Saint-Laurent-du-Pape

Un article de Wikipedia, l'encyclopedie libre.
Sauter a la navigation Sauter a la recherche
Pour les articles homonymes, voir Saint-Laurent et Pape (homonymie).

Saint-Laurent-du-Pape

Mairie et école de Saint-Laurent-du-Pape.
Administration
Pays France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Ardèche
Arrondissement Privas
Canton Rhône-Eyrieux
Intercommunalité Communauté d'agglomération Privas Centre Ardèche
Maire
Mandat
Jean-Louis Civat
2014-2020
Code postal 07800
Code commune 07261
Démographie
Population
municipale
1 572 hab. (2016 en diminution de 0,57 % par rapport à 2011)
Densité 78 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 49′ 27″ nord, 4° 46′ 03″ est
Altitude Min. 106 m
Max. 535 m
Superficie 20,1 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes

Saint-Laurent-du-Pape

Géolocalisation sur la carte : Ardèche

Saint-Laurent-du-Pape

Géolocalisation sur la carte : France

Saint-Laurent-du-Pape

Géolocalisation sur la carte : France

Saint-Laurent-du-Pape

Saint-Laurent-du-Pape est une commune française, située dans le département de l'Ardèche en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Durant l'Ancien Régime, la paroisse de Saint-Laurent se situait dans la province du Vivarais et dépendait de la seigneurie de Pierregourde dont le château, situé sur le territoire de Gilhac-et-Bruzac, et dont il ne reste que des ruines, domine le village et sa vallée.

La commune adhéra à la communauté de communes des Confluences Drôme Ardèche jusqu'en 2013, puis adhéra au , à la communauté d'agglomération Privas Centre Ardèche qui regroupe quarante-deux communes, toutes situées en Ardèche et dont le siège est à Privas.

Sommaire

Géographie[modifier | modifier le code]

Plan du territoire de Saint-Laurent du-Pape

Situation[modifier | modifier le code]

Le territoire communal est situé en Ardèche, dans l'arrondissement de Privas. Le bourg central est installé dans le bassin occidental de l'Eyrieux, un affluent de la rive droite du Rhône, non loin de sa confluence située dans la commune voisine de Beauchastel, en limite de La Voulte-sur-Rhône.

Le centre du bourg de Saint-Laurent-du-Pape est situé (par la route) à 123 kilomètres de la ville de Lyon, préfecture de la région Auvergne-Rhône-Alpes, à 115 kilomètres de Grenoble, à 206 kilomètres de Marseille et à 583 kilomètres de Paris.

Le bourg central est également situé à 25 kilomètres de Privas, préfecture du département de l'Ardèche[1].

Description[modifier | modifier le code]

Saint-Laurent-du-Pape est une petite agglomération de 1 500 habitants. Le bourg central se situe à proximité de l'unique pont franchissant l'Eyrieux, rivière qui sépare le territoire communal en deux parties ː la partie nord (en rive gauche de l'Eyrieux) où se concentre la majeure partie de la population comprend, outre le bourg et ses deux églises, de nombreux hameaux éparts, la plupart situés le long de la route qui longe cette rivière et la partie sud (en rive droite de l'Eyrieux) peu peuple et très rural.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Le territoire communal se situe au débouché de l'Eyrieux, rivière qui draine le rebord ouest du plateau des Cévennes. Cela correspond à la bordure orientale du socle cristallin du massif central, les sites du bourg central et de ses principaux hameaux, situés en aval du défilé de Pontpierre, reposent sur la plaine alluviale formée par cette affluent du Rhône, juste avant qu'il rejoigne le fleuve[2].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Saint-Laurent-du-Pape est traversé par une rivière, affluent du Rhône, mais son territoire est également sillonné par de nombreux ruisseaux qui la rejoignent au niveau du territoire de la commune ː

