Portail:Géorgie (pays)/Tableau principal/Annonces actualités/Archives/2009

Une page de Wikipedia, l'encyclopedie libre.
Portail:Géorgie (pays) | Tableau principal | Annonces actualités | Archives
Sauter a la navigation Sauter a la recherche

Décembre[modifier le code]

  • 2 décembre : Suite à cette libération des cinq Ossètes, Tskhinval a à son tour libéré deux adolescents géorgiens en détention en Ossétie du Sud depuis plusieurs semaines. Guiorgui Romelachvili et Aleko Tsabadze, tout deux âgés de 14 ans, ont été condamnés par la Cour de Tskhinval à un an de prison en sursis. Il reste toutefois deux autres Géorgiens, un âgé de 16 ans et l'autre de 17 ans, détenus à Tskhinvali. Ils ont été condamnés à un an de prison ferme pour avoir « traversé la frontière illégalement ». Parmi les charges se trouvent également la « détentions d'armes explosives ». Le Conseil de l'Europe et Tbilissi ont présenté la décision sur Romelachvili et Tsabadze comme bienvenue, mais sont encore très concernés sur la « décision inhumaine des forces d'occupation ». Civil Georgia
  • 2 décembre : Les autorités séparatistes de Tskhinval ont annoncé que le côté géorgien a libéré cinq prisonniers ossètes capturés entre octobre 2008 et le printemps 2009. Ces cinq Ossètes portent les noms de Ibragim Laliev, Lavrenti Kaziev, Vladimir Eloev, Iakob Tekhov et Pavlik Tekhov et été détenus à Gori. Cet acte de Tbilissi a été fait peu après la visite du chef de la Commission pour les Droits de l'Homme du Conseil de l'Europe Thomas Hammarberg. Civil Georgia

Novembre[modifier le code]

  • 4 novembre : Le Catholicos-Patriarche de toute la Géorgie, Sa Béatitude Ilia II, est arrivé à Bakou (Azerbaïdjan) pour rencontrer le Cheikh du Caucase, Allahchukur Pachazade. Ce dernier a fêté son soixantième anniversaire et le primat de l'église a été invité pour la célébration. Sa Béatitude a rencontré le chf de la commission d'État pour les structures religieuses de la République d'Azerbaïdjan Hidayat Orujov et l'ambassadeur de la Géorgie à Bakou, Nikoloz Natlibadze. APA.az
  • 1er novembre : Le Ministère de l'Intérieur a annoncé que le groupe de réalisateurs de la vidéo qui se moque du Catholicos-Patriarche de toute la Géorgie, Sa Béatitude Ilia II, ont été identifiés. Les deux personnes (un étudiant d'université et un élève d'école) ont été identifiés grâce à une enquête préliminaire lancée par l'Intérieur et le Bureau du Procureur Général. Cette vidéo a été publiée le 13 octobre sur YouTube et reprise par Tea Toutbridze, une employée de l'Institut de la Liberté (institution proche du gouvernement), sur sa page de Facebook. Ce court film de près de 2 minutes a causé beaucoup de controverses, tandis que des rumeurs liant l'administration de Saakachvili à la vidéo se répendent parmi l'opposition. Touteridze a quant à elle reçu plusieurs critiques, condamnations et mêmes menaces sur son « mur » de Facebook. Civil Georgia

Octobre[modifier le code]

  • 30 octobre : L'Organisation des Nations unies a demandé à la Russie d'organiser une enquête approfondie et indépendante sur de prétendues violations des droits de l'Homme faites par l'armée russe en Ossétie du Sud durant la guerre russo-géorgienne d'août 2008. Le Comité spécial de l'ONU, composé de 18 experts internationaux, ont demandé aux autorités de Moscou de veiller à ce que les victimes de violations des droits de l'Homme reçoivent le tout le soutien possible de la part des Russes. 7ur7.be
  • 29 octobre : Un groupe de diplomates et d'observateurs internationaux, dirigé par le chef de la Minorité parlementaire Guiorgui Targamadze, est arrivé dans la Gorge de Pankissi, en Kakhétie. Cette région a été suspecté par les services d'intelligence (FSB) russes d'abriter des terroristes islamistes venant du Nord-Caucase. Toujours d'après Moscou, le gouvernement central géorgien aiderait secrètement lesdits terroristes à opérer des actes criminels sur le territoire de la Russie. Toutefois, la commission internationale, qui a visité plusieurs villages dans la région, ont confirmé que ces accusations étaient fausses et n'avaient aucune base. La Gorge de Pankissi a jadis été une région troublée en raison de sa frontière avec des bastions islamistes nord-caucasien (Daghestan, Tchétchénie). En effet, durant la Deuxième guerre de Tchétchénie, des centaines de combattants anti-russes se réfugièrent en Géorgie et soumirent la région à une criminalité importante. Le , la National Security Agency américaine attrapa même un appel entre un allié d'Oussama ben Laden et un de ses collaborateurs résident en Pankissi ; les deux avaient alors mentionné la prise en otage d'un nouvel avion censé commettre d'autres actes terroristes en Amérique. Civil Georgia
  • 29 octobre : Konstantine Gamsakhourdia, leader du parti de l'opposition Parti pour la Liberté, a repris son siège au Parlement géorgien. Il l'avait quitté le 21 mai dernier avec onze autres parlementaires de l'opposition anti-Saakachvili pour protester contre la politique de l'administration actuelle, accusée de virée vers un système autoritaire. Cette décision viens peu de temps après l'ouverture d'une enquête parlementaire sur la mort mystérieuse du premier président de Géorgie, Zviad Gamsakhourdia, le père de Konstantine. Le président du Parlement David Bakradze a salué le retour du Député Gamsakhourdia, en le qualifiant de « décision importante et positive ». Malgré le fait qu'un ammendment spécial invitant les opposants à retrouver leur siège au Parlement ait été adopté le mois dernier, ces derniers ont pour le moment refusé. Civil Georgia
Zourab Noghaïdeli
  • 27 octobre : Un des leaders de l'opposition anti-Saakachvili, Zourab Noghaïdeli, est en visite de travail à Moscou. Il s'est entretenu avec les dirigeants russes, dont le secrétaire d'État et vice-ministre des Affaires étrangères Grigory Karassine. M. Karassine a déclaré à Ria Novosti que les deux partis ont discuté de la sécurité en Transcaucasie, mais n'ont pas mentionné les problèmes de la Géorgie elle-même. Zourab Noghaïdeli, jadis Premier ministre (2005-2007) du gouvernement Saakachvili, est désormais le président du parti opposant Mouvement pour une Géorgie juste. Ria Novosti.ru
  • 27 octobre : L'acteur américain Val Kilmer est arrivé en Géorgie pour le tournage du film américano-géorgien sur la Deuxième Guerre d'Ossétie du Sud, débuté il y a quelques jours. Val Kilmer, qui a auparavant joué dans des films tels que Top Gun (1989) et The Doors (1991), jouera le rôle d'un journaliste américain pris entre les feux russes et géorgiens, et participera au tournage à Gori. Le film est censé paraître sur les grands écrans en mai 2010. Le Monde.fr
  • 27 octobre : La plus ancienne mine d'or du monde a été découverte à proximité de Tbilissi. Elle date d'environ 5 000 ans et correspond à la période de la culture kouro-araxe. Les fouilles avaient été entammés par une équipe d'archéologues géorgiens en 2005 et ont aujourd'hui été conclus : d'après les traces de charbon, d'or et d'outils spéciaux, il a été prouvé que la grotte de 46 mètres de profondeur était en fait la plus ancienne mine d'or jamais découverte. Les chercheurs, menés par Irina Gambachidze, se posent toujours des questions, tel que le sort de du métal précieux qui était dans cette ancienne mine. CCTV.com
  • 24 octobre : Les troupes américaines et géorgiennes ont commencé des exercises militaires de deux semaines dans le but de préparer les forces de Tbilissi dans la guerre d'Afghanistan, où elles iront dès l'année prochaine dans le cadre du rapprochement Géorgie-OTAN. D'après l'ambassade étatsunienne en Géorgie, les exercises se nomment Immediate Response (« Réponse Immédiate »). Washington a une nouvelle fois remercié le gouvernement géorgien dans sa décision d'envoyer un bataillon pour combattre les insurgents taliban au Moyen-Orient. Civil Georgia
Iouri Loujkov
  • 23 octobre : Le maire de Moscou Iouri Loujkov a signé une ordonnance sur l'octroi d'assistance humanitaire à l'Abkhazie, la république autoproclamée reconnue par la Russie. D'après Ria Novosti, l'ordonnance a été signé ce vendredi, alors que cela fait déjà des mois que la capitale russe entretient de telles relations avec l'autre province sécessionniste géorgienne, l'Ossétie du Sud. La mairie a déjà envoyé du personnel à Sokhoumi, de même qu'un véhicule d'aide d'urgence, des instruments de laboratoire, des matériaux de consommation courante et des meubles médicaux, et a financé le transport et le dédouanement de ces cargaisons. Ria Novosti.ru
  • 22 octobre : La député-assistante au Secrétaire d'État des États-Unis Tina S. Kaidanow est en visite à Tbilissi. Elle s'est entretenue avec le ministre-député des Affaires étrangères Guiga Bokeria à propos de la Charte sur le Partenariat stratégique américano-géorgien signé en janvier 2009. Parallèlement, le président du Parlement David Bakradze est en visite à Washington où il a rencontré le Conseiller à la Sécurité nationale étatsunien James Jones, le sous-secrétaire d'État aux affaires politiques William J. Burns et l'Assistant au Secrétaire d'État pour les affaires européennes et eurasiennes Philip H. Gordon. [1] [2]
  • 21 octobre : Selon les sources officielles des autorités de l'Exposition universelle de 2010 à Shangaï, Tbilissi a signé son contrat confirmant sa participation à l'évènement. La Géorgie occupera un pavillon de 324 m², dans la région consacrée à l'Europe. Le pays a également confirmé sa participation à l'« Exposition universelle sur Internet », un site permettant aux internautes de visiter virtuellement l'exposition. Radio Chine International.cn
  • 21 octobre : Un convoi de wagons-citernes transportant près de 720 tonnes de fret a déraillé près du village de Teklavi (Géorgie occidentale). D'après les sources locales, l'accident s'est déroulé suite à l'explosion de charges de TNT sur les voies ferrées, alors que le train voyageait du port de Poti à Senaki. Aucun blessé n'est à déplorer. Les autorités azerbaïdjanaises ont confirmé le fait que le pétrole transporté n'était guère prévue pour la compagnie pétrolière SOCAR, qui a un siège non-loin de la destination finale, à Koulevi. Les officiels accusent un acte terroriste qui s'est déroulé près de la frontière avec la province séparatiste d'Abkhazie. APA.az Le JDD.fr
Andy Garcia
  • 19 octobre : Andy García, le célèbre acteur américain, est arrivé à Tbilissi pour commencer le tournage du film du Finno-Américain Renny Harlin sur la Deuxième Guerre d'Ossétie du Sud. Le film sera tourné à plusiers endroits en Géorgie, notamment à Gori (ville géorgienne qui souffrit le plus de la guerre après Tskhinvali), Tbilissi et Tsalka (sud du pays). Andy Garcia jouera le rôle du président géorgien Mikheil Saakachvili, personnage qu'il a par ailleurs rencontré aujourd'hui à Batoumi. D'après les sources d'Hollywood, l'intrigue sera centrée sur un journaliste et un caméraman américain pris au piège durant l'invasion russe. Le film a déjà rencontré des critiques à l'intérieur du pays, en raison du co-producteur de l'œuvre, qui n'est autre que le député géorgien Papouna Davitaïa. Moscou n'a apparemment pas réagi mais à l'intention d'engager le réalisateur serbe Emir Kusturica, actuellement en visite en Ossétie du Sud, pour faire un film avec une vision pro-russe des évènements. Le Monde.fr
  • 19 octobre : Une délégation étatsunienne dirigée par le sous-secrétaire de la Défense des États-Unis Alexander Vershbow est arrivée à Tbilissi pour discuter de la sécurité régionale avec les autorités géorgiennes. Les deux partis parleront des réformes entreprises par le gouvernement géorgien sur le système de défense du pays, mais aussi sur la future intervention géorgienne en Afghanistan, qui aura lieu l'année prochaine. La délégation américaine quittera le pays le 20 octobre. Ria Novosti.ru
  • 16 octobre : John R. Bass, nommé à cette fonction par le président étatsunien Barack Obama le 20 juin dernier, a présenté ses lettres de créance en tant qu'ambassadeur des États-Unis en Géorgie au Président Saakachvili. Bass remplace John Tefft, qui servait à Tbilissi depuis août 2005, et est désormais le sixième ambassadeur américain auprès de cette république. Bass servait jusque là comme chef de l'équipe provincialle pour la reconstruction de Bagdad, directeur du Centre d'Opérations du Département d'État américain (chargé de prendre soin de la sécurité des Américains à l'étranger), diplomate en Italie, en Belgique et au Tchad et travaillait au Département d'État de Washington dans les sections Turquie, Chypre et Relations OTAN-Russie. Civil Georgia
  • 11 octobre : Un séisme de magnitude 3 sur l'échelle de Richter a été ressentie dans le centre de la Géorgie. D'après le centre sismique géorgien, l'épicentre du tremblement de terre, qui s'est produit à 18:05 GMT, se trouvait dans la région de Tbilissi, la capitale nationale. Aucun mort ni blessé n'est à déploré. C'est le second séisme en Géorgie depuis le début de l'année, le premier étant le plus destructeur du mois de septembre (6,2 sur l'échelle de Richter et ressentie partout dans le Caucase). Le Figaro.fr
  • 10 octobre : À Podgorica, le Monténégro a battu 2-1 la Géorgie dans un match de football qualifié « sans enjeu » par le journal Ouest France. Toutefois, ce match est la première victoire de l'équipe monténégrinne dans le Groupe 8 des éliminatoirs de la Coupe du monde de 2010. Dès la 13e minute, la Géorgie se faisait mené, et ce jusqu'à l'égalisation de Dvalichvili durant la première période. Le second but monténégrin fut marqué à la 78e minute. UEFA.com Ouest France.fr
  • 8 octobre : Le représentant du Secrétaite général de l'OTAN pour le Caucase et l'Asie centrale Robert Simmons est en visite de travail en Géorgie. Il a rencontré le ministre géorgien de la Défense Batcho Akhalaïa. Les deux partis ont discuté ont mentionné la possible intégration de Tbilissi à l'organisation nord-atlantique. Cette visite se déroule le lendemain de la déclaration des leaders de l'OTAN sur le rapport de l'Union européenne à propos de la Deuxième Guerre d'Ossétie du Sud disant que la publication de ce rapport aidera le pays à intégrer à l'alliance. Civil Georgia
  • 6 octobre : Le Président Saakachvili a présenté son nouvel « Acte sur la Liberté économique ». Celui-ci est censé garantir l'existence de l'économie libérale géorgienne, dont l'une des meilleures réalisations du gouvernement est la croissance économique. Dans son discours, Mikhail Saakachvili a promi au peuple de ne pas augmenter les impôts sans avoir fait de référendum, et de continuer la croissance à l'aide des partenariats étrangers. Saakachvili s'est dit inspiré par la politique de Ilia Tchavtchavadzé, ce nationaliste géorgien du début du XXe siècle dont les idées libertaraines ont été reprises par l'administration de la Révolution des Roses. Civil Georgia
  • 6 octobre : Le ministre des Affaires étrangères du Danemark Per Stig Moeller, en visite en Géorgie depuis le 5 octobre, est arrivé à Sokhoumi pour s'entretenir avec les dirigeants séparatistes d'Abkhazie. Moeller a d'abord rencontré son homologue abkhaze Sergueï Chamba puis avec le leader de la région, Sergueï Bagapch. Ces deux derniers ont déclaré que la politique de l'Union européenne au sujet de la crise géorgienne était incompréhensible et que Bruxelles ne voulait que considérer la Géorgie dans ses anciennes frontières, « crées par Staline » [ignorant le fait que la Géorgie est unifié depuis le XIe siècle. Civil Georgia
  • 2 octobre : Le gouvernement indépendantiste d'Abkhazie a adopté le code téléphonique de la Russie (+7), alors que Sergueï Lavrov est en visite dans cette région géorgienne. La Russie renforce ainsi, d'après Reuters, son influence grandissante auprès de l'administration de Bagapch. Jusque là, l'Abkhazie dépendait du code téléphonique géorgien, tandis que l'Ossétie du Sud dépendait également du code russe depuis longtemps. Tbilissi a condamné cet acte, le jugeant illégale. Euroinvestor
  • 2 octobre : Le ministre des Affaires étrangères de Russie Sergueï Lavrov est arrivé pour une visite de travail de deux jours en Abkhazie. Lavrov et le gouvernement de facto de Soukhoumi ont discuté des préparatifs du prochain round des discussions russo-géorgiennes du mois prochain. Le chef de la diplomatie russe s'est également entretenu avec les militaires russes basés sur le territoire de cette république autoproclamée reconnue par Moscou et a prononcé un discours devant des professeurs et des étudiants de la branche affaires internationales de l'Université d'État de Sokhoumi. Ria Novosti.ru
  • 1er octobre : Le ministre des Affaires étrangères de Lituanie Vigaudas Oušackas est arrivé en Géorgie pour une visite de travail de deux jours. Il a déjà rencontré son homologue géorgien Grigol Vachadze et est attendu dans un entretien avec le Président Saakachvili le président du Parlement David Bakradze. Juste avant d'arriver à Tbilissi, Oušackas a déclaré que sa visite est pour montrer son soutien envers le peuple géorgien. Civil Georgia

Septembre[modifier le code]

