etixx-Quick Step
EQS
Num Coureur Pos
61 Marcel Kittel (GER) NP-9
62 Gianluca Brambilla (ITA) 22e
63 David de la Cruz (ESP) NP-16
64 Bob Jungels (LUX)* 6e
65 Fabio Sabatini (ITA) NP-15
66 Pieter Serry (BEL) 70e
67 Matteo Trentin (ITA) 74e
68 Carlos Verona (ESP)* 43e
69 Łukasz Wiśniowski (POL)* 138e
Directeur sportif : Davide Bramati
FDJ
FDJ
Num Coureur Pos
71 Arnaud Démare (FRA)* AB-14
72 Arnaud Courteille (FRA) 136e
73 Mickaël Delage (FRA) 148e
74 Murilo Fischer (BRA) 152e
75 Alexandre Geniez (FRA) AB-4
76 Ignatas Konovalovas (LTU) 134e
77 Olivier Le Gac (FRA)* 133e
78 Marc Sarreau (FRA)* AB-13
79 Benoît Vaugrenard (FRA) 91e
Directeur sportif : Frédéric Guesdon
Gazprom-RusVelo
GAZ
Num Coureur Pos
81 Alexandr Kolobnev (RUS) 73e
82 Alexey Rybalkin (RUS)* 106e
83 Artur Ershov (RUS) HD-15
84 Sergey Firsanov (RUS) 30e
85 Alexander Foliforov (RUS)* 45e
86 Artem Ovechkin (RUS) 142e
87 Ivan Savitskiy (RUS)* 104e
88 Alexander Serov (RUS) 128e
89 Andrey Solomennikov (RUS) 127e
Directeur sportif : Michele Devoti
IAM
IAM
Num Coureur Pos
91 Heinrich Haussler (AUS) 99e
92 Matthias Brändle (AUT) AB-14
93 Leigh Howard (AUS) NP-15
94 Roger Kluge (GER) 137e
95 Matteo Pelucchi (ITA) HD-6
96 Stefan Denifl (AUT) 52e
97 Lawrence Warbasse (USA) NP-7
98 Marcel Wyss (SUI) 40e
99 Vegard Stake Laengen (NOR) 83e
Directeur sportif : Mario Chiesa
Lampre-Merida
LAM
Num Coureur Pos
100 Diego Ulissi (ITA) 21e
101 Valerio Conti (ITA)* 27e
102 Roberto Ferrari (ITA) 132e
103 Ilia Koshevoy (BLR)* 97e
104 Sacha Modolo (ITA) 84e
105 Matej Mohorič (SLO) 98e
106 Manuele Mori (ITA) 64e
107 Przemysław Niemiec (POL) AB-14
109 Simone Petilli (ITA)* 77e
Directeur sportif : Mario Scirea
Lotto-Soudal
LTS
Num Coureur Pos
111 Tim Wellens (BEL)* 96e
112 Lars Bak (DEN) AB-21
113 Sean De Bie (BEL)* 108e
114 André Greipel (GER) NP-13
115 Adam Hansen (AUS) 68e
116 Pim Ligthart (NED) 126e
117 Maxime Monfort (BEL) 15e
118 Jürgen Roelandts (BEL) NP-13
119 Jelle Vanendert (BEL) 92e
Directeur sportif : Bart Leysen
Movistar
MOV
Num Coureur Pos
121 Alejandro Valverde (ESP) 3e
122 Andrey Amador (CRC) 8e
123 Carlos Betancur (COL) AB-19
124 José Herrada (ESP) 62e
125 Javier Moreno (ESP) AB-7
126 José Joaquín Rojas (ESP) 49e
127 Rory Sutherland (AUS) 80e
128 Jasha Sütterlin (GER)* 113e
129 Giovanni Visconti (ITA) 13e
Directeur sportif : José Vicente García Acosta
Nippo-Vini Fantini
NIP
Num Coureur Pos
131 Damiano Cunego (ITA) 44e
132 Giacomo Berlato (ITA)* AB-14
133 Alessandro Bisolti (ITA) 81e
134 Grega Bole (SLO) 135e
135 Riccardo Stacchiotti (ITA)* 155e
136 Iuri Filosi (ITA)* HD-8
137 Eduard-Michael Grosu (ROU)* 153e
138 Genki Yamamoto (JPN)* 151e
139 Gianfranco Zilioli (ITA) 118e
Directeur sportif : Stefano Giuliani
Orica-GreenEDGE
OGE
Num Coureur Pos
141 Esteban Chaves (COL) 2e
142 Sam Bewley (NZL) 125e
