Quartier latin (Paris)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Pays latin)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Pour les articles homonymes, voir Quartier latin et Latin (homonymie).

Quartier latin

Place et chapelle de la Sorbonne.
Administration
Pays  France
Région Île-de-France
Ville Paris
Arrondissement municipal 5e et 6e
Coordonnées 48° 51′ 05″ nord, 2° 20′ 35″ est

Géolocalisation sur la carte : France

Quartier latin

Géolocalisation sur la carte : Paris

Quartier latin

Le Quartier latin se situe sur la rive gauche de la Seine à Paris dans le 5e arrondissement et dans le nord et l'est du 6e arrondissement, avec pour cœur historique la Sorbonne.

Origine du nom[modifier | modifier le code]

Traditionnellement Paris était divisé en trois zones : la cité, la ville, et l'Université. Elles correspondaient à l'île de la Cité, la rive droite et la rive gauche[1].

Au XVIIe siècle, des auteurs se mettent à appeler plaisamment l'Université le « pays latin », en raison de l'usage intensif du latin dans l'enseignement de l'époque. Ce terme existait déjà dans les livres d'histoire pour désigner le Latium[2]. Ils attribuent cette invention à l'écrivain Guez de Balzac (1597-1654)[1],[3], celui-ci emploie le terme par exemple dans le Socrate Chrétien[4], où intervient « un homme du pays latin », pédant et vaniteux :

«  Cet homme ne parlait que de la pureté de la diction et de la noblesse du style. Il ne connaissait de véritable Rome que celle de l'ancienne république, et n'avouait pour légitimes Romains que Térence, Cicéron et deux ou trois autres. Tout le reste lui semblait barbare et à son avis, la barbarie avait commencé dès les premières années de l'empire des premiers césars. Sénèque était une de ses grandes aversions, le latin de Pline lui faisait mal au cœur, celui de Tacite lui donnait la migraine.  »

Les dictionnaires Furetière (1690) et Littré (1872) attestent du terme « pays latin », à l'entrée « latin ».

C'est à la fin du XVIIIe siècle qu'apparaît « quartier latin » à la place de « pays latin »[5]. Le Littré accepte ce terme aussi.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le Quartier latin est l'un des quartiers de Paris les plus connus. Il s'étend sur les 5e et 6e arrondissements, avec pour cœur le quartier de la Sorbonne et la montagne Sainte-Geneviève à l'emplacement de la ville gallo-romaine de Lutèce qui s'étendait autour du forum situé sous l'actuelle rue Soufflot. Il est traversé par les « cardos de Paris », axes nord-sud d'origine gallo-romaine correspondant aux actuels rue Saint-Jacques et boulevard Saint-Michel. Les axes perpendiculaires est-ouest, les decumanus correspondent notamment au boulevard Saint-Germain et à la rue des Écoles[6].

Quartier étudiant[modifier | modifier le code]

C’est un quartier encore très fréquenté par les étudiants et professeurs, du fait de la présence de nombreux établissements d'enseignement supérieur et de recherche.

Plusieurs établissements siègent dans le bâtiment historique de la Sorbonne (Chancellerie des universités, Université Panthéon-Sorbonne, Université Paris-Sorbonne), les centres universitaires du Panthéon et d'Assas, le campus de Jussieu (Université Pierre et Marie Curie), l’université Paris III Sorbonne Nouvelle, le Collège de France, la bibliothèque Sainte-Geneviève et la Maison de la recherche.

Plusieurs grandes écoles se sont également installées dans le quartier : l’École normale supérieure, les Beaux-Arts, l'ESPCI ParisTech, l'Institut Supérieur des Arts Appliqués (LISAA), les Mines ParisTech, Chimie ParisTech, AgroParisTech, l’Institut supérieur d'électronique de Paris et l'IAE de Paris (qui forme aux masters de commerce en alternance sous le contrôle de l'Université Paris-I Panthéon-Sorbonne). Le campus du MNHN s'y trouve, École polytechnique y avait ses locaux jusqu'en 1976, l'ESSEC jusqu'en 1974 et l’École des chartes jusqu'en 2014. La Faculté de médecine de Paris a siégé rue de l'École- de-Médecine de 1794 à 1970. Ses locaux sont actuellement occupés par la faculté de médecine de l'Université Paris-Descartes (côté pair de la rue et du côté impair, bâtiments jouxtant le cloître des Cordeliers) et par le campus des Cordeliers de l'Université Pierre et Marie Curie (Couvent des Cordeliers).