L'Eyrieux, vue du pont.
  • L'Eyrieux est une rivière d'une longueur de 83,7 kilomètres, un affluent rive droite du Rhône et qui s'écoule depuis les monts du Vivarais au nord de la région montagneuses des Boutières, avant de rejoindre la vallée du Rhône entre Valence et Montélimar[3]. la rivière qui traverse le centre du village peut présenter des débits extrêmement fluctuants, une crue exceptionnelle de cette rivière fut enregistrée le 10 septembre 1857, avec sept mètres de niveau d'eau enregistrée à Saint-Laurent-du-Pape soit 3 600 m3/s
  • Le ruisseau de Thouac, d'une longueur de 3 kilomètres[4], est un affluent rive gauche de l'Eyrieux qu'il rejoint aux limites occidentales du territoire communal.
  • Le ruisseau de Figuière, d'une longueur de 2,8 kilomètres[5], est un affluent rive gauche de l'Eyrieux. Celui-ci traverse le bourg central et rejoint la rivière en aval du pont de la commune.
  • Le ruisseau de Baneirol, d'une longueur de 4 kilomètres[6], est un affluent rive gauche de l'Eyrieux. Celui-ci atteint cette rivière en amont du bourg central.
  • Le ruisseau de Cleissac, d'une longueur de 1,6 kilomètre[7], est un affluent rive droite de l'Eyrieux qu'il rejoint entre les hameaux de Clessac et de Raymond.
  • Le ruisseau de la Crotte, d'une longueur de 7,6 kilomètres[8], est un affluent rive gauche de l'Eyrieux qu'il rejoint au niveau d'un hameau au nom identique.
  • Le ruisseau de Taphanel, d'une longueur de 4,4 kilomètres[9], est un affluent rive gauche de l'Eyrieux. Celui-ci atteint cette rivière au niveau du domaine d'Hauteville.
  • Le ruisseau de Chabrier, d'une longueur de 1,2 kilomètre[10], est un affluent rive droite de l'Eyrieux qu'il rejoint au hameau de Royas.

Climat[modifier | modifier le code]

La basse vallée de l’Eyrieux où se situe la commune de Saint-Laurent-du-Pape est dominée par un climat méditerranéen, le mistral, vent froid et sec qui souffle depuis le nord permet généralement de conserver un ciel découvert.

Les relevés suivants ont été effectués à la station Météo France du département de l'Ardèche, près de Privas, à moins d'une vingtaine de kilomètres au sud-ouest de Saint-Laurent-du-Pape :

Relevé météorologique de Privas sur la période 1981-2010 (records depuis 1969)
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 0,4 1,5 4,3 7 10,7 14,6 17,2 16,6 13,3 9,6 4,8 1 8,4
Température moyenne (°C) 4,8 6,1 9,5 12,4 16,4 20,7 23,7 22,9 18,8 14,1 8,8 5 13,6
Température maximale moyenne (°C) 9,1 10,6 14,6 17,7 21,9 26,8 30,1 29,1 24,2 18,5 12,8 8,9 18,7
Record de froid (°C)
date du record
−14
04-01-1971
−10,6
05-02-2012
−12,6
02-03-2005
−2
27-04-1981
−0,5
04-05-1979
5
01-06-1986
8
13-07-1993
4,8
23-08-1976
2
21-09-1977
−3,3
26-10-2003
−8,6
28-11-1985
−10,7
30-12-2005
−14
04-01-1971
Record de chaleur (°C)
date du record
21
20-01-2007
22,1
19-02-1989
27,4
18-03-1997
30,2
24-04-2007
32,8
24-05-2009
38
14-06-2003
39,2
17-07-2005
42,3
13-08-2003
36
03-09-2005
30,3
02-10-2011
26
03-11-1970
21
17-12-1985
42,3
13-08-2003
Ensoleillement (h) 138 145,2 208,6 225,5 237,8 287,7 322,1 288,1 236,7 164,7 137,9 124,5 2 516,8
Précipitations (mm) 47,4 65,4 49,8 67,8 78,9 46 29,2 34,7 63,3 149 112,7 71,5 815,7
Source : Météo France
Diagramme climatique
JFMAMJJASOND
 
 
 
9,1
0,4
47,4
 
 
 
10,6
1,5
65,4
 
 
 
14,6
4,3
49,8
 
 
 
17,7
7
67,8
 
 
 
21,9
10,7
78,9
 
 
 
26,8
14,6
46
 
 
 
30,1
17,2
29,2
 
 
 
29,1
16,6
34,7
 
 
 
24,2
13,3
63,3
 
 
 
18,5
9,6
149
 
 
 