  • 30 septembre : Après près d'un an d'enquête, l'Union européenne a enfin publié son long rapport de 900 pages sur la Deuxième Guerre d'Ossétie du Sud. Comme le Wall Street Journal l'avait annoncé il y a quelques jours, la décision de la commission est que la Géorgie tira en premier, mais en réponse à d'importantes menaces et provocations de la part de la Russie en août 2008. The Associated Press a déclaré que la culpabilité sur le conflit est à retombé sur Tbilissi, aussi bien que sur Moscou. D'après les officiels géorgiens, le résultat a été influencé par la découverte par les services secrets nationaux de documents prouvant que les troupes russes avaient déjà commencé à se préparer pour une invasion la nuit du 7 au (les versions officielles russes prétendent que la 51e Armée russe avait du pénétrer en Ossétie du Sud dans la journée du 8 août, après les attaques géorgiennes). Le ministre géorgien de la Réintégration Temour Iakobachvili a déclaré que le rapport de l'UE n'accusait pas la Géorgie d'avoir déclenché la guerre, tandis que le représentant de la Russie à Bruxelles Vladimir Tchijov a prétendu le contraire. The Associated Press Ria Novosti Le Monde Spécial : Interview avec Heidi Tagliavini, chef de la commission européenne pour l'enquête sur la guerre
  • 29 septembre : L'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe a voté à 80 voix contre 36 une résolution appelant la Fédération de Russie à respecter les obligations qui lui ont été imposées lors des précédentes résolutions d'octobre 2008 et de janvier 2009. Celle de 2008 appelle la Russie à autoriser une mission de maintien de la paix internationale sur le territoire de la région de la de facto Ossétie du Sud, en sécession de la Géorgie. La résolution de 2009 souligne la demande officielle du Conseil de l'Europe à la Russie que cette dernière renonce à sa reconnaissance des territoires séparatistes géorgiens d'Abkhazie et d'Ossétie du Sud. Moscou a déjà prévu une semaine difficile dans le développement de la situation qui résulte de la Deuxième Guerre d'Ossétie du Sud. Civil Georgia
  • 28 septembre : Le parlementaire MND Mourtaz Zodelava, 33 ans, a été nommé Procureur-en-Chef de la République de Géorgie, remplaçant Mamouka Gvaramia, qui a été descendu au poste de Procureur-en-Chef de la ville de Tbilissi. Zodelava a ainsi vu tous ses postes parlementaires s'annulés. Ce poste avait été créé en octobre 2008, alors que celui de Procureur-Général avait été fusionné avec le Ministère de la Justice à la même date. Zodelava avait jusque là été Premier vice-président de la Commission parlementaire sur les Problèmes légaux. Civil Georgia
Koutaïssi
  • 24 septembre : Le Parlement géorgien a approuvé après leur troisième et dernière lecture deux nouveaux Amendments pour la Constitution nationale. D'après le premier, le Parlement sera déménagé à Koutaïssi après les prochaines élections législatives géorgiennes, prévues en 2012. Le second garanti aux élus de l'opposition le droit de siéger au Parlement et, de plus, les invite à des débats ; en effet, après les élections législatives de mai 2008, dix élus anti-Saakachvili avait boycotté leur siège, dénonçant le trucage des élections. D'après Civil Georgia, Constantin Gamsakhourdia, leader du Parti de la Liberté (opposition) soutient les deux projets. Civil Georgia
  • 24 septembre : Nikoloz Natlibadze a été nommé par le Parlement comme ambasadeur de la République de Géorgie à Madrid. Cette position a été vacante depuis la fin du mois d'août, quand le dernier ambassadeur en date, Zourab Pololikachvili, fut nommé comme ministre de l'Économie. Natlibadze avait jadis servi comme ambassadeur géorgien à Bakou, ministre-député des Affaires étrangères et membre du Conseil de Sécurité national. Civil Georgia
  • 24 septembre : Une voiture de la police géorgienne a explosé alors qu'elle roulait sur une mine. Toutefois, aucun blessé n'est à déploré. D'après le ministère géorgien des Affaires intérieures, l'incident se déroula dans le village de Dvani, contrôlé par les autorités centrales de Tbilissi et situé à la frontière de facto entre la Géorgie et sa province sécessionniste d'Ossétie du Sud, à 10:30 heure locale. Les autorités de Tskhinvali n'ont pas répondu aux accusations de terrorisme faites par le côté géorgien. Civil Georgia
  • 23 septembre : Liberty Investments Holding B.V., une compagnie récemment créée par l'ancien Premier ministre Lado Gourguenidze et le milliardaire roumain Dinu Patriciu, a annoncé qu'elle avait acheté 91,2% de la Banque populaire de Géorgie. Celle-ci, la principale banque du territoire de la République de Géorgie, a ainsi été vendue par le gouvernement à une société privée, qui résulte à de maintes critiques de la part de l'opposition.
  • 22 septembre : L'ancien ombusdman géorgien Sozar Soubari, qui a quitté son poste de défenseur publique ce mois-ci, a rejoint le bloc politique d'opposition d'Irakli Alassania, Alliance pour la Géorgie. D'après Soubari, le principal goal de cette importante partie de l'opposition anti-Saakachvili sera désormais de remporter les élections municipales prévues pour l'année prochaine, dans le but de se préparer à long-terme à des élections démocratiques pour la présidence en 2013. Koka Gountsadze, un politicien indépendant de l'opposition a également rejoint le parti de Irakli Alassania. Civil Georgia
  • 21 septembre : Le Président Mikheil Saakachvili et le ministre de Affaires étrangères Grigol Vachadze sont à New York dans le cadre de la réunion de l'Assemblée Générale de l'Organisation des Nations unies. Ils se sont entretenus avec des leaders internationaux et prévoient de pareilles rencontres pour demain. Les deux Géorgiens se sont entretenus avec la Secrétaire d'État Hillary Clinton, le Secrétaire-Général de l'OTAN Anders Fogh Rasmussen et le Chef de la Politique étrangère de l'Union européenne Javier Solana. Le programme du 22 septembre comprend des rencontres entre le Président Saakachvili et ses homologues turkmène, finlandais, bosniaque et qatarien. Vachadze s'entretiendra quant à lui avec plusieurs de ses homologues européens, asiatiques et africains et participera à un sommet des chefs de la diplomatie des pays du GUAM. Civil.ge
  • 20 septembre : À Tskhinvali, une parade militaire a été organisée par les autorités sécessionnistes d'Ossétie du Sud pour marquer le 19e anniversaire de la déclaration d'indépendance de la région. Le président de la Fédération russe Dimitri Medvedev a félicité son homologue sud-ossète Edouard Kokoïty dans un message, dans lequel il assurait les séparatistes qu'il fournirait l'armée indépendantiste en entraînements et qu'il aiderait à assurer la souveraineté « du peuple fraternel sud-ossète ». Aucune réaction de la part de l'Europe, du Nicaragua et du Venezuela (uniques pays avec Moscou à avoir reconnu l'indépendance de Tskhinval), ni de Tbilissi n'a été entendue. Le , alors que l'Union soviétique était en plein effondrement et que la Géorgie luttait pour faire reconnaître son indépendance, les Ossètes du Shida Kartli proclamèrent l'indépendance du Soviet Suprême de Tskhinvali vis-à-vis de la Géorgie qui était en conflit contre les séparatistes depuis le début de l'année. Cette indépendance avait été soutenue et de facto reconnue par l'administration de Mikhail Gorbatchev. Civil Georgia
  • 15 septembre : À Moscou, un traité a été signé entre la Russie et les régions sécessionnistes géorgiennes d'Abkhazie et d'Ossétie du Sud (reconnus par Moscou, Managua et Caracas), qui permettera au Kremlin d'entretenir 3 400 soldats dans les républiques autoproclamées pendant 49 ans. D'après le ministre russe de la Défense, Alexeï Kouznetsov, la Russie aura la possibilité de construire, d'utiliser et de développer des infrastructures militaires et des bases militaires sur les territoires d'Abkhazie et de Tskhinvali, et « de créer des forces armées communes en temps de paix comme de guerre ». À partir de maintenant, les bases militaires russes situées à Goudaouta et Tskhinvali ont reçu un statut légal, même si la Géorgie ne fait plus partie de la Communauté des États indépendants. Tbilissi a riposté en appelant ce traité comme une "occupation barbare". AFP
  • 15 septembre : À Zougdidi, le dernier wagon d'un train a explosé alors qu'il était en arrêt sur la station de la ville, en route pour Tbilissi. Aucun blessé n'a été reporté, même si des passagers étaient à bord de ce dernier wagon. D'après les sources, le train, arrêté pour la nuit, devait reprendre son chemin à 10h00 heure locale. Une enquête sur l'identité des terroristes a été lancée par les autorités géorgiennes, mais les soupçons sont principalement dirigés vers les séparatistes abkhazes. Ria Novosti.ru
Nikoloz Guilaouri
  • 14 septembre : Le Premier ministre de Géorgie Nikoloz Guilaouri s'est rendu à Tallin, la capitale de l'Estonie, pour un voyage de travail de deux jours. Guilaouri s'entretiendra avec son homologue estonien Andrus Ansip, le président Toomas Hendrik Ilves et le ministre local de l'économie et des communications Juhan Parts, dans le but d'améliorer les relation déjà très bonnes entre Tbilissi et Tallin. Plus tard, le chef du gouvernement géorgien organisera une conférence de presse à la Estonian Buisiness School (EBS), avant d'ouvrir officiellement le premier forum économic éstonio-géorgien. Ria Novosti.ru
  • 11 septembre : Des fibres de lin, représentant les plus anciens textiles retrouvés au monde, ont été découverts dans le village géorgien de Dzoudzouana, en Géorgie occidentale. La découverte a été faite par hasard, par une équipe de paléontologues américains et géorgiens, alors que ladite équipe faisait des recherches sur les pollens déposés dans les différentes couches d'argile de la grotte locale pour étudier les fluctuations de températures au cours des milliers d'années. D'après le chef de l'expédition, Elisso Kvavadze, les fragments de lin datent de 36 000 ans, soit environ un millénaire avant l'entrée de la région dans le paléolithique supérieur. Ce qui fait penser aux chercheurs que cette plante couturière a été utilisée par l'Homme à une telle période sont les marques de toison présentes. Un fragment semble même avoir été noué, tandis que d'autres ont des couleurs originales, tels que jaune, rose, turquoise, noir et gris. Jusque là, les plus anciennes fibres de textile avaient été retrouvées à Dolni Vestonice, en République tchèque, et dataient d'il y a 28 000 ans. Cette découverte pourrait éventuellement rentrer dans la catégorie de ces objets retrouvés pour la première sur le sol géorgien : après l'homo georgicus (plus d'1,6 million d'années), les traces de la première culture de la vigne et du vin ont été découvertes à Choulaveris Gora (plus de 6 000 ans av. J.-C.), de même que les premiers vases et amphores, plusieurs millénaires avant leur première apparition en Perse ou en Grèce antique. Le Figaro.fr
  • 11 septembre : Alors qu'une délégation séparatiste abkhaze menée par le vice-ministre des Affaires étrangères de la république séparatiste géorgienne est en voyage de travail en Amérique latine depuis le 9 septembre dernier (inclut des voyages au Nicaragua, au Venezuela et à Cuba), le ministre des Affaires étrangères du Nicaragua Samuel Santos a signé avec les représentants d'Abkhazie un traité établissant les relations diplomatiques entre les deux pays à Managua. Aucun ambassadeur n'a pour l'instant été nommé, mais les soutiens des républiques indépendantistes géorgiennes ont qualifié ces actes comme « utiles », tandis que Washington a rappelé que la reconnaissance des régions sécessionnistes d'Ossétie du Sud et d'Abkhazie restait isolée. Ria Novosti.ru
  • 10 septembre : Alors que le président de la République bolivarienne de Venezuela Hugo Chavez est en visite de travail à Moscou, le chef d'État sud-américain a officiellement reconnu l'indépendance des régions sécessionnistes géorgiennes d'Abkhazie et d'Ossétie du Sud. Cet acte vient après maintes rumeurs propagées dans les médias russes et fait de Caracas la troisième capitale de l'Organisation des Nations unies (ONU) a reconnaître la division de la Géorgie. En effet, la Fédération de Russie avait déjà fait de même après la Deuxième Guerre d'Ossétie du Sud, suivie par le Nicaragua, en septembre 2008. Outre une reconnaissance mutuelle, les deux entités séparatistes ont également été reconnues diplomatiquement par la république moldave de Transnistrie (également non-reconnue), le territoire indépendantiste azéri du Haut-Karabakh et par le gouvernement de la Bande de Gaza. Dimitri Medvedev, dont le mandat en tant que président russe est notamment illustré par les tensions entre l'Occident (Union européenne, OTAN) et la Russie, a par ailleurs remercié Chavez, un solide opposant des États-Unis en Amérique latine, en lui promettant de lui envoyer des armes. À Tbilissi, les autorités centrales ont condamné la reconnaissance, tandis que le ministre de la Réintégration Temour Iakobachvili a qualifié la reconnaissance comme une anomalie importante, qui pourrait mener à une crise politique internationale majeure. Le Ministère géorgien des Affaires étrangères a toutefois rassurer le peuple géorgien en lui rappelant que 99% de l'ONU soutient toujours l'intégrité territoriale de la République de Géorgie. RTL Info.be
Drapeau de l'ONU
  • 9 septembre : L'Assemblée générale de l'Organisation des Nations unies a reconnu « le droit qu’ont tous les réfugiés et personnes déplacées, et leurs descendants, indépendamment de leur appartenance ethnique, de regagner leurs foyers dans l’ensemble de la Géorgie, notamment en Abkhazie et en Ossétie du Sud ». D'après cette résolution, tous les déplacés internes géorgiens, abkhazes, grecs, ossètes, et autres, ont le droit de retourner dans leur foyer héréditaire perdu durant les conflits en Abkhazie (1992-1993) et en Ossétie du Sud (1991-1993, 2008). La Fédération de Russie a toutefois déposé une motion de non-décision, ce qui prouve la non-volonté de Moscou de régler pacifiquement les conflits séparatisto-géorgiens. Site de communication de l'ONU
  • 8 septembre : Un séisme de magnitude 6,2 sur l'échelle de Richter a été ressenti en Géorgie occidentale. D'après les agences sismiques américaines, l'épicentre du tremblement de terre se trouvait dans la région géorgienne de Ratcha. Des secousses ont été ressenties jusqu'à Tbilissi, la république russe de Tchétchénie et le nord de l'Arménie voisine. Toujours d'après Washington, la secousse a été classifiée comme intensité VIII sur l'échelle de MSK. Des maisons ont été détruites et des rues sérieusement endommagés, mais il n'y a eu ni blessés, ni morts. D'après le ministère des Situations d'Urgence de la république autoproclamée d'Ossétie du Sud, un autre tremblement de terre avait déjà été sentie dans le nord de la province séparatiste géorgienne quelque temps plus tôt. [3] [4]
  • 6 septembre : Une bombe a explosé sur un chemin de fer en Géorgie occidentale, dans le district de Zougdidi, d'après un officiel local. Aucun blessé n'est à déplorer, mais un train a vu ses fenêtres se brisées et son moteur se mettre en panne. L'identité des terroristes n'est toujours pas connu, mais il est évident que cette, région, non-loin de la frontière avec la province séparatiste d'Abkhazie, n'est pas au bout de ses malheurs. Civil.ge
  • 5 septembre : Les 16 membres du vaisseau turc battant pavillon panaméen Buket qui avait violé la Loi sur le Territoires Occupés de la République de Géorgie en pénétrant dans les soi-disantes eaux territoriales de la région sécessionniste d'Abkhazie pour livrer au port de Sokhoumi plusieurs milliers de tonnes d'essence et de fioul ont été libéré par les autorités géorgiennes, après avoir passé moins d'une semaine en prison. Toutefois, le capitaine de navire, le Turc Mehmet Ozturk est resté en prison, en raison de sa condamnation par la Cour Suprême de Tbilissi à 24 ans de prison ferme. Des rumeurs prétendent que sa libération se fera durant la prochaine visite du ministre des Affaires étrangères de Turquie, Ahmet Davutoglu. Euroinvestor.fr
  • 4 septembre : La compagnie énergétique russe Gazprom a signé un contrat de coopération avec son homologue d'Ossétie du Sud Energuetika. D'après les autorités sud-ossètes, le contrat a été signé dans le cadre de la récente installation du gazoduc Dzourikaou-Tskhinvali, reliant la Fédération de Russie à la région séparatiste géorgienne contrôlée par Tskhinval. Le vice-premier ministre sécessionniste Khassim Pliev a déclaré qu'aux termes du contrat, le prix des 1 000 m³ de gaz sera égal à 7,26 roubles (0,16 euro), contre 13,8 roubles (0,3 euro) les 1 000 m³ que nous avons payé pour le gaz russe transitant par la Géorgie. Ria Novosti.ru
  • 2 septembre : Les quatre vice-ministres de la Défense ont remis leur démission au gouvernement en raison du limogeage de l'ancien ministre David Sikharoulidze. Vladimir Tchatchibaïa, Guela Berdzenichvili, Guiorgui Moutchaïdze et Otar Berdzenichvili seront bientôt remplacé par la nouvelle administration du ministre Batcho Akhalaïa, qui a été nommé par le Président Saakachvili le 27 août dernier. L'opposition a quant à elle diffusé des rumeurs prétendants que les démissionnèrent ont quitté le gouvernement en raison de leurs mauvaises relations avec le nouveau ministre. Ria Novosti.ru
  • 2 septembre : D'après le Ministère de l'Intérieur, trois gardes-frontières géorgiens ont été retrouvés mort près de la frontière entre l'Arménie et la Géorgie. D'après Tbilissi, quatre soldats manquaient depuis quelque temps à l'appel et ces trois faisaient partie des disparus. Ils ont été retrouvés avec une balle dans la tête, comme pour une exécution. Toutefois, Erevan dément que ces faits se sont déroulés aux limites des deux pays transcaucasiens, tandis que les sources russes prétendent que l'incident s'est déroulé à la frontière entre la Turquie et la Géorgie. Les suites de l'affaire sont toujours en attente. Ria Novosti.ru
  • 2 septembre : Le président de la république autoproclamée d'Abkhazie Sergueï Bagapch a menacé les autorités géorgiennes d'attaquer les navires géorgiens violant l'espace maritime abkhaze. Soukhoumi a en effet donné des ordres à son armée pour détruire les bâtiments géorgiens qui entreraient illégalement dans les eaux territoriale séparatistes. Depuis le début de l'année, plus d'une vingtaine de bateaux étrangers ont été arrêtés par les gardes-côtes géorgiens. Le dernier incident, concernant un navire turc battant pavillon panaméen et transportant de l'essence et du fioul vers le port de Sokhoumi se solda en condamnation du capitaine à 24 ans de prison ferme et en réquisition par le ministère géorgien des Finances du bateau. Le Monde.fr
  • 1er septembre : Le Corps des Marines des États-Unis d'Amérique a débuté une opération d'entraînement intensif en Géorgie pour former les futurs soldats géorgiens qui combatteront aux côtés des troupes unifiées de l'Organisation du traité de l'Atlantique-nord (OTAN) en Afghanistan. Tbilissi avait annoncé en juillet que la Géorgie allait participer aux combats pour rétablir l'ordre dans la république islamique, comme elle le fait déjà en Irak. La coalition otanienne, dirigée par les forces américaines, combat contre les terroristes musulmans dans ce pays du Moyen-Orient depuis 2001. Civil.ge
Drapeau panaméen

Août[modifier le code]

