Prisonniers de guerre allemands en Europe du nord-ouest

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Certains des soldats allemands capturés pendant la bataille d'Aix-la-Chapelle en octobre 1944.

Plus de 2,8 millions de soldats allemands se rendirent sur le front occidental entre le Jour J et la fin d’avril 1945 ; 1,3 million entre le Jour J et le [1] ; et 1,5 million au cours du mois d'avril[2]. Au début de mars, ces redditions affaiblirent sérieusement la Wehrmacht à l'Ouest et rendit d’autres redditions encore plus probables, ayant un effet boule de neige. Le 27 mars, Dwight D. Eisenhower déclara lors d'une conférence de presse que l'ennemi formait une armée vaincue[3]. En mars, le nombre quotidien des prisonniers de guerre capturé sur le front occidental était de 10 000[4] ; dans les 14 premiers jours d'avril il passa à 39 000[5] et dans les 16 derniers jours, la moyenne culmina à 59 000 soldats capturés chaque jour[6]. Le nombre de prisonniers capturé à l'ouest en mars et avril était supérieur à 1 800 000[7], soit plus du double des 800 000 soldats allemands qui se rendirent aux Soviétiques dans les trois ou quatre derniers mois de la guerre[8].

Les Alliés occidentaux firent prisonniers également 134 000 soldats allemands en Afrique du Nord[9], et au moins 220 000 à la fin d’avril 1945 dans la campagne d'Italie[9]. Le nombre total des prisonniers de guerre allemands détenus par les Alliés occidentaux le sur tous les théâtres de guerre était supérieur à 3 150 000, culminant à 7 614 790 en Europe occidentale après la fin de la guerre[10].

Il est intéressant de noter que les armées alliées, qui capturèrent 2,8 millions de soldats allemands au 30 avril 1945, alors que Adolf Hitler était encore en vie et résistait aussi fort qu'il le pouvait, composé à leur apogée de 88 divisions[11], comprenaient de 1,2 à 1,4 million d'hommes. Les pertes subies par les Alliés occidentaux dans cette contribution à la défaite de la Wehrmacht furent relativement légères, se montant à 164 590 morts et 78 680 soldats faits prisonniers[12], soit une perte totale de 243 270 hommes pour infliger une perte de 2,8 millions d’hommes à l'armée allemande.

Chronologie des redditions allemandes à l'ouest[modifier | modifier le code]

Après le débarquement le jour J, les redditions allemandes furent initialement très lentes. Le 9 juin, seulement 4 000 prisonniers avaient été capturés[13], ils atteignirent 15 000 le 18 juin[14]. Le total pour le mois de juin fut de 47 000[15], pour tomber à 36 000 en juillet[15] ; 135 000 soldats furent capturés au cours du mois suivant le 25 juillet[16]. le nombre total en août était de 150 000[15]. Le nombre total de prisonniers de l’armée allemande attribués à la campagne de Normandie était s’éleva à 200 000 hommes[17].

Avec l'invasion réussie du sud de la France le 15 août et la jonction de la 7e armée américaine au sud et de la 3e armée américaine au nord le 11 septembre[18], toutes les troupes allemandes restant dans le centre et l’ouest de la France furent coupées de leurs arrières. En conséquence, et en ajoutant également les troupes allemandes qui se rendirent lors de la progression vers la frontière nord depuis la Normandie, ce sont 344 000 soldats allemands se rendirent aux Alliés occidentaux en septembre[15]. C’était l'une des plus grandes pertes allemandes en un seul mois de guerre jusqu'alors. Pour la mettre en perspective, 41 000 soldats britanniques capitulèrent après Dunkerque[19], 138 000 soldats britanniques et indiens se rendirent à Singapour[19], 173 000 militaires britanniques devinrent prisonniers de guerre durant tout le cours de la guerre[20], en Europe et l'Extrême-Orient, tandis que le chiffre correspondant pour les États-Unis était de 130 000 prisonniers de guerre[20].

