Saison 1939-1940 des Rangers de New York

Un article de Wikipedia, l'encyclopedie libre.
Sauter a la navigation Sauter a la recherche

Informations générales
Ligue Ligue nationale de hockey
Directeur général Lester Patrick
Entraîneur Frank Boucher
Capitaine Art Coulter
Patinoire Madison Square Garden
Saison régulière
Classements Deuxièmes
Meilleurs joueurs Bryan Hextall (39 points, 24 buts)
Phil Watson (28 aides)
Séries éliminatoires
Progression victoire 4-2 Bruins de Boston
victoire 4-2 Maple Leafs de Toronto
Meilleurs joueurs Phil Watson (9 points)
Bryan Hextall (4 buts)
Neil Colville (7 aides)
Récompenses
Collectives Coupe Stanley
Individuelles Dave Kerr - Trophée Vézina
Kilby MacDonald - Trophée Calder

Autres saisons

La saison 1939-1940 est la quatorzième saison de hockey sur glace jouée par les Rangers de New York dans la Ligue nationale de hockey.

Saison régulière[modifier | modifier le code]

Déroulement de la saison[modifier | modifier le code]

Débuts difficiles[modifier | modifier le code]

Après la saison précédente qui a vu les Rangers terminer à la deuxième place de la saison régulière mais être éliminés en sept matchs en demi-finale par les Bruins de Boston, futurs champion, la nouvelle saison s'amorce sans grand changement pour l'équipe. L'essentiel de l'effectif est reconduit et seuls Bill Carse et George Allen, achetés par les Black Hawks de Chicago, et Cecil Dillon acheté par les Red Wings de Détroit[1] ne sont plus membres des Rangers. Pour compenser ces départs, des joueurs des clubs écoles sont intégrés à l'effectif : Cliff Barton, Kilby MacDonald et Alf Pike sont issus des Ramblers de Philadelphie et Stanford Smith arrive des Rovers de New York. Mais le changement le plus important se situe derrière le banc où Frank Boucher, qui a pris sa retraite de joueur un an auparavant, remplace l'entraîneur historique de la franchise, Lester Patrick, qui se consacre à son rôle de directeur général.

Les Rangers débutent cette nouvelle saison contre les Red Wings à Détroit ; menés 1-0, ils égalisent dans les trois dernières minutes du match et obtiennent ainsi un match nul[2]. Pour leur deuxième match, joué à Toronto contre les Maples Leafs, ils ouvrent le score par Neil Colville mais leurs adversaires égalisent grâce à Billy Taylor et le match se termine sur une nouvelle égalité 1-1[3]. Le lendemain, les Rangers jouent leur premier match à domicile de la saison où ils retrouvent leurs adversaires de la veille, les Maple Leafs, et devant 15 163 spectateurs, ils subissent leur première défaite[4]. Quatre jours plus tard, les Rangers accueillent les Black Hawks de Chicago ; pour leur deuxième match à domicile, les Rangers mènent à deux reprises mais sont à chaque fois rejoints par leurs adversaires qui remportent finalement le match 3-2[5] et infligent aux Rangers leur deuxième défaite en quatre matchs.

Lors du cinquième match de la saison, les Rangers sont opposés à leurs rivaux de New York, les Americans, et à cette occasion, ils remportent leur première victoire, 3-1, grâce à deux buts de Mac Colville[6]. Le 19 novembre, les Rangers reçoivent les Canadiens de Montréal devant 14 000 spectateurs. Alex Shibicky marque un but pour New York mais Polly Drouin en inscrit deux pour Montréal, dont le but vainqueur en prolongation[7]. Les Rangers, qui viennent de subir leur troisième défaite en six matchs sont alors classés à l'avant-dernière place de leur division[8]. Cette défaite est cependant la dernière avant une série d'invincibilité record dans la LNH.

Série record[modifier | modifier le code]

Les Rangers font tout d'abord match nul contre Montréal et Boston, ils gagnent ensuite contre Détroit et Chicago. Le 16 décembre, après une victoire 4-2 contre les Canadiens, ils sont invaincus depuis huit matchs et rejoignent leurs adversaires à la troisième place du classement[9],[10]. Après un match nul 0-0 contre les Red Wings de Détroit où les deux gardiens réussissent un blanchissage, les Rangers battent les Canadiens pour entamer une série de dix victoires consécutives. Chicago est battue 7-1 le 23 décembre, la série d'invinciblité des Rangers étant à présent de onze matchs[11]. Deux matchs plus tard, les Rangers reçoivent la première équipe de ligue, les Bruins de Boston, devant une foule record de 16 000 spectateurs au Madison Square Garden ; les Bruins sont blanchis par Dave Kerr alors que Alex Shibicky, Lynn Patrick, Neil Colville et Kilby Macdonald marquent chacun un but, et les Rangers enregistrent leur treizième match sans défaite grâce à une victoire 4-0[12] ; ils sont alors à égalité à la deuxième place de la ligue, deux points derrière leurs adversaires du jour[13]. Le match suivant, joué à New York contre les Americans, voit le record de spectateurs de la saison à nouveau battu avec 16 526 personnes venues assister à la quatorzième rencontre des Rangers sans défaite ; il s'agit alors de la plus grande affluence des Rangers depuis près de dix ans[14].