  • 31 août : L'affaire des navires étrangers dans les eaux abkhazes reprend de l'importance. En effet, le capitaine, de nationalité turque, du navire battant pavillon panaméen qui acheminait vers le port de Sokhoumi près de 2 000 tonnes d'essence et 700 de fioul a été condamné par la Cour Suprême de Tbilissi à 24 ans de prison ferme, pour avoir violé les règnes doinières, mais aussi la loi géorgienne sur les territoires occupés. D'après celle-ci, aucun soutien étranger ne doit être apporté aux gouvernements sécessionnistes et non-reconnus de Sookhoumi et de Tskhinval sans l'accord préalable du gouvernement central géorgien. Le Buket avait toutefois été le 23e navire non-russe intercepté par les gardes-côtes géorgiens depuis le début de l'année 2009. Le destin des autres membres de l'équipage (comprenant 2 Azerbaïdjanais et 13 Turcs) est toujours, d'après Ria Novosti, inconnu. La même source précise que le bateau panaméen a été réquisitionné par les autorités géorgiennes et sera bientôt vendu aux enchères. Ni Panama, ni Ankara ou Bakou n'ont répondu à la condamnation, en raison de leur violation des droits internationaux. Toutefois, la Russie a promi de soutenir militairement l'Abkhazie en cas de répétition d'un tel incident. Ria Novosti.ru
  • 31 août : Le président d'Ossétie du Sud Edouard Kokoïty a déclaré qu'il souhaitait s'unir avec la Fédération de Russie, de manière à ce qu'il n'y est plus de frontières entre les Ossètes du nord et ceux du sud. Kokoïty a déclaré devant les médias russes qu'il préparait un accord avec la Russie pour constituer une sorte d'État de l'Union, à l'instar des anciennes républiques socialistes soviétiques en URSS. Par ailleurs, une reconnaissance sur la double nationalité sud-ossète et russe est travaillée par les autorités de la région sécessionnistes géorgiennes. Ria Novosti.ru
  • 28 août : Dans la soirée, une locomotive a déraillé à Tbilissi et a endommagé une vingtaine de véhicules. D'après les témoins, le machiniste n'aurait pas eu le temps d'arrêté la locomotive, qui s'écrasa sur une gare de marchoutkas, taxis-bus populaires dans le pays. Selon les sources locales, il n'y aurait pas de victimes, les marchoutkas étant vides. APA
  • 28 août : Mikhail Khatchidze, ancien lieutenant-colonel de l'armée russe à Rostov-sur-le-Don, a été condamné à six ans de prison ferme pour espionnage pour le compte de Tbilissi en Russie. D'après les agences russes, il aurait transmi d'importantes informations aux autorités géorgiennes via l'internet durant la Deuxième Guerre d'Ossétie du Sud entre Moscou et la Géorgie, et fut arrêté dans la région de Stavropol en août 2008. Le côté géorgien n'a fait aucun commentaire sur les aveux controversés de Khatchidze. Le Figaro.fr
  • 27 août : Mikheil Saakachvili a limogé son ministre de la Défense David Sikharoulidze. Il a donné pour raison le manque d'énergie de Sikhaoulidze, alors que la Géorgie aurait besoin d'une plus importante réforme militaire, un an après la déroute des troupes géorgiennes de l'année dernière. Il avait auparavant servi en tant qu'ambassadeur de Tbilissi à Washington, quand il fut nommé ministre en décembre 2008, dans le but de réformer l'armée. Batcho Akhalaïa a été nommé par Saakachvili pour lui succéder. Ce dernier, âgé de 28 ans, avait jusque là servi de directeur des prisons de Géorgie puis ministre-député de la Défense. Romandie.com
Carte de l'Union européenne et de la Géorgie
  • 26 août : La Commission européenne et la République de Géorgie ont signé à Bruxelles deux accords sur les voyages entre les deux entités. D'après le premier, l'octroi de visas pour l'Europe sera facilité pour les Géorgiens et d'après le second, le renvoi des immigrés illégaux géorgiens en Union européenne au pays sera garanti. Les accords doivent toujours être ratifiés par tous les pays de l'UE. Par cet acte, Bruxelles et Tbilissi tentent de rafraîchir leurs relations, comme le souhaite l'administration Saakachvili, en proie à d'importantes menaces russes. France Info.fr
  • 26 août : D'après les sources géorgiennes, le Ministère des Ressources naturelles de Russie a l'intention d'intégrer les régions de la province séparatiste abkhaze des Gorges de Kodori et du Lac Ritsa au parc naturelle de Terebda de la république russe de Karatchaïévo-Tcherkessie d'ici la fin de 2009. D'après Tbilissi, Moscou serait en train de remplacer sa politique d'annexion militaire de la région géorgienne en annexion écologique, le résultat se retrouvant le même. La Russie a, bien entendu, nié ces accusations, prétendant que les Géorgiens avaient « mal interprétés » les désirs de Moscou, qui aurait en fait envi de créer un polygone de biosphère pour préserver la nature de l'Abkhazie. La Vallée de Kodori a été perdue par les autorités géorgiennes l'année dernière, durant la Deuxième Guerre d'Ossétie du Sud, tandis que la région du Lac Ritsa, tout comme le reste de l'Abkhazie, a été prise par les séparatistes lors de la Guerre d'Abkhazie de 1992-1993.[5] [6]
  • 26 août : La Russie a déclaré que ses effectifs dans les provinces sécessionnistes géorgiennes d'Ossétie du Sud et d'Abkhazie avaient été réduits à 1 700 hommes. D'après le Général Nikolaï Makarov, chef d'état-major russe en visite à Oulan-Bator, ce nombre est passé de 4 800 en septembre 2008 à celui-ci en raison des meilleurs armements des soldats russes dans les régions. Info.France 2.fr
  • 26 août : La compagnie gazière russe Gazprom, dirigée par l'État fédéral russe, a inauguré le gazoduc Dzouarikaou-Tskhinvali. Celui-ci relie la république russe d'Ossétie-du-Nord-Alanie à la province séparatiste géorgienne d'Ossétie du Sud et a été inauguré pour la célébration du premier anniversaire de la reconnaissance de l'indépendance sud-ossète par Moscou. D'après les sources russes, la construction du gazoduc aurait commencé en 2006, soit deux ans avant la reconnaissance de jure de la Fédération de Russie. Tskhinvali a été, depuis 1991, victime de plusieurs coupures de gaz faites par les autorités centrales de Tbilissi. Une crise humanitaire s'est par ailleurs produite au début de 1991, alors que la première guerre d'Ossétie du Sud faisait rage au temps de Zviad Gamsakhourdia. [7] [8]
  • 25 août : Ilgar Imamverdiyev, l'ex-capitaine azerbaïdjanais du navire battant pavillon cambodgeais, le « Buket », a été arrêté et mis en garde à vue par la police frontière géorgienne. Imamverdiyev est inculpé de pénétration dans les territoires séparatistes géorgiens, contraire à la Loi sur les territoires occupés, acceptée l'année dernière par le Parlement géorgien. En effet, le Buket a été arrêté alors qu'il rentrait du port de Sokhoumi et a été ramené au port de Poti. D'après le consulat azerbaïdjanais à Tbilissi, Bakou n'a toujours pas fait de déclaration sur le sujet. APA.az
  • 24 août : La Géorgie a accepté d'accueillir des prisonniers de la prison de la Baie de Guantanamo. Tbilissi, fidèle alliée de Washington dans sa politique internationale, a déclaré que ce fait ne peut être que bénéfique dans les relations entre la Géorgie et les États-Unis, tandis que les chances de l'installation d'une base militaire américaine dans le pays s'augmentent. Toutefois, des politologues locaux, tout comme l'opposition, a critiqué ce choix de l'administration Saakachvili, choix qui risque de créer des actes terroristes dans ce pays chrétien qui y avait jusque là échappé. D'un autre le côté, d'après le ministre des Conflits Iakobachvili, la déclaration n'aurait pas été confirmée. Courriet International.com
  • 24 août : Le Parquet général russe a accusé l'Ukraine de s'être directement impliqué dans la Deuxième Guerre d'Ossétie du Sud. En effet, d'après Moscou, plusieurs militaires appartenant à des détachements du Ministère ukrainien de la Défense et près de 200 nationalistes de l'organisation secrète UNA-UNSO ont combattu du côté géorgien durant le conflit d'août 2008 qui opposa la Géorgie à sa province séparatiste d'Ossétie du Sud, alliée militaire de la Russie. Kiev a démenti les accusations russes, les qualifiant de « propagande » devant la chaîne britannique BBC, qui a commencé une enquête sur le sujet. [9] [10]
Lacha Jvania
  • 21 août : Le Ministre du Développement économique géorgien Lacha Jvania a été limogé par le Premier ministre Nikoloz Guilaouri. D'après celui-ci, Jvania n'arrive pas à travailler avec les investisseurs étrangers et n'entretient apparemment pas de bonnes relations avec ses collègues. De plus, M. Guilaouri a déclara qu'il « n'était pas content de lui ». Lacha Jvania a quant à lui déclaré que ces accusations sont fausses. Il aurait ainsi démissionné de son plein gré, pour protester contre la mauvaise administration du Président Saakachvili. Romandie.com
  • 20 août : La garde-côtière géorgienne a arraisonné un navire au large des côtes de la province sécessionniste d'Abkhazie. D'après les sources russes, le navire a été remorqué jusqu'au port géorgien de Poti. Le vraquier Afrostar battant pavillon cambodgeais transportait apparemment 1 255 tonnes de métaux ferreux et les quelque sept hommes à son bord avaient tous la citoyenneté syrienne. Suite à cet incident, une enquête a été ouverte. Depuis le début de l'année, 23 navires ont été arraisonnés par les autorités géorgiennes, considérant la communicaton maritime de l'Abkhazie comme violation de sa souveraineté territoriale. Ria Novosti.ru
  • 20 août : Le Ministère des Affaires étrangères de la République d'Ukraine a officiellement « déconseillé » aux citoyens ukrainiens de voyager en Abkhazie et en Ossétie du Sud en respect de la Loi géorgienne sur les territoires occupés. Kiev demande également aux Ukrainiens d'éviter de se rendre en Géorgie via les villages d'Adler et Nijni Zaramag, à la frontière russo-géorgienne. L'Ukraine soutient le gouvernement géorgien en place contre la Russie, qui occupe actuellement les deux régions séparatistes. Ria Novosti.ru
  • 19 août : Plusieurs membres de l'opposition qui avaient été emprisonnés les derniers mois durant la crise politique qui dura d'avril à juillet ont été acquittés et libérés par la Cour Suprême géorgienne. D'après Zourab Abachidze, membre de l'Alliance pour la Géorgie, quelque dix « prisonniers politiques » ont été relâchés suite aux négociations entre les leaders de l'opposition et le Ministère de l'Intérieur de la semaine dernière. D'après ladite opposition qui réclame la démission du Président Saakachvili depuis plus d'un an, il reste toujours un grand nombre de prisonniers politiques dans les prisons de l'État. Civil.ge
Emblême de la CEI
  • 18 août : La Géorgie a achevé ce mardi le processus de retrait de la Communauté des États indépendants (CEI), a déclaré le vice-ministre des Affaires étrangères David Jalagania. Ce processus de douze mois avait en effet commencé le , quand Tbilissi envoya une note diplomatique à cette organisation dominée par Moscou, quatre jours après que le Parlement géorgien vote pour le départ du pays de la CEI, pour protester contre les actes russes durant la Deuxième Guerre d'Ossétie du Sud et pour rendre illégitime la présence de bases militaires russes dans les régions séparatistes géorgiennes d'Abkhazie et d'Ossétie du Sud. Le Président Saakachvili a de même déclaré que la plupart des traités signés entre la Géorgie et les autres membres de la CEI seront préservés, tels que les accords sur le libre-échange et le voyage sans visas dans l'ancienne Union soviétique. La Géorgie avait rejoint la Communauté des États indépendants en octobre 1993 alors que le pays était divisé par la guerre civile, pour que le gouvernement géorgien d'Edouard Chevardnadze reçoive de l'aide officielle contre les rebelles de Zviad Gamsakhourdia. AFP
  • 17 août : La Géorgie a remporté 115-73 (50-28) contre le Luxembourg lors d'un match pour les qualifications du championnat d'Europe de basketball. Erik Jeitz, joueur dans l'équipe luxembourgeoise, a déclaré que ses co-équipiers n'ont pas tenu plus de six minutes après le début du jeu, tandis que les journaux du Luexembourg qualifient les jours de l'équipe géorgienne « trop grands, trop forts, trop expérimentés ». Le Quotidien.lu
  • 16 août : La Cour Suprême de Gori a condamné deux opposants au régime Saakachvili a des peines de prison ferme différentes. David Goudadze, membre du Parti républicain, a été condamné à quatre ans de prison pour possession et port illégal de grenade armée. Tamaz Tlachadze, également affilié aux Républicains, a quant à lui été condamné à trois ans de prison pour possession de drogue. L'opposition les a inclus dans sa liste de « prisonniers politiques », qui a été donné au Ministère de l'Intérieur géorgien. Civil.ge
  • 15 août : Une Commission pour le tracé des frontières de la République d'Ossétie du Sud a été créée par les autorités de facto de la région séparatiste géorgienne. D'après les spécialistes locaux et russes, ladite commission organisera de nouvelles prétentions de territoires pour Tskhinval, probablement aux dépens de l'intégrité territoriale de la Géorgie. Du côté abkhaze, les autorités de la république autoproclamée ont salué le premier anniversaire du « rétablissement du contrôle abkhaze sur la Vallée de Kodori ». Cet anniversaire vient avec le 17e anniversaire de la Guerre d'Abkhazie. Caucaz.com
  • 14 août : Les représentants géorgiens et sud-ossètes se sont une nouvelle fois rencontré pour engager des négociations sur la sécurité des frontières de facto entre la Géorgie et sa province séparatiste d'Ossétie du Sud. Ceci est la troisième rencontre de ce genre entre hommes de Tbilissi et de Tskhinval sous le patronnage de la Russie depuis la Deuxième Guerre d'Ossétie du Sud d'août 2008. L'entretien s'est déroulé dans le village géorgien de Dvani où, selon Tbilissi, le poste de police a été pilonné par des tirs provenant du village ossète de Mougout le 12 août dernier. Par ailleurs, ce fait a été confirmé par le représentant de l'Ossétie du Sud Merab Tchigoïev durant la rencontre et plus tard par Tskhinval, qui prétend que les tirs n'ont pas été provoqués sous les ordres du gouvernement sud-ossète. Une enquête a alors été promise par les deux camps. Civil.ge
Vladimir Poutine
  • 12 août : Le Premier ministre russe Vladimir Poutine est en visite officielle dans la république autoproclamée d'Abkhazie, dont l'indépendance n'a été reconnue que par la Russie et le Nicaragua. C'est visite est la première de ce genre depuis la reconnaissance par Moscou de son détachement vis-à-vis de la Géorgie en août 2008. Poutine s'est entretenu avec les dirigeants locaux (Sergueï Bagapch et son homologue Aleksandr Ankvab) et a promis un soutien économique et militaire (avec plus de 500 millions de dollars pour le ministère de la Défense abkhaze), notamment contre la Géorgie. La visite de Vladimir Poutine a été condamnée par le Ministère géorgien des Affaires étrangères et dénoncée comme « aggravant la situation abkhazo-géorgienne et empêchant la résolution du conflit séparatiste » par l'Union européenne. Romandie.com
  • 11 août : Guiorgui Baramidze, premier vice-premier ministre et ministre d'État pour l'Intégration euro-atlantique, a condamné la lettre que le président russe Dimitri Medvedev a envoyé à son homologue ukrainien Viktor Iouchtchenko. En effet, dans celle-ci, Medvdedev annonça qu'il gelait ses relations avec Kiev et dénonçait le gouvernement d'Ukraine qui poussait la Russie à bout en demandant l'intégration aux structures euro-atlantique, tel que l'OTAN. Baramidze a qualifié la lettre comme une preuve de l'impérialisme russe, qui connaît une renaissance depuis la Deuxième Guerre d'Ossétie du Sud. Civil.ge
  • 10 août : Le parquet russe a publié de nouveaux chiffres concernant les morts de la Deuxième Guerre d'Ossétie du Sud. Ainsi, le nombre des morts militaires russes durant le conflit de cinq jours de l'année dernière s'élèvent à 67 contre 162 civils sud-ossètes. Tbilissi chiffre quant à elle 224 pertes civils, 161 militaires et 11 morts policiers. De plus, l'ONG Amnesty International compte quelque 30 000 personnes déplacés, principalement géorgiennes. L'Alsace.fr
  • 8 août : La commémoration de la Deuxième Guerre d'Ossétie du Sud continue à Tskhinvali et en Russie. Dans la capitale sud-ossète, le président séparatiste Edouard Kokoïty a ouvert le « Musée du Génocide », consacré aux évènements de l'année dernière nommés génocide par les autorités sécessionnistes et russes, alors que moins de cent Ossètes moururent durant le conflit armé. Une véritable célébration symbolique, les autorités sud-ossètes utilisant des douilles géorgiennes pour poser les bougies pour éclairer la sombre nuit et présentant de nombreuses photos de Mikhail Saakachvili (celui qui voulait « destruction du peuple ossète ») dans les rues de Tskhinvali, fut organisée durant toute la journée. En Russie, le Président Medvedev a décoré des soldats russes ayant combattu durant la guerre et a bien juré que Moscou ne reviendrai jamais sur sa reconnaissance de l'Abkhazie et de l'Ossétie du Sud, garantissant que la carte du Caucase restera pur longtemps sous sa forme actuelle. [11] [12]
  • 7 août : La Géorgie, l'Ossétie du Sud et la Russie commémorent le premier anniversaire de la Deuxième Guerre d'Ossétie du Sud, qui se déroula du 7 au 12|août|2008 et qui impliqua les troupes géorgiennes contre les séparatistes d'Ossétie du Sud et d'Abkhazie, soutenus militairement par la Russie qui envahit le pays en moins de deux jours, brûlant et détruisant villes et villages, tels que Gori, Borjomi, Nikozi et Tamaracheni, et privant la Géorgie de 20% de ses territoires. À Tbilissi, une grande exposition a été organisée par le gouvernement sur l'Avenue Roustaveli (récemment rouverte après trois mois et demi d'occupation par l'opposition) avec pour sujet l'histoire des occupations russes de la Géorgie (de 1801 à 1918, de 1921 à 1990) et les agression du Kremlin vis-à-vis de Tbilissi (Guerre d'Abkhazie, guerres en Ossétie du Sud, guerre civile...). Un concert a par ailleurs été organisé à Gori, où une représentation du Mur de Berlin a été construite comme symbole. À Tskhinvali, un grand défilé militaire fut organisé et les autorités sud-ossètes firent une grande cérémonie aux chandelles. Du côté russe, le président Dimitri Medvedev a dénoncé les « erreurs du régime Saakachvili, qui causa tant de pertes humaines ». L'Express.fr
  • 6 août : Le vice-ministre des Affaires étrangères de la Fédération de Russie Grigori Karassine a déclaré que 650 maisons ont été totalement rasées et 2 145 partiellement détruites par les troupes géorgiennes durant la Deuxième Guerre d'Ossétie du Sud sur les territoires alors contrôlés par Tskhinval. Moscou, continuant à dénoncer l'« agression géorgienne », fait également état de 164 morts parmi la population civile d'Ossétie du Sud et 48 morts russes au combat. Ces accusations ne sont pas reconnues par Tbilissi. Ria Novosti.ru
  • 5 août : Le Parlement de la région sécessionniste géorgienne d'Ossétie du Sud a entériné aujourd'hui la nomination de Vadim Brotsev au poste de Premier ministre de la république autoproclamée. D'après le Ministère de la Presse et de la Communication de Tskhinval, Brotsev était jusque là le directeur-général de la société russe Vermikoulit de Tcheliabinski, compagnie qui participait à la construction des sites olympiques de Sotchi, en Russie. Aslanbek Boulatsev avait été limogé par le Président de la république séparatiste Edouard Kokoïty hier, officiellement pour des raisons de santé. Un nouveau gouvernement indépendantiste devra être formé dans les prochains jours. Ria Novosti.ru
  • 4 août : Edouard Kokoïty, Président d'Ossétie du Sud, a limogé son Premier ministre Aslanbek Boulatsev, officiellement pour « causes de santé ». Toutefois, aucun symptômes ne s'était vu sur Boulatsev ces derniers jours et de plus, le gouvernement entier a été dissous jusqu'à la nomination d'un prochain Premier ministre. Boulatsev avait été nommé à son poste en octobre 2008 suite à la demande de Moscou, après avoir fonctionné dans le FSB ossète et les services fiscaux d'Ossétie-du-Nord-Alanie. D'après certains, le limogeage d'Aslanbek Boulatsev viendrait soit d'un conflit avec le président Kokoïty, soit d'une demande directe de la Russie. Ria Novosti.ru
  • 3 août : D'après le Ministère des Affaires étrangères de Géorgie, les troupes russes ont pénétré encore une fois au sein du territoire géorgien, occupant cette fois-ci le village de Kvechi. durant la nuit du 2 au 3 août, ces Russes ont planté des postes de contrôle marquant une nouvelle frontière entre la Géorgie et sa province séparatiste d'Ossétie du Sud. Tbilissi a accusé de nouvelles provocations de la part de Moscou, soi-disant prête à commencer une nouvelle guerre contre la Géorgie. Toutefois, la Mission de l'Union européenne en Géorgie (MUEG) a montré son efficacité en faisant quitter les soldats russes du village de Kvechi un peu plus tard dans la soirée. Paris, de son côté, a présenté sa préoccupation à la situation actuelle en Géorgie et a réaffirmé son soutien envers Tbilissi et son intégrité territoriale. Le Nouvel Obs.com
  • 2 août : Le président de la province séparatiste géorgienne d'Ossétie du Sud Edouard Kokoïty a annoncé qu'il avait l'intention de commencer un procès contre le Président de Géorgie Mikhail Saakachvili pour crimes de guerre. En effet, Tskhinval et Moscou accusent tous deux Saakachvili d'avoir commencé la Deuxième Guerre d'Ossétie du Sud en bombardant la capitale sud-ossète. Tbilissi, quant à elle, refuse les accusations et prétend que c'est la Russie qui envahit la Géorgie en premier. De plus, Kokoïty a déclaré une nouvelle fois qu'il désirait voir l'unification de l'Ossétie du Sud à la république autonome russe d'Ossétie-du-Nord-Alanie pour des raisons encore inconnues, ces deux régions n'ayant jamais été ensemble auparavant. Ria novosti.ru
  • 1er août : D'après Tskhinvali, les troupes géorgiennes ont fait feu depuis le village de Ditsi, situé près de la région séparatiste d'Ossétie du Sud, à 9:25 heure locale. Le Ministère des Affaires intérieures géorgien a déclaré que Tbilissi n'avait rien à voir avec l'incident. Bien au contraire, le porte-parole du ministère Chota Outiachvili a déclaré qu'« aucun tir ne s'est produit ». Cela serait donc une pure invention des séparatistes ossètes, mais les provocations se multiplient en ce début de mois d'août, alors que Moscou s'attend à une nouvelle guerre en Géorgie contre l'Ossétie du Sud pour le 7 août. Civil.ge
Les Ossètes dans le Caucase sont montrés en vert. Le Trialeti est ici au centre de la Géorgie.

Juillet[modifier le code]