Le Ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche est situé au 25 rue de la Montagne Sainte-Geneviève.

Le quartier compte également de nombreux collèges et lycées, souvent prestigieux et historiques : Louis-le-Grand, Fénelon, Henri-IV, Saint-Louis, Notre-Dame de Sion, Stanislas, École alsacienne, Montaigne, Lycée Lavoisier.

Dans les années 1960 et particulièrement lors des événements de mai 1968, ce quartier a été l'un des centres névralgiques des divers mouvements de contestation.

Lieux[modifier | modifier le code]

Vestiges romains[modifier | modifier le code]

Monuments[modifier | modifier le code]

Églises et couvents[modifier | modifier le code]

Écoles, lycées et universités[modifier | modifier le code]

Vue générale des Instituts de géographie des Universités de Paris (à gauche) et océanographique (à droite), rue Saint-Jacques : ces institutions font partie du « Campus Curie ».

Centres de recherche scientifique[modifier | modifier le code]

Outre le CNRS et diverses autres institutions publiques et/ou privées, les Universités disposent de leurs propres laboratoires ou centres de recherche, souvent regroupés pour des raisons pratiques au sein d'instituts :

Culture et spectacles[modifier | modifier le code]

Le quartier comprend de nombreuses bibliothèques publiques, plusieurs cinémas d'art et d'essai, des théâtres, des cabarets à thème, de nombreuses maisons d'édition et des librairies spécialisées en littérature, sciences, histoire, médecine, politique, philosophie, droit, sciences humaines, quoi néanmoins se raréfient au profit du commerce électronique[7] :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Philippe Mellot, La Vie secrète du Quartier latin, illustrée d’environ 350 photos et dessins, Omnibus, 2009

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Charles Le Maire, Paris ancien et nouveau, page 7, éditeur Michel Vaugon, 1685 [(fr) lire en ligne]
  2. Principes d'un bon gouvernement considérés sous les différens rapports qu'ont ensemble l'agriculture, le commerce et la navigation intérieure avec la prospérité de l'étal, puisés dans les meilleurs ouvrages de législation ancienne et moderne, page 21, éditeur Blaizot, 1789 [(fr) lire en ligne]
  3. Claude Jordan, Voyages historiques de l'Europe, Tome 1, page 161, éditeur Pierre Aubouyn et Nicolas Le Gras, 1693-1700 [(fr) lire en ligne]
  4. Guez de Balzac, Socrate Chrétien, 6e discours, [(fr) lire en ligne]
  5. Abbé Grosier, Journal de littérature, des sciences et des arts, page 256, 1780 [(fr) lire en ligne]
  6. Archive INA Une promenade au Quartier Latin, 1er janvier 1949. Une jeune femme sort d'une école de secrétariat de direction et marche boulevard Saint Michel où elle s'arrête devant une librairie. Elle continue sa balade place du Panthéon puis rue Malebranche (?), rue Saint Jacques. On aperçoit des étudiants qui sortent de la Sorbonne et on retrouve notre jeune femme sur les quais regardant les devantures des bouquinistes. Elle arrive au Luxembourg, s'assied sur un banc et se met à lire un livre qu'elle a acheté chez un bouquiniste. Elle rencontre un ami et ils se dirigent ensemble au "foyer des étudiants". Elle quitte le foyer puis on la voit ensuite assise à un bureau où elle se met à écrire.
  7. Paris : Le Quartier latin veut sauver ses librairies, livreshebdo.fr

Annexes[modifier | modifier le code]

À voir également[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • Portail de Paris
  • Portail du tourisme
  • Portail de l’architecture et de l’urbanisme