12,8
4,8
112,7
 
 
 
8,9
1
71,5
Moyennes : • Temp. maxi et mini °C • Précipitation mm

Voies de communications[modifier | modifier le code]

Voies routières[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune est traversé par de nombreuses routes départementales dont voici la liste exhaustive :

  • la route départementale 120 (RD 120)
cette route qui traverse le bourg central en franchissant l'unique pont de la commune, relie la commune de La Voulte (hameau du Perrou) à la commune de Saint-Agrève, en passant par les communes de Le Cheylard et de Saint-Martin-de-Valamas.
  • la route départementale 21 (RD 21)
cette route qui, rejoint la RD 20 dans le bourg central, relie la commune de Beauchastel à la commune de Saint-Agrève en passant par la commune de Vernoux-en-Vivarais.
  • la route départementale 266 (RD 266)
cette route qui commence au bourg central de Saint-Laurent, relie la commune au hameau de Bruzac située dans la commune de Gilhac-et-Bruzac, et rejoint la RD232.

Voie cyclable[modifier | modifier le code]

La dolce via

L'ancienne ligne de voie ferrée du réseau du Vivarais de la compagnie de chemins de fer départementaux "La Voulte sur Rhône - Le Cheylard" empruntait la vallée de l'Eyrieux a été fermée définitivement le . Déferrées puis réaménagées, en une série de voies consacrée aux balades à pied, à la pratique du vélo et du cheval et dénommé sous l'appellation de "La Dolce Via" et dont le réseau s'étend sur environ 90 kilomètres entre Saint-Agrève, Lamastre et Beauchastel[11].

Cette voie traverse le territoire communal sur la rive droite de l'Eyrieux, selon un axe est-ouest, depuis la commune de Beauchastel et longe la rivière jusqu'au défilé de Pontpierre pour rejoindre la commune de Saint-Fortunat-sur-Eyrieux.

Transports publics[modifier | modifier le code]

Ligne d'autocars[modifier | modifier le code]

Le réseau régional d'autocars Le Sept qui comprend vingt lignes assure le transport de milliers de voyageurs dans le département de l'Ardèche, en dehors des agglomérations doté d’un réseau urbain local. L’exploitation de ce réseau géré par le conseil régional d'Auvergne-Rhône-Alpes est confiée à des transporteurs privés. La commune est desservie par une de ces lignes[12] ː

Lignes Dessertes Transporteur
Ligne n° 12
Valence (Drôme)La Voulte ↔ Saint-Laurent-du-Pape ↔ Les OllièresLe Cheylard Privé

En 2018, cette ligne assure cinq arrêts réguliers sur le territoire ː Thoac, Centre, Hautussac, Beaumazet et Hauteville.

Autres transports[modifier | modifier le code]

La gare de voyageurs la plus proche de la commune est la gare de Livron desservie par la ligne de Paris - Lyon à Marseille-Saint-Charles, située à environ huit kilomètres de la commune.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Lieux-dits, hameaux et écarts[modifier | modifier le code]

Voici, ci-dessous, la liste la plus complète possible des divers hameaux, quartiers et lieux-dits résidentiels urbains comme ruraux, ainsi que les écarts qui composent le territoire de la commune de Saint-Laurent-du-Pape, présentés selon les références toponymiques fournies par le site géoportail de l'Institut géographique national[13].

  • Thoac
  • les Près
  • Prioron
  • Pépeyriet
  • Haut Peypériet
  • Boulon
  • Roussel
  • Baumier
  • Brunel
  • Brion
  • Léouzée
  • Domaine d'Hauteville
  • le Bousquet (château)
  • le Pont de Gilhac
  • Hautussac
  • Lauve blanc
  • les Plantas
  • Bégouier
  • Baumazet
  • Vesseaux
  • Narboussière
  • Chironbel
  • Taphanel
  • Terra
  • Semensa
  • Barneire
  • la Riaille
  • Jallat
  • Pierrechargeat
  • Vernet
  • la Fustière
  • Planche
  • Blanchons
  • Martal
  • Royas
  • Gally
  • Mont Champ
  • Clessac
  • Reymond
  • Perpaud
  • Chambaud
  • Fontbonne
  • Prieuron
  • Valentin
  • Feroussier
  • Fontenet
  • Trainière
  • Prioron

Risques naturels[modifier | modifier le code]

Risques sismiques[modifier | modifier le code]

La totalité du territoire de la commune de Saint-Laurent-du-Pape est situé en zone de sismicité n° 3, comme la plupart des communes situées dans la vallée du Rhône[14].