Jusqu'au 17 octobre 1944, 610 541 soldats allemands se rendirent sur le front occidental[21]. Entre le 17 octobre et 5 février 1945, le total de prisonniers de guerre allemands capturés dans le nord-ouest de l'Europe atteignit 860 000[22]. 250 000 prisonniers de guerre avaient, en effet, été capturés entre le 17 octobre et 5 février à un rythme de 65 000 par mois. Le 22 février, encore 40 000[23] soldats allemands se sont rendirent et le nombre total de prisonniers allemands du Jour J à la fin de février atteignit 940 000 hommes[15].

En mars 1945, le nombre de soldats allemands capturés s'accéléra. Eisenhower affirma qu'ils se rendaient à un rythme de dix mille par jour[24], mais en fait près de 350 000 soldats allemands se rendirent en mars[7], portant le total entre le débarquement et la fin mars 1945 à 1 300 000[1]. La raison pour laquelle tant se soldats capitulèrent en mars fut l’ordre d’Hitler qui ne permettait pas une réponse fluide et une retraite ordonnée devant l'avance des Alliés occidentaux vers le Rhin, de sorte que de nombreux soldats allemands furent piégés dans des positions indéfendables à l'ouest du Rhin, où ils furent forcés se rendre. Eisenhower qualifia la Wehrmacht comme d’« armée vaincue » le 27 mars[3]. Dans son livre Crusade in Europe (Croisade en Europe), Eisenhower écrivit « Nous devions beaucoup à Hitler »[25], parce qu'il avait empêché ses généraux de replier les forces de défense à l'est du Rhin, probablement jusqu’au début janvier, remettant ainsi les alliés occidentaux 300 000 prisonniers sur un plateau[25].

La perte de ces soldats aguerris affaiblit irrémédiablement les armées allemandes laissée pour défendre la grande barrière naturelle du Rhin, et la désintégration des armées allemandes à l'ouest est illustré par le taux de reddition de plus en plus important à mesure qu’avril avançait.

Au cours des cinq premiers jours d'avril, 146 000 soldats allemands furent faits prisonniers[26] [à un rythme de 29 000 par jour]. Au cours des neuf jours suivants, 402 000[27] prisonniers furent pris [44 000 par jour]. Entre le 15 et le 21 avril, plus de 450 000 Allemands furent capturés[28] [plus de 60 000 par jour] ; dans les dix derniers jours du mois plus de 500 000[29] agitèrent le drapeau blanc [plus de 50 000 par jour]. Pour l’ensemble du mois, le rythme moyen des redditions des Allemands s’élevait à 50 000 par jour[2].

Depuis le débarquement, le nombre de soldats allemands qui se rendirent sur le théâtre nord-ouest de l'Europe furent les suivants: 200 000 en Normandie ; 610 000 jusqu'au 17 octobre 1944, 1,3 million à la fin mars 1945 et 2,8 millions à la fin avril 1945, quand Hitler se suicida.

Estimations allemandes[modifier | modifier le code]

Prisonniers de guerre allemands détenus en captivité[30]:

Moyenne au cours du trimestre Détenus par les Alliés occidentaux
4e trimestre 1941 6 600
4e trimestre 1942 22 300
4e trimestre 1943 200 000
4e trimestre 1944 730 000
1er trimestre 1945 920 000
2e trimestre 1945 5 440 000
3e trimestre 1945 6 672 000

Chiffres des Alliés occidentaux[modifier | modifier le code]