Le , les Bruins accueillent les Rangers. Ces derniers, bien que menés au score à deux reprises, parviennent à remporter le match et à amener leur série d'invincibilité à quinze match[15]. Grâce à cette victoire, ils rejoignent Toronto et leurs adversaires du soir en tête de la ligue[16]. Le , après trois nouvelles victoires contre les Americans, les Red Wings et les Black Hawks, l'équipe New-Yorkaise se rend à Toronto pour y affronter les Maple Leafs. Les Rangers s'imposent 4-1 et établissent un nouveau record de la Ligue nationale de hockey en étant invaincus depuis dix-neuf rencontres. Ils en profitent également pour prendre seuls la tête de la ligue[17],[18]. Le lendemain, les Black Hawks accueillent les Rangers et mettent fin à cette série de dix victoires et dix-neuf matchs sans défaite grâce à un succès 2-1[19].

Lutte pour la première place[modifier | modifier le code]

Les Rangers remportent leur match suivant contre Montréal avant d'accueillir les Bruins avec lesquels ils partagent la première place[20]. Grâce, entre autres, a deux buts de Clint Smith, les Rangers remportent la rencontre 4-2 et prennent seuls la tête de la ligue[21]. Sur leur lancée, ils gagnent quatre matchs consécutifs et possèdent cinq points d'avance le 28 janvier[22] avant de connaître à nouveau la défaite le 1er février contre Détroit. Lors du match suivant où ils reçoivent les Canadiens de Montréal, les Rangers établissent le record de la saison en infligeant une déroute 9-0 à leurs adversaires[23]. Kerr enregistre alors son sixième blanchissage de la saison alors que Phil Watson et Dutch Hiller marquent chacun quatre points[24].

La saison des Rangers est ensuite moins bonne et après deux victoires, un match nul et trois défaites, les Rangers sont rejoints en tête de la ligue par les Bruins le 20 février[25]. Deux jours plus tard, ils affrontent les Americans mais ne parviennent pas à tromper le gardien Earl Robertson et sont battus en prolongation par un but de Tommy Anderson[26]. Les Bruins n'ayant pas joué, les Rangers restent malgré tout en tête de la ligue[27]. Le 24 février, les Rangers rendent visite aux Canadiens de Montréal ; grâce au septième blanchissage de la saison de leur gardien combiné à une défaite des Bruins, ils reprennent seuls la tête du classement[28]. Le lendemain, ils sont à nouveau confrontés aux Canadiens qu'ils accueillent au Madison Square Garden. Ils remportent la rencontre 6-2 et prennent ainsi quatre points d'avance sur les Bruins en tête de la ligue[29].

La lutte pour la première place de la ligue se poursuit : le 29 février, les Bruins rejoignent les Rangers qui sont battus 2-1 par les Black Hawks[30] ; trois jours plus tard, les Rangers ont repris trois points d'avance après un match nul contre les Maple Leafs et une victoire contre les Black Hawks[31]. Le 7 mars après une victoire contre les Americans, les Bruins reprennent seuls la tête[32] avant que les Rangers ne les dépossèdent de leur bien le 10 mars après une victoire 4-2 contre les Americans[33].

Les deux rencontres suivantes, qui sont les deux dernières des Rangers, sont jouées contre les Bruins et peuvent s'avérer décisives pour l'attribution du titre de champion de la saison régulière. Le premier match est joué le 12 mars à Boston devant 16 304 spectateurs ; à peu plus d'une minute du terme de la rencontre, Eddie Wiseman marque le but vainqueur des Bruins qui leur permet de remporter le match 2-1 et de reprendre alors la première place du classement[34]. Le second match, disputé à New York deux jours plus tard, voit les deux équipes se neutraliser sans parvenir à marquer. Ce match nul permet aux Bruins, auxquels il reste encore une rencontre à jouer, de remporter un deuxième titre de champion de la saison régulière consécutif[35].

Bilan[modifier | modifier le code]

Les Rangers terminent à la deuxième place de la saison régulière et sont ainsi qualifiés directement pour les demi-finales des séries éliminatoires alors que les équipes classées de la troisième à la sixième place doivent jouer des quarts de finale. Cet avantage les oblige toutefois à disputer cette demi-finale au meilleur des sept match contre l'autre équipe qualifiée directement : les Bruins de Boston.

