Sport à Bruxelles-Capitale

Un article de Wikipedia, l'encyclopedie libre.
Sauter a la navigation Sauter a la recherche

La Région de Bruxelles-Capitale est riche en club de sport et événements sportifs. Parmi les grands clubs de sports de la région évoluant au plus haut niveau nationale, on retrouve indubitablement le RSC Anderlecht qui représente Bruxelles sur la scène footballistique belge et européenne, la Royale Union Saint-Gilloise et le Racing White Daring de Molenbeek (et ses successeurs) sont également des noms qui font écho dans le football belge. Le hockey-sur-gazon est également bien représenté avec le Royal Léopold Club, le Royal Racing Club de Bruxelles, le Royal Uccle Sport, le Royal Daring Hockey Club, le Royal Sporting Hockey Club Amicale Anderlecht, la Royal Orée Tennis Hockey Bridge, Parc Hockey Club et le Royal Evere White Star Hockey Club. Dans les autres sports, on peut trouver le Phoenix Brussels en basket-ball, le United Brussels HC et le Brussels HC en handball, le Royal Excelsior Sports Club Brussels en athlétisme, Boitsfort Rugby Club et le Royal Kituro Rugby Club en rugby à XV.

Parmi les événements important, on retrouve chaque année le Mémorial Van Damme ou encore le Marathon de Bruxelles.

Infrastructure[modifier | modifier le code]

Liste des stades bruxellois[modifier | modifier le code]

Stade Anciens noms Ville Capacité actuelle Clubs accueillis Anciens clubs
Stade Roi Baudouin Stade du Centenaire
Stade du Heysel
Bruxelles 50 000 Équipe de Belgique de football
Équipe de Belgique de rugby à XV
Royale Union Saint-Gilloise
Racing Club de Bruxelles
Stade Constant Vanden Stock Stade du Parc du Meir
Stade Emile Versé
Parc Astrid
Anderlecht 21 500 RSC Anderlecht /
Stade des Trois Tilleuls / Watermael-Boitsfort 20 000 Royal Racing Club Boitsfort Racing Club de Bruxelles
Stade Edmond Machtens Stade Charles Malis
Stade Oscar Bossaert
Molenbeek-Saint-Jean 15 266 Royal White Star Bruxelles
KS Wetteren
Daring Club de Bruxelles
Racing White Daring de Molenbeek
RWDM Brussels FC
Stade Joseph-Marien Stade du Parc Duden Forest 5 000 Royale Union Saint-Gilloise /
Stade Fallon Woluwe-Saint-Lambert 3 165 Léopold Football Club Royal White Star Athletic Club
Royal White Star Bruxelles
Stade du Vivier d'Oie Uccle 3 000 / Racing Club de Bruxelles
Stade du Sippelberg / Schaerbeek ? FC Jeunesse Molenbeek Académie Crossing Schaerbeek (55)

Football[modifier | modifier le code]

L'histoire du football bruxellois s'est construite avec cinq principaux clubs, le Daring Club de Bruxelles (matricule 2), le Royal Racing Club de Bruxelles (matricule 5), la Royale Union Saint-Gilloise (matricule 10), le Royal Sporting Club d'Anderlecht (matricule 35) et le White Star Woluwe Athletic Club (matricule 47), cinq formations qui ont fait le palmarès du football bruxellois.

Avec plus de soixante titres, dont cinq européen, le Royal Sporting Club Anderlecht domine le paysage footballistique bruxellois et belge depuis de nombreuses années.