Date Prisonniers de guerre allemands
en Europe du Nord-Ouest
Date Prisonniers de guerre allemands
en Europe du Nord-Ouest
Juin 1944 47 000[15] Campagne de Normandie 200 000[31]
Juillet 36 000[15] Jour J au 17 octobre 610 541[21]
Août 150 000[15] Jour J au 9 février 1945 plus de 900 000[32]
Septembre 344 000[15] Jour J au 9 mars 1 007 000[15]
Octobre 66 000[15] Jour J au 31 mars 1 300 000[1]
Novembre 109 000[15] 1er au 14 avril 547 173[27]
Décembre 60 000[15] 16 avril 97 118[33]
Janvier 1945 50 000[15] 1er au 16 avril 775 573[34]
Février 81 000[15] Poche de la Ruhr 316 930[35]
Mars 340 000[7] 1er au 21 avril plus de 1 000 000[28]
Avril Plus de 1 500 000[2] Jour J au 16 avril 2 055 575[36]

Staline et les redditions allemandes à l'ouest[modifier | modifier le code]

Le 29 mars 1945, Joseph Staline s’alarma auprès du maréchal Gueorgui Joukov que « Le front allemand à l'Ouest s’[était] complètement effondré »[37]. Bien que Staline ne voulait pas que les Alliés occidentaux échouent, il ne voulait pas qu'ils réussissent à vaincre les armées allemandes qui les combattaient avant d'avoir vaincu les armées allemandes à l'Est. Le 27 mars, le correspondant de Reuters écrivit que les armées britanniques et américaines qui se dirigeaient vers le cœur de l'Allemagne ne rencontraient aucune résistance[38]. Le même jour, Eisenhower qualifia la Wehrmacht en Occident d’« armée vaincue »[3]. Le Times du 27 mars[39] rapporta que 31 000 Allemands s’étaient rendus le 24 mars et 40 000 le 25 mars. Le Daily Telegraph écrivit le 22 mars[40] que 100 000 prisonniers allemands avaient été capturés depuis la Moselle avaient été franchi la veille, et le 30 mars[41] que 60 000 prisonniers de guerre avaient été pris au cours des deux derniers jours. Ainsi, entre le 21 et le 30 mars, 231 000 soldats allemands étaient aux mains des armées occidentales. Le 31 mars, lors d'une réunion avec l'ambassadeur américain William Averell Harriman[41], Staline parut très impressionné par le grand nombre de prisonniers que les Alliés faisaient à l'Ouest, et dit : « Cela va certainement aider à terminer la guerre très bientôt ».