Du point de vue comptable, les Rangers ont, avec 136 buts marqués, la deuxième attaque de la ligue, bien loin cependant des 170 buts des Bruins. Avec seulement 77 buts encaissés en 48 matchs, ils ont la meilleure défense devant Boston qui en a encaissé 21 de plus grâce, en partie, à la saison de leur gardien Dave Kerr qui termine avec une moyenne de 1,54 but accordé et huit blanchissages[36]. Enfin, la moyenne de spectateurs du Madison Square Garden est de 9 997 spectateurs par match[37]. Pour ce qui est des performances individuelles, Bryan Hextall est le meilleur buteur de la saison avec 26 réalisations alors que Phil Watson termine à la deuxième position du classement des aides derrière Milt Schmidt des Bruins. Au classement des pointeurs, Hextall est le meilleur joueur des Rangers avec 39 points juste devant Neil Colville mais ils ne sont respectivement classés qu'aux sixième et septième rangs de la ligue derrière quatre joueurs des Bruins et Gordie Drillon des Maple Leafs de Toronto[38].

Classement[modifier | modifier le code]

Classement de la Ligue nationale de hockey
Clt Équipe PJ  V   D N BP BCPts
+001, Bruins de Boston 48 31 12 5 170 98 67
+002, Rangers de New York 48 27 11 10 136 77 64
+003, Maple Leafs de Toronto 48 25 17 6 134 110 56
+004, Black Hawks de Chicago 48 23 19 6 112 120 52
+005, Red Wings de Détroit 48 16 26 6 90 126 38
+006, Americans de New York 48 15 29 4 106 140 34
+007, Canadiens de Montréal 48 10 33 5 90 167 25
  • Champion de la saison régulière et qualifié directement pour les demi-finales des séries
  • Qualifié directement pour les demi-finales des séries
  • Qualifié pour les quarts de finale des séries

Match après match[modifier | modifier le code]

Ce tableau reprend les résultats de l'équipe au cours de la saison, les buts marqués par les Rangers étant inscrits en premier[39].

Résultats des Rangers lors de la saison régulière
No  Date Résultat Adversaire Lieu Score Bilan (V-D-N) Pts
1 5 novembre match nul Red Wings de Détroit Détroit 1-1 (0-0-1) 1
2 11 novembre match nul Maple Leafs de Toronto Toronto 1-1 (0-0-2) 2
3 12 novembre défaite Maple Leafs de Toronto New York 0-1 (0-1-2) 2
4 16 novembre défaite Black Hawks de Chicago New York 2-3 (0-2-2) 2
5 18 novembre victoire Americans de New York New York[Dom 1] 3-1 (1-2-2) 4
6 19 novembre défaite Canadiens de Montréal New York 1-2 (Pr) (1-3-2) 4
7 23 novembre match nul Canadiens de Montréal Montréal 1-1 (1-3-3) 5
8 26 novembre match nul Bruins de Boston Boston 2-2 (1-3-4) 6
9 28 novembre victoire Red Wings de Détroit New York 4-1 (2-3-4) 8
10 30 novembre victoire Black Hawks de Chicago Chicago 7-2 (3-3-4) 10
11 2 décembre match nul Americans de New York New York[Dom 2] 1-1 (3-3-5) 11
12 10 décembre victoire Bruins de Boston New York 3-2 (4-3-5) 13
13 14 décembre match nul Red Wings de Détroit New York 2-2 (4-3-6) 14
14 16 décembre victoire Canadiens de Montréal Montréal 4-2 (5-3-6) 16
15 17 décembre match nul Red Wings de Détroit Détroit 0-0 (5-3-7) 17
16 19 décembre victoire Canadiens de Montréal New York 5-2 (6-3-7) 19
17 23 décembre victoire Black Hawks de Chicago New York 7-1 (7-3-7) 21
18 25 décembre victoire Maple Leafs de Toronto New York 4-1 (8-3-7) 23
19 29 décembre victoire Bruins de Boston New York 4-0 (9-3-7) 25
20 31 décembre victoire Americans de New York New York[Dom 2] 5-2 (10-3-7) 27
21 2 janvier victoire Bruins de Boston Boston 6-4 (11-3-7) 29
22 4 janvier victoire Americans de New York New York[Dom 1] 6-2 (12-3-7) 31
23 7 janvier victoire Red Wings de Détroit New York 3-0 (13-3-7) 33
24 11 janvier victoire Black Hawks de Chicago New York 5-3 (14-3-7) 35
25 13 janvier victoire Maple Leafs de Toronto Toronto 4-1 (15-3-7) 37
26 14 janvier défaite Black Hawks de Chicago Chicago 1-2 (15-4-7) 37
27 18 janvier victoire Canadiens de Montréal Montréal 1-0 (16-4-7) 39
28 21 janvier victoire Bruins de Boston New York 4-2 (17-4-7) 41
29 23 janvier victoire Americans de New York New York[Dom 1] 5-3 (18-4-7) 43
30 25 janvier victoire Maple Leafs de Toronto New York 3-0 (19-4-7) 45
31 28 janvier victoire Americans de New York New York[Dom 2] 4-2 (20-4-7) 47
32 1 février défaite Red Wings de Détroit Détroit 0-2 (20-5-7) 47
33 4 février victoire Canadiens de Montréal New York 9-0 (21-5-7) 49
34 6 février défaite Bruins de Boston Boston 2-6 (21-6-7) 49
35 8 février victoire Maple Leafs de Toronto New York 2-1 (22-6-7) 51
36 10 février match nul Maple Leafs de Toronto Toronto 4-4 (22-6-8) 52
37 11 février défaite Black Hawks de Chicago Chicago 0-3 (22-7-8) 52
38 15 février victoire Red Wings de Détroit New York 3-1 (23-7-8) 54
39 18 février défaite Red Wings de Détroit Détroit 0-2 (23-8-8) 54
40 22 février défaite Americans de New York New York[Dom 1] 0-1 (Pr) (23-9-8) 54
41 24 février victoire Canadiens de Montréal Montréal 2-0 (24-9-8) 56
42 25 février victoire Canadiens de Montréal New York 6-2 (25-9-8) 58
43 29 février défaite Black Hawks de Chicago New York 1-2 (25-10-8) 58
44 2 mars match nul Maple Leafs de Toronto Toronto 1-1 (25-10-9) 59
45 3 mars victoire Black Hawks de Chicago Chicago 2-1 (26-10-9) 61
46 10 mars victoire Americans de New York New York[Dom 2] 4-2 (27-10-9) 63
47 12 mars défaite Bruins de Boston Boston 1-2 (27-11-9) 63
48 14 mars match nul Bruins de Boston New York 0-0 (27-11-10) 64
  • Victoire
  • Défaite
  • Match nul
  1. a b c et d Les Americans sont l'équipe jouant à domicile.
  2. a b c et d Les Rangers sont l'équipe jouant à domicile.