D'autres formations bruxelloises sont relativement importantes de par leur ancienneté ou le nombre de saisons qu'elles ont disputé en nationale, c'est le cas du Royal Léopold Football Club (matricule 5), du Royal Uccle Sport (matricule 15), du Royal Excelsior Sport's Club de Bruxelles (matricule 20), du Royal Ixelles Sporting Club (matricule 42), du Royal Cercle Sportif La Forestoise (matricule 51), du Royal Cercle Sportif Saint-Josse (matricule 83), du Royal Stade de Bruxelles (matricule 281), du Royal Crossing Club de Molenbeek (matricule 451), du Royal Scup Dieleghem Jette (matricule 474), du Royal White Daring Molenbeek Brussels Football Club (matricule 1936), du Royal White Star Bruxelles (matricule 5750) et du BX Brussels (matricule 9026),

D'autres parts un certain nombre de club bruxellois ont évolué en Division d'honneur mais ont fini par disparaître avant qu'on leur ai attribuer un numéro de matricule, c'est le cas pour le Athletic & Running Club de Bruxelles, pour l'Olympia Club de Bruxelles, pour le Skill Football Club de Bruxelles, pour le Sporting Club de Bruxelles ainsi que pour l'Union Football Club d'Ixelles.

1895-1908 : Uccle au somment du football belge[modifier | modifier le code]

Bien qu'Anvers est le berceau du football belge, le jeu à onze arrive très vite à Bruxelles et plusieurs clubs furent fondés tels que le Daring Club de Bruxelles en 1895, qui obtient le matricule 2, il fut le plus ancien club de la capitale.

Mais le Daring CB se montra assez discret en cette fin du XIXe siècle et en ce début du XXe siècle, ce ne fut, en effet, pas Molenbeek-Saint-Jean mais Uccle qui fut le porte étendard du football bruxellois grâce à trois formations, le Racing Club de Bruxelles, le Léopold FC et l'Union Saint-Gilloise (basé à l'époque à Uccle).

Les premières années du championnat belge furent écrites par deux clubs, le Football Club Liègeois et le Racing Club de Bruxelles, une opposition qu'on peut considérer comme les permises de l'actuel grande rivalité entre la capitale belge et la cité ardente respectivement représenté actuellement par Anderlecht et le Standard.

Dans ce duel, ce fut les liégeois qui eurent le premier mot puisque le Football Club Liègeois remporta la toute première édition du championnat de Belgique mais ne parvient pas à la conserver la saison suivante puisque le Racing Club de Bruxelles remporta son tout premier titre, se classant devant le Football Club Liégeois, le club liégeois remporta les deux saisons qui suivirent.

Mais les racingmen reviennent en force et signent leurs deuxième titre de champion en 1900, puis leur troisième en 1901 devant le promu du Beerschot AC. En 1902, année où le promu se trouve être un certain Union Saint-Gilloise qui parvient à se hisser sur la dernière marche du podium, le Racing parvient une nouvelle fois à terminer en tête du classement, mais pas tout seul puisque le Léopold FC termine avec autant de point que son voisin bruxellois. De ce fait, un match sur terrain neutre est décidé pour départager les deux formations, ce qui donne lieu à un match animé et riche en buts (7 au total). Finalement, le Racing CB parvient à conserver son titre en s'imposant après prolongation. Il réalise ainsi le premier triplé de l'Histoire en remportant trois titres consécutifs, le quatrième pour le club. Pour le « Léo », cette place de vice-champion constitue encore aujourd'hui le meilleur résultat du futur matricule 5.

Lors de la saison 1902-1903, le Racing quitte le Site de Longchamps pour un stade qui deviendra mythique pour le football belge, le Stade du Vivier d'Oie. Toujours basé à Uccle, les Racingmen s'approprient un cinquième titre de Champion de Belgique, le quatrième consécutif, lors d'une saison où l'Union Saint-Gilloise termine troisième et le Léopold FC, quatrième.

La saison suivante l'Union Saint-Gilloise réussit l'exploit de stopper l'hégémonie du Racing Club Bruxelles, l'Union qui signe son tout premier titre de Champion de Belgique, un exploit rééditer les quatre saisons qui suivirent.