  • 31 juillet : Le dirigeant sud-ossète a déclaré que « Tskhinval aménagera sa frontière aux dépens de Tbilissi ». En effet, selon Edouard Kokoïty, seule l'Ossétie du Sud a le droit de tracer ses frontières et la Géorgie ne pourra rien faire contre ça. Dans la même déclaration, Kokoïty a annoncé que Tskhinval était désormais prêt à réclamer de nouveaux territoires. Parmi ceux-ci, les Gorge de Trouso, à la frontière russo-géorgienne, tout comme la région de Trialeti. Les spécialistes ossètes considèrent en effet que ces terres sont des territoires « historiquement appartenant à l'Ossétie-du-Nord-Alanie » et offerts à la Géorgie par Staline. Cela va bien sûr sans le rappel de la première unification géorgienne au IIIe siècle av. J.-C. quand ces régions entraient déjà en Ibérie. De plus, ce sera l'Ossétie du Nord qui entrera dans l'empire géorgien à partir du XIe siècle. Ria Novosti.ru
  • 30 juillet : Des tirs ont été entendus à Tskhinvali, la capitale de la région séparatiste d'Ossétie du Sud. D'après les sources locales, des roquettes ont en effet été tirées à partir du village géorgien de Nikozi, proche de la zone tampon du conflit osséto-géorgien et toujours en possession de l'armée géorgienne. Par chance, personne n'a été tué ni blesse. Tbilissi n'a, officiellement, pas fait de commentaires sur l'incident mais le Président Saakachvili a déclaré que la Géorgie a survécu à « une nouvelle provocation de la part de la Russie ». Edouard Kokoïty (chef des séparatistes sud-ossètes) a quant à lui annoncé que Tbilissi ne préparait pas une nouvelle guerre pour le mois d'août, contrairement au dires des spécialistes russes. Ria Novosti.ru
  • 27 juillet : Les ministres des Affaires étrangères de l'Union européenne ont prolongé la mission de l'UE en Géorgie pendant encore un an, jusqu'au . Le mandat de cette mission, composé de 300 gendarmes et établi en octobre 2008 suite à la Deuxième Guerre d'Ossétie du Sud, est censé éviter tout mauvais développement dans le conflit russo-géorgien. Toutefois, les observateurs ne peuvent pénétrer ni en Abkhazie, ni en Ossétie du Sud et est désormais la dernière mission internationale en Géorgie depuis le départ de l'OSCE et de l'ONU suite aux pressions de Moscou. Le Figaro.fr
  • 26 juillet : Le Ministère de la Santé a annoncé l'arrivée d'un second cas de grippe A (H1N1), dite « grippe porcine » en Géorgie. Le patient est devenu malade en Espagne d'où il était rentré en Géorgie il y a quelques jours. Heureusement, Tbilissi a réussi à détecter la maladie à temps et aujourd'hui, le malade est totalement guéri. Sur les deux cas détéctés jusque là à Tbilissi, aucun n'a été contracté sur le territoire géorgien et tous ont été à présent guéris. Civil.ge
Manifestations du 10 avril
  • 24 juillet : L'opposition a levé les dernières cages censées représenter la dérive policière de l'État géorgien de l'Avenue Roustaveli, la principale artère de Tbilissi abritant le Parlement national comme plusieurs sièges de certaines branches du gouvernement (Ministère de la Justice...). Ces « cellules » dans lesquelles vivaient les manifestants venant des régions avaient été mises en place au début des protestations de masse, au mois d'avril. Cette levée marque la fin provisoire de la crise constitutionnelle qui avait commencée le 9 avril dernier dans le but d'obtenir la démission du Président Mikheil Saakachvili. Celui-ci sort par ailleurs vainqueur de ladite crise, dont les instigateurs menacent de reprendre des forces pour l'automne. L'Express.fr
  • 23 juillet : Joe Biden, durant son second jour de visite de travail en Géorgie, a réaffirmé le soutien « total » des États-Unis envers Tbilissi. Il a déclaré que l'Amérique était « avec la Géorgie » et soutenait plus que jamais l'intégrité territoriale du pays caucasien, critiquant les régimes fantôches d'Abkhazie et d'Ossétie du Sud. Toutefois, il a bien précisé que Washington ne soutenait pas la solution militaire, tout en demendant à Moscou de récupérer ses positions d'avant la guerre d'août 2008. Pendant ce temps, Moscou a accusé Tbilissi de vouloir préparer une nouvelle guerre avec la Russie pour le 7 août prochain. De cette manière, la Russie a également avertit qu'elle ferait tout pour empêcher le réarmement de la Géorgie. L'Express.fr
  • 22 juillet : Le Vice-président des États-Unis d'Amérique Joe Biden est arrivé pour une visite de travail de deux jours à Tbilissi, après avoir fait un détour par Kiev. Biden est arrivé à 17h30 (heure locale) à l'aéroport de Tbilissi où il a été accueilli par le premier ministre géorgien Nikoloz Guilaouri, le vice-ministre des Affaires étrangères Guiga Bokeria, l'ambassadeur de la Géorgie à Washington Batou Koutelia et l'ambassadeur des États-Unis à Tbilissi John Tefft. Vingt minutes plus tard, il arrivait avec une grande escorte policière devant la foule, avant de se diriger vers la résidence présidentielle d'Avlabari, où un dîner précédé par un concert de danse géorgienne fut préparé. Cette visite historique est censé réaffirmer au gouvernement de Mikheil Saakachvili le soutien apporté par Washington contre les tendences impérialistes de Moscou, dont le président Dimitri Medvedev avait déjà visité Tskhinvali, la capitale de la région séparatiste géorgienne d'Ossétie du Sud, le 13 juillet dernier, suivi par le ministre des Situations d'Urgence Sergueï Chouïgou le 21 juillet. Civil.ge
  • 21 juillet : Le ministre russe des Situations d'Urgence Sergueï Chouïgou est en visite en Ossétie du Sud, une des deux provinces séparatistes géorgiennes reconnues par Moscou. Durant cette visite de travail, le ministre russe s'est entretenu avec son homologue sud-ossète mais aussi avec le président Edouard Kokoïty. D'après Moscou, Chouïgou a visité une école à Tskhinvali où il a remis des livres et des encyclopédies aux écoliers. Ceci est la seconde visite d'un membre du gouvernement russe en Ossétie du Sud depuis celle de Dimitri Medvedev le 13 juillet dernier. Ria Novosti.ru
  • 20 juillet : Le directeur général de la présentation publique Levan Koubaneïchvili a démissionné de son poste, pour des raisons encore inconnues, après l'avoir occupé durant près de 16 mois. Le vice-directeur général Guia Tchantouria lui succèdera jusqu'à la nomination du successeur d'ici le 10 août. Ceci est déjà la seconde polémique au sujet de la télévision publique après la nomination de l'ancien ministre de l'Économie Guiorgui Arveladze au poste de directeur de la chaîne Imedi TV (14 juillet) depuis le début de la crise politique du 9 avril dernier. Civil.ge
Carte de la pandémie de grippe A en 2009
  • 18 juillet : Le premier cas de grippe A (H1N1), communément appelée grippe porcine, a été détecté en Géorgie aujourd'hui, a déclaré Alexandre Kvitachvili, le ministre géorgien de la Santé. D'après les sources gouvernementales, la personne contaminée serait une femme, arrivée de Londres via Erevan ce même jour. D'après les analystes, la patiente ne présente aucun grave symptôme et se porte désormais plutôt bien. Le Ministère de la Santé a également annoncé qu'Erevan a pris en note la contammination et que le plus important est que l'unique cas du moment a été détecté en temps voulu. Le Figaro.fr
  • 17 juillet : Le Parlement géorgien a adopté une nouvelle loi à propos du rapatriement des déportés meskhètes des années 1940. D'après cette loi, Tbilissi autorise les membres de ce peuple géorgien de retourner en Géorgie du au . L'adoption de cette loi a été saluée par beaucoup, y compris le parti républicain, pourtant dans l'opposition. Les Meskhètes, l'une des plus anciennes tribus géorgiennes, majoritairement musulmane en raison de ses relations historiques avec l'Empire ottoman, avait été exilé en Asie centrale par Staline en 1944, sous le prétexte de "collaboration avec l'ennemi [Allemagne nazie]". Civil.ge
  • 16 juillet : L'Union européenne a dénoncé la visite de Dimitri Medvedev dans la région séparatiste géorgienne d'Ossétie du Sud. L'UE a qualifié l'acte russe d'"incompatible avec l'intégrité territoriale de la Géorgie". Tbilissi, de son côté, a nommé cet histoire "la page la plus honteuse de l'histoire de la Russie". Medvedev avait en effet visité Tskhinvali le 13 juillet dernier, juste après le départ de Barack Obama de Moscou. Washington a alors accusé la Russie de mener de nouvelles provocations. AFP
  • 15 juillet : À Batoumi, le navire de guerre américain USS Stout s'est amarré dans le port, l'un des plus importants de la Mer Noire. Avec d'autres navires de guerre géorgiens, il a mené des exercises et des manœuvres communes, les premiers depuis la Deuxième Guerre d'Ossétie du Sud. En réponse, le président russe Dimitri Medvedev a accusé Tbilissi et Washington de mener des provocations, tandis que lui-même s'était rendu à Tskhinvali, la capitale de l'Ossétie du Sud, avant-hier. Easybourse.com
District de Gali en Abkhazie
  • 14 juillet : Les côtés géorgiens, abkhazes et russes se sont rencontrés pour la première fois depuis la fin de la Deuxième Guerre d'Ossétie du Sud et la perte de la Vallée de Kodori par Tbilissi. Cette rencontre avait été programmée entre Soukhoumi, Moscou et Tbilissi lors de la quatrième rencontre entre les acteurs du conflit d'août 2008 les 16 et 17 février dernier. La rencontre, faite dans le district de Gali (Abkhazie), peuplée à majorité par des Géorgiens, a permis aux différents camps de s'accorder sur une mission policière commune pour empêcher les incidents frontaliers. Deux rencontres similaires avaient été faites entre Tbilissi et son autre province séparatiste, l'Ossétie du Sud. Ce premier round des discussions abkhazo-géorgiennes a été parrainé par des délégués de l'ONU et de l'UE. Ria Novosti.ru
  • 13 juillet : Dimitri Medvedev, le Président de la Fédération de Russie, a fait une visite surprise dans la capitale de la région séparatiste géorgienne d'Ossétie du Sud, Tskhinvali. Il a été accueilli par son homologue sécessionniste Edouard Kokoïty et par une centaine de gens placés près du siège de l'administration de facto sud-ossète. Le président russe a déclaré qu'il était prêt à « intensifier » les relations diplomatiques entre les deux entités. Par la suite, toujours à Tskhinvali, Dimitri Medvedev a visité une base militaire russe et a rendu hommage aux disparus russes de la Deuxième Guerre d'Ossétie du Sud. Tbilissi, de son côté a condamné cette visite, tout comme Washington. Ces deux alliés prétendent en effet que la visite est dut au Projet Nabucco. [13] [14] [15] [16]
  • 10 juillet : Un des leaders de l'opposition anti-Saakachvili, Levan Gatchetchiladze, sans parti depuis les élections présidentielles de 2008, a fondé une alliance politique, « Défendre la Géorgie », censée représenter la majorité de l'opposition radicale, par opposition à l'« Alliance pour la Géorgie » du libéral Irakli Alassania. Gatchetchiladze et ses alliés politiques manifestent dans les rues de Tbilissi depuis le 9 avril dernier. Ils demandent la démission immédiate du Président Mikheil Saakachvili, accusé de dérives totalitaires. Caucaz.com
  • 9 juillet : Le journal russe Moscow Defense Brief, dépendant du Ministère de la Défense russe, a annoncé les pertes totales en aviation du côté russe durant la Deuxième Guerre d'Ossétie du Sud. D'après Moscou, donc, six avions ont été abattus durant la guerre de l'an dernier, dont deux par des tirs ennemis, trois par des tirs accidentels amis et un dont la disparition n'est pas encore établie. Ce rapport est loin des prétentions géorgiennes qui totalisent entre 15 et 19 avions abattus sur le sol géorgien, contre aucune perte des forces aériennes géorgiennes. Civil.ge
  • 8 juillet : Soukhoumi accuse la Géorgie de reprendre ses activités d'espionnage au-dessus de l'Abkhazie, l'une des deux provinces sécessionnistes échappant au contrôle de Tbilissi. En effet, d'après le ministère des Affaires étrangères abkhaze, quatre vols de drones géorgiens ont été reperés par les radars abkhazes le 7 juillet dernier. Cette accusation ne fait qu'alourdir une fois de plus les graves tensions qui résident entre la capitale géorgienne et sa province séparatiste. Ria Novosti.ru
  • 6 juillet : Alors que Barack Obama est en Russie pour parler des dossiers internationaux qui font l'actualité (dont la Géorgie), Mikheil Saakachvili est parti pour Vilnius, où il assistera avec son homologue lituanien au millénaire nationale, ou le 1000e anniversaire de la naissance du pays. D'autres leaders étrangers et alliés de la politique pro-occidentale de Vilnius y sont présents. Saakachvili en profitera pour rencontré le Président Valdas Adamkus et son futur successeur Dalia Grybauskaite. Civil.ge
  • 3 juillet : La Cour européenne des Droits de l'Homme (CEDH) a reçu la plainte de la Géorgie contre la Russie sur la crise russo-géorgienne de 2006. En effet, Tbilissi accuse Moscou d'avoir harcelé les Géorgiens de Russie vivant sur le territoire de la Fédération en les expulsant pour la plupart durant l'automne 2006, suite au renvoi de quatre généraux russes de Géorgie, eux-mêmes accusés d'espionnage. Le JDD.fr
  • 2 juillet : Le Ministre des Affaires étrangères Grigol Vachadze est en visite de deux jours en Lettonie. Il s'entretiendra avec son homologue letton Maris Riektins, le Président Valdis Zalters, le Premier ministre Valdis Dombrovskis et le Vice-Président Solvita Aboltina. Un protocole de coopération devra être signer entre les deux chefs de la diplomatie. La Lettonie, tout comme ses voisins lituanien et estonien, est un très proche allié de la Géorgie, notamment dans le cadre de la crise russo-géorgienne qui dure depuis 2006. Civil.ge
  • 1er juillet : La Russie et la Géorgie se sont à nouveau rencontré pour un sixième round des négociations pour les conflits séparatistes en Abkhazie et en Ossétie du Sud à Genève. Toutefois, comme le dernier round où seuls les Géorgiens s'étaient présentés au Palais des Nations, rien de nouveau n'a été proposé si ce n'est un rendez-vous en Abkhazie pour le 14 juillet. Une nouvelle visite à Genève sera organisée le 17 septembre prochain. AFP

Juin[modifier le code]

  • 30 juin : L'OSCE a achevé sa mission dans la zone de conflit ossèto-géorgienne. Celle-ci avait été créée à la fin de la Première guerre d'Ossétie du Sud en 1992 dans le but d'empêcher un nettoyage ethnique entre Ossètes et Géorgiens après une guerre de plus d'un an. Le 26 juin dernier, suite à un véto russe contre le prolongement de la mission de l'OSCE dans la région, la dernière patrouille des vingt observateurs militaires fut organisée. Aujourd'hui, la Russie est l'unique puissance militaire en Abkhazie et en Ossétie du Sud. Le Figaro.fr
  • 27 juin : Le Ministre de l'Intérieur Vano Merabichvili est de retour à Tbilissi après un voyage de quatre jours aux États-Unis. Il a déclaré que durant son séjour, il s'est entretenu avec pas moins de 25 personnes des hautes sociétés de Washington, dont des membres du gouvernement et des associations pour les droits de l'Homme. Civil.ge
  • 26 juin : Les vingt observateurs militaires de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe en Géorgie ont patrouillé pour la dernière fois le long de la frontière administrative avec la région sécessionniste d'Ossétie du Sud. Ils achèveront le 30 juin une mission vieille de 17 ans dans la zone de conflit ossèto-géorgienne. Tout comme pour la mission de l'ONU en Abkhazie, cette mission a vu sa continuité empêchée par un veto russe, Moscou restant désormais la seule puissance étrangère dans les deux provinces séparatistes géorgiennes. L'Express.fr
  • 25 juin : Sergueï Chamba, ministre des Affaires étrangères d'Abkhazie, et son homologue sud-ossète Mourat Djioïev sont à Moscou dans le cadre d'un voyage officiel dans l'un des deux pays ayant reconnu l'indépendance de leurs gouvernements. Ils s sont entretenu séparément avec le ministre-député des Affaires étrangères de Russie Grigori Karassine, avait qui ils se sont accordés sur le prochain rendez-vous entre les séparatistes, les Géorgiens et les Russes à Genève, prévu le 1er juillet prochain. Les deux camps ont également mentionné le départ des troupes d'observateurs de l'ONU de la région du conflit abkhazo-géorgienne. Civil.ge
  • 24 juin : Le Président Mikheil Saakachvili est en visite officielle de deux jours en Arménie où il a rencontré son homologue arménien Serge Sargsian. Une rencontre est également prévue avec le Premier ministre Tigran Sargsian et d'autres membres du gouvernement en place. Le voyage de travail se tient alors que les relations entre les deux pays voisins sont au plus bas niveau depuis des années, notamment en raison du soutien de l'attaque russe en Géorgie d'août 2008, soutenue partiellement par Erevan, mais aussi à cause des tensions créées par les Arméniens locaux dans la région de Samtskhe-Djavakheti, où la communauté réclame une autonomie interne vis-à-vis de Tbilissi. De plus, les incidents politiques mineurs se développent de plus en plus ces derniers temps aux frontières entre ces deux pays du Caucase. Toutefois, cela n'a guère empêché le président géorgien de qualifier les relations arméno-géorgiennes de "chaleureuses et amicales". Gamkoline.com
  • 23 juin : Le président lituanien Valdas Adamkus est en visite en Géorgie pour l'inauguration du Parc de Vilnius à Tbilissi. Il a tenu une conférence de presse avec son hôte, le Président Mikheil Saakachvili, qui précisa entre autres la victoire du chef d'État de Lituanie sur le communisme, qu'il combattit toute sa vie. Toujours d'après Saakachvili, le combat contre l'occupant communiste continue toujours en Géorgie et, après avoir remercié Adamkus pour son soutien envers la Géorgie contre la Russie, il affirma que la dé-occupation totale (Abkhazie et Ossétie du Sud) du territoire géorgien se fera bientôt. Civil.ge
  • 22 juin : Grigol Mgaloblichvili, ancien Premier ministre pendent trois mois (novembre 2008-janvier 2009) a été nommé comme nouveau représentant de la République de Géorgie au siège de l'Organisation du traité de l'Atlantique nord. Celui-ci succède alors à Zourab Bechidze à un poste très convoité dans ce petit pays tentant de se rapprocher le plus possible des puissances occidentales. Avant d'avoir été Premier ministre, Mgaloblichvili avait servi comme ambassadeur de Tbilissi à Ankara, où il participa à la fondation de solides relations entre la Turquie, membre de l'Alliance atlantique, et son allié caucasien. Civil.ge
  • 21 juin : Sur la frontière de facto entre la Géorgie et sa province séparatiste d'Abkhazie, une voiture transportant un médecin et son chauffeur et accompagnant alors la patrouille européenne dans le district de Zougdidi (village de Moujava) a été explosé après avoir roulé sur un engin piégé. À l'heure qu'il est, le chauffeur a succombé de ses blessures, tandis que le médecin a été transporté d'urgence à un hôpital, où il a été soigné. Le Ministère géorgien de l'Intérieur a accusé les sécessionnistes abkhazes d'avoir commis le crime, acte démenti par Soukhoumi. L'Express.fr
John Tefft, ancien ambassadeur à Tbilissi
  • 20 juin : Le président américain Barack Obama a nommé un nouvel ambassadeur pour la Géorgie, John R. Bass. Celui-ci, anciennement en poste en Italie, en Belgique et au Tchad, était le chef de l'équipe de reconstruction de la Province de Bagdad, en Iraq. Il succède sur ce poste à John Tefft, qui l'occupait depuis août 2005. Bass est le sixième ambassadeur des États-Unis en Géorgie depuis 1992. Civil.ge
  • 19 juin : Pour la seconde fois depuis le début de la crise politique le 9 avril dernier, le Parlement géorgien s'est réuni. C'est également la première fois depuis les incidents du 12 juin. Durant la réunion, présidée par David Bakradze, il a été proposé d'organiser une enquête transparente sur les évènements de la veille et d'organiser des débats sur la crise constitutionnelle que le pays traverse depuis maintenant plus de deux mois. Ces propositions ont principalement été faites par des membres du parti chrétien-démocrate, l'opposition "officielle" au gouvernement. Civil.ge
  • 18 juin : D'après les témoignages de personnes sur place, la police est intervenue et a organisé un 'raid' sur les protestataires du district d'Avlabari, devant le Palais présidentiel. Plusieurs drapeaux ont été détruits et les cellules improvisée par ces manifestants demendant la démission du Président Saakachvili - endommagée. Le nombre d'arrestations (s'il y en a eu) n'est pas connu, mais Eka Besselia, leader du parti Mouvement pour une Géorgie unie, a accusé le gouvernement d'avoir orchestré l'incident. La police a, quant à elle, démenti être en rapport avec les faits. Civil.ge
  • 17 juin : Levan Goguitchaïchvili, un membre des groupes de jeunesse opposante manifestant dans les rues de Tbilissi depuis plus de deux mois, a été arrêté par la police, officiellement pour tentative de meurtre, affaire apparemment non-liée à la crise politique qui dure depuis le 9 avril. Toutefois, l'opposition, accompagnée par l'avocat de Goguitchaïchvili, a dénoncé l'acte, le jugeant comme une simple arrestation politique. En effet, le jeune homme de 23 ans aurait participé aux clashs survenus entre policiers et protestataires le 28 mai dernier. Civil.ge
  • 16 juin : Durant une réunion du Conseil de Sécurité de l'Organisation des Nations unies, la Fédération de Russie a déposé son veto sur le renouvellement de la mission de l'ONU en Géorgie, présente dans la zone de conflit abkhazo-géorgienne depuis 1993 et la guerre civile en Abkhazie. Suite au veto (la Chine, le Vietnam, l'Ouganda et la Libye ont gardé leur neutralité sur le sujet), MONUG commence à rapatrier ses troupes du district de Gali (Abkhazie, région majoritairement peuplée de Géorgiens) dès aujourd'hui. Les répercussions de la fin de la mission peuvent être tragique, un nettoyage ethnique des Géorgiens dans la région pouvant de nouveau se produire. Du côté séparatiste, Soukhoumi a déjà déclaré que la fin de la mission de l'ONU en Géorgie n'aura aucune conséquence en Abkhazie. Civil.ge
  • 15 juin : Alors que des dizaines de membres des groupes de la jeunesse anti-Saakachvili manifestaient devant le Quartier-Général de la police à Tbilissi, des policiers ont attaqué les protestataires à coups de batons. Les policiers, habillés en civils mais avec des masques à gaz, s'en sont pris violemment aux manifestants, faisant plusieurs blessés et pas moins de 39 arrestations. Du matériel de journalistes a également été confisqué, avant d'être rendu. Les manifestations (pacifiques selon certains, bloquant les rues selon d'autres) demandaient la libération des quatre opposants arrêtes les deux derniers jours suite aux incidents du 12 juin. Civil.ge
  • 14 juin : Alors que les États-Unis et la diplomatie française a condamné les "assauts sur les Parlementaires" (en référence aux incidents du 12 juin), les leaders de l'opposition ont qualifié les arrestations des protestataires comme une nouvelle preuve de l'autoritarisme du régime en place. De plus, deux nouveaux protestataires, Tornike Tchkhartichvili et Kakha Terachvili, ont été arrêtés et condamnés respectivement à 25 et 30 jours de prison. Civil.ge
  • 13 juin : Alors que les protestations continuent en Géorgie dans le but d'obtenir la démission du président Mikheil Saakachvili (accusé d'avoir brisé les valeurs de la Révolution des Roses et d'avoir commencé la Deuxième Guerre d'Ossétie du Sud par les protestataires), cinq manifestants impliqués dans les incidents du 12 juin ont été arrêtés et mis en garde à vue par la police. Trois d'entre eux, Kakhaber Guiorganachvili, David Aptsiaouri et Mamouka Baliachvili, ont déjà été condamnés à 25 jours de prison, tandis qu'un quatrième (Kakhaber Beintrichvili) a lui été condamné à 30 jours de prison. Le cinquième, Beno Gueguetchkori, a été liberé une fois sa caution de 400 lari payée. Civil.ge
  • 12 juin : Des dizaines de manifestants se sont jetés sur la voiture gouvernementale du Président du Parlement David Bakradze, lançant des œufs dans sa direction. La police anti-manifestation et la garde parlementaire sont tout de suite intervenues et ont affronté les protestataires. Un incident similiaire s'est déroulé quand d'autres manifestants ont balancé des œufs sur les parlementaires Guiorgui Asanidze et Guia Tortladze. Après les combats, tous les anti-Saakachvili alors présents se sont assemblés et ont chanté "Honte à Vous" devant le Parlement. Civil.ge
Nino Bourdjanadze, une des chefs de l'opposition
  • 11 juin : Alors que la crise politique se durcit en Géorgie entre les manifestants demandant la démission du président de la Répblique Mikheil Saakachvili et le gouvernement, une dizaine de membres du parti d'opposition Mouvement démocratique - Géorgie unie ont été arrêtés. Nino Bourdjanadze, ancienne présidente du Parlement et leader dudit parti, a accusé le chef de l'État de mettre en place un régime totalitaire et policier, multipliant les arrestations politiques. Avec les incidents tel que celui-ci qui commencent à apparaître, aucune fin de crise n'est visible en ce deuxième mois de manifestations. Caucaz.com
  • 10 juin : Philip H. Gordon, l'assistant au Secrétaire d'État américain aux affaires européennes et eurasiatiques, est en visite en Géorgie alors que le chef de la diplomatie estonienne quitte Tbilissi. Le nouveau diplomate étatsunien, qui se rendra plus tard en Arménie et en Azerbaïdjan, est censé s'entretenir dans la journée avec plusieurs personnages clés de la crise politique qui occupe la scène quotidienne de la Géorgie depuis le 9 avril. Parmi elles se trouvent le Président Saakachvili, le Premier ministre Nikoloz Guilaouri, le Président du Parlement David Bakradze, le Ministre des Affaires étrangères Grigol Vachadze, le Ministre de la Défense David Sikharoulidze, le Ministre de l'Intérieur Ivane Merabichvili, la Secrétaire du Conseil de Sécurité nationale Eka Tkechelachvili et plusieurs membres de l'opposition civile demendant la démission du chef de l'État depuis maintenant plus de deux mois. Civil.ge
  • 9 juin : Urmas Paet, Ministre des Affaires étrangères de la République d'Estonie, a commencé sa visite de deux jours en Géorgie. Il s'est déjà entretenu avec son homologue géorgien Grigol Vachadze et rencontrera plus tard le Président Saakachvili, le président du Parlement David Bakradze et le Premier ministre Nikoloz Guilaouri. Civil.ge
  • 4 juin : Peter Semneby, envoyé spécial de l'Union européenne en Caucase du Sud, a recontré trois leaders de l'opposition dans le but de continuer les négociations entre ceux-ci et le gouvernement pour achever la crise constitutionnelle qui anime les rues de Tbilissi depuis le 9 avril. Ces trois leaders étaient Irakli Alassania, chef de l'« Alliance pour la Géorgie », David Ousoupachvili, leader du Parti républicain, et Salomé Zourabichvili, présidente du « Chemin de la Géorgie ». Alors que cette dernière, considérée comme une radicale parmi l'opposition, a exigé une nouvelle fois la démission du Président Saakachvili, M. Alassania a quant à lui appelé le gouvernement à organiser des discussions, au lieu d'ignorer la crise. Civil.ge
  • 3 juin : Après presque deux mois de manifestations quotidiennes dans les rues de Tbilissi, l'opposition exigeant la démission du président Mikheil Saakachvili a signé une « Charte des engagements », rappelant les buts des protestataires. Ceux-ci sont d'organiser des élections justes et indépendantes, établir une justice équitable et indépendante, instaurer le contrôle social sur les forces de l'ordre, assurer la liberté des médias, faire cesser les persécutions à motifs politiques et assurer l'équilibre entre les branches du pouvoir. Les 18 partis politiques signataires de cette charte ont également promis au peuple géorgien, en cas d'accession au pouvoir, la restauration de l'intégrité territoriale du pays.Ria Novosti.ru
Edouard Kokoïty, grand vainqueur des élections législatives
  • 2 juin : La Commission électorale chargée de surveiller les élections législatives d'Ossétie du Sud qui se sont déroulés le 31 mai dernier, a annoncé les résultats définitifs de ces élections générales. Le Parti de l'Unité, soutenu par Edouard Kokoïty, le leader séparatiste de la petite république géorgienne autoproclamée et pro-russe, les a remporté avec 46,36%, tandis que les autres partisans du régime en place (populistes et communistes) ont à eux deux réuni 44,78% des votes. Un seul parti de l'opposition, Fidibasta, autorisé par le gouvernement, a participé aux élections, tandis que les autres, pourtant également favorables à la coopération avec Moscou, étaient interdits de se présenter. Tbilissi et l'Union européenne ont déjà qualifié l'évènement d'illégal, tandis que la Russie « n'a noté aucune violation sérieuse ». L'OTAN, grand soutien de l'intégrité territoriale de la Géorgie, a par ailleurs décidé de ne pas reconnaître lesdites élections.AFP
  • 2 juin : La compagnie énergétique tchèque Energo-Pro a annoncé la construction de deux centrales hydroéléctriques en Géorgie, où elle en possède déjà dix, pour un montant total de 133 millions de dollars (2,5 milliards de couronnes). Outre la Géorgie, la compagnie possède des centrales en République tchèque, en Bulgarie et a d'autres projets en Turquie et en Arménie. Ria Novosti.ru
  • 2 juin : Dans la nuit du lundi au mardi 2 juin, une bombe a explosé sur les rails d'une ligne de fer en Géorgie occidentale. Le chemin de fer reliait en Mingrélie-Haute Svanétie les villes de Khobi et de Zougdidi. Cet acte terroriste, qui s'est déroulé vers 3h30 du matin (23h30 GMT lundi) tire ses origines de sources inconnues. Toutefois, certains parlent déjà de militants agissant contre le gouvernement géorgien en place, tandis que d'autres s'inspirent de la thèse extérieure, la région bordant la frontière abkhazo-géorgienne, gardée par des gardes-frontière russe. Le Figaro.fr
  • 1er juin : La présidence tchèque de l'Union européenne a accusé les élections législatives d'Ossétie du Sud d'être « illégitimes ». En effet, d'après Prague, la tenue de telles élections est illégitime dans le sens que cela ne règlera pas le conflit séparatiste ossèto-géorgien. Lesdites élections générales se sont tenues hier et le Parti de l'Unité, coalition gouvernementale dont fait partie le leader sud-ossète Edouard Kokoïty, les aurait soi-disemment remportés avec 46,3%, contre 6,63% pour Fidibasta, l'unique parti d'opposition autorisé à Tskhinvali. Les résultats définitifs sont encore attendus. Civil.ge