Statistiques des joueurs[modifier | modifier le code]

Joueurs[40]
Nom Poste  PJ  B   A  Pts Pun
Hextall, BryanBryan Hextall AG 48 24 15 39 52
Colville, NeilNeil Colville C 48 19 19 38 22
Watson, PhilPhil Watson C 48 7 28 35 52
Shibicky, AlexAlex Shibicky AG 43 11 21 32 33
Hiller, DutchDutch Hiller AG 48 13 18 31 57
MacDonald, KilbyKilby MacDonald AG 44 15 13 28 19
Patrick, LynnLynn Patrick AG 48 12 16 28 34
Smith, ClintClint Smith C 41 8 16 24 2
Colville, MacMac Colville AD 47 7 14 21 12
Heller, OttOtt Heller D 47 5 14 19 26
Pike, AlfAlf Pike A 47 8 9 17 38
Pratt, BabeBabe Pratt AG 48 4 13 17 61
Coulter, ArtArt Coulter D 48 1 9 10 68
Patrick, MuzzMuzz Patrick D 46 2 4 6 44
Smith, StanfordStanford Smith C 1 0 0 0 0
Polich, JohnJohn Polich AD 1 0 0 0 0
Barton, CliffCliff Barton AD 3 0 0 0 0
Gardien de but[40]
Nom  PJ  V   D   N  Min  BC  BL Moy
Dave Kerr 48 27 11 10 3 000 77 8 1,54

Séries éliminatoires[modifier | modifier le code]

Règlement[modifier | modifier le code]

Les six premières équipes de la saison régulière sont qualifiées pour les séries éliminatoires. Les équipes classées de la troisième à la sixième place se rencontrent en quart de finale au meilleur des trois matchs ; les vainqueurs se rencontrent ensuite à nouveau au meilleur des trois matchs. Les deux premières équipes de la saison régulière sont directement qualifiées pour les demi-finales où elles s'affrontent au meilleur des sept rencontres.

Séries des Rangers[modifier | modifier le code]

Demi-finale[modifier | modifier le code]

Deuxièmes de la saison régulière, les Rangers doivent donc affronter les Bruins de Boston. La première rencontre a lieu le 19 avril au Madison Square Garden ; le premier tiers-temps voit les équipes se neutraliser et rentrer aux vestiaires sur un score vierge. Les Rangers prennent l'avantage en moins de deux minutes lors de la deuxième période grâce à Phil Watson et Alex Shibicky et assurent leur victoire 4-0 lors du dernier tiers-temps avec deux buts de Neil Colville, dont un en infériorité numérique, et au blanchissage de Dave Kerr[41].

Le deuxième match, disputé à Boston, est marqué par une première période où l'arbitre, Mickey Ion, distribue treize pénalités dont quatre majeures. Ce sont les Rangers qui prennent l'avantage par Mac Colville mais les Bruins marquent ensuite trois buts consécutifs et mènent 3-1 au début de la troisième période. Les Rangers parviennent à réduire le score mais un quatrième but des Bruins clos la marque d'un match où vingt pénalités ont été finalement distribuées[42]. Les deux équipes se retrouvent trois jours plus tard, toujours à Boston. Les Bruins inscrivent un but en première période puis, après l'égalisation de Muzz Patrick, marquent deux nouveaux buts lors du second tiers-temps pour aborder la troisième période avec deux buts d'avance. Les Rangers ne parviennent pas à combler leur retard et, malgré des buts de Babe Pratt et Lynn Patrick, ils s'inclinent 4-3 et sont alors menés deux matchs à un[43].