Terminologie des zones sismiques[15]
Type de zone Niveau Définitions (bâtiment à risque normal)
Zone 3 Sismicité modérée accélération = 1,1 m/s2

Eau et assainissement[modifier | modifier le code]

L’assainissement collectif et non collectif de la commune est géré par la communauté d'agglomération Privas Centre Ardèche.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la commune est composée de deux termes ayant chacun leur propre origine et signification ː

Saint-Laurent ː

la première partie du nom est lié à Laurent de Rome né en Hispanie romaine. La date de son martyre, qui correspond à sa fête liturgique : le 10 août 258 et l'église de la paroisse y fut dédié. Le hameau situé autour de l'église pris ce nom.

Pape ː

la seconde partie du nom est lié à la présence d'un moulin dénommé « Moulin du Pape » qui ensuite a donné son nom à un hameau, situé au bord de l'Eyrieux, non loin du bourg. la fusion de ces deux hameaux fut la conséquence directe du nom de la commune[16].

Histoire[modifier | modifier le code]

Château médiéval de Pierregourde.
Château renaissance du Bousquet

Préhistoire et Antiquité[modifier | modifier le code]

Pour l'écrivain et naturaliste romain du Ier siècle, Pline[17], la région autour Valentia se nomme « regio Segovellaunorum ». Il s'agit d'un peuple gaulois dénommé les Segovellaunes, à l’époque préromaine et qui étaient, géographiquement, situés de part et d'autre du Rhône moyen, et toute la plaine de Valence, l'actuel Valentinois.

Si l'on considère l'oppidum du Malpas comme chef-lieu, le vaste domaine des Segovellaunes devait également s'étendre à l’ouest, sur la rive droite du Rhône, dans la région montagneuse comprise entre l’Eyrieux et le Doux, dans l'actuel Haut-Vivarais. Le découpage du diocèse médiéval plaide également en ce sens.

Le territoire des Helviens, proche du site de l'actuelle commune s'étendait uniquement dans la partie sud de l'actuel département de l'Ardèche

Articles connexes : Gaulois (peuples), Segovellaunes et Helviens.

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Durant l'époque médiévale, les seigneurs de Pierregourde qui régissent le territoire de la basse vallée de l'Eyrieux sont également seigneurs de Beauchastel. Du XIIIe siècle au XVe siècle, les seigneurs de Pierregourde se prénomment tous Hugon et se lient avec les familles aristocratiques de la région par de nombreux mariages[18].

Temps Modernes[modifier | modifier le code]

Saint-Laurent-du-Pape et son nouveau pont au début du XXe siècle.

Le château de Pierregourde sera abandonné après les guerres de Religion qui secouent la France et qui dévaste cette partie du Vivarais. Alexandre de La Marette, seigneur de Pierregourde, fait construire le château du Bousquet dont la partie principale sera achevée vers 1590.

Au XVIIIe siècle L'intendance de la province royale du Languedoc décide de faire construire un pont sur l'Eyrieux au niveau du bourg, plutôt qu'à Beauchastel. Sa construction est entreprise entre 1756 et 1767. Ce pont, détruit par une crue en 1890, comprenait deux culées et six piles accompagné d'une petite rampe d'accès sur la rive gauche de la rivière et permettant le passage du canal de fuite d'un moulin à eau situé en amont. Ce pont permit à la route royale de traverser le village, d'une rive à l'autre, sous l'Ancien Régime[19].

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Un crue de l'Eyrieux emporte le vieux pont le , Dès lors les visiteurs venant du sud du département sont obligés d'emprunter le pont suspendu de Beauchastel. La construction d'un nouveau pont comprenant cinq arches est très vite lancée[20].