En trustant les titres, l'Union réussit à réédité l'exploit du quadruplé du Racing, le Racing qui parvient à remporté son sixième et dernier titre de Champion lors de cette saison 1907-1908. Le club parvient également à remporter la première édition de la Coupe de Belgique de football en 1912 remporté sur la plus petite marque face au Racing de Gand.

1908-1914 : L'Union et le Daring[modifier | modifier le code]

Le successeur du dernier titre en championnat des Racingmen, seront l'Union qui remportèrent le titre lors des saisons 1908-1909 et 1909-1910. Des saisons marquées par l'apparition de l'Excelsior SC au plus haut niveau et vienne rejoindre l'Union Saint-Gilloise, le Racing Club Bruxelles, le Léopold FC et le Daring Club de Bruxelles.

Le Daring Club de Bruxelles qui réussit l’exploit de stopper le tandem Union-Racing, un tandem ucclois, en remportant un premier titre lors de la saison 1911-1912, une saison qui se résume rapidement à un duel entre clubs bruxellois, le Daring et l'Union. Les premiers effectuent un départ parfait avec cinq victoires en autant de matches, dont une sur le terrain de l'Union (0-1). Le , lors de la sixième journée, les « Daringmen » perdent leur premier point en concédant un partage à domicile face au Beerschot mais les « Unionistes » n'en profitent pas et font match nul (1-1) au CS Brugeois. Les deux équipes se retrouvent à égalité le à la suite de la victoire de l'Union face au RC de Malines conjuguée à la première défaite du Daring, 4-1 au Racing CB. Les positions ne bougent plus jusqu'à la fin du premier tour.

Au début du second tour, le Daring reprend l'avance à la faveur d'une victoire 2-0 face à l'Union le . Un mois plus tard, le , l'Union s'incline une nouvelle fois, 4-1 au Football Club Brugeois et perd encore du terrain. Le suspense du championnat est relancé lorsque le Daring s'incline à son tour dans la Venise du nord, 1-0 au Cercle, le . À cinq matches de la fin, le Daring compte alors une avance de deux points sur son dernier poursuivant. Le , il concède un nouveau partage et conserve trois points d'avance par rapport à l'Union, qui doit encore jouer un match de plus. Les joueurs du Daring ne tremblent pas et remportent leurs trois derniers matches, ce qui leur permet de terminer le championnat avec deux points d'avance sur ceux de l'Union. Le club est officiellement sacré champion de Belgique le après une victoire 3-0 contre le FC Brugeois.

Mais la saison 1912-1913 vit l'Union Saint-Gilloise retrouver ses lauriers en s’imposant pour la septième fois dans une confrontation bruxelloise aussi intense que la saison passée car, durant le premier tour, l'Union perd plusieurs matches importants, en septembre au FC Brugeois et en décembre chez leurs rivaux du Daring. Ils concèdent également un partage face au Beerschot, qui avait relancé le suspense du championnat quelques semaines plus tôt en infligeant une première défaite au Daring.

Quand les « Unionistes » s'inclinent à nouveau en janvier au Racing Club de Gand, on pense que le Daring s'envole vers un second titre consécutif. Mais les « Daringmen » gaspillent leur avantage et perdent deux rencontres coup sur coup, contre le Racing CB et au FC Brugeois. Les deux clubs se rencontrent lors de la dernière journée du championnat. Le Daring compte deux points d'avance et peut se contenter d'un partage mais l'Union l'emporte 2-1 et force un test-match. Rencontre qui sera joué le sur le terrain du Léopold CB. La rencontre est très disputée et se solde par une victoire deux buts à un de l'Union, qui décroche son septième titre de champion de Belgique, un nouveau record. Mais après le match, des rumeurs courent faisant état de professionnalisme caché parmi les joueurs de l'Union, chose interdite par le règlement de l'Union Belge. La fédération décide de sanctionner le club saint-gillois et de lui retirer son titre au bénéfice du Daring. Il n'en sera finalement rien grâce aux dirigeants du Daring qui font officiellement savoir « qu'ils ne pourraient accepter un titre qu'ils n'avaient pas été capables d'obtenir sur le terrain ». Ce geste de fair-play est d'autant plus remarquable quand on connaît la forte rivalité entre les deux clubs, que ce soit au niveau des joueurs, des dirigeants ou des supporters.