16 501 spectateurs sont présents au Madison Square Garden pour assister à la quatrième rencontre de la série où aucune des deux équipes ne parvient à marquer lors des deux premières périodes de jeu. Seul Muzz Patrick parvient à battre le gardien des Bruins, Frank Brimsek au milieu du dernier tiers-temps et les Rangers reviennent à égalité dans la série grâce au deuxième blanchissage de Kerr[44].

Le cinquième match a lieu à Boston le 28 mars devant 16 468 spectateurs. Pour cette rencontre, les Bruins sont privés de Des Smith et Mel Hill, blessés. Après huit minutes de match, les Bruins perdent un nouveau joueur, Art Jackson, qui se fracture deux os de la cheville droite. Au cours des deux premières périodes, aucune équipe ne parvient à marquer alors que Franck Hollett a remplacé Jackson sur la ligne de Herb Cain et Eddie Wiseman. Après un peu plus de quatre minutes lors du troisième tiers-temps, Pratt marque sur une passe de Shibicky ce qui va s'avérer être le but vainqueur. Peu avant la fin du match, Boston perd encore un joueur en la personne de son capitaine, Dit Clapper, qui se tord la cheville[45]. Kerr enregistre finalement son troisième blanchissage de la série, le deuxième consécutif, et permet à son équipe de mener 3-2 avant la sixième rencontre.

Les Rangers sont donnés favoris de ce match qu'ils jouent à domicile alors que les Bruins sont amoindris par les blessures de quatre de leurs joueurs. Ce sont pourtant les Bruins qui marquent les premiers par Roy Conacher dans les dernières secondes de la première période, mais les Rangers réagissent et égalisent lors du deuxième tiers-temps avant de prendre l'avantage en milieu de troisième période. Une punition majeure infligée à Robert Hamill lors de ce but permet aux Rangers de marquer ensuite deux fois en supériorité numérique et de se qualifier ainsi pour la finale de la Coupe Stanley devant 15 988 spectateurs[46].

Finale[modifier | modifier le code]

En finale, les Rangers rencontrent les Maple Leafs de Toronto, troisièmes de la saison régulière, qui ont successivement éliminé les Black Hawks de Chicago et les Red Wings de Détroit sur le même score de deux manches à zéro. La série est programmée à New York pour les deux premiers matchs puis à Toronto pour le reste de la série. En effet, à cette époque de l'année, un cirque s'installe au Madison Square Garden et empêche ainsi les Rangers d'y pratiquer le hockey[46].

Le premier match est joué le 2 avril devant 12 437 spectateurs. Ce sont les Rangers qui ouvrent le score en première période grâce à Art Coulter sur une passe de Neil Colville mais les Maple Leafs répliquent moins de deux minutes plus tard par Red Heron. Plus rien n'est ensuite marqué dans les deuxième et troisième tiers-temps et les deux équipes doivent disputer une prolongation. Malgré plusieurs occasions, Toronto ne parvient pas à marquer et Alf Pike met un terme à la rencontre après 15 min 30 s et permet aux Rangers de remporter le match[47]. Le lendemain, les deux équipes se retrouvent pour le dernier match de la saison à New York. Les Maples Leafs entament le mieux la rencontre et marquent deux fois en l'espace d'une minute lors de la première période pour mener 2-0 après un peu plus de six minutes de jeu. Les Rangers répliquent neuf minutes plus tard par Bryan Hextall et rentrent aux vestiaires avec un retard d'un seul but. Il ne leur faut qu'un peu moins de quatre minutes en deuxième période pour égaliser par Babe Pratt mais ils doivent attendre la toute fin de celle-ci pour prendre l'avantage en supériorité numérique. Le troisième tiers-temps voit New York marquer à trois reprises pour s'adjuger un succès aisé 6-2 et mener la série 2-0 avant de se rendre à Toronto pour le reste de la finale[48].

