The Economist

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : Navigation, rechercher
The Economist

Pays  Royaume-Uni
Langue Anglais
Périodicité hebdomadaire
Genre économie et Relations internationales
Diffusion 1,574,803 (imprimé); 100,000 (abonnés payants en ligne)[1] ex. (2012)
Fondateur James Wilson
Date de fondation Septembre 1843
Éditeur Londres

Propriétaire The Economist Group
Directeur de la rédaction John Micklethwait
ISSN 0013-0613
Site web www.economist.com

The Economist (en français : l'économiste) est un magazine hebdomadaire britannique publié à la fois sur papier et le Web. Il est l'un des hebdomadaires de référence à l'échelle mondiale ; reconnu pour la qualité de ses analyses, il couvre l'ensemble de l'actualité mondiale, en étudiant en particulier l'économie et les relations internationales. Journal d'information, il prend régulièrement parti sur les grandes questions d'actualité, défendant une vision libérale classique.

Paru pour la première fois en septembre 1843 grâce au soutien de l'Anti-Corn Law League, il est désormais publié par The Economist Newspaper Limited (filiale de Pearson) à Londres. De plus en France, ses articles sont souvent utilisés pour préparer des concours.

The Economist fut aussi le titre d'un journal publié à partir du 27 janvier 1821 par Robert Owen, considéré comme le fondateur du socialisme anglais, et qui n'a semble-t-il pas duré plus longtemps que cette année-là.

Sommaire

Ligne éditoriale

Les sujets les plus souvent abordés sont l'économie internationale, la politique, les affaires, la finance, les sciences et technologies et les arts. Les articles publiés dans The Economist ne sont que très rarement signés. Les journalistes et éditorialistes restent anonymes.

Son fondateur, James Wilson, était un fabricant de chapeaux, qui croyait au libre-échange, à l'internationalisme et à un minimum d'intervention de l'État, sur les marchés en particulier. Il a créé le journal en 1843 pour faire campagne contre des lois protectionnistes (Corn Laws). Bien que celles-ci fussent abolies en 1846, le journal perdura, restant fidèle aux idées libérales de Wilson. The Economist affirme nettement son soutien au libre-échange et à des marchés libres.

Le journal s'engage régulièrement sur les grandes questions qui touchent le monde, défendant « la vision libérale » (son but étant de « soutenir, dans le combat féroce qu'elle a à livrer, l'intelligence débordante, face une ignorance timorée et sans valeur qui est un obstacle à notre progrès »). Il a soutenu des conservateurs comme Margaret Thatcher ou Ronald Reagan comme des travaillistes (Tony Blair) ou des démocrates (John Kerry, Barack Obama et Bill Clinton). Le journal a pris parti dans l'élection présidentielle française en soutenant Nicolas Sarkozy « faute de mieux » en avril 2007[2], tandis qu'en 2008, clairement opposé à Silvio Berlusconi depuis les années 1990, il a appelé à voter pour Walter Veltroni en Italie.

Partisan de l'intervention américaine au Viêt Nam, il a également soutenu et épousé certaines causes libérales en se montrant favorable à la décolonisation, la légalisation de la consommation de drogues, adversaire de la peine de mort, militant pour le mariage homosexuel. Il a clairement affiché son opposition au traité constitutionnel européen[3] au nom du libéralisme.

Sur l'échiquier politique anglais, The Economist se définit lui-même comme proche des radicaux, voyant dans l'« extrême centre », sa position historique. Walter Layton qui fut rédacteur en chef de 1922 à 1938 et de 1944 à 1963 était membre du parti libéral anglais. De 1938 à 1944, le rédacteur en chef fut Geoffrey Crowther.

Le journal est connu pour son indice Big Mac, un indice du coût de la vie qui compare le prix d'un Big Mac dans le monde.

Ce journal libéral a récemment été accusé de prendre régulièrement la France pour cible d'attaques[4].

Diffusion et tirage

Imprimé chaque jeudi et disponible à partir du vendredi, la version web est consultable dès le jeudi soir pour la majorité des articles, le magazine est tiré à 1,3 million d'exemplaires en 2007. 86 % du tirage est diffusé hors de Grande-Bretagne. Sa diffusion est en croissance continue depuis 26 années consécutives, en particulier grâce à l'accent important mis sur la qualité des analyses.

Le journal a une diffusion de 1 138 118 exemplaires sur la première moitié de 2006 selon l'Audit Bureau of Circulations, l'organisme de mesure anglais. 53 % des lecteurs sont nord-américains, 14 % britanniques et 19 % d'Europe continentale. 40 000 exemplaires sont vendus en France chaque semaine.

Notes et références

  1. http://www.economistgroupmedia.com/planning-tools/circulation
  2. (en) France's chance, The Economist, 12 avril 2007
  3. « A song for Europe », The Economist, 26 mai 2005
  4. La France, souffre douleur préféré de The Economist, Le Monde, 15 novembre 2012

Lien externe

© Copyright Wikipedia authors - The articles gathered in this document are under the GFDL licence.
http://www.gnu.org/copyleft/fdl.html