La préoccupation de Staline sur l'apparente facilité avec laquelle les Alliés occidentaux capturaient tant de soldats allemands le persuada, vers la fin mars[42], de commencer à faire ses plans pour l'attaque de Berlin le 16 avril[43], qui conduisit Hitler à se suicider le 30 avril et à la fin de la guerre en Europe.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c 2,055,575 German soldiers surrendered between D-Day and April 16, 1945, The Times, April 19 p. 4; 755,573 German soldiers surrendered between April 1 and 16, The Times, April 18 p. 4, which means that 1,300,002 German soldiers surrendered to the Western Allies between D-Day and the end of March 1945.
  2. a, b et c The Daily Telegraph Story of the War, Vol. 5 p. 153, ‘The Allied armies in the west captured more than 1,500,000 prisoners during April.’
  3. a, b et c The Times, March 28 page 4, headline ‘A WHIPPED ARMY, REVIEW BY SUPREME COMMANDER.’ … ‘Quarter of a million German soldiers have been captured since March 1,’ press release dated March 27.
  4. Eisenhower, Crusade in Europe, William Heinemann 1948, p. 421
  5. The Daily Telegraph Story of the War, Vol. 5 p. 127. ‘In the first fourteen days of April 548,173 German prisoners were taken
  6. In the last sixteen days of April, (over) 951,827 Germans were captured to make a total of (over) 1,500,000 for the whole of April, see The Daily Telegraph Story of the War, Vol. 5 p. 153
  7. a, b et c The number of prisoners taken in March was approaching 350,000, SHAEF Weekly Summary No. 54 w.e.April 1st. PART I LAND Section A, ENEMY OPERATIONS. Thus the total for March and April was well over 1,800,000. (over 300,000 plus 1,500,000.)
  8. The Times, May 1st 1945 p. 4
  9. a et b The Times, Feb 23rd 1945 p. 4
  10. The World War II Databook, by John Ellis, 1993 p. 256.
  11. The World War II Databook, by John Ellis, p. 185.
  12. The World War II Databook, by John Ellis, p. 256.
  13. SHAEF Weekly Intelligence Summary, No.51, w.e. March 11
  14. The Daily Telegraph, Story of The War, Vol. 4, p. 104
  15. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n et o SHAEF Weekly Intelligence Summary, No.51, w.e. March 11 PART I LAND Section H, Miscellaneous 3 Allied Achievements in the West.
  16. Eisenhower Crusade in Europe, p. 331.
  17. Antony Beevor, D-Day the Battle for Normandy, Penguin 2012, p. 522.
  18. Eisenhower, Crusade in Europe, p. 324.
  19. a et b The World War II Databook, by John Ellis, 1993 p. 255.
  20. a et b The World War II Databook, by John Ellis, 1993 p. 254.
  21. a et b The Daily Telegraph, Story of the War, Vol. 4, p. 183.
  22. The Times, Feb 6th 1945, p. 4, under headline ‘GEN BRADLEY’S COMMAND’.
  23. The Times, Feb 23rd 1945, p4 under headline ‘MORE THAN 1,000,000 GERMAN PRISONERS’
  24. Eisenhower, Crusade in Europe, p. 41.
  25. a et b Eisenhower, Crusade in Europe, p. 431.
  26. SHAEF Weekly Intelligence Summary No 55, w.e. April 8th 1945. PART 1 LAND, Section D ENEMY CAPABILITIES.
  27. a et b The Daily Telegraph , Story of the War, Vol. 5, p. 127. 'In the first fourteen days of April 548,173 German prisoners were taken.' This means that between April 6 and 14 402,173 prisoners were taken.
  28. a et b Between 1st and 21st April 1945 over 1,000,000 German soldiers surrendered in the West, Eisenhower Crusade in Europe, p. 452, which means that more than 450,000 surrendered between 15th and 21st April.
  29. Between 1st and 20th April less than 1,000,000 German soldiers surrendered, SHAEF Weekly Intelligence Summary No 57, w.e. April 22nd, which means between 21st and 30th April over 500,000 surrendered at a rate of over 50,000 a day.
  30. Source: R. Overmans, Soldaten hinter Stacheldraht, Ullstein 2002. p. 272-273.
  31. The Daily Telegraph, Story of The War, Vol.4, p. 148
  32. The Times, February 23 1945, p. 4. 'There are now well over 1,000,000 German prisoners in allied hands. ... Since D-Day over 900.000 have been taken in France,'
  33. The Daily Telegraph, Story of theWar, Vol. 5, p. 130, 'This is the final debacle of the Wehrmacht. On Monday the American First Army created a new record by taking 97,118 prisoners in a day.'
  34. The Times, April 18 1945, p. 4. Headline '755,573 PRISONERS IN 16DAYS.'
  35. The Times, April 20 1945, General Bradley at a Press conference, 'Since we crossed the Rhine we have taken altogether 842,864 prisoners .... 316,930 prisoners were taken in the Ruhr pocket.'
  36. The Times, April 19 1945, p. 4. Headline '2.055,575 PRISONERS SINCE D DAY.'
  37. Antony Beevor, Berlin, The Downfall, Penguin 2007 p. 145.
  38. Berlin, The Downfall, p. 144.
  39. The Times, Mar 27th 1945 p. 4.
  40. The Daily Telegraph, Story of the War 1945, Vol. 5, p. 98.
  41. a et b The Daily Telegraph, Story of the War 1945, Vol. 5, p. 110
  42. Berlin, The Downfall p. 144.
  43. Berlin, The Downfall, p. 147.
  • Portail de l’Allemagne
  • Portail de la Seconde Guerre mondiale