Le troisième match a lieu trois jours plus tard. Cette fois-ci, ce sont les Rangers qui marquent les premiers après 13 minutes de jeu. Les Maples Leafs sont menés 1-0 jusqu'en milieu de troisième tiers-temps où ils parviennent à battre Kerr grâce à Gordie Drillon. Ce but, dont la validité est contesté par les Rangers qui estiment qu'il a été marqué avec le patin[49], est suivi d'un deuxième, trois minutes plus tard, inscrit par une jeune recrue de 21 ans, Hank Goldup, et permet aux Maple Leafs de l'emporter 2-1[50]. Le 9 avril, les deux équipes se retrouvent pour la quatrième rencontre. Les Maples Leafs ouvrent le score en fin de première période alors que les deux équipes jouent à quatre contre quatre puis, après un deuxième tiers-temps sans but, ils augmentent leur avance à moins de quatre minutes de la fin du match. Malgré une infériorité numérique due à une punition reçue par Don Metz, les Maple Leafs et leur gardien Turk Broda parviennent à garder leur but inviolé et marquent même une troisième et dernière fois à moins d'une minute du terme de la rencontre pour remporter le match 3-0 et égaliser 2-2 dans la série. Les derniers matchs se jouant à Toronto, ils deviennent ainsi les favoris pour remporter la Coupe Stanley[51].

Pour le cinquième match, Frank Boucher, enregistre le retour de Shibicky qui avait du quitter la troisième rencontre et avait été absent du quatrième match en raison d'une triple fracture à la cheville[52]. De son côté, l'entraîneur des Maple Leafs, Dick Irvin, décide de mettre quatre de ses principaux joueurs au repos : le capitaine de l'équipe Red Horner et Jack Church sont remplacés en défense par Reg Hamilton et Wilfred McDonald alors que Billy Taylor et Don Metz prennent la place de Sweeney Schriner et Red Heron en attaque[53],[54]. Ces changements donnent dans un premier temps raison à Boucher alors que Shibicky initie l'attaque qui permet aux Rangers de prendre l'avantage en milieu de première période grâce à Neil Colville. Les Maple leafs ne parviennent pas à marquer mais ils sont aidés par Mac Colville qui pousse malencontreusement le palet dans son propre but en fin de deuxième tiers-temps ; ce but est accordé à Syl Apps qui est le dernier joueur de Toronto à toucher la rondelle. La troisième période ne permet pas aux deux équipes de se départager, pas plus que la première prolongation, et elles doivent jouer une deuxième période supplémentaire. Shibicky, qui a participé au match avec grâce à son médecin qui lui a gelé la jambe[52],[55], ne peut y prendre part. Malgré une punition infligée à Muzz Patrick, les Maples Leafs ne parviennent pas à marquer et c'est au contraire ce même Patrick qui marque le but vainqueur des Rangers après 91 min 43 s de jeu[53].

Le sixième match est joué le 14 avril. Les Maple Leafs marquent le premier but moins de sept minutes après le début de la rencontre puis ils doublent leur avance en début de deuxième période. Les Rangers doivent attendre la neuvième minute du troisième tiers-temps pour inscrire leur premier but par Neil Colville avant d'égaliser par Alf Pike moins de deux minutes plus tard. Plus rien n'étant marqué, le match se joue à nouveau en prolongation. Celle-ci ne dure cette fois-ci que deux minutes avant que Bryan Hextall, sur une passe de Phil Watson, ne marque le but vainqueur du match et du gain de la troisième Coupe Stanley de l'histoire des Rangers[56]. Après le match, le directeur-général des Maple Leafs, Conn Smythe, rend hommage aux Rangers en déclarant : « ils ont contesté dix-neuf parties consécutives sans encourir la disgrâce de la défaite » et enfin « ils nous ont battu deux fois, au cours de l'élimination, sur notre propre glace, alors que nous n'avions perdu que trois fois au cours de la saison régulière dans notre patinoire[57]. » Le président des Rangers, John Kilpatrick, quant à lui, se rend dans le vestiaire de ses joueurs, chose inhabituelle de sa part[58], pour les inviter ainsi que leurs familles et amis à venir fêter la victoire dans sa suite à l'hôtel[59].

Bilan[modifier | modifier le code]

Les Rangers remportent leur troisième Coupe Stanley en quatorze ans d'existence. Ils terminent avec les deux meilleurs pointeurs de la ligue lors des séries : Phil Watson inscrit trois buts et six aides pour neuf points marqués alors que Neil Colville inscrit deux buts et sept aides pour un total de neuf points également[60]. Dave Kerr remporte le trophée Vézina du meilleur gardien de la saison et Kilby MacDonald reçoit le trophée Calder qui récompense la meilleure recrue. Kerr et Bryan Hextall sont élus dans la première équipe d'étoiles alors que Art Coulter et Neil Colville font partie de la seconde.