Pendant la guerre de 1914-1918, l'Ardèche et particulièrement Saint-Laurent-du-Pape accueillent des civils venant des zones de conflits, principalement de la Lorraine et de l'Alsace, des prisonniers de guerre ennemis (dès septembre 1914, accueil contraint) et des militaires blessés, car c'est un territoire éloigné des zones de combat.[21]

Jusqu'en 2013, un jeune Poilu originaire de Saint-Laurent-du-Pape d'à peine 20 ans en 1914, Fernand Terras, a fait partie des 350 000 disparus de la Première Guerre mondiale. Sa dépouille a été retrouvée à l'été 2013 par l'association La Main de Massige, à Perthes-lès-Hurlus, dans la Marne. Sa plaque militaire a permis de l'identifier. Une cérémonie a été organisée dans la commune en octobre 2014, où étaient réunis notamment ses descendants, ainsi que le député de l'Ardèche, le maire, et le représentant du ministère de la Défense et du secrétaire d’État aux Anciens combattants.[22]

Durant la Seconde Guerre Mondiale, l'Ardèche et Saint-Laurent-du-Pape sont envahis dès 1940 et seront occupés par l'armée allemande de 1942 à 1944.

A l'issue de la guerre, deux Papins recevront le titre le "Justes de France", Madeleine et Roland Tartier.[23]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le conseil municipal de Saint-Laurent-du-Pape est composé de dix-neuf membres dont neuf hommes et dix femmes. Ce conseil comprend un maire, trois adjoints au maire et quinze conseillers municipaux[24].

Deux délégués communautaires titulaires, élus par les électeurs de Saint-Laurent-du-Pape, représentent la commune à la communauté d'agglomération Privas Centre Ardèche[25].

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Élections municipales[modifier | modifier le code]

Élections présidentielles[modifier | modifier le code]

Les élections présidentielles de 2017 indiquent une mobilisation des électeurs plus forte pour la commune, par rapport au corps électoral français. Les résultats par candidats est sensiblement identique au résultat national.

Élection présidentielle de 2017[26]
Candidat 1er tour 2e tour
Saint-Laurent-du-Pape National Saint-Laurent-du-Pape National
Emmanuel Macron 22,98 % 24,01 % 63,43 % 66,10 %
François Fillon 18,84 % 20,01 %
Jean-Luc Mélenchon 20,5 % 19,58 %
Marine Le Pen 21,43 % 21,25 % 36,57 % 33,90 %
Benoît Hamon 7,87 % 6,36 %
Votants 83,81 % 77,77 % 80,1 % 74,56 %

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
  octobre 1936 Gaston Roussillon Rad  
octobre 1936 1er novembre 1979
(décès)
Guy Fougeirol Rad, FGDS
PS puis DVG
Agriculteur
Conseiller général
novembre 1979 mars 1983 Adrien Mounier    
mars 1983 mars 2001 Claude Crunière    
mars 2001 En cours
(au 24 avril 2014)
Jean-Louis Civat[27] DVG Retraité de l'enseignement

Jumelages[modifier | modifier le code]

Jumelage[modifier | modifier le code]

Selon l'annuaire publié par l'AFCCRE et le conseil des communes et régions d'Europe, consulté en avril 2019, la commune de Saint-Laurent-du-Pape n'est jumelée avec aucune autre commune européenne[28].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[29]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[30].

En 2016, la commune comptait 1 572 habitants[Note 1], en diminution de 0,57 % par rapport à 2011 (Ardèche : +2,48 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
5356315958321 2301 2501 2311 3501 330
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 2811 3011 2841 2921 3291 2941 2911 3501 325
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 2871 3411 3041 1911 2151 2501 2701 1751 226
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
1 2371 1941 1591 1741 2061 2951 4511 5711 562
2016 - - - - - - - -
1 572--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[31] puis Insee à partir de 2006[32].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune héberge deux écoles primaires sur son territoire[33].

  • L'école publique compte cinq classes et présente un effectif de cent-vingt élèves en 2018.
  • L'école privée Saint-Exupéry compte trois classes en 2018.

Équipement et événements sportifs[modifier | modifier le code]

Le stade Joseph-Reboul, site communal, est composé de nombreux équipements à usage sportif et associatif dont une salle polyvalente, deux équipements pour la pratique de la boule lyonnaise et la pétanque situé en extérieur et un plateau d'éducation physique et sportive (pratique EPS).

Une salle de danse, un terrain de tennis et un site d'équitation sont également situés sur le territoire communal[34].