Mai[modifier le code]

Parlement de Tskhinvali
  • 31 mai : La république autoproclamée d'Ossétie du Sud (reconnue uniquement par la Russie et le Nicaragua) a aujourd'hui organisé des élections législatives très controversée pour ses valeurs démocratiques. En effet, avec quatre partis candidats aux 34 sièges du Parlement sud-ossète, seul un, Fidibasta (« Parti de la Patrie »), fait partie de l'opposition (le parti lui-même ne se considère pas comme anti-Kokoïty). Les trois autres partis sont le Parti de l'Unité, d'Edouard Kokoïty (leader de la région indépendantiste), le Parti communiste et le Parti populaire. D'après les plus récents résultats, la coalition « gouvernementale » aurait remporté 47% des votes, les communistes, 23,5%, les populaires jusqu'à 19% et l'opposition pas plus de 7% des suffrages exprimés. La confirmation des observateurs internationaux (diplomates venant de Russie, de République tchèque et d'Asie centrale) est toujours attendue, mais la victoire est clairement celle du gouvernement, accusé par l'opposition non-gouvernementale de régner de manière dictatoriale dans la petite Ossétie du Sud. Civil.ge
  • 31 mai : L'oligarque géorgien Alexandre Ebralidze a organisé une interview avec les trois principales chaînes d'information de Géorgie (Roustavi 2, Imedi et Première Chaîne) à Saint-Pétersbourg, où il est établi depuis les années 1970. Homme d'affaires réputé depuis l'accession au pouvoir de Vladimir Poutine en Russie (2000), M. Ebarlidze a annoncé il y a deux semaines ses intentions de se présenter comme candidat aux élections présidentielles géorgiennes de 2013. Il a déclaré que son principal goal était l'unification de la Géorgie et une amitié solide avec Moscou, le dernier aidant énormément le premier. Il est actuellement banni de facto de la Géorgie par le gouvernement en raison de ses liens avec la mutinerie du 5 mai dernier dans la base militaire de Moukhrovani. Civil.ge
  • 30 mai : La chaîne de télévision de l'opposition Maestro TV a cessé d'émettre dans les villes de Roustavi et d'Akhmeta. D'après Mamouka Gonti, directeur de la chaîne anti-Saakachvili, cet arrêt est dû aux pressions du gouvernement, accusant les autorités d'exprimer ainsi leur « nouvelle vague de démocratie, comme promise par Mikheil Saakachvili lors de son inauguration de janvier 2008 ». Ria Novosti.ru
  • 30 mai : Marian Staszewski, une député de la mission européenne pour enquêter sur la Deuxième Guerre d'Ossétie du Sud, est en visite de trois jours dans la république autoproclamée d'Abkhazie. Elle s'est déjà entretenu avec le chef de la diplomation de la région séparatiste géorgienne Sergueï Chamba à Sokhoumi hier et organise aujourd'hui une visite de travail dans la Vallée de Kodori, jadis contrôlée par Tbilissi jusqu'au mois d'août dernier. La mission de Mme Staszewski est menée par la diplomate suisse Heidi Tagliavini, qui devra publié un rapport le prochain. Civil.ge
  • 29 mai : D'après Tbilissi, des miliciens séparatistes sud-ossètes ont tiré sur des policiers géorgiens entre les villages de Lamiskana et Sakorintlo, à la frontière administrative entre la Géorgie et sa province sécessionniste d'Ossétie du Sud. L'incident se serait déroulé vers 7:30 du matin heure locale. Aucun des membres de la patrouille policière n'a toutefois été blessé. Ni la Russie ni les autorités indépendantistes n'ont répondu aux accusations. Civil.ge
  • 28 mai : Le vice-président de la république séparatiste d'Abkhazie Raoul Khadjimba a annoncé sa démission dans un fond de crise politique profonde à Soukhoumi. En effet, depuis ces dernières semaines, l'opposition réclame la démission du « président » Sergueï Bagapch, accusé de ne rien faire pour empêcher la suzeraineté de Moscou. Les prochaines élections présidentielles sont censés se produire en 2010 et pour l'instant, M. Bagapch est le principal candidat contre Beslan Boutba, un homme d'affaires et leader de l'opposition. Raoul Khadjimba avait accedé à la vice-présidence d'Abkhazie en 2005, après avoir fini second dans les élections présidentielles de 2004. Ria Novosti.ru
Billet de 1 lari
  • 27 mai : La première conseillère de la Chancellerie de Tbilissi Nona Karalachvili a été remerciée par le Premier ministre Nikoloz Guilaouri pour des propos « mal placés », a déclaré un Porte-parole de la présidence. En effet, Mme Karalachvili a déclaré que le lari, monnaie nationale de la Géorgie depuis 1995, est désormais inutile, en raison de l'utilisation du dollar et de l'euro par les investisseurs étrangers. Toujours selon elle, le gouvernement serait en train de chercher une nouvelle monnaie et songe sérieusement à l'euro, ce qui aura pour but de rapproché l'Union européenne et Tbilissi. Son remplaçant est toujours inconnu. Caucaz.com
  • 26 mai : La Géorgie a fêté son indépendance de 1918 lors d'une fête nationale. Toutefois, le gouvernement a dut renoncer à la traditionnelle parade militaire de Tbilissi pour éviter des confrontations pouvant tourner au drame avec l'opposition, qui manifeste et bloque les principales rues de la capitale depuis plus d'un mois et demi. Au contraire, ce sont les protestataires réclamant la démission du Président Saakachvili qui ont organisé de grands défilés de plus de 50 000 personnes. Durant les évènements, les manifestants se sont réunis dans le stade nationale et ont chanté l'hymne nationale du pays, Tavisoupleba (« Liberté »), avant de garder une minute de silence pour les victimes de la Deuxième Guerre d'Ossétie du Sud. AFP
  • 25 mai : Une explosion a retenti devant le siège à Tbilissi de la chaîne de télévision opposante au régime Saakachvili Maestro TV. D'après la production de la télévision, l'explosion serait issue d'une grenade, envoyée par des membres de police dans le but d'« intimider » l'opposition. Les leaders anti-Saakachvili qui mènent les manifestations partout en Géorgie depuis le 9 avril dernier, a accusé le gouvernement d'avoir provoqué l'acte criminel, tandis que les membres de l'administration Saakachvili se sont dits « alarmés » par l'évènement. JeanMarcMorandini.com
  • 25 mai : D'après les autorités géorgiennes, une vedette et un hélicoptère russes ont transgressé la frontière maritime et aérienne de la Géorgie. En effet, Tbilissi accuse Moscou de de violer la frontière de jure et de facto de la République de Géorgie en vue de préparer une nouvelle invasion. Le ministère russe de la Défense a quant à lui démenti sur le champs les prétentions géorgiennes, dénonçant une campagne de « propagande anti-russe » de la part des politiques géorgiens. Ria Novosti.ru
  • 24 mai : Des inondations issues des fortes pluies qui tombent sur la Géorgie ont tué deux femmes, emportées avec leur voiture, dans un village près de la ville de Telavi (Kakhétie). Les trois hommes avec elles se sont rapidement échappés et ont survécu. Des quartiers entiers (Didoube et Nadzaladevi) de la capitale Tbilissi ont également été inondés, sans faire de victime pour autant. Civil.ge
  • 23 mai : Le leader de l'opposition officielle parlementaire Guiorgui Targhamidze a accusé plusieurs magnats géorgiens résident en Russie d'être derrière la mutinerie du 5 mai dernier qui s'est déroulé dans la base militaire de Moukhrovani. Parmi eux figurent Alexandre Ebralidze, PDG de la compagnie The Center for Humanitarian and Business Cooperation OJSC basé à Saint-Pétersbourg, qui avait annoncé ses ambitions présidentielles en Géorgie lors de l'« Assemblée des Peuples de Géorgie » qui se déroula la semaine dernière à Sotchi. Les dirigeants mafieux de l'époque Chevardnadze, tel que Tariel Oniani, sont également présents dans la liste des accusés. Civil.ge
  • 22 mai : Les conducteurs de taxis de Tbilissi ont à leur tour commencer à protester dans les rues de la capitales géorgienne. Toutefois, ceux-ci sont contre les manifestations de l'opposition qui bloque l'Avenue Roustaveli, la principale artère de la ville, depuis le 9 avril. Selon eux, les protestations anti-Saakachvili empêche les clients de se déplacer dans la ville, ce qui fait baisser leurs revenus. Civil.ge
  • 21 mai : Les forces militaires de l'OTAN ont commencé la seconde et dernière phase de l'opération Cooperative Longbow 09 / Cooperative Lancer 09 à la base militaire géorgienne de Vaziani, non-loin de Tbilissi. La phase s'achèvera le 1er juin et les soldats des 13 pays présents repartiront dans leur pays. La première phase s'était terminé le 18 mai dernier et aujourd'hui, la Russie continue toujours à montrer sa contradiction envers les exercises. Ria Novosti.ru
  • 21 mai : La Mairie de Tbilissi a annoncé l'annulation de la parade militaire annuelle prévue pour le 26 mai, pour fêter l'indépendance de la République démocratique de Géorgie (1918) vis-à-vis de la République démocratique fédérative de Transcaucasie. L'annulation a été décidée pour éviter un conflit de grande envergure avec les opposants au régime de l'administration en place qui manifeste et bloque les principales routes de la capitale depuis plus d'un mois. le JDD.fr
  • 21 mai : Un des comploteurs de la mutinerie du 5 mai de Moukhrovani a été tué et deux de ses complices ont été blessés par la police géorgienne lors d'une opération spéciale d'arrestation. D'après le gouvernement géorgien, ils avaient reçu une somme d'1 million de dollars pour formenter une révolte au sein de l'armée géorgienne. Toutefois, celle-ci avait rapidement été calmée par le Président Saakachvili. Xinhua.net
  • 18 mai : À Genève, la Géorgie, l'Ossétie du Sud et la Russie se sont réunis pour tenter d'entammer un processus de règlement des conflits séparatistes de Tbilissi. L'Abkhazie avait déjà refusé de participer aux discussions de ce 5e round depuis la fin de la Deuxième Guerre d'Ossétie du Sud pour des raisons diplomatiques ce samedi, tandis que la délégation sud-ossète a quitté avec précipitation la réunion « pour soutenir Soukhoumi ». Le début de la réunion ayant donc commencé très mal, surtout que Moscou réclamait un embargo international sur les armes contre la Géorgie, fut par la suite suivie de la démission du départ précipité des Russes, jugeant inutiles une tentative de résolution de crise sans les principaux acteurs du conflit. Pour aujourd'hui, le 5e round a été annulé. Il reste à savoir ce qui se passera demain, au dernier jour des discussions. Ria Novosti.ru le JDD.fr Romandie News.com
  • 18 mai : Le président de la Douma (assemblée parlementaire de la Fédération de Russie) Boris Gryzlov est en visite de travail en Abkhazie, une des deux républiques séparatistes de Géorgie reconnue par Moscou. Au cours de sa visite d'un jour, M. Gryzlov s'est entretenu avec le leader abkhaze Sergueï Bagapch et des députés locaux et a promis un soutien encore plus puissant de la Russie envers Soukhoumi. Le développement des sites touristiques et des établissements sportifs, tout comme l'amélioration des relations culturelles entre les deux entités ont été les principaux sujets de discussion. Ria Novosti.ru
  • 17 mai : Peter Semneby, représentant de l'Union européenne en Transcaucasie, a rencontré à Tbilissi plusieurs leaders de l'opposition anti-Saakachvili dans le but de tenter de trouver une solution à la crise politique qui règne en Géorgie depuis maintenant un mois et demi. Parmi ceux-ci se trouvaient David Ousoupachvili, chef du Parti républicain, Nino Bourdjanadze, leader du Mouvement Démocratique-Géorgie Unie, Kakha Koukava, un des chefs du Parti conservateur, et Salomé Zourabichvili, l'une des principales protestataires anti-gouvernementales et présidente du parti Chemin de la Géorgie. Toutefois, la rencontre n'a rien amené de nouveau et les manifestants réclament toujours la démission du Président Mikheil Saakachvili, qui a quant à lui donné jusqu'au 26 mai aux protestataires pour se retirer de la rue. Civil.ge
  • 16 mai : Un officiel abkhaze a déclaré que l'Abkhazie ne participera pas au 5e round des discussions entre la Russie et la Géorgie pour tenter de trouver une solution aux conflits séparatistes de la Géorgie. Selon Soukhoumi, ce boycotte a été décidé suite à l'envoi tardif par l'ONU d'un document clé sur la réunion qui se tiendra le 18 et le 19 mai à Genève. Désormais, seules la Géorgie, la Russie et l'Ossétie du Sud participeront aux discussions qui ne s'avèrent pas prometteuses. le JDD.fr
Sergueï Bagapch et Dimitri Medvedev
  • 15 mai : En visite en Russie, le leader indépendantiste abkhaze Sergueï Bagapch a rencontré à Sotchi, sur les rives de la Mer Noire, le Premier ministre russe Vladimir Poutine. Là-bas, les deux politiciens se sont accordés sur la date prévue d'ici deux semaines pour la signature du traité accordant à Moscou le droit de construire des bases militaires en Abkhazie et à deployer environ 850 gardes-frontières russes à la frontière abkhazo-géorgienne. M Bagapch a également décalaré que la Russie était d'accord de donner une somme de 1,5 million de roubles pour la « reconstruction de l'Abkhazie ». Par ailleurs, Vladimir Poutine a annoncé qu'il allait visité la république autoproclamée dans un « futur proche ». Civil.ge
  • 15 mai : Les activistes de l'opposition ont retiré leures cellules improvisées de devant la Télévision d'État. Désormais, il n'y a plus de manifestants dans la rue Kostava. Toutefois, les protestataires ont jusqu'au 26 mai et à la parade militaire de la fête d'indépendance de Géorgie pour se retirer complètement des rues de Tbilissi et à ce jour, les principales rues, dont l'Avenue Roustaveli, sont toujours occupées. En plus de cela, un nouveau picket de manifestations s'est formé devant cette fois-ci le Quartier-Général de la télévision publique. Civil.ge
  • 14 mai : L'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) a annoncé l'arrêt des discussions sur le prolongement de son mandat en Géorgie, achevé le 1er janvier dernier suite à l'insistance de la Russie. Mara Marinaki, présidente du Conseil permanent de l'OSCE, a qualifié l'arrêt d'un « inconvénient temporaire ». Aujourd'hui, l'OSCE soutient l'intégrité territoriale de la Géorgie, malgré le fait que Moscou a déjà reconnu l'indépendance des républiques autoproclamées d'Abkhazie et d'Ossétie du Sud. Il est par ailleurs prêt à fournir des troupes d'observateurs des deux côtés des frontières administratives. Romandie.com
  • 13 mai : Une cache d'armes contenant 52 mines antichars et plus d'une centaine de kilos d'explosif a été découverte dans la Vallée de Kodori, région de la province séparatiste abkhaze majoritairement peuplée de Géorgiens (Svanes) et qui restaient sous le contrôle de la Tbilissi jusqu'à la Deuxième Guerre d'Ossétie du Sud. D'après l'armée abkhaze, la cache pourrait appartenir au SSID (services de renseignement géorgiens). Toutefois, aucun commentaire n'a été fait par le gouvernement central de Géorgie. Ria Novosti.ru
Mikheil Saakachvili
  • 12 mai : Le Président Saakachvili, en conflit avec l'opposition sur sa démission depuis maintenant plus d'un mois, a déclaré qu'il n'avait nullement l'intention de quitter son poste de chef de l'État jusqu'à ce qu'il achève son mandat en 2013. D'après lui, il a toujours beaucoup de travail qui l'attend et qu'il réussira à accomplir malgré « l'occupation russe de l'Abkhazie et de l'Ossétie du Sud » et la crise économique mondiale. Son second mandat devra principalement se concentré sur l'embellissement des villes géorgiennes de la Mer Noire, notamment Batoumi, Poti, Koboulétie et avec un peu d'espoir l'Abkhazie. Civil.ge
  • 11 mai : Dans une interview à la radio russe, le Président géorgien Mikheil Saakachvili a déclaré qu'il n'avait rien à voir avec le début de la Deuxième Guerre d'Ossétie du Sud. Selon lui, ce n'était pas le but des dirigeants géorgiens d'agir de « manière suicidaire ». Ria Novosti.ru
  • 11 mai : Les dirigeants de l'opposition ont pour la première fois depuis le début des contestations anti-gouvernementales qui occupent la scène politique géorgienne depuis le 9 avril dernier rencontré le Président Saakachvili pour tenter de régler le conflit interne qui oppose manifestants et gouvernementaux. Toutefois, d'après l'un des dirigeants de l'opposition Levan Gatchetchiladze, aucun avancement n'a été fait et Mikheil Saakachvili refuse toujours de démissionner de son poste de 3e Président de la République de Géorgie. Le NouvelObs.fr
  • 9 mai : À Tbilissi, pour la 30e journée des manifestations anti-gouvernementales, quelque 20 000 Géorgiens se sont réunis devant le Parlement pour réclamer la démission du Président Saakachvili. Aucun blessé n'est à déplorer malgré les provocations des opposants qui criaient « Misha part ! » en direction du chef de l'État. Depuis maintenant plusieurs jours, des tentatives de discussions entre les représentants du gouvernement (accusé d'activité autoritaire) et l'opposition ont été organisés et la rencontre d'hier entre les leaders des manifestants et le Président du Parlement David Bakradze a malheureusement échoué. En effet, les protestataires réclament un entretien direct avec le président de la République, mais pour l'instant, rien n'a aboutit. AFP
Capitulation de l'Allemagne
  • 8 mai : Le monde célèbre la Fête de la Victoire des Alliés sur l'Allemagne nazie lors de la Seconde Guerre mondiale. À cette occasion, le leader de la République indépendantistes d'Abkhazie Sergueï Bagapch (reconnu par la Russie) a félicité officielement la Russie représentée par le président Medvedev. En effet, l'URSS de Staline (qui était par ailleurs géorgien) fut l'un des principaux acteurs de la victoire des Alliés sur l'Axe. Parallèlement, Dimitri Medvedev a profité du moment pour rendre hommage au courage des soldats géorgiens durant la guerre mondiale, rappelant que la dernière bataille du conflit sur la scène européenne a été remporté par des Géorgiens des Pays-Bas. leJDD.fr Ria Novosti.ru
  • 7 mai : Le Président Mikheil Saakachvili est à Prague pour le sommet de l'Union européenne sur le partenariat oriental, qui est censé contenir la Géorgie et d'autres anciens satellites soviétiques dont la Moldavie, l'Arménie, l'Ukraine, la Moldavie et le Bélarus (ce dernier est condamné à être éloigné du projet s'il reconnaît l'Abkhazie et l'Ossétie du Sud). Le président géorgien a salué l'alliance avec l'Europe, qu'il considère comme un bien meilleur allié que la Communauté des États indépendants. Civil.ge
  • 6 mai : L'OTAN a entamé les missions Cooperative Longbow 09/Cooperative Lancer 09 en Géorgie. Ces missions sont des exercices militaires dans lesquels participent pas moins de 16 pays membres ou alliés de l'Alliance nord-atlantique (la Russie, la Serbie, le Kazakhstan, la Moldavie et l'Arménie ont refusé d'y participer). Près de 2 000 soldats participeront à ces missions censés continuer jusqu'au 1er juin. Toutefois, la situation actuelle dans le pays n'est pas la meilleure pour accueillir Cooperative Longbow 09/Cooperative Lancer 09 : en effet, les tensions avec Moscou sont de plus en plus exécrables tandis que les opposants au régime de Mikheil Saakachvili ont tenté un coup d'État hier. L'Express.fr
  • 6 mai : Au lendemain de la tentative de coup d'État contre le Président Saakachvili, des manifestants ont tenté de prendre de force le Ministère de l'Intérieur. La police anti-émeute les en a empêché (pour la première fois depuis le 9 avril) en leur lançant des coups de matraques, en réponse aux lancés de pierres et de batons aux membres de la police. Ce sont les premiers incidents qui se produisent entre police et manifestants à Tbilissi depuis le début des manifestations le 9 avril dernier. Le Figaro.fr
  • 5 mai : Dans la base militaire géorgienne de Moukhrovani, des militaires ont tenté de mener une mutinerie. Plusieurs généraux, dont un ancien général en chef de l'armée géorgienne sous la présidence d'Edouard Chevardnadze, ont été arrêtés et mis en prison pour tentative de coup d'État alors que l'opposition continue ses manifestations anti-Saakachvili dans les rues de Tbilissi depuis le 9 avril. La mutinerie a été rapidement réprimé et le Président a déclaré que la tentative de coup d'État avait été organisé par Moscou. Nouvel Obs.fr Xinhua.com Nouvel Obs.fr
  • 4 mai : D'après les médias géorgiens, le gouvernement aurait donné jusqu'au 26 mai aux manifestants pour arrêter leurs actions. En effet, à cette date, une grande parade militaire devra défiler dans les rues de Tbilissi pour célébrer la fête d'indépendance de la Géorgie (celle de 1918). Toutefois, l'administration géorgienne n'a pas encore confirmé l'information. D'un autre côté, l'opposition a donné au Président Saakachvili jusqu'au 11 mai pour démissionner s'il ne veut pas voir les principales artères de la capitale bouchées. Ria Novosti.ru
  • 2 mai : Les gardes-frontières russes sont arrivés en Ossétie du Sud et en Abkhazie, dans le but de protéger les limites de ces deux républiques autoproclamées avec la Géorgie comme le stipule le traité signé le 30 avril dernier. Tbilissi, qui se prépare pour les exercises militaires de l'OTAN qui auront lieu sur son territoire dans mois d'une semaine, a accusé Moscou de provocations et cela a entraîné une nouvelle phase de tensions entre l'Occident et la Russie. [17]
  • 1er mai : Guiorgui Chenguelia, un cinéaste géorgien célèbre dans son pays, a fondé un nouveau parti politique, le « Parti du vin », un parti qui rentrera dans l'opposition anti-Saakachvili. Selon lui, le vin est la principale ressource économique de la Géorgie et son ancienneté représente l'histoire de la nation géorgienne. AFP

