Saint-Germain-Lespinasse

Un article de Wikipedia, l'encyclopedie libre.
Sauter a la navigation Sauter a la recherche
Pour les articles homonymes, voir Saint-Germain et Lespinasse.

Saint-Germain-Lespinasse

Blason
Administration
Pays France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Loire
Arrondissement Roanne
Canton Renaison
Intercommunalité Roannais Agglomération
Maire
Mandat
Pierre Coissard
2014-2020
Code postal 42640
Code commune 42231
Démographie
Gentilé Saint-Germanois
Population
municipale
1 236 hab. (2016 en augmentation de 7,11 % par rapport à 2011)
Densité 82 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 06′ 14″ nord, 3° 57′ 48″ est
Altitude Min. 281 m
Max. 349 m
Superficie 15 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Loire

Saint-Germain-Lespinasse

Géolocalisation sur la carte : Loire

Saint-Germain-Lespinasse

Géolocalisation sur la carte : France

Saint-Germain-Lespinasse

Géolocalisation sur la carte : France

Saint-Germain-Lespinasse
Liens
Site web www.saint-germain-lespinasse.com

Saint-Germain-Lespinasse est une commune française située dans le nord-ouest du département de la Loire en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Saint-Germain Lespinasse est située dans la plaine du Roannais, au nord-ouest de celle-ci, presque au pied des monts de la Madeleine et des montagnes du Bourbonnais.

La rivière Teyssonne, qui prend sa source à Saint-Bonnet-des-Quarts, l'arrose. Elle est traversée par la Nationale 7.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Accès[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Le nom de Lespinasse, ajouté à celui de Saint-Germain, vient du château de Lespinasse, appartenant au seigneur de Lespinasse ; il faisait partie de la commune, ce qui n'est plus le cas ː le hameau de l’Espinasse a été rattaché à la commune de Saint-Forgeux-Lespinasse[1]

Depuis le 1er janvier 2013, la communauté de communes de la Côte roannaise dont faisait partie la commune s'est intégrée à la communauté d'agglomération Roannais Agglomération.

Blasonnement[modifier | modifier le code]

Blasonnement :
D’or à la bande d’azur chargée de trois coquilles d’argent posées dans le sens de la bande et accompagnée de deux trèfles de sinople.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1971 mars 1989 Alain des Gayets   Agriculteur
mars 1989 mars 2001 Jean Jacques Rivas   Vétérinaire
mars 2001 mars 2008 Pierre Coissard   Pharmacien
mars 2008 mars 2014 André Méant DVG retraité
mars 2014 en cours Pierre Coissard   Pharmacien
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[3].

En 2016, la commune comptait 1 236 habitants[Note 1], en augmentation de 7,11 % par rapport à 2011 (Loire : +1,73 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
670836667715750771818818867
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
9129179019419129561 0301 0721 129
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 1341 1321 061915892912859883908
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
9921 1351 1601 1861 0631 1011 1311 1611 223
2016 - - - - - - - -
1 236--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Les 1180 habitants de la commune, au 31 décembre 2013, se répartissent en 399 de moins de 30 ans, 448 de 30 à 59 ans et 332 de 60 ans et plus[6].

712 personnes ont entre 15 et 64 ans. Parmi elles 67 % sont des actifs ayant un emploi, 7,7 % sont chômeurs, 9,6 % sont élèves ou étudiants, 9,7 % sont retraités ou préretraités et 6 % sont d’autres inactifs.

Les 481 personnes ayant ont un emploi sont pour 399 (82,9 %) des salariés et 80 (17,1 %) des non salariés.

Logements[modifier | modifier le code]

Le nombre de logements existants dans la commune, en 2013, est de 546[6]. 491 sont des résidences principales, 9 des résidences secondaires ou des logements occasionnels et 45 sont des logements vacants. Le nombre de maisons est de 476 et celui des appartements de 69.

Écoles[modifier | modifier le code]

il existe dans écoles dans la commune ː ː l’école publique[7] comprend 5 classes (2 classes maternelles et 3 classes élémentaires). Elle accueille 120 élèves pour l’année scolaire 2016-2017, et une école privée[8], Sainte Marguerite, (classes maternelles et élémentaires, elle accueille environ 90 élèves.