Équipement et manifestations culturelles[modifier | modifier le code]

La médiathèque municipale

Cet équipement culturel public, dénommé « Médiathèque Esperluette », est situé dans l'espace Filature et permet aux abonnés d'emprunter des livres, des revues, des DVDs et des CDs[35].

Le micro Festival

L’association saint-laurentoise « Hautus’sac à sons » a organisé son micro festival de musique (groupes modernes locaux) dénommé « les pattes de sangliers » au château du Bousquet en avril 2018[36]

Vie associative[modifier | modifier le code]

De nombreuses associations se retrouvent dans le village de Saint-Laurent du Pape, notamment :

  • Les Papins en Fêtes, comités des fêtes papin ;
  • Le CAP : Comité d'Animation papin, qui organise des activités diverses telles que des randonnées, la gym hebdomadaire pour adultes et enfants, le yoga hebdomadaire, le scrabble, la belote ou encore le tarot ;
  • L'ACCA: Association Communale de Chasse Agréée
  • La Boule Amicale (Boules Lyonnaises) ;
  • Association Locale des Anciens Combattants et Victime de Guerre, qui organise les commémorations locales des 8 mai et 11 novembre[37].

Santé[modifier | modifier le code]

La commune héberge sur son territoire un cabinet de dentiste et un service d'infirmier(e)s à domicile[38]. A la fin de l'année 2018, le médecin généraliste de Saint-Laurent-du-Pape est parti à la retraite, laissant la commune sans professionnels de santé à proximité.

Le centre hospitalier le plus proche de la commune est situé dans la commune voisine de La Voulte-sur-Rhône[39]

Cultes[modifier | modifier le code]

Culte catholique[modifier | modifier le code]

Le territoire communal dépend de la paroisse de « Saint-Michel-du-Rhône » avec six autres communes hébergeant environ une population de douze mille habitants. Le siège de la paroisse est implantée à Viviers où se situe la résidence de l'évêque[40].

Culte protestant[modifier | modifier le code]

Le territoire communal dépendait de la région Centre-Alpes-Rhône de l'Église protestante unie de France jusqu'en 2016 et adhéré alors au mouvement de l'union nationale des Églises protestantes réformées évangéliques de France Le temple de la commune est toujours en activité en 2018[41].

Médias[modifier | modifier le code]

Presse locale[modifier | modifier le code]

La mairie fait imprimer un petit journal local dénommé le Papin qui parait chaque trimestre. Ce magazine d'une trentaine de pages publie des informations municipales (délibérations du conseil municipal, révision du PLU) et d'autres informations liées aux fonctionnement des équipements locaux, des écoles et des associations de la commune[42].

Presse régionale[modifier | modifier le code]

Deux journaux sont distribués dans les réseaux de presse desservant la commune :

  • L'Hebdo de l'Ardèche est un journal hebdomadaire français basé à Valence. Il couvre l'actualité de tout le département de l'Ardèche.

Économie[modifier | modifier le code]

Emploi[modifier | modifier le code]

Selon les chiffres de l'INSEE en 2015, l'emploi total (salarié et non salarié) au lieu de travail en 2015 s'élevait à 253 (dont part de l'emploi salarié au lieu de travail en % : 69,2).

Le taux annuel moyen entre 2010 et 2015 de la variation de l'emploi total au lieu de travail s'élevait à 2,5 %

Le taux d'activité des 2015 à 64 ans était de 79,1, tandis que le taux de chômage (des 15 à 24 ans) avoisinait 10,6[43].

Fiscalité[modifier | modifier le code]

En 2015, le nombre de ménages fiscaux s'élevait à 655.

La médiane du revenu disponible par une unité de consommation, en euros, était de 20 724[43].

Secteur agricole[modifier | modifier le code]

En 2015, la part de l'agriculture dans les établissements en 2015 s'élevait à 8,7 %[43].

Secteur commercial[modifier | modifier le code]

En 2017 s'est ouvert le premier bar restaurant de Saint-Laurent-du-Pape, Puzzles Gourmands, situé sur la place centrale. Il vient s'ajouter aux quelques commerces de première alimentation déjà présents : deux boulangeries, un boucher-charcutier, un traiteur (depuis 2017), et une épicerie.