Avril[modifier le code]

  • 30 avril : Les républiques autoproclamées d'Abkhazie et d'Ossétie du Sud ont signé avec la Russie un traité d'alliance militaire garantissant la protection des frontières des régions séparatistes géorgiennes à Moscou. Cet acte, ratifié à Moscou, permet à l'armée russe de répondre à de possibles clashs militaires comme ceux qui se produisent depuis maintenant plusieurs années. L'OTAN a accusé la Russie de faire pression sur la Géorgie tandis que Moscou prétend que Washington provoque la Russie. Ouest-France.fr
  • 29 avril : La Moldavie a décidé de suivre la Russie et le Kazakhstan sur le boycott des exercises militaires de l'OTAN en Géorgie. Chisinau, dont la constitution en fait de jure un État neutre, est membre du Partenariat pour la Paix otanien, tout comme Moscou et Astana, mais est dirigé par un gouvernement communiste. Il ne reste plus que 18 pays dans la liste de ceux qui participeront aux missions Cooperative Longbow 09/Cooperative Lancer 09 près de Tbilissi. Ria Novosti.ru
  • 29 avril : Le ministère russe des Affaires étrangères a déclaré que la Russie investira plus de 800 millions de roubles (18 millions d'euros) dans l'économie abkhaze dans cette année 2009. Toujours selon Moscou, cet acte aidera à la reconstruction de l'Abkhazie, coupée du monde extérieur (exceptée la Russie) depuis les années 1990 et dont l'économie se proterait mieux depuis les quatre dernières années. Ria Novosti.ru
  • 28 avril : Moscou a annulé la réunion prévue le 7 mai prochain entre les chefs d'état-major de l'OTAN et de la Russie. D'après le ministère russe des Affaires étrangères, cette décision a été prise pour protester contre les exercises militaires que l'Alliance nord-atlantique a l'intention de faire le mois prochain en Géorgie. Cette réunion était censé apporter une nouvelle phase dans la situation de quasi-guerre froide qui règne entre Washington et Moscou depuis la Deuxième Guerre d'Ossétie du Sud. AFP
Sergueï Lavrov
  • 27 avril : En pleine conférence de presse avec son homologue chinois, Sergueï Lavrov, ministre des Affaires étrangères de Russie, a refusé officiellement la proposition de l'OTAN d'envoyer des observateurs pour surveiller les exercices militaires que l'Alliance nord-atlantique a l'intention d'organiser le mois prochain en Géorgie. « Nous déconseillons à n'importe qui d'envoyer ses troupes en Géorgie dans le cadre des exercices provoquants de l'OTAN » ont été les paroles du chef de la diplomatie russe. RTBF.be
  • 26 avril : Le Catholicos-Patriarche de toute la Géorgie Ilia II a appelé l'opposition et le gouvernement en place à organiser une journée pour se repentir de leurs péchés le 28 avril prochain. Il leur a demandé dans un discours à la Cathédrale de la Trinité de Tbilissi de tous venir à l'église pour se repentir ensemble. Civil.ge
  • 26 avril : Un bâtiment de l'émission de télévision géorgienne Star Academy s'est écroulé, tuant deux employés de la chaîne Roustavi-2 (Guiorgui Gabounia et Nika Guelachvili). Un producteur du show, de même qu'un autre employé, ont été légèrement blessés et hospitalisés à Tbilissi. Une enquête a été ouverte pour savoir si l'incident avait été provoqué par quelqu'un. Le Président Saakachvili, de retour de sa visite de trois jours en Bulgarie (certains média prétendent qu'il est parti se reposer en Turquie le dernier jour) Civil.ge
  • 26 avril : Alors que les manifestations arrivent à leur dix-septième jour ce dimanche, deux civiles habitant dans le quartier de Roustaveli (où les portestataires manifestent) ont été violemment battus par deux activistes de l'opposition. L'un d'eux serait Bidzina Gueguidze, un proche collaborateur de Levan Gatchetchiladze, un des chefs de file de l'opposition. Les victimes se sont fait non seulement battre mais aussi voler leur porte-feuille. Civil.ge
  • 26 avril : Levan Mikeladze, ancien diplomate et opposant au régime Saakachvili, est mort à l'âge de 52 ans de ce qui semble être une crise cardiaque. Mikeladze avait auparavant servi d'ambassadeur de Géorgie en Suisse avant de rejoindre l'opposition lors des manifestations anti-gouvernementales du . Plus récemment, il avait rejoint l'équipe politique d'Irakli Alassania, un des leaders de l'opposition actuelle, et a notamment participé aux manifestations qui animent les rues de Tbilissi depuis le 9 avril. Civil.ge
  • 25 avril : Un militant de l'opposition stationnant dans une des cellules posées par les protestataires qui manifestent dans les rues de la capitale géorgienne depuis maintenant 16 jours a été touché au visage (œil droit) par une munition lancée par un pistolet à air comprimé venu du bâtiment du Ministère de l'Intérieur. Témour Beridze, venu spécialement de Batoumi pour les manifestations, a été soigné à Tbilissi. Civil.ge
Carte de la Géorgie et de la Bulgarie
  • 25 avril : Alors que la situation à Tbilissi reste animée par les manifestations de l'opposition, le Président Saakachvili est parti pour Sofia dans le but de confirmer les très bonnes relations économiques entre la Bulgarie et la Géorgie. Après un rendez-vous avec son homologue bulgare Gueorgui Parvanov, il a rejoint la Turquie pour s'entretenir avec le gouvernement pro-occidental d'Ankara. Civil.ge
  • 25 avril : Mikheil Tchiaoureli, un des membres du conseil de la direction de la Télévision d'État a annoncé sa démission pour rejoindre ses collègues dans les protestations anti-gouvernementales. C'est déjà le quatrième membre du « Conseil des Neuf » à résigner à son poste, ne laissant plus que cinq personnes à la tête du plus important service d'information de la Géorgie. Un vote au sein de l'entité devrait être organisé pour remplir les quatre sièges désormais vacants. Civil.ge
  • 24 avril : D'après Tskhinvali, le village de Velit, district de Znaour (frontière de facto géorgio-sud-ossète), a été la cible de tirs provenant d'un véhicule Cobra du côté géorgien de la frontière. Le ministère séparatiste de la Défense a prétendu ne pas avoir répondu aux provocations, qui n'ont fait aucun blessés. Toutefois, Ibrahim Gasseïev, vice-ministre sud-ossète de la Défense, a menacé de répondre aux attaques géorgiennes si un tel incident devait se reproduire. Ria Novosti.ru
  • 24 avril : En raison de la disqualification de la Géorgie à l'Eurovision 2009 de Moscou pour la non neutralité de la chanson choisie par Tbilissi à l'égard de la Russie, le pays lancera la première édition de l'« Open Air, Alternative Vision » du 15 au 17 mai prochain, en tant qu'émission alternative au concours européen. Des représentants d'une quinzaine de pays européens chanteront à Tbilissi sous l'égide de MTV. Courrier International.com
  • 24 avril : Jaap de Hoop Scheffer, Secrétaire général de l'Alliance nord-atlantique, a confirmé que les troupes d'une vingtaine de pays membres ou alliés à l'OTAN participeront à des exercices militaires entre le 6 mai et le 1er juin prochain en Géorgie. Et malgré les mauvaises réactions de Moscou et de ses alliées (notamment le Kazakhstan), il a demandé une nouvelle fois à la Russie d'envoyer des troupes d'observateurs pour surveiller les exercices. Le Figaro.fr
Carte de l'Ossétie du Sud d'avant-guerre
  • 23 avril : À l'initiative de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE), des représentants géorgiens et sud-ossètes se sont rencontrés dans le village d'Ergnétie, situé en « zone neutre » sous domination militaire russe depuis la fin de la Deuxième Guerre d'Ossétie du Sud. D'après le Ministère de l'Intérieur de Tbilissi, la rencontre n'a pas menée à des propositions de résolution du conflit ossèto-géorgien mais a juste prévu de futures rencontres pour engager un processus de paix définitif. LeJDD.fr
  • 23 avril : Alexandre Loukachenko a accusé l'Union européenne sous la présidence tournante de la République tchèque de faire chanter la Biélorussie sur la reconnaissance de l'indépendance de l'Abkhazie et de l'Ossétie du Sud, deux régions séparatistes géorgiennes depuis le début des années 1990. En effet, l'UE menace de geler son partenariat oriental avec l'ex-république soviétique apparemment toujours sous la houlette de Moscou si Minsk ne met pas un terme au débat sur le conflit géorgio-séparatiste qui anime le Parlement biélorusse depuis le 2 avril. Ria Novosti.ru
  • 22 avril : Des milliers de manifestants ont continué leur protestations contre le gouvernement en place, principalement devant le Parlement géorgien. Ayant fait venir des centaines de supporters provinciaux « malgré les obstacles placés sur leur chemin par l'administration », les leaders de l'opposition ont commencé à constituer leurs « ghettos », composés de cages dans lesquelles les protestataires se placent, dans le but de représenter leur nation en un État policier. Civil.ge
  • 22 avril : Robert Wood, un officiel du Secrétairiat d'État étatsunien, a qualifié les exercises de l'OTAN en Géorgie prévus pour le mois prochain comme non-provocatif, contrairement aux prétentions de Moscou et du Kazakhstan. Toujours selon Washington, les exercises militaires qui feront intervenir près de 1 900 soldats d'une vingtaine de pays différents en Géorgie participent à l'avancée du développement national. Civil.ge
  • 21 avril : Le Kazakhstan, invité aux exercises militaires de l'OTAN en Géorgie qui auront lieu le mois prochain près de Tbilissi en tant que membre du « Partenariat pour la Paix » de l'Alliance nord-atlantique, a décidé de boycotté lesdits actes de l'organisation militaire, en soutien avec Moscou qui a dénoncé les exercices comme des provocations de la part du gouvernement géorgien et de Washington. leJDD.fr
  • 21 avril : Les manifestations de l'opposition anti-Saakachvili ont repris à Tbilissi, après trois jours de répit pour les fêtes religieuses orthodoxes de Pâques. D'après les leaders de l'opposition (qui prétendent la présence de 60 000 protestataires dans les rues de Tbilissi), les prochains jours seront les plus sévères de la vague contre le gouvernement de la Révolution des Roses et des quartiers entiers seront créés avec des cages et des tentes sous le nom de « ghettos », pour symboliser la tournure de la Géorgie en État policier. Selon Nino Bourdjanadze, ancienne Présidente du Parlement et nouvelle opposante, des villageois et des citadins venant de toute le pays se dirigeront vers la capitale nationale dès les jours qui vont suivre. Ria Novosti.ru
Emblême du FSB
  • 21 avril : Moscou prétend avoir arrêté un espion du SSID (services de renseignement de Géorgie) en activité en Russie. D'après le FSB, Mamouka Maïssouradze aurait été en train de tenter de créer un réseau d'espions dans la région de Krasnodar, dans le but d'aider les indépendantistes tchétchènes, qu'il aurait soutenu depuis 2000. Cet agent du gouvernement géorgien était en ce moment dans une enquête sur les Jeux olympiques d'hiver 2014, qui auront lieu à Sotchi. Le Nouvel Obs.com
  • 21 avril : Des observateurs de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) ont été interpellés en Ossétie du Sud par les autorités de la république autoproclamée qui n'accepte pas la présence d'observateurs internationaux depuis la Deuxième Guerre d'Ossétie du Sud. D'après Tskhinvali, ils auraient été arrêtés par les gardes frontières sud-ossètes pour avoir franchi la frontière illégalement. leJDD.fr
  • 20 avril : Un porte-parole de l'Alliance atlantique a indiqué que l'OTAN maintiendra les préparatifs de ses exercices militaires en Géorgie malgré les protestations de la Russie et le boycott par Moscou d'une réunion le 7 mai des chefs d'état-major de l'OTAN et de la Russie. Le Figaro.fr
  • 19 avril : Alors que l'opposition est en trêve sainte pour les fêtes religieuses qui animent ce week-end la Géorgie tout entière, le Catholicossat-Patriarcat de toute la Géorgie a fêté Pâques dans la Cathédrale de la Sainte-Trinité à Tbilissi, le plus grand édifice religieux du pays. La messe a été menée par le Catholicos-Patriarche Ilia II qui, dans son discours religieux, a appelé le gouvernement géorgien à entretenir de meilleures relations avec les pays voisins mais aussi à organiser une « amnistie des impôts » dans le but d'aider les petites comme les grandes entreprises en ce climat de crise économique mondiale dont la Géorgie n'a pas échappé malgré la continuité de l'avancée financière du pays. Civil.ge
  • 18 avril : Les leaders de l'opposition anti-Saakachvili ont annoncé qu'il continuront encore leur protestations pour demander la démission du gouvernement actuellement en place, sans toutefois accepter les propositions de négociations faites par l'administration. Ils accusent le Président Mikheil Saakachvili d'avoir rompu avec la tradition de la Révolution des Roses. Les manifestations, arrêtés pendant les fêtes religieuses de l'Église orthodoxe géorgienne, reprendront en effet dès le début de la semaine prochaine. Civil.ge
  • 18 avril : Le leader abkhaze Sergueï Bagapch a annoncé depuis Moscou sa candidature pour sa propre succession aux élections présidentielles du mois de décembre. D'après la Constitution abkhaze, le chef d'État a le droit de se présenter deux fois pour un mandat de cinq ans. Par la même occasion, Bagapch a déclaré qu'il était possible qu'il opère des exercises militaires à la frontière géorgienne en réponse aux actes de l'OTAN. Civil.ge
  • 18 avril : Le président russe Dimitri Medvedev a menacé les États-Unis de répondre « d'une manière ou d'une autre » aux exercises militaires que l'OTAN à l'intention de mener du 6 mai au 1er juin prochain en Géorgie. Dans son discours, le chef d'État de la Fédération de Russie a déclaré qu'il pourrait répondre en faisant des exercises militaires en Corée du Nord, au Moyen-Orient ou quelque part d'autre. Civil.ge
  • 17 avril : En ce huitième jour des protestations civiles contre le gouvernement en place, les manifestations se sont beaucoup affaiblies, ne réunissant que quelques milliers de protestataires devant le Parlement, contre près de 100 000 le 9 avril dernier à travers le pays entier. Selon les politologues géorgiens, cela marque un affaiblissement de l'opposition suite à l'échec du renouveau de la Révolution des Roses souhaité par la majorité des leaders des 14 partis politiques qui sont dans les rues depuis déjà une semaine. Toutefois, d'après les chefs de file des anti-Saakachvili, ce fait est dut à la modestie des protestataires durant les fêtes religieuses (la semaine sainte est en ce moment fêtée chez les orthodoxes). Civil.ge
  • 16 avril : La Géorgie et la Russie se sont mutuellement accusées de masser des troupes sur les lignes de démarcation entre leurs forces respectives, et de préparer des « provocations ». Chacune des deux parties a affirmé que l'autre cherchait à tirer profit des tensions politiques actuelles en Géorgie, où l'opposition manifeste dans les rues depuis une semaine en réclamant la démission du président Mikheil Saakachvili. leJDD.fr
  • 16 avril : Alors que le leader abkhaze Sergueï Bagapch a annoncé qu'il n'allait pas demander la reconnaissance de son indépendance à la communauté internationale, il a déclaré qu'il n'était également pas prêt à entamer des négociations avec le gouvernement actuellement en place à Tbilissi. Toujours selon lui, la situation en Géorgie ne sera jamais stable comme le prouvent les manifestations dans les rues de la capitale géorgienne qui se déroulent en ce moment même. Ria Novosti.ru
  • 15 avril : Selon Tbilissi, Edouard Kokoïty, le président de la république séparatiste géorgienne d'Ossétie du Sud, a ordonné la « passeportisation » totale de la région d'Akhalgori, frontalière de facto avec la Géorgie. Il s'agit de procéder à la délivrance obligatoire d'un passeport ossète à une population géorgienne de souche. Le ministre de la Réintégration territoriale géorgien, Temour Iakobachvili, accuse "le leader des séparatistes" de mettre en œuvre cette politique de délivrance de passeports « à des fins d'enrichissement personnel ». Courrier International.com
  • 15 avril : En ce septième jour des protestations de l'opposition contre le gouvernement en place, quelque 2 000 manifestants se sont réunis devant le Parlement géorgien, au centre de la capitale Tbilissi. Cela marque probablement une marque d'affaiblissement de l'opposition, qui avait réussi à réunir près de 100 000 protestataires jeudi dernier. Des tentes sont toujours placés devant le Palais présidentiel et la Télévision d'État. Le Figaro.fr
  • 14 avril : L'organisation non-gouvernementale Human Rights Watch a accusé l'armée russe de s'être servie de bombes à fragmentation contre des civils géorgiens durant la Deuxième Guerre d'Ossétie du Sud, alors que l'utilisation de cette arme est interdite par le droit humanitaire international. Moscou continue à démentir les accusations, faites pour la première fois par Tbilissi. leJDD.fr
  • 14 avril : Au sixième jour des contestations contre le Président Saakachvili, des milliers de manifestatnts se sont à nouveau réunis dans les rues de Tbilissi. Le chef de l'État a alors profité d'une visite à un hôpital pour accuser la Russie de se trouver derrière les révoltes populaires et continue à soutenir que rien ne pourra déstabiliser la Géorgie. Et alors qu'une partie des protestataires se sont déjà installés dans des tentes devant le Palais présidentiel, la majorité des manifestants ont commencé le blocus du Parlement, bloquant tous les accès au bâtiment gouvernemental. Euronews.net, Ria Novosti.ru
  • 14 avril : Le Ministère géorgien de l'Économie a déclaré que les États-Unis alloueront une somme de 242 millions de dollars US, après la soumission de la proposition au Congrès américain. Toujours selon Tbilissi, cette somme sera utilisée pour le développement de l'infrastructure, du secteur énergétique, des communes et de l'agriculture, ainsi que pour améliorer les conditions de vie des personnes déplacées. Ria Novosti.ru
  • 14 avril : Des Arméniens ont participé ce mardi 10 avril à une manifestation devant l'ambassade géorgienne à Paris (104, avenue Raymond Poincarré). Ils ont réclamé une autonomie plus grande au sein de la Géorgie et un arrêt immédiat du « non-respect des droits de l'Homme » en Djavakhétie, région du sud du pays peuplée majoritairement par des Arméniens. Nouvelles d'Arménie.com
  • 13 avril : Après les deux derniers jours de basse activité des protestataires, pas moins de 20 000 manifestants demandant toujours la démission de Mikheil Saakachvili (qui continue à refuser) ont protesté devant le site de la Présidence à Tbilissi. Plusieurs leaders de l'opposition ont appelé à la continuation des révoltes jusqu'à la tenue d'élections présidentielles qui devront faire sortir les opposants victorieux. Plusieurs tentes ont également été installées devant le Palais présidentiel dans lesquels les chefs des protestataires se sont déjà mis. AFP
  • 12 avril : Pour les fêtes religieuses, l'opposition a décidé d'arrêter les manifestations provisoirement. Toutefois, cela n'a pas empêché de nouveaux vandales à saccager des QG de certains partis d'opposition. D'après le Parti républicain, des dizaines d'hommes ont endommagés les équipements de ladite opposition. Civil.ge
  • 11 avril : Les manifestations de l'opposition anti-Saakachvili continuent pour la troisième journée dans les rues de Tbilissi, bloquant cette fois-ci les accès à la présidence et à la Télévision d'État. Toutefois, une première réponse de la part du parti pro-gouvernemental a été observée quand dans la soirée, un groupe de 50 à 100 hommes (nommés vandales par les leaders de l'opposition) s'en est pris à la foule des 4 000 protestataires, lui arrachant des drapeaux et des pancartes, sans faire de blessés graves. Euronews.fr leJDD.fr
  • 10 avril : Suite au refus de l'ultimatum selon lequel le Président Saakachvili devait démissionner avant 15h00 heure locale par le gouvernement géorgien, les manifestations de l'opposition ont repris dans les rues de Tbilissi. Près de 25 000 protestataires (130 000 selon les organisateurs) ont aujourd'hui bloqué les principales artères de la capitale nationale, réclamant encore une fois la démission de l'administration en place. Les leaders de l'opposition en ont profité pour appelé à une désobéissance civile, ne demandant toutefois pas aux manifestants d'entamer des vagues de violence. Et alors que la France se dit concerné par les évènements se déroulant en Géorgie, Mikheil Saakachvili a annoncé qu'il n'avait pas l'intention de réduire son mandat, censé durer jusqu'en 2013 et a appelé à l'unité de son pays face aux dangers extérieurs. AFP
  • 9 avril : Des dizaines de milliers de Géorgiens ont manifesté tout au long de la journée pour demander la démission de Mikheil Saakachvili, accusé d'avoir provoqué et d'avoir perdu la Deuxième Guerre d'Ossétie du Sud. Les manifestants sont issus de toutes les classes populaires et pas moins de 17 partis politiques ont apportés leur soutien. À Tbilissi, le nombre des manifestants varie entre 40 000 et 60 000 personnes, tandis que d'autres villes ont également été le siège de révoltes. Le nombre totale des manifestants est de 100 000 âmes, mais le gouvernement a appelé au calme alors que le Président en personne s'est adressé à la foule, qualifiant les manifestations de « victoire de la démocratie », se référant au fait que celles-ci sont pour le moment pacifique. L'Express.fr Deutsche Welle.de
  • 8 avril : Le gouvernement géorgien tout comme le Patriarche Ilia II de Tbilissi ont appelé au calme ce mercredi afin d'éviter de causer de violents actes durant les manifestations que l'opposition à l'intention de mener à partir du 9 avril. Ladite opposition accuse en effet les autorités géorgiennes d'avoir brisé l'esprit de la Révolution des Roses et demande la démission de Mikheil Saakachvili. leJDD.fr
  • 7 avril : La justice géorgienne a condamné l'autonomiste arménien de Djavakhétie et leader du parti Djavakh Uni Vahag Chachkhalian à une peine de dix ans de prison ferme pour détention d'armes illégales, organisation de manifestations non-autorisées par le gouvernement géorgien et alimentations de sentiments indépendantistes dans le sud de la Géorgie. Nouvelles d'Arménie.com
  • 7 avril : Le Ministère des Affaires étrangères de la république auto-proclamée d'Abkhazie a accusé la Géorgie de « piraterie », notamment en raison des actes illégaux que la marine géorgienne opèrerait dans les eaux neutres de la région depuis plus de 13 ans et du blocus maritime organisé par Tbilissi contre la région indépendantiste depuis 1996. D'après Moscou, Soukhoumi va reclamer des réparations à la Communauté des États indépendants. Ria Novosti.fr
  • 7 avril : Boris Atoïev, président du Comité de sécurité d'État (KGB) d'Ossétie du Sud, a déclaré que les troupes géorgiennes se préparaient aux frontières sud-ossèto-géorgiennes pour opérer de nouvelles attaques et de nouveaux clashs militaires contre l'armée et la milice indépendantiste. Ria Novosti.fr
  • 7 avril : Après avoir rapporté son soutien au Président Obama qu'il considère comme plus utile que George W. Bush, le président géorgien Mikhail Saakachvili s'est dit confiant dans le rétablissement de l'intégrité territoriale de son pays, à laquelle contribuera à son avis le développement de la Géorgie et le soutien international dont elle bénéficie. Ria Novosti.fr
  • 5 avril : En sommet à Prague, le président américain Barack Obama a soutenu l'entrée de la Turquie au sein de l'Union européenne et l'integrité territoriale de la Géorgie, rappelant que les États-Unis ne reconnaissaient pas l'indépendance de l'Ossétie du Sud et de l'Abkhazie malgré le « rôle important de la Russie » dans les dialogues européens. Radio Srbija.org
  • 4 avril : Suite à la condamnation de « l'invasion russe de Géorgie » du mois d'août dernier par le président étatsunien Barack Obama à Londres, en même temps que son homologue français Nicolas Sarkozy, le Président du Parlement géorgien David Bakradze a accueilli lesdites déclarations et s'est dit prêt à renouveler les traités de coopération entre Tbilissi et l'Occident. Civil.ge
  • 3 avril : Le président russe Dimitri Medvedev a déclaré de Londres dans le cadre de la réunion du G20 qu'il ne « souhaitait pas entretenir des relations avec son homologue géorgien Mikheil Saakachvili », qu'il considère déjà comme un cadavre politique depuis la Deuxième Guerre d'Ossétie du Sud. Ria Novosti.fr
  • 2 avril : Andreï Nesterenko, porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, a déclaré que la Géorgie préparait une « revanche » contre la Russie suite à sa défaite du mois d'août 2008. Toujours selon lui, les annonces de la rénovation de l'armée géorgienne par le Président Saakachvili et le développement croissant des relations militaires américano-géorgienne le prouvent. Romandie News

