Saline de Bex

Un article de Wikipedia, l'encyclopedie libre.
Sauter a la navigation Sauter a la recherche

Saline de Bex

Création 1554
Forme juridique Société anonyme
Siège social Bex
 Suisse
Activité Production de sel et de produit à base de sel
Produits Sel
Société mère Salines Suisses
Site web Site officiel des salines de Bex

Mines et salines de Bex est une entreprise suisse qui exerce son activité dans la gestion, l'extraction et la commercialisation de sel d'une mine de sel située sur la commune de Bex dans le canton de Vaud en Suisse. Avant 2002, elle se nommait Société vaudoise des mines et salines de Bex et l’État de Vaud possédait la moitié du capital actions.

Histoire[modifier | modifier le code]

Il y a 200 millions d'années, la mer recouvrait la Suisse. La mer s'est retirée et le sel s'est déposé sur le sol pendant des millions d'années. Au XVIe siècle, on a découvert des sources salées à Salin sur Ollon. Plus tard on a commencé l'exploitation de sources au Fondement, près de la rivière de la Gryonne.

Durant la guerre de Bourgogne, les Bernois occupèrent la région d'Aigle et de Bex dès 1475 et y établirent le Gouvernement d'Aigle et y placèrent un gouverneur à sa tête. C'est l'un d'eux, Nicolas de Graffenried qui découvrit et initia l'exploitation les mines de sel de Panex (près d'Ollon). Il avait été gouverneur d'Aigle en 1509, et avait acquis le château de Saint-Triphon en 1544. À cette date l'état de Berne lui accorda une concession sur les mines de sel pour dix ans. Son fils, Jean-Rodolphe les exploita à sa suite[1].

Au XIXe siècle, l'application de nouvelles techniques de travail permirent d'augmenter la production, notamment la dessalaison de la roche sur place vers 1860 et le salinage par thermocompression dès 1877[2].

Le bois fut également remplacé par le charbon, puis par une centrale électrique en 1943. L'hôtel des Salines à Bex (1871-1976) et les bains de Lavey utilisèrent les eaux-mères et la saumure fut utilisée jusqu'en 2004 par Syngenta à Monthey. L’État de Vaud posséda la moitié du capital actions de la Société vaudoise des mines et salines de Bex de 1917 à 2001. Privatisée en 2002, la Saline de Bex est néanmoins tenue de percevoir la régale due au canton[2].

L'entreprise employait une quinzaine d'ouvriers à la fin du XVIIIe siècle, elle en engagea 360 entre 1803 et 1860, l'exploitation exigeait alors de nombreux rouleurs, et environ 50 personnes y travaillaient en 2009[2].

Tourisme[modifier | modifier le code]

Dès le milieu du XVIIIe siècle les salines de Bex devinrent un but d'excursion. Aujourd'hui une partie des 15 km de galeries[3] est visitée par environ 65 000 visiteurs par an[2] du printemps à l'automne. Les 22 étapes de la visite des mines de Bex.

Il existe également une randonnée fléchée appelée Le Sentier du Sel[4]. Elle dure 5 heures au départ de la halte de Plambuit du chemin de fer Aigle-Sépey-Diablerets. Elle suit le tracé d'un ancien saumoduc jusque Bex et comporte des panneaux didactiques sur l'exploitation du sel dans le Canton de Vaud.

Monopole du sel[modifier | modifier le code]

Jusqu'en , il existait en Suisse deux « monopoles du sel », le premier en faveur des Salines suisses du Rhin, concernait tous les cantons suisses (sauf le canton de Vaud) ainsi que la Principauté du Liechtenstein. Et le second en faveur de la Saline de Bex, concernait uniquement le canton de Vaud[5],[6].

Il était interdit de vendre du sel issu des Salines suisses du Rhin dans le canton de Vaud. Et réciproquement, la Saline de Bex n'avait pas le droit de vendre sa production en dehors de son canton[5].

Fin 2013, les Salines suisses du Rhin et la Saline de Bex annoncent leur décision de fusionner pour former les Salines suisses, tout en conservant les deux sites de production[5].

En , suite à la fusion des deux entreprises, le Grand Conseil vaudois décide de mettre un terme au monopole du sel, qui datait du Moyen Âge[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Dictionnaire historique et biographique de la Suisse, vol. 3, Neuchâtel, Administration du Dictionnaire historique et biographique de la Suisse, , p. 514
  2. a b c et d La rédaction, « Salines » dans le Dictionnaire historique de la Suisse en ligne, version du .
  3. Marc Weidmann, Mines de sel de Bex. Données 1991-2004, Zürich, Commission Géotechnique Suisse, coll. « Matériaux pour la Géologie de la Suisse, Série Géotechnique », 2006 (ISBN 978-3-907997-27-7)
  4. Le Sentier du Sel - A la découverte de l'odyssée de l'or blanc
  5. a b et c « Les salines de Bex n'auront plus le monopole dans le canton de Vaud », sur swissinfo.ch, (consulté le 10 juillet 2016).
  6. a et b « Feu vert au regroupement de la saline de Bex et celles du Rhin », sur swissinfo.ch, (consulté le 10 juillet 2016).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • Portail de la mine
  • Portail des entreprises
  • Portail arts et culture de la Suisse
  • Portail du canton de Vaud
  • Portail géographie de la Suisse
  • Portail de la spéléologie