Arbre de qualification[modifier | modifier le code]

Quarts de finale Demi-finales Finale
  19, 21, 24, 26, 28 et 30 mars   2, 3, 6, 9, 11 et 13 avril
 
Bruins de Boston 2
    Rangers de New York 4  
26 et 28 mars
Rangers de New York 4
19 et 21 mars
    Maple Leafs de Toronto 2
Maple Leafs de Toronto 2  
Black Hawks de Chicago 0  
Maple Leafs de Toronto 2
19, 22 et 24 mars
    Red Wings de Détroit 0
Red Wings de Détroit 2
Americans de New York 1


Statistiques des joueurs[modifier | modifier le code]

Joueurs[40]
Nom Poste  PJ  B   A  Pts Pun
Watson, PhilPhil Watson C 12 3 6 9 16
Colville, NeilNeil Colville C 12 2 7 9 18
Hextall, BryanBryan Hextall AG 12 4 3 7 11
Shibicky, AlexAlex Shibicky AG 12 2 5 7 4
Hiller, DutchDutch Hiller AG 12 2 4 6 2
Colville, MacMac Colville AD 12 3 2 5 6
Pike, AlfAlf Pike A 12 3 1 4 6
Pratt, BabeBabe Pratt AG 12 3 1 4 18
Patrick, LynnLynn Patrick AG 12 2 2 4 4
Smith, ClintClint Smith C 12 1 3 4 2
Patrick, MuzzMuzz Patrick D 12 3 0 3 13
Heller, OttOtt Heller D 12 0 3 3 12
MacDonald, KilbyKilby MacDonald AG 12 0 2 2 4
Coulter, ArtArt Coulter D 12 1 0 1 21
Gardien de but[61]
Nom  PJ  V   D  Min  BC  BL Moy
Dave Kerr 12 8 4 770 20 3 1,56