Mars[modifier le code]

  • 31 mars : La frigate étatsunienne USS Klakring amarre à Batoumi, capitale de la République autonome d'Adjarie. Levan Varchalomidze, président de la région, a annoncé que des entraînements entre troupes américaines et géorgiennes auront lieu dans les prochains jours. La frigate avait quitté le port ukrainien de Sébastopol la semaine dernière. Civil.ge
  • 31 mars : Le Général américain James Cartwright, en visite en tant que chef de la délégation militaire de l'administration Obama, s'est entretenu avec le Président Saakachvili avec qui il a annoncé une réformation et une modernisation de l'armée nationale en raison de la destruction de celle-ci durant la Deuxième Guerre d'Ossétie du Sud. Par cet acte, Washington prouve qu'elle soutient encore son protégé caucasien. Civil.ge
  • 30 mars : Dans le cadre des discussions russo-géorgiennes, le président de l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe Lluis Maria de Puig a invité des délégations sud-ossètes et abkhazes à se joindre aux négociations sur la résolution des conflits indépendantistes. Ria Novosti
  • 29 mars : Un policier géorgien a été tué lors d'une explosion d'une bombe alors qu'il patrouillait dans le village de Dvani, non loin de la frontière de facto entre la Géorgie et sa région séparatiste d'Ossétie du Sud. Six autres policiers venus en secours ont quant à eux été blessés lors de l'explosion d'une seconde bombe. Le Ministère de l'Intérieur a accusé les autorités indépendantistes de Tskhinvali d'avoir commis l'attentat. Le Figaro
  • 26 mars : Matthew Bryza, sous-secrétaire d’État adjoint américain chargé des affaires eurasiatiques, est arrivé à Tbilissi pour ce qui semble être une nouvelle visite surprise en Géorgie, probablement dans le but de tenter de calmer l'opposition anti-Saakachvili. Il avait déjà visité le pays il y a moins de deux semaines.
  • 25 mars : La Russie accuse la Géorgie d'avoir commis un génocide durant la Deuxième Guerre d'Ossétie du Sud. Selon Tskhinvali, 162 civils sud-ossètes seraient morts suite aux bombardements géorgiens du mois d'août 2008, tandis que Tbilissi déplore quant à elle 157 civils sur le territoire géorgien, sans compté les Géorgiens ethniques d'Ossétie du Sud dont les villages furent détruits par les miliciens indépendantistes.
  • 24 mars : Le ministre d'État à la Réintégration Témour Iakobachvili a déclaré que le Président Saakachvili n'avait jamais fait un ordre secret sur la Deuxième Guerre d'Ossétie du Sud, dans le but de restaurer un « ordre constitutionnel » dans la région séparatiste de Tskhinvali.
  • 24 mars : Deux Géorgiens -Malkhaz Gvekoukachvili et Lacha Chkhenkeli- ont été arrêtés à Tbilissi pour détention d'armes illégales. Selon le Ministère de l'Intérieur, ils avaient l'intention de préparer un coup d'État.
  • 23 mars : Le président biélorusse Alexandre Loukachenko et le chef de la république indépendantiste d'Abkhazie Sergueï Bagapch se sont entretenus à Moscou. Le principal sujet de discussion était la future décision (2 avril) du Parlement biélorusse de choisir les statuts de l'Abkhazie et de l'Ossétie du Sud vis-à-vis de Minsk.
  • 23 mars : Dóra Bakoyánni, président de l'OSCE et chef de la diplomatie grecque, est en visite à Tbilissi afin de présenter les propositions de la Grèce sur la recherche d’une solution de compromis, permettant d’assurer la prolongation du mandat des observateurs de l’organisation en Géorgie et le consensus en même temps de toutes les parties concernées.
  • 23 mars : Neuf membres du parti d'opposition Mouvement démocrate-Géorgie unie ont été arrêtés pour détention illégale d'armes. Deux d'entre eux ont été libérés et les sept autres sont en détention.
  • 20 mars : Le chef des renseignements extérieurs géorgiens Guéla Béjouachvili a déclaré que depuis plusieurs années, le principal but de Moscou était de renverser le gouvernement en place de Géorgie, mené par le pro-occidental Mikhaïl Saakachvili. Toujours selon lui, rien que l'année dernière, la Russie a dépensé pas moins de 20 millions de roubles dans le cadre de la « guerre médiatique ». Il a rajouté que désormais avec l'occupation de l'Abkhazie et de l'Ossétie du Sud par les troupes russes, Moscou a choisi de faire chantage sur Tbilissi en faisant reconnaître les républiques sécessionnistes.
  • 20 mars : Le président russe Dimitri Medvedev a accordé son feu vert sur la conception de traités militaires avec les régions sécessionnistes géorgiennes d'Abkhazie et d'Ossétie du Sud. Selon ces accords, Soukhoumi et Tskhinvali se placent officiellement sous le « parapluie militaire » de Moscou.
  • 19 mars : Quatre partis d'opposition (le Parti de la Liberté, le Parti du Futur, le Parti traditionaliste et le Parti des Femmes pour la Justice et l'Égalité) ont annoncé leur union pour former l'Alliance de la Liberté, bloc anti-Saakachvili militant pour l'établissement d'élections présidentielles anticipées.
  • 17 mars : Moscou, Tskhinvali et Soukhoumi ont signé un traité de coopération économique d'après lequel la Russie promet 5,16 milliards de roubles pour la reconstruction des provinces sécessionnistes géorgienne de l'Abkhazie (2,36 milliards de roubles) et l'Ossétie du Sud (2,8 milliards de roubles), en addition au 5,16 milliards de roubles déjà promis depuis la fin de la Deuxième Guerre d'Ossétie du Sud à cette dernière. Cet acte a été organisé dans le but d'atténuer les tensions naissantes au sujet de l'économie entre Tskhinvali et Moscou.
  • 16 mars : La Fédération de Russie a arrêté son aide financière à la province séparatiste d'Ossétie du Sud. D'après les sources géorgiennes, cela serait dut à une embrouille entre le gouvernement indépendantiste de Tskhinvali et son protecteur de Moscou. En effet, avec les 1,5 milliard de roubles dépensés par la Russie jusque là, seul un dixième de la somme promise par la fédération qui reconnut l'Ossétie du Sud en août 2008 ne fut utilisé. Et, alors que la Géorgie propose une aide de 4 milliards de dollars à condition de la sortie des troupes russes des régions contrôlées par les sécessionnistes, des membres du gouvernement de Tskhinvali ont déjà accusé Moscou de ne pas avoir respecté ses promesses.
  • 14 mars : Matthew Bryza, sous secrétaire d’État-adjoint américain chargé des affaires eurasiatiques, a répondu aux prétentions du chef de la diplomatie géorgienne qui disait que les États-Unis avaient l'intention d'installer des bases militaires en Géorgie, comme la Russie le fait en Abkhazie et en Ossétie du Sud. Toutefois, il peut être noté que la phrase dite par Bryza a été prononcée au passé.
  • 13 mars : Plus de 7 000 manifestants anti-Saakachvili se sont réunis pour protester dans la paix sous l'égide du chanteur Guiorgui Gatchetchiladzé qui avait organisé un concert pour les opposants à partir d'une cage dans laquelle il est censé rester jusqu'à la démission des membres du gouvernement (dont le Président). Cette petite partie des protestants à l'administration de Mikheil Saakachvili se réuniront avec leur compatriotes à partir du 9 avril prochain pour manifester, cette fois-ci dans la rue.
  • 11 mars : La Géorgie a renoncé à participer au concours annuel de l'Eurovision à Moscou en mai après le rejet de sa chanson par les organisateurs au motif qu’elle raille le Premier ministre russe, Vladimir Poutine, a indiqué une responsable géorgienne. Les organisateurs avaient donné à la Géorgie jusqu’au 16 mars pour changer le texte ou choisir une autre chanson. La Géorgie avait sélectionné cette chanson après avoir envisagé de boycotter le concours à la suite de la courte guerre en août dernier avec la Russie.
  • 11 mars : Le gouvernement séparatiste d'Ossétie du Sud a offert à la Fédération de Russie des terres vierges pour 99 ans dans le but de construire des bases militaires, afin de s'occuper de « la sécurité des frontières (avec la Géorgie) ». Le Parlement de Tskhinvali doit encore ratifier cette déclaration du leader indépendantiste Edouard Kokoïty.
  • 10 mars : La chanson de la Géorgie pour l'Eurovision doit être réécrite ou remplacée d'ici le 16 mars. Les organisateurs des joutes ont averti la télévision publique géorgienne que les paroles de « We Don't Wanna Put In » ne sont pas conformes au règlement. En effet, le titre de la chanson tout comme le refrain est basé sur un refrain qui aurait cette signification : « On Ne Veut Pas Poutine », parlant du Premier ministre russe.
  • 9 mars : Des heurts ont brièvement opposé plusieurs dizaines de manifestants anti-gouvernementaux aux forces de police, lundi aux abords du parlement géorgien à Tbilissi. Trois ou quatre personnes ont été légèrement blessées quand la police est intervenue pour refouler les manifestants, qui menaçaient d'interrompre la circulation sur la grande artère de la capitale, l'Avenue Roustavéli. Un manifestant a en outre été interpellé. Plusieurs partis d'opposition appellent d'ores et déjà à manifester le 9 avril pour réclamer la démission du président Mikheil Saakachvili.
  • 7 mars : Près de 20 véhicules blindés et 50 soldats géorgiens se sont déployés en face du village de Grom, à la frontière de facto entre la Géorgie et l'Ossétie du Sud. Aucun incident n'est a déploré pour le moment. Toutefois, le président de la république indépendantiste Edouard Kokoïty a critiqué les observateurs européens qui ne font rien pour stopper le regroupement croissant des militaires géorgiens sur les frontières de l'Ossétie du Sud. Il y a désormais 35 postes géorgiens dans la zone de surveillance européenne et 2 500 soldats loyaux à Tbilissi autour de la république autoproclamée.
  • 6 mars : La France a battu la Géorgie dans un match de rugby à VII à Dubaï, dans le cadre de la Coupe du Monde (33-0). La Géorgie avait déjà été battu par les Fidji avec 26-10.
  • 5 mars : Malgré un démenti formel du ministère russe de la Défense, Tbilissi affirme que des hélicoptères russes violent l'espace aérien géorgien et accuse la Russie de "poursuivre l'agression" contre la Géorgie. En effet, deux hélicoptères russes MI-8 et MI-24 auraient survolés pour des prises de vues aériennes les villages géorgiens de Ganmoukhouri et Khourtche dans la matinée.
  • 5 mars : Le chef d'état-major de l'armée géorgienne, le colonel Vladimer Tchatchiaia, a été muté au poste de vice-ministre de la Défense après avoir occupé ses fonctions quatre mois seulement et il a été remplacé par son adjoint Devi Tchankotadzé. Le ministère de la Défense présente le changement d'affectation de ce militaire de carrière de 37 ans comme une promotion mais les médias rappellent qu'il avait démissionné quelques jours plus tôt en se plaignant d'ingérences d'un responsable du ministère dans son travail.
  • 5 mars : La Confédération suisse commence ce 5 mars (en qualité d'État neutre) son mandat de représentation des intérêts de la Géorgie et de la Russie à Moscou et à Tbilissi.
  • 4 mars : L'ancien premier ministre Zourab Noghaïdeli, chef du parti d'opposition « Pour une Géorgie juste » a accusé le Président Saakachvili de haute trahison en raison d'un détournement de fonds atteignant les 2 milliards de dollars américain, privant la Géorgie de l'argent réservé à l'achat d'armes de bonne qualité.
  • 4 mars : Le président de la république sécessionniste d'Abkhazie Sergueï Bagapch est en visite à Moscou pour discuter sur les relations économiques entre son gouvernement et la Fédération de Russie après son homologue russe. Sa visite est censé duré deux jours.
  • 2 mars : Des jeunes Russes du groupe parlementaire Moldaïa Gvardia ont manifesté contre l'ambassade géorgienne à Moscou dans le but de protester contre le choix du groupe « Stephane & 3G » et de leur chanson We don't wanna put(-)in, qui serait selon eux une insulte non seulement envers le Premier ministre russe Vladimir Poutine mais également envers tout le peuple de Russie. Ils ont également représenté le Président Saakachvili par une dinde enfermée dans une cage.
  • 1er mars : Le Président Saakachvili est en visite dans les émirats de Dubaï et de Ras el Khaïmah pour parler des relations économiques de la Géorgie avec les souverains de ces régions autonomes des Émirats arabes unis. Cette visite succède à l'achat de la télévision nationale Imedi TV par l'Émirat de Ras el Khaïmah et à la création de la « zone économique libre de Poti », dirigée principalement par Dubaï. Les chefs d'État géorgien et émirati ont également atteint leur but de créer un visa de voyage gratuit pour les citoyens géorgiens qui vont aux EAU.

Février[modifier le code]