143 Caleb Ewan (AUS)* NP-13
144 Michael Hepburn (AUS)* 150e
145 Damien Howson (AUS)* 53e
146 Luka Mezgec (SLO) NP-17
147 Rubén Plaza (ESP) 56e
148 Svein Tuft (CAN) 146e
149 Amets Txurruka (ESP) 55e
Directeur sportif : Matthew White
Giant-Alpecin
TGA
Num Coureur Pos
151 Tom Dumoulin (NED) AB-11
152 Nikias Arndt (GER)* 87e
153 Bert De Backer (BEL) AB-14
154 Chad Haga (USA) 78e
155 Ji Cheng (CHN) 154e
156 Tobias Ludvigsson (SWE)* 51e
157 Georg Preidler (AUT) 26e
158 Tom Stamsnijder (NED) 143e
159 Albert Timmer (NED) 121e
Directeur sportif : Marc Reef
Katusha
KAT
Num Coureur Pos
161 Ilnur Zakarin (RUS) AB-19
162 Maxim Belkov (RUS) 116e
163 Pavel Kochetkov (RUS) 32e
164 Viatcheslav Kouznetsov (RUS) 123e
165 Anton Vorobyev (RUS) 100e
166 Alexander Porsev (RUS) 145e
167 Egor Silin (RUS) 38e
168 Rein Taaramäe (EST) 29e
169 Alexey Tsatevitch (RUS) NP-10
Directeur sportif : José Azevedo
Lotto NL-Jumbo
TLJ
Num Coureur Pos
171 Steven Kruijswijk (NED) 4e
172 Enrico Battaglin (ITA) 42e
173 Moreno Hofland (NED)* AB-13
174 Twan Castelijns (NED) 114e
175 Martijn Keizer (NED) 102e
176 Primož Roglič (SLO) 58e
177 Bram Tankink (NED) 61e
178 Maarten Tjallingii (NED) 124e
179 Jos van Emden (NED) 120e
Directeur sportif : Jan Boven
Sky
SKY
Num Coureur Pos
181 Mikel Landa (ESP) AB-10
182 Ian Boswell (USA)* 71e
183 Philip Deignan (IRL) AB-19
184 Sebastián Henao (COL)* 17e
185 Mikel Nieve (ESP) 25e
186 Christian Knees (GER) 66e
187 David López García (ESP) 69e
188 Nicolas Roche (IRL) 24e
189 Elia Viviani (ITA) HD-8
Directeur sportif : Dario Cioni
Tinkoff
TNK
Num Coureur Pos
191 Rafał Majka (POL) 5e
192 Manuele Boaro (ITA) 46e
193 Pavel Brutt (RUS) 90e
194 Jesús Hernández Blázquez (ESP) 59e
195 Jay McCarthy (AUS)* 88e
196 Paweł Poljański (POL) 35e
197 Ivan Rovny (RUS) 36e
198 Evgueni Petrov (RUS) 75e
199 Matteo Tosatto (ITA) 107e
Directeur sportif : Bruno Cenghialta
Trek-Segafredo
TFS
Num Coureur Pos
201 Ryder Hesjedal (CAN) AB-14
202 Eugenio Alafaci (ITA) 105e
203 Jack Bobridge (AUS) (Route) 156e
204 Fabian Cancellara (SUI) NP-10
205 Marco Coledan (ITA) 129e
206 Laurent Didier (LUX) 64e
207 Giacomo Nizzolo (ITA) 110e
208 Boy van Poppel (NED) HD-8
209 Riccardo Zoidl (AUT) 39e
Directeur sportif : Adriano Baffi
Wilier Triestina-Southeast
WIL
Num Coureur Pos
211 Filippo Pozzato (ITA) 115e
212 Julen Amézqueta (ESP)* 112e
213 Manuel Belletti (ITA) NP-18
214 Liam Bertazzo (ITA) AB-14
215 Matteo Busato (ITA) 57e
216 Cristian Rodríguez (ESP)* 103e
217 Jakub Mareczko (ITA)* AB-5
218 Daniel Martínez (COL)* 89e
219 Eugert Zhupa (ALB) 130e
Directeur sportif : Luca Scinto

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. © Copyright Wikipedia authors - The articles gathered in this document are under the GFDL licence.
    http://www.gnu.org/copyleft/fdl.html