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « History of NHL trades by the New York Rangers for 1939-40 », sur www.nhltradetracker.com (consulté le 8 mai 2012)
  2. (en) « Rangers Launch Hockey Campaign by Playing Overtime Draw With Red Wings », The New York Times,‎ , p. 29 (lire en ligne)
  3. (en) « Rangers Play Overtime Draw », The New York Times,‎ (lire en ligne)
  4. (en) Joseph C. Nichols, « 15,163 See Rangers Drop Home Opener at Garden to Leafs », The New York Times,‎ , p. 25 (lire en ligne)
  5. (en) Joseph C. Nichols, « Black Hawks Come From Behind Twice to Defeat Rangers on Garden Ice », The New York Times,‎ , p. 24 (lire en ligne)
  6. (en) Joseph C. Nichols, « Rangers vanquish Americans, 3 to 1 », The New York Times,‎ , S1 (lire en ligne)
  7. (en) Joseph C. Nichols, « Rangers Lose to Canadiens in Overtime on Garden Ice Before 14,000 Fans », The New York Times,‎ , p. 25 (lire en ligne)
  8. (en) « NHL Division Standings after Nov 19 in 1939-40 season », sur www.shrpsports.com (consulté le 13 mai 2012)
  9. (en) « Rangers conquer Canadien six, 4-2, and tie for third », The New York Times,‎ (lire en ligne)
  10. (en) « NHL Division Standings after Dec 16 in 1939-40 season », sur www.shrpsports.com (consulté le 13 mai 2012)
  11. (en) Joseph C. Nichols, « Rangers conquer Chicago six, 7 to 1, to extend streak », The New York Times,‎ , p. 47 (lire en ligne)
  12. (en) « Rangers Carry Undefeated Streak Through 13 Contests by Crushing Bruins », The New York Times,‎ , p. 10 (lire en ligne)
  13. (en) « NHL Division Standings after Dec 29 in 1939-40 season », sur www.shrpsports.com (consulté le 17 mai 2012)
  14. (en) Joseph C. Nichols, « 16,526 See Rangers Down Americans and Run Unbeaten Streak to 14 Contests », The New York Times,‎ , p. 31 (lire en ligne)
  15. (en) « MacDonald stars in 6-to-4 triumph », The New York Times,‎ (lire en ligne)
  16. (en) « NHL Division Standings after Jan 2 in 1939-40 season », sur www.shrpsports.com (consulté le 18 mai 2012)
  17. (en) The Associated Press, « Rangers win, 4-1, for record streak of 19 without loss », The New York Times,‎ , S1 (lire en ligne)
  18. (en) « NHL Division Standings after Jan 13 in 1939-40 season », sur www.shrpsports.com (consulté le 18 mai 2012)
  19. (en) « Rangers lose, 2-1; record string cut », The New York Times,‎ (lire en ligne)
  20. (en) « Undisputed Lead in Hockey Race at Stake in Contest Slated for Garden Ice », The New York Times,‎ (lire en ligne)
  21. (en) « Boston loses, 4-2, as 16,214 look on », The New York Times,‎ , p. 21 (lire en ligne)
  22. (en) « NHL Division Standings after Jan 28 in 1939-40 season », sur www.shrpsports.com (consulté le 28 mai 2012)
  23. (en) « Rangers' Nine-Goal Victory Sets League Record for Season », The New York Times,‎ , p. 23 (lire en ligne)
  24. « Le retour de Cude n'améliore en rien la situation », La Patrie,‎ , p. 22 (lire en ligne)
  25. (en) « Bruins win, 5 to 0, and tie for lead », The New York Times,‎ (lire en ligne)
  26. (en) « Americans Top Rangers in Overtime Battle on Garden Ice », The New York Times,‎ , p. 23 (lire en ligne)
  27. (en) « NHL Division Standings after Feb 22 in 1939-40 season », sur www.shrpsports.com (consulté le 30 juin 2012)
  28. (en) « Rangers conquer Canadiens, 2 TO 0 », The New York Times,‎ (lire en ligne)
  29. (en) Joseph C. Nichols, « Rangers Score in Every Period to Rout Canadiens at Garden », The New York Times,‎ , p. 19 (lire en ligne)
  30. (en) « Hawks are back in form; defeat Rangers, 2 to 1 », The Chicago Tribune,‎ , p. 29 (lire en ligne)
  31. (en) « NHL Division Standings after Mar 3 in 1939-40 season », sur www.shrpsports.com (consulté le 12 juillet 2012)
  32. (en) « Bruins Grab Undisputed Possession of First Place, Beating Amerks », The Boston Globe,‎ , p. 22 (lire en ligne)
  33. (en) « Rangers Win, Regain Lead », The Boston Globe,‎ , p. 7 (lire en ligne)
  34. (en) Tom Fitzgerald, « Bruins Down Rangers 2-1, Before 16,304 and Slip Into Lead », The Boston Globe,‎ , p. 21 (lire en ligne)
  35. (en) « Bruins Hold Rangers, 0-0; Clinch Title », The Chicago Tribune,‎ , p. 30 (lire en ligne)
  36. Wright 2010, p. 181
  37. (en) « 1939-40 National Hockey League Standings », sur www.hockeydb.com (consulté le 13 juillet 2012)
  38. (en) « NHL 1939-40 League Leaders », sur www.hockeydb.com (consulté le 13 juillet 2012)
  39. (en) « 1939-40 New York Rangers », sur shrpsports.com (consulté le 8 mai 2012).
  40. a b et c (en) « New York Rangers 1939-40 hockey team player statistics », sur www.hockeydb.com (consulté le 13 mai 2012)
  41. « Embouteillés, les Bruins sont blanchis par les Rangers », La Patrie,‎ , p. 22 (lire en ligne)
  42. « Boston bat Rangers 4-2 », La Patrie,‎ , p. 52 (lire en ligne)
  43. « Les Bruins devancent les Rangers avec une 2e victoire », La Patrie,‎ , p. 22 (lire en ligne)
  44. « Les Rangers sur un pied d'égalité avec les Bruins », La Patrie,‎ , p. 22 (lire en ligne)
  45. « Les Rangers blanchissent de nouveau les Bruins », La Patrie,‎ , p. 22
  46. a et b « Décimés, les Bruins capitulent devant les Rangers », La Patrie,‎ , p. 22 (lire en ligne)
  47. « La 1re aux Rangers dans une période additionnelle », La Patrie,‎ , p. 22 (lire en ligne)
  48. « Rangers triomphent de nouveau des Leafs par 6-2, hier », La Patrie,‎ , p. 22 (lire en ligne)
  49. « Les Rangers vaincus dans la 3e joute », Le Devoir, no 82,‎ , p. 9 (lire en ligne)
  50. « Toronto remporte une première victoire sur Rangers », La Patrie,‎ , p. 22 (lire en ligne)
  51. « Toronto égale les chances de la série pour la Coupe », La Patrie,‎ , p. 23 (lire en ligne)
  52. a et b (en) Joe Pelletier, « New York Rangers Legends: Alex Shibicky », sur nyrangerslegends.blogspot.com (consulté le 21 juillet 2012)
  53. a et b « Muzz Patrick fait triompher les Rangers », Le Devoir,‎ , p. 9 (lire en ligne)
  54. « Nonobstant une audacieuse stratégie, Toronto perd 2-1 », La Patrie,‎ , p. 22 (lire en ligne)
  55. (en) « Alex Dimitri Shibicky, hockey statistics and profile », sur Legends of Hockey Net (consulté le 22 juillet 2012)
  56. « Les Rangers ont eu raison de Toronto », Le Devoir, no 88,‎ , p. 9 (lire en ligne)
  57. « Les Rangers éliminent les Leafs et sont champions », La Patrie,‎ , p. 22 (lire en ligne)
  58. John Halligan et John Kreiser 2006, p. 16
  59. John Halligan et John Kreiser 2006, p. 18
  60. « Les dernières statistiques », La Patrie,‎ , p. 22 (lire en ligne)
  61. (en) « Dave Kerr NHL Statistics », sur www.hockey-reference.com (consulté le 13 mai 2012)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Marshall D. Wright, The National Hockey League, 1917-1967: A Year-By-Year Statistical History, McFarland, , 451 p. (ISBN 978-0-786-44444-1)
  • (en) John Halligan et John Kreiser, Game of my life: New York Rangers, Sports Publishing LLC, , 245 p. (ISBN 978-1-582-61956-9)
  • Portail du hockey sur glace
  • Portail des années 1930
  • Portail des années 1940
  • Portail de New York