L'Union conserve donc son titre et réussit le premier doublé de l'histoire du football belge en remportant la Coupe de Belgique 1913 face au CS Brugeois, un trophée que l'Union remporta également la saison suivante face cette fois au FC Brugeois.

Une saison 1913-1914 qui ne voit pas l'Union rééditer son doublé puisque le Daring s'impose pour la deuxième fois de son histoire avec trois points d'avance sur l'Union.

Avant guerre: La domination des clubs bruxellois[modifier | modifier le code]

Entre deux guerres: Les anversois et les bruxellois au sommet[modifier | modifier le code]

Anderlecht, monarque absolu du football bruxellois[modifier | modifier le code]

Infrastructure[modifier | modifier le code]

Bruxelles possède plusieurs stade de football, dont le stade de l'équipe nationale, le stade Roi-Baudouin (50 093) (anciennement connu sous le nom de stade du Heysel), on peut également citer le stade du RSC Anderlecht, le Stade Constant Vanden Stock (21 500). Et bien sûr les stades un peu plus conviviaux qui ne seraient pas aux normes pour accueillir un match de coupe d'Europe comme le stade du Brussels FC, Stade Edmond Machtens (15 266), le stade lu White Star, Stade Fallon, le stade de l'Union Saint-Gilloise, le Stade Joseph Marien (5 100) ou encore l'ancien stade le Racing Club de Bruxelles et l'actuel du R. Racing Club Boitsfort, le Stade des Trois Tilleuls (40 000).

Événement[modifier | modifier le code]

Drame du Heysel[modifier | modifier le code]

Le drame du Heysel, survenu le 29 mai 1985 à Bruxelles en Belgique, est l'une des tragédies les plus marquantes liées à une manifestation sportive, et due au hooliganisme.

Il eut lieu à l'occasion de la finale de Coupe d'Europe des clubs champions 1984-1985 entre le Liverpool Football Club et la Juventus Football Club. Des grilles de séparation et un muret s'effondrèrent sous la pression et le poids de supporters, faisant 39 morts et plus de 600 blessés.

Basket-ball[modifier | modifier le code]

Ce sont les clubs de la Région de Bruxelles-Capitale qui domina tous d'abord le basket-ball belge, comme le Royal IV Brussels 7 fois champion de Belgique et 5 fois vainqueur de la coupe de Belgique, Semailles BC 6 fois champion de Belgique et 5 fois vainqueur de la coupe de Belgique, le Brussels AC 4 fois champion de Belgique, le Fresh Air SC quatre fois champion de BelgiqueDaring BC 3 fois champion de Belgique et 1 fois vainqueur de la coupe de Belgique et l'Amicale Sportive 2 fois champion de Belgique, mais malheureusement pour le Basket-ball bruxellois, les clubs anversois prirent le contrôle du championnat, puis pendant longtemps le basket-ball était bien réparti sur le territoire belge avec 5 équipes en Wallonie et 5 équipes en Flandre mais aucune à Bruxelles. [1]. Il aura cependant fallu attendre la saison 2013-2014 pour voir l'Ethias League, compter un club bruxellois, c'est l'Brussels Basketball qui monte enfin alors qu'il finit la Division 2 sur une neuvième place. [1].

[1].

  • Club disparu

[1].