On retrouve aussi dans la commune un institut de soin du corps et un salon de coiffure ; un bureau de poste et un bureau de tabac-presse.[44]

Secteur touristique[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par la Dolce Via, 90 km de voie aménagés dans la vallée de l'Eyrieux, lieu privilégié pour les balades à pied, en VTT ou VTC, et pour la découverte du paysage ardéchois et papin.[45]

On retrouve aussi à Saint-Laurent-du-Pape quelques hébergements touristiques, notamment le camping de la Garenne, mais aussi plusieurs gîtes et chambres d'hôtes [46].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

L'église catholique Saint-Laurent.
L'église réformée (temple).

Patrimoine architectural[modifier | modifier le code]

Église catholique Saint-Laurent[modifier | modifier le code]

L’église actuelle a été édifiée entre 1861 et 1864. Dédiée à Saint-Laurent, patron de la commune, elle remplace, l'ancienne église qui datait de 1770[47].

Cette église possède en son sein, des tableaux de l’École lyonnaise ː Sainte Philomène composée par Jules Guedy et Saint Joseph peinte par Anne François Jammot, celle-ci étant surmontée du blason de la famille d’Hautussac et de Pravieux. L’empereur Napoléon III a fait don de six autres tableaux à la paroisse, dont notamment, « la décollation de Jean-Baptiste » par Meissonier et surtout une magnifique copie de « la vierge au chapelet » de Murillo par Mathilde Demasur.

De nombreux travaux de restauration ont été effectués, notamment en 1965, en 1985 et en 2000.

Église réformée (Temple )[modifier | modifier le code]

Le temple d’origine date probablement du XVIe siècle et bénéficié d'une modification en 1843 puis d'importantes réparations entre de 1882 et 1889. Un presbytère a été rajouté en 1883. L'édifice religieux a ensuite entièrement été refait entre 1905 et 1906 pour prendre sa forme actuelle[48].

Le château du Bousquet[modifier | modifier le code]

Le château du Bousquet est situé à 400 mètres de la place du village. Ses façades et toitures sont inscrites à l'Inventaire supplémentaire des Monuments Historiques depuis 1975. Il est racheté par la mairie le 27 avril 1994.

Le château de Pierregourde est détruit en 1630, et le château du Bousquet est érigé par Alexandre de la Marette, baron de Pierregourde[49] dans la seconde partie du XVIe siècle, et remanié durant le premier quart du XVIIIe siècle[50].

Autres monuments et vestiges architecturaux[modifier | modifier le code]

  • Les vestiges du pont romain de Pontpierre[51].
  • L'ancienne voie du chemin de fer CFD.

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

La médiathèque municipale et le château Renaissance du Bousquet proposent des expositions locales à vocation artistiques (peintures, sculptures, photographies).

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

La commune s'inscrit dans une zone naturelle d’intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF)[52] :