Economie et emploi[modifier | modifier le code]

Le nombre d’emplois situés dans la commune est, en 2013, de 325 (355 en 2008), dont 245 emplois de salariés (75,4 %) et 80 de non salariés (24,6 %)[6].

Sur le territoire communal il existe 123 établissements.

  • 18 appartiennent au secteur de l’agriculture (au total 4 salariés), 16 n’en emploient aucun, 
  • 9 sont du secteur de l’industrie (au total 49 salariés), 6 n’en emploient pas.
  • 19 sont du secteur de la construction (au total 19 salariés) , 11 établissements n’en emploient aucun.
  • 60 sont du secteur du commerce, des transports et des services divers (48 salariés au total), 47 n'en emploient pas.
  • 17 sont du secteur de l’administration publique, de l’enseignement, de la santé et de l’action sociale (70 salariés au total) 11 n’en emploient aucun .

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Voies[modifier | modifier le code]

77 odonymes recensés à Saint-Germain-Lespinasse
au 30 mai 2014
Allée Ave. Bld Chemin Clos Cours Imp. Montée Pass. Place Pont Quai Rd-point Route Rue Ruelle Square Autres Total
0 0 0 2 [N 1] 0 0 9 0 0 4 [N 2] 0 0 0 12 12 0 0 38 [N 3] 77
Notes « N »
  1. Chemin Blanchardon et Chemin des Sources.
  2. Dont Place du 19-Mars-1962, Place du 8-Mai-1945, Place du Pigeonnier et Place Larcher.
  3. Autres voies non identifiées en relation avec des écarts, lieux-dits, hameaux, zones industrielles, lotissements, résidences, quartiers, parcs, etc.
Sources : rue-ville.info & annuaire-mairie.fr & OpenStreetMap

Édifices et sites[modifier | modifier le code]

  • Le pigeonnier ;
  • Le cimetière ;
  • Le site archéologique d'Ariolica.

Les associations[modifier | modifier le code]

  • Indépendante germanoise (club de basket),
  • Club de football,
  • Club de judo-jujitsu et gymnastique chinoise Aïki
  • Harmonie de Saint-Germain-l'Espinasse,
  • Bibliothèque,
  • Cours d'informatique,
  • La bourse aux vêtements,
  • La bourse aux jouets,
  • Écoles privée et publique,
  • Cours de percussions.

Personnalité liée à la commune[modifier | modifier le code]

  • Victor de Persigny (° 1808 - † 1872), duc de Persigny, ministre sous Napoléon III et ambassadeur au Royaume-Uni de 1855 à 1858 puis de 1859 à 1860, à l'origine notamment de la construction de l'hôtel de ville et autres constructions marquantes à Roanne. Né à Saint-Germain-Lespinasse.
  • Théodore Perroy (1822-1904), ingénieur français (l'école Polytechnique puis corps du Génie Maritime), inventeur et constructeur d'une des premières machines de dessalement de l'eau de mer[9].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Théodore Ogier La France par cantons et par communes. Département de la Loire. Tome 3 1856 Paris ed. Balay et Conchon p. 720 (lire sur gallica)
  2. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  3. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  6. a b et c « Dossier complet commune de Saint-Germain-Lespinasse (42231) », sur insee.fr, (consulté le 21 juin 2017)
  7. « Annuaire : présentation des écoles, collèges, lycées, école maternelle et élémentaire », sur education.gouv.fr (consulté le 21 juin 2017)
  8. « Annuaire ÉCOLE PRIMAIRE PRIVÉE SAINTE MARGUERITE », sur education.gouv.fr (consulté le 21 juin 2017)
  9. La biographie complète de Théodore Perroy est disponible sur le site officiel de la commune (http://www.saint-germain-lespinasse.com/la-commune/histoire-et-patrimoine/) ; Henry Perroy est cité dans divers dictionnaire dont Larousse en ligne http://www.larousse.fr/encyclopedie/personnage/Perroy/182828

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Roch Bouiller, « Les grands couverts » de la commune de Saint-Germain-Lespinasse, dans Etudes et documents, Centre de recherches ethnologiques du musée Alice Taverne, 1995, p. 33–40

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • Portail du département de la Loire
  • Portail des communes de France