Infrastructure[modifier | modifier le code]

Bruxelles possède plusieurs salles de sport, on peut citer le Palais du Midi, salle du Atomia Bruxelles, et du Royal IV (1 850)

Événement[modifier | modifier le code]

Hockey sur gazon[modifier | modifier le code]

Avec la Flandre, Bruxelles est la région la plus touchée par le Hockey sur gazon qui devient de plus en plus populaire en Belgique. Chez les hommes, c'est le Royal Léopold Club qui est le plus titré, il compte à ce jour 26 titres de champion de Belgique, le R. Uccle Sport est également un grand club bruxellois, il compte quant à lui 13 titres de champion de Belgique, et bien d'autres clubs de la capitale comptent aussi plusieurs titres. C'est club sont le R. Racing Club Bruxelles 5 fois champion de Belgique, R. Daring H.C., 4 fois champion de Belgique, R.Baudouin 3 fois champion de Belgique, le Brussels HLTC 1 fois champion de Belgique, le R.Evere White Star HC 1 fois champion de Belgique. Et encore aujourd'hui, le hockey sur gazon bruxellois domine toujours le championnat de Belgique, avec quatre clubs sur les douze engagés pour la saison 2012-2013 (R.Daring T.H.C, Royal Léopold Club, R. Orée T.H.B et le R. Racing Club Bruxelles). Du côté des dames, le hockey sur gazon est tout aussi populaire à Bruxelles. Comme chez les hommes, c'est un club bruxellois qui a dominé longtemps le championnat de Belgique, c'est en effet le R. Uccle Sport qui est actuellement le plus titré avec 23 titres de champion de Belgique. Le R. Léopold Club est aussi très titré, il compte quant à lui 14 titres de champion de Belgique. Et comme chez les hommes, d'autre clubs de la capitale comptent aussi plusieurs titres. Ces clubs sont le R. Racing Club Bruxelles 6 fois champion de Belgique, R. Daring H.C. 4 fois champion de Belgique, Parc H.C. 1 fois champion de Belgique et le R.T.H.C. Wellington 1 fois champion de Belgique. Et encore aujourd'hui, le hockey sur gazon bruxellois domine toujours le championnat de Belgique, avec quatre clubs sur les douze engagés pour la saison 2012-2013 (R. Evere White Star H.C, R.T.H.C. Wellington, R. Orée T.H.B).

Infrastructure[modifier | modifier le code]

Stade du Vivier d'Oie (3000)

Événement occasionnel[modifier | modifier le code]

Handball[modifier | modifier le code]

En Belgique, au début le handball est un sport liégeois, il y fut importé dans les années 1920 par Jules Devlieger mais très vite la popularité se répand un peu partout dans le pays et la capitale n'y échappa pas.

Les principaux clubs de Bruxelles furent, l'Ambiorix Handball Club Schaerbeek (matricule 27), le Sporte Evere (matricule 47), l'Amicale Handball Club Schaerbeek, le Crossing Schaerbeek. le CH Schaerbeek Brussels, l'Avia Woluwe, le Brussels HC et le United Brussels HC.

Les anciens clubs de Handball de Bruxelles ont fusionné. Aujourd'hui (en 2016), il n'y a plus que deux clubs à Bruxelles, le United Brussels HC et le Brussels HC.

Les débuts du handball bruxellois[modifier | modifier le code]

Infrastructure[modifier | modifier le code]

  • Salle Omnisports François Guillaume
  • Palais du Midi
  • Kinétix Stadium

Événements occasionnels[modifier | modifier le code]

Autres sports[modifier | modifier le code]

Rugby[modifier | modifier le code]

Waterpolo[modifier | modifier le code]

Football Américains[modifier | modifier le code]

Volley-ball[modifier | modifier le code]

Hockey sur glace[modifier | modifier le code]

  • Cercle Des Patineurs de Bruxelles (disparu en ?)
  • Cercle Des Sports D’hiver de Bruxelles (disparu en ?)

Roller in line hockey[modifier | modifier le code]

Tennis de table[modifier | modifier le code]

Escrime[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d [1]
  • Portail du sport
  • Portail de Bruxelles