  • ZNIEFF FR8201658 de la vallée de l'Eyrieux et ses affluents.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Site "calculer la distance", distance entre Saint-Laurent-du Pape et Privas
  2. Site de la Préfecture de l'Ardèche, "plan de prévention du risque inondation pour la commune de Saint-Laurent-du-Pape, page sur le contexte géologique
  3. Sandre, « Fiche cours d'eau - L'Eyrieux (V41-0400) » (consulté le 23 mai 2018)
  4. Sandre, « Fiche cours d'eau - Le ruisseau de Thouac (V4171340) » (consulté le 23 mai 2018)
  5. Sandre, « Fiche cours d'eau - Le ruisseau de Figuière (V4171300) » (consulté le 23 mai 2018)
  6. Sandre, « Fiche cours d'eau - Le ruisseau de Baneirol (V4170580) » (consulté le 23 mai 2018)
  7. Sandre, « Fiche cours d'eau - Le ruisseau de Cleissac (V4171280) » (consulté le 23 mai 2018)
  8. Sandre, « Fiche cours d'eau - Le ruisseau de la crotte (V4170560) » (consulté le 23 mai 2018)
  9. Sandre, « Fiche cours d'eau - Le ruisseau de Taphanel ((V4170540) » (consulté le 23 mai 2018)
  10. Sandre, « Fiche cours d'eau - Le ruisseau de Chabrier (V4171200) » (consulté le 23 mai 2018)
  11. site de la Dolce Via, page sur le parcours
  12. Site de la région Auvergne-Rhône-Alpes, page transport interurbain - Ardèche
  13. Site géoportail, page des cartes IGN
  14. Préfecture du Rhône, page sur les risques sismiques
  15. Arrêté du 22 octobre 2010 relatif à la classification et aux règles de construction parasismique applicables aux bâtiments de la classe dite « à risque normal » - Légifrance
  16. Site de la mairie de Saint-Laurent-du Pape, page Histoire du village
  17. Pline, H.N. III, 4, 34
  18. Revue Historique, archéologique littéraire et pittoresque du Vivarais. Privas, 1906
  19. Site patrimoine Ardèche, page sur Saint-Laurent-du pape
  20. Site hebdo Ardèche, page sur les ponts de l'Ardèche
  21. [http://www.archinoe.net/console/exposition/exposition_virtuelle.php?id=156&p=01_noir&page=2 « L'Ard�che dans la Grande Guerre »], sur www.archinoe.net (consulté le 28 avril 2019)
  22. « Un siècle après sa mort, le Poilu a été inhumé dans son village », sur www.ledauphine.com (consulté le 28 avril 2019)
  23. « Département de l'Ardèche en 1939-1945 », sur www.ajpn.org (consulté le 28 avril 2019)
  24. Site de la mairie de Saint-Laurent-du-Pape, page sur le conseil municipal
  25. site de la CA Privas Centre Ardèche, page sur le conseil communautaire
  26. Résultat de l'élection présidentielle de 2017 à Saint-Laurent-du-Pape sur le site du journal L'Express
  27. « Liste des maires du département de l'Ardèche » [PDF], sur le site de la préfecture de l'Ardèche, (consulté le 31 juillet 2015).
  28. « Accueil AFCCRE », sur le site de l'association française du conseil des communes de l'Europe (consulté le 26 août 2018).
  29. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  30. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  31. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  32. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  33. site de la mairie de Saint-Laurent-du-Pont, page sur les écoles
  34. site commune-mairie, page sur les équipements sportifs de Saint-Laurent-du-Pape
  35. site de la mairie, page sur la médiathèque Esperluette
  36. Site de la CA Privas Centre Ardèche, page sur le micro festival de Saint-Laurent-du-pape
  37. « Associations du village - Saint-Laurent du Pape », sur www.saintlaurentdupape.fr (consulté le 8 avril 2019)
  38. Site de la mairie de Saint-Laurent-du-pape, page santé
  39. site PpagesMed, page sur l'hôpital Local Rivoly
  40. Site Ardèche catholique, page sur la paroisse Saint-Miche
  41. Site de l'église réformée de Saint-Laurent-du-Pape
  42. Site de la mairie de Saint-Laurent-du-Pape, page sur "le Papin"
  43. a b et c « Comparateur de territoire − Commune de Saint-Laurent-du-Pape (07261) | Insee », sur www.insee.fr (consulté le 8 avril 2019)
  44. « Les commerces - Saint-Laurent du Pape », sur www.saintlaurentdupape.fr (consulté le 8 avril 2019)
  45. « Dolce Via - Voie Douce Ardèche - Dolce-Via en Ardèche », sur www.dolce-via.com (consulté le 28 avril 2019)
  46. « Hébergements touristiques - Saint-Laurent du Pape », sur www.saintlaurentdupape.fr (consulté le 28 avril 2019)
  47. Site de la paroisse "Saint-Michel-du-Rhône, page sur l'église Saint-Laurent
  48. Site de la Fondation du Patrimoine, page sur le temple de Saint-Laurent-du-pape
  49. « Histoire du village - Saint-Laurent du Pape », sur www.saintlaurentdupape.fr (consulté le 28 avril 2019)
  50. Site de la base Mérimée, référence PA00116792
  51. André Blanc, Ponts gallo-romains et très anciens de l'Ardèche et de la Drôme, p. 77-99, Gallia, 1966, no 24-1 (lire en ligne)
  52. Site INPN, page sur la Znieff de la vallée de l'Eyrieux
  • Portail des communes de France
  • Portail de l’Ardèche
  • Portail du Massif central