  • 28 février : L'ancien premier ministre et désormais leader du parti d'opposition « Mouvement pour une Géorgie Juste » Zourab Noghaïdeli a déclaré que « le traître et lâche de Président [Mikheil Saakachvili] devait partir ». L'ancien allié de M. Saakachvili devenu il y a quelques mois un radical opposant a également annoncé la tenue de manifestations dans les rues de Batoumi pour le 10 mars prochain.
  • 28 février : À 16:30 heure locale, des miliciens indépendantistes d'Ossétie du Sud ont pris en otage quatre citoyens géorgiens alors qu'ils conduisaient depuis le village de Koda en direction de Chvrinisi, dans le côté géorgien du district de Kareli. Deux d'entre eux ont été par la suite relâchés par les autorités de Tskhinvali mais les deux autres sont toujours détenus dans la capitale sud-ossète. Le gouvernement indépendantiste confirme le fait en prétendant que les Géorgiens avaient franchi illégalement la frontière sud-ossète. D'après le ministère géorgien de l'Intérieur, les sécessionnistes réclament une rançon de 6 000 euros.
  • 28 février : Les sources de Tbilissi ont déclaré que la cinquantaine de familles géorgiennes expulsées de leur village d'Otobaïa (Gali, Abkhazie) par les miliciens indépendantistes sont aujourd'hui rentrés chez eux.
  • 27 février : Le Ministère de l'Intérieur a accusé Soukhoumi d'avoir tenté de faire expulser une cinquantaine de familles géorgiennes durant la nuit. Toujours selon Tbilissi, ces familles, vivant dans le village abkhaze d'Otobaïa, à la frontière de facto avec la Géorgie, furent transportées dans les forêts voisines avec l'interdiction de revenir chez eux tant qu'un certain criminel (désormais hospitalisé en Géorgie) ne soit pas retrouvé par les miliciens indépendantistes.
  • 27 février : Moscou a qualifié de pression sur la Biélorussie la déclaration de Karel Schwarzenberg, chef de la diplomatie tchèque posant comme préalable à l'adhésion de Minsk au Partenariat oriental avec l'Union européenne la non-reconnaissance de l'Abkhazie et de l'Ossétie du Sud, selon une source diplomatique russe.
  • 26 février : Dimitri Rogozine, ambassadeur de Moscou à l'OTAN, a annoncé que la Russie et l'Organisation nord-atlantique organiseront un Conseil spécial sur le Caucase, afin de tenter de régler les différents conflits séparatistes de la région, de la Tchétchénie au Haut-Karabagh, en passant par l'Abkhazie et l'Ossétie du Sud.
  • 26 février : Le vice-ministre de l'Intérieur Chota Outiachvili a déclaré que Tbilissi ne voulait pas acheter des armes à l'Ukraine, contrairement aux prétentions de Tskhinvali. En effet, les séparatistes d'Ossétie du Sud accusent la Géorgie de se munir en armes auprès de Kiev depuis la Deuxième Guerre d'Ossétie du Sud, ce que les autorités de Tbilissi démentent. Moscou, quant à elle, soutient les dires des indépendantistes.
  • 25 février : Les autorités de l'Émirat de Ras el Khaïmah (Émirats arabes unis) ont acheté 90% des actions de la chaîne nationale géorgienne Imedia TV, ne laissant que 10% à l'ancien propriétaire intégral, Joseph Kay, homme d'affaires anglais et cousin de l'ancien propriétaire Badri Patarkatsichvili.
  • 25 février : En ce 25 février, la Géorgie célèbre les 88 ans de l'inavasion de l'Armée rouge en RDG, survenu le 25 février 1921. Les membres du gouvernement géorgien se sont félicité du fait que dans un long terme, les Soviétiques ont perdu la guerre (invasion) en raison du renouvellement de l'indépendance du pays, tandis que les leaders de l'opposition à Mikheil Saakachvili se sont postés devant le Musée de l'Occupation Soviétique de Tbilissi et ont brandi des pancartes disant : « Saakachvili, Bolchévik du XXIe siècle ». Les chaînes de radio ont quant à elle refusé de diffuser des chansons russophones et le Conseil de la Ville de Tbilissi a annoncé la renomination d'une douzaine de rues de la capitale (aujourd'hui nommées depuis la période communiste) en noms des soldats morts pendant la Deuxième Guerre d'Ossétie du Sud. Un village du district de Marneouli, anciennement appelé Ordjonikidzé (en l'honneur du général géorgien qui participa à l'invasion bolchévik du côté russe) en Saimerlo, tandis que des dizaines d'artères principales des villes de Kartli ont été également renommées.
  • 24 février : Salomé Zourabichvili, ancienne Ministre des Affaires étrangères et désormais chef du parti d'opposition « La Voie de la Géorgie », a demandé au Président Saakachvili de démissionner et d'organiser des élections anticipées avant le 9 avril. Si celui-ci refuse, des manifestations illimitées descendront devant le Parlement à cette date, ont annoncé la même Mme. Zourabichvili et le chef du Parti Conservateur Zviad Dzidzigouri.
  • 23 février : Alexandre Ankvab, Premier ministre indépendantiste d'Abkhazie, et le ministre des Finances de Soukhoumi, Beslan Koubrava, sont aujourd'hui en visite à Moscou, qui a reconnu l'indépendance de l'Abkhazie (avec le Nicaragua), afin de discuter sur des alliances économiques bilatérales prochaines.
  • 23 février : David Gamkrelidzé, leader du parti d'opposition Nouveaux Droits (qui lutte pour la restauration de la monarchie en Géorgie), a ralié le bloc des opposants au gouvernement géorgien mené par l'ancien ambassadeur de la Géorgie à l'ONU Irakli Alassania.
  • 23 février : Le ministre d'État pour le Commerce étranger de la République de Turquie débute sa visite de deux jours en Géorgie, où il s'entretiendra avec les membres du gouvernement géorgien au sujet des relations économiques entre Tbilissi et Ankara. En effet, depuis la Révolution des Roses de novembre 2003, la Géorgie est le plus gros partenaire financier de la Turquie.
  • 21 février : Le ministère russe de la Défense a publié les chiffres au sujet de la Deuxième Guerre d'Ossétie du Sud. D'après Moscou, quelque 64 soldats russes ont été tués et 23 autres blessés. La Géorgie a quant à elle à déplorer quelque 169 soldats et 228 civils. Trois soldats russes sont toujours portés disparus.
  • 20 février : Jaap de Hoop Scheffer, Secrétaire-Général de l'OTAN, a déclaré que l'Alliance nord-atlantique était en « désaccord fondamentale » avec la reconnaissance de l'Abkhazie et de l'Ossétie du Sud par la Russie (et le Nicaragua) et la décision de Moscou d'installer des bases militaires dans ces dernières républiques sécessionnistes de la Géorgie.
  • 20 février : David Tkechelachvili, ministre du développement régional et de l’infrastructure de la Géorgie, et le ministre du Transport de Bulgarie Pétar Moutachiev ont signé un traité établissant une coopération économique entre Tbilissi et Sofia. Des lignes de transport reliant les deux pays via la Mer Noire seront créées, de même qu'un partage dans la sphère d'énergie sera menné par les deux anciennes républiques communistes.
  • 20 février : Les agences locales ont publié les chiffres des mariages et des naissances depuis 2005. D'après ces sources, il y a 37% de naissances de plus depuis cette année et le double de ce nombre dans le domaine des mariages. Il serait probable que ces chiffres soient liés à la déclaration du Catholicos de Géorgie Ilia II qui avait annoncé se proposer comme le parrain d'un nouveau-né sur trois dans toute la Géorgie.
  • 19 février : Irakli Alassania, ancien ambassadeur de la Géorgie à l'ONU et désormais opposant au Président Mikheil Saakachvili, a créé son propre parti d'opposition. Favori des Géorgiens, il est probable qu'il sera bientôt le leader de l'opposition et candidat aux prochaines élections présidentielles, censées se dérouler en janvier 2013. Il a présenté son programme de réunification de la Géorgie par voie pacifique, la voie militaire étant désormais « inutile ». Il a également proposé de se rapprocher politiquement de la Russie, s'en toutefois abandonner les projets d'adhésion aux organisations euroatlantiques.
  • 19 février : Suite à un vote, les téléspectateurs géorgiens ont choisi le représentant de la Géorgie au concours de l'Eurovision 2009, qui aura lieu à Moscou cette année. Le groupe désigné se nomme « Stephane & 3G », tandis que leur chanson est « We don't wanna put in » (« On ne veut pas le mettre »). Il est par ailleurs probable que cette chanson se moque du Premier ministre russe Vladimir Poutine (Putin en anglais). Ecouter la chanson.
  • 18 février : Le Président Saakachvili est en visite en Espagne. À Barcelone, il a appelé la Communauté internationale à lancer une enquête « équitable » sur les problèmes géorgiens, affirmant que la Russie est désormais victime de la crise économique, contrairement à Tbilissi. Réclamant encore une fois avoir fait supprimer toute la corruption du pays, il a déclaré que la Géorgie était d'ores et déjà un pays stable pour la crise financière qui risque de s'aggraver. Durant son discours, Mikheil Saakachvili a également annoncé qu'il était plus important pour Tbilissi de rejoindre l'Union européenne plutôt que l'OTAN. Cette déclaration marque probablement le début d'un recul de la Géorgie vis-à-vis de l'Alliance, qui ne cesse de donner des faux espoirs à Tbilissi depuis près d'un an.
  • 18 février : Le Gouvernement et une dizaine de compagnies d'assurances médiacales ont signé un mémorandum ouvrant la coopération entre les deux partis pour la conception d'un plan sur une assurance médicale d'État.
  • 18 février : Le Parlement a confirmé la nomination de David Kereselidzé au poste de Chef de l'Administration gouvernementale, remplaçant ainsi Kakha Bendoukidzé. M. Kereselidzé avait été choisi à ce poste le 6 février dernier par le Premier ministre Nikoloz Guilaouri.
  • 18 février : Le Ministre de la Défense a annoncé le remplacement de Zourab Agladzé au poste de Chef des forces terrestres de Géorgie par le Colonel Koba Lachkepiani. Ce dernier servait jusque là dans le centre d'entraînement de Krstanissi, tandis que son nouveau prédécesseur était à son poste pendant moins de six moins. Il avait lui-même succédé au Colonel Mamouka Balakhadzé, qui dut démissionner en septembre 2008 en raison de son échec durant la Deuxième Guerre d'Ossétie du Sud.
  • 17 février : D'après le porte-parole de l'Alliance atlantique James Appathurai, la décision de la Russie de faire construire des bases militaires en Abkhazie et en Ossétie du Sud est inacceptable. Une réunion sera d'ailleurs faite à ce sujet le 20 février prochain à Cracovie, entre les ministres de la Défense de l'OTAN et de la Géorgie.
  • 17 février : Une petite tornade a frappé l'est du pays, dans les districts de Zougdidi et de Tsalenjikha (frontière abkhaze). On ne déplore aucun mort ou blessé.
  • 17 février : Le Conseil de l'Union européenne a prolongé le mandat de leurs représentants dans les conflits géorgien et kosovar, Pierre Morel et Pieter Feith, le premier restant à son poste jusqu'au 31 août 2009 et le deuxième jusqu'au 28 février 2010. Par ailleurs, Peter Semneby, représentant de l'Europe en Transcaucasie, durera jusqu'en février 2010.
  • 16 février : Sergueï Martinov, ministre des Affaires étrangères de la Biélorussie, a déclaré que Minsk était toujours en question sur la reconnaissance de l'Abkhazie et de l'Ossétie du Sud. Il a déclaré qu'effectivement, les actes géorgiens dans les régions séparatistes étaient illégaux mais aussi que la stuation s'améliorait. Selon Martinov, la Biélorussie pèse le « pour et le contre ».
  • 16 février : La situation des Géorgiens dans les provinces séparatistes s'est encore aggravée aujourd'hui. D'après le Georgian Times basé à Tbilissi, Soukhoumi a déclaré que suite à une réunion des maires des communes de la région de Gali (à majorité géorgienne), des passeports abkhazes seront distribués aux habitants de la subdivision de l'Abkhazie ; les habitants qui refuseront de se reconnaître Abkhazes devront alors quitter la province sécessionniste. D'un autre côté, en Ossétie du Sud, Tskhinvali a adopté l'Ossète comme langue officielle de la ville d'Akhalgori, qui fut annexée par les séparatistes le mois d'août dernier ; des réformes dans le domaine de l'éducation ont également été opérées et l'anglais, l'histoire et la géographie de la Géorgie sont désormais interdits à l'enseignement ; ces changements ont entraînés le départ de plusieurs Géorgiens de l'Ossétie du Sud.
  • 16 février : Les représentants de la Géorgie, de l'Arménie et de l'Azerbaïdjan se sont aujourd'hui réunis pour discuter des conflits qui brûlent le Caucase depuis la chute de l'URSS. Cette discussion sous l'égide de l'OSCE a été organisée à Vienne et les futurs de l'Abkhazie, de l'Ossétie du Sud et du Haut-Karabakh ont été les principales animations de la réunion.
  • 13 février : L'Organisation des Nations unies a approuvé à l'unanimité la prolongation du mandat de l'ONU en Géorgie et en Abkhazie pour quatre mois. Le premier mandat est censé se terminer le 15 février prochain, mais durera ainsi jusqu'en juin 2009, puis se fera remplacer par une mission d'observation de l'OSCE.
  • 12 février: Dora Bakoyannis, Présidente de l'OSCE et chef de la diplomatie grecque, a aujourd'hui approuvé la décision de prolonger le mandat de l'Organisation en Géorgie. Le mandat de l'OSCE s'est achevé le 1er janvier dernier suite aux pressions menées par les autorités russes et reprendra d'ici le 30 juin.
  • 11 février : D'après le Ministère de l'Intérieur de la Géorgie, une cinquantaine de soldats et de chars blindés venant d'Ossétie du Sud ont franchi la frontière avec la Géorgie à 12:20 heure locale. Toujours selon Tbilissi, les Russes commencèrent à déployer des fortifications dans le village de Kvemo Nikozi, dans la région contrôlé légalement par la Géorgie. Toutefois, vers 15:00 (toujours heure locale), le Ministre de l'Intérieur Chota Outiachvili a déclaré que les troupes russes s'étaient retirés du village, abandonnant leurs fortifications. Cet incident démontre ainsi qu'au moins un des deux partis ne respecte pas le cessez-le-feu du mois d'août dernier.
  • 11 février : Peter Semneby (représentant de l'Union européenne pour la Transcaucasie), Per Eklund (chef de la délégation de la Commission européenne en Géorgie) et Michael Carpenter (conseiller du département d'État américain en charge du règlement des conflits) sont aujourd'hui en visite officielle dans la république autoproclamée d'Abkhazie, en sécession de la Géorgie depuis 1993. Ils examineront la situation de la région et tenteront de faire ranimer les négociations entre Soukhoumi et Tbilissi.
  • 10 février : D'après le Ministère de l'Intérieur, deux observateurs de l'OSCE ont été enlevés par des miliciens indépendantistes d'Ossétie du Sud. Ceux-ci auraient franchi illégalement la frontière sud-ossète et arrêtés dans le village d'Artsevi. Toutefois, Tskhinvali prétend que ces observateurs n'ont été que simplement soumis à un contrôle d'identité, vers 10:20 heure locale. Ces observateurs seraient désormais en liberté.
  • 10 février : Sergueï Chamba, ministre des Affaires étrangères de la république autoproclamée d'Abkhazie, a refusé catégoriquement la visite de la Mission d'oservation de l'ONU en Géorgie dans la région contrôlée par les sécessionistes. Selon lui, il faut que les Nations Unies prennent en compte l'"indépendance de Soukhoumi" et organisent la création d'unne mission indépendante, qui reconnaîtra l'indépendance de l'Abkhazie.
  • 9 février : Le Commissaire aux droits de l’homme du Conseil de l’Europe, Thomas Hammarberg, entreprend aujourd’hui une visite spéciale d’une semaine en Géorgie qui permettra de vérifier l’état actuel d’application des six principes visant à assurer de toute urgence la protection des droits de l’homme et l’aide humanitaire.
  • 9 février : D'après les autorités séparatistes d'Ossétie du Sud, les troupes géorgiennes ont bombardé leur capitale, Tskhinvali, en visant une école maternelle. Toutefois, les bombes n'auraient pas explosé et n'ont fait aucun dégâts. Tbilissi a démenti ces accusations sans preuves.
  • 8 février : La Géorgie a aujourd'hui fêté la réunification de la famille des Bagrations. En effet, depuis le XVIIIe siècle, deux branches, les Moukhraneli et les Grouzinsky prétendent au trône géorgien, disparu en 1490. En ce 8 février, le chef de la branche Moukhraneli, David Bagration, a épousé la princesse héritière de la branche opposée, la Princesse Anna Bagrationi à Tbilissi, sous la bénédiction du Patriarche Ilia II de Tbilissi. Selon les monarchistes locaux, cette unification brise désormais tous les obstacles situés entre la République et la réstauration de la monarchie.
  • 8 février : L'Arménie a décidé d'ouvrir un nouveau point de contrôle frontalier à la frontière entre la Géorgie et sa voisine. Selon Erevan, cette ouverture est dû au fait que plusieurs Azéris habitant du côté géorgien venaient pour couper du bois dans les forêts arméniennes, illégalement.
  • 7 février : Alors que Joe Biden, vice-président des États-Unis, a déclaré qu'il était urgent de renouer les relations avec la Russie, Washington a une nouvelle fois condamné la reconnaissance de l'Abkhazie et de l'Ossétie du Sud par Moscou. Le gouvernement d'Obama a également accusé de violer l'intégrité territoriale de la République de Géorgie en construisant des bases militaires dans les provinces sécessionnistes.
  • 6 février : Le Parlement géorgien a confirmé le choix de Nikoloz Guilaouri comme nouveau Premier Ministre de la République de Géorgie. Son prédécesseur Grigol Mgaloblichvili avait démissionné le 30 janvier dernier pour des raisons de santé. Durant son discours d'investiture, le 9e chef du gouvernement géorgien (depuis 1991) a déclaré qu'il promet que la Géorgie sera moins affecté par la crise économique mondiale que les autres pays. Il garantit la création d'emplois et une baisse considérable des impôts.
  • 6 février : Durant une session de l'Organisation des Nations unies, le secrétaire-général de l'ONU Ban Ki-moon a proposé de prolonger la durée du mandat des observateurs des Nations Unies pour le conflit abkhazo-géorgien, qui est censsé s'achever le 15 février prochain.
  • 5 février : D'après le quotidien russe Vzgliad, le Président Mikheil Saakachvili a repris les dialogues avec la Russie au sujet de la vente des Lignes ferroviaires nationales de la Géorgie, interrompues en 2007, pour de raisons troubles. Toujours selon le quotidien, le chef d'État géorgien agit ainsi pour se préserver à la tête de la République de Géorgie. Les lignes ferroviaires nationales, quant à elle, démentent le sujet.
  • 3 février : Suite aux déclarations de la veille du vice-ministre russe des Affaires étrangères, le chef de la diplomatie géorgienne Grigol Vachadzéa déclaré que la Géorgie ne reconnaîtera jamais la légitimité des gouvernements séparatistes d'Abkhazie et d'Ossétie du Sud, comme l'ont fait Moscou et Managua, qui ne servent que de régimes fantoches vis-à-vis de la Russie. Au même moment, le président russe Dimitri Medvedev a déclaré qu'il désirait avoir des relations amicales avec le peuple géorgien.
  • 2 février : Durant une conférence avec le chef de la diplomatie russe, Alexandre Gloukhov, vice-ministre des Affaires étrangères de la Fédération de Russie, a déclaré que Moscou était « préoccupé » par la concentration des forces géorgiennes aux frontières avec la République d'Ossétie du Sud (reconnue par Moscou et Managua). Selon la Russie, les troupes géorgiennes font des exercises à l'Est de Tskhinvali dans le but de « provoquer les sud-ossètes ».
  • 1er février : Le Ministère des Affaires étrangères de Russie a déclaré que Moscou ne fera pas pression sur ses alliés de l'Organisation du Traité de sécurité collective pour les inciter à reconnaître l'indépendance de l'Abkhazie et de l'Ossétie du Sud.
  • 1er février : Le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov a annoncé sa volonté d'établir un accord de coopération militaire avec la république autoproclamée d'Abkhazie, dont l'indépendance a été reconnue par Moscou. Selon lui, il est naturel de faire cela avec un pays dont la moitié des habitants ont la nationalité russe.

Janvier[modifier le code]

  • 31 janvier : La Commission européenne a proposé au Conseil des directives de négociation d'un accord aérien global avec la Géorgie, dans le but de créer un espace aérien commun entre l'Union européenne et la Géorgie, de supprimer les restrictions d'accès au marché et d'associer la Géorgie au marché intérieur de l'aviation de l'UE.
  • 30 janvier : Le Premier ministre Grigol Mgaloblichvili a annoncé sa démission aujourd'hui. Selon lui, sa démission est pour raisons médicales : il devra suivre un traitement pendant trois mois à cause de problèmes rénaux. Nikoloz Guilaouri, ministre des Finances et premier vice-premier ministre, a été nommé par le Président Mikheil Saakachvili 9ème Premier Ministre de la République de Géorgie. Le Parlement devra confirmé le Premier ministre dans les jours qui suivent, mais il a été annoncé qu'aucun autre changement dans le gouvernement n'est prévu.
  • 30 janvier : Le vice-ministre russe des Affaires étrangères Grigori Karassine et l'ambassadeur des États-Unis à Moscou John Beyrle se sont entretenu au sujet des problèmes s'occurant en Transcaucasie. Ces discussions, qui sont en accord au traité Sarkozy-Medvedev du mois d'août dernier, sont censées préparer la conférence de Genève des 17 et 18 février.
  • 29 janvier : La session d'hiver de l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe a achevé aujourd'hui ses discussions sur les régions séparatistes d'Abkhazie et d'Ossétie du Sud. L'APCE a réaffirmée son soutien envers la Géorgie et a demandé à la Russie de respecter le cessez-le-feu signé le 16 août dernier entre les deux pays et d'autoriser l'entrée des observateurs de l'OSCE et de l'UE en Ossétie du Sud. L'Assemblée a également condamné la reconnaissance par Moscou de l'indépendance des deux provinces sécessionnistes géorgiennes, accusant une violation du droit international et des principes statutaires du Conseil de l'Europe. La presse russe a qualifié cette session comme la plus grande défaite de la Russie depuis longtemps.
  • 29 janvier : L'opposition a redemandé au Président Saakachvili de démissionner et d'organiser des élections anticipées. Selon les partis d'opposition, c'est Saakachvili qui a commencé la guerre du mois d'août et a ainsi fait tomber la Géorgie entière dans un piège tendue par la Russie. Toutefois, le chef d'État réaffirme qu'il a l'intention de rester au pouvoir jusqu'à la fin de son mandat, qui est censé prendre fin en 2013.
  • 29 janvier : Soukhoumi a confirmé l'accord militaire qui unie son "pays" à la Russie en donnant à Moscou le droit d'installer des bases militaires sur le territoire abkhaze. Le chef des indépendantistes Sergueï Bagapch a annoncé que dans les mois qui suivront, une base navale russe sera inaugurée à Ochamchira, tandis qu'une base aérienne sera installée sur le site d'une ancienne base soviétique à Goudaouta.
  • 27 janvier : Alors que des voitures blindés de la Mission d'observation de l'Union européenne en Géorgie patrouillaient dans le rayon du village d'Odzissi, près de la frontière sud-ossète, des tirs ont été entendus. Aucun des six observateurs n'a été touché, mais le chef de la mission, Hansjorg Haber, a qualifié cet incident d'innaceptable. Il n'est pas encore connu si ces tirs ont été commencés par les indépendantistes, les forces russes, ou bien les Géorgiens.
  • 27 janvier : Selon le Ministère de la Défense de Russie, un soldat russe, le sergent Alexandre Gloukhov, a été capturé dans la province séparatiste d'Ossétie du Sud par les Services Secrets de Géorgie, qui lui firent subir un "lavage de cerveau". Toutefois, le Ministère des Affaires étrangères de Tbilissi a démenti, précisant que le sergent russe s'est lui-même rendu à un poste de police géorgien, afin de demander la citoyenneté géorgienne, dénonçant les conditions inacceptables de l'armée russe.
  • 27 janvier : Le président de Russie Dimitri Medvedev a nommé Alexandre Golovine comme représentant spécial de la Russie pour la délimitation et la démarcation avec les pays de la CEI, la Géorgie, l'Abkhazie et l'Ossétie du Sud. Selon Golovine, les frontières des provinces séparatistes géorgiennes, dont l'indépendance a été reconnue uniquement par la Russie et le Nicaragua, seront bientôt faites. Il se peut que des territoires sud-ossètes et abkhazes soit annexés par la Russie.
  • 27 janvier : Continuation des négociations au sein de l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe au sujet des problèmes géorgiens. L'APCE a exhorté la Russie, la Géorgie, les autorités sud-ossètes et même les indépendantistes abkhazes d'autoriser les observateurs de l'OSCE à pénéterer dans les "deux côtés des frontières de l'Ossétie du Sud".
  • 26 janvier : Zakan Djouguelia, vice-ministre de l'Intérieur du gouvernement séparatiste d'Abkhazie a été assassiné dans la soirée. Il a succombé suite aux deux balles qui ont été tirées sur lui à distance, a déclaré le chef des indépendantistes Sergueï Bagapch. Une chasse à l'homme aurait débuté dans les rues de la capitale abkhaze Soukhoumi pour attraper les assassins du haut-responsable. Nous ne savons toujours pas si les assassins sont liés avec Tbilissi, ou bien s'ils ont été désignés par quelque groupe criminel, le gouvernement Bagapch étant victime de corruption.
  • 26 janvier : Ouverture de la session d'hiver de l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe. Les principales discussions de cette année seront notamment l'avenir de la délégation arménienne au sein de l'APCE suite aux problèmes qu'Erevan cause dans le Caucase, et les résolutions des conflits sud-ossète et abkhaze. Le chef de la délégation russe, Constantin Cossatchev, a déclaré que la session de cette année sera riche en accords entre la Russie et les pays voisins d'Europe. Ce dernier ajoute également que l'APCE renoncera de faire plier Moscou au sujet de l'indépendance des républiques séparatistes géorgiennes.
  • 25 janvier : La crise arméno-géorgienne a repris. Depuis le début du mois, les relations entre Tbilissi et Erevan ont été tendues et l'Arménie, qui dépend économiquement de la Géorgie a vu son approvisionnement en gaz interrompu encore une fois aujourd'hui. Cette déclaration géorgienne a été confirmée par les faits et selon Tbilissi, l'acte est dû à une avarie dans la station de mesurage de Gvelety. Toutefois, cet incident fut réparé et le transit de gaz a repris dans la journée
  • 24 janvier : Dans une interview télévisée, le Président Mikheil Saakachvili a déclaré que le Premier ministre russe Vladimir Poutine est le plus grand ennemi du peuple géorgien depuis Shah Abbas Ier. Il a également ajouté que le peuple russe n'avait rien à voir dans cela, et que les cultures des deux pays ennemis étaient très ressemblantes.
  • 23 janvier : L'organisation non-gouvernementale Human Rights Watch (HRW) a déclaré dans une conférence presse à Tbilissi qu'une enquête concernant les crimes de guerre qui se déroulèrent durant la Deuxième Guerre d'Ossétie du Sud allait débuter. L'HRW accuse la Géorgie et la Russie de crimes contre l'humanité pour avoir bombardé des civils à l'aveugle mais concentre son enquête sur les miliciens sud-ossètes indépendantistes qui ont commis un nettoyage ethnique contre les Géorgiens résident en Ossétie du Sud.
  • 23 janvier : Le Ministère des Affaires étrangères de Géorgie a interdit l'accès des sites militaires géorgiens en Géorgie à des investigateurs russes. Selon Tbilissi, ceux-ci auraient pu enquêter secrètement pour le compte de Moscou afin de s'informer sur les capacités militaires du pays, dans le but de refaire une invasion de la Géorgie. Toutefois, la Russie se base sur les Accords de Vienne de 1999 accordant aux Russes le privilège de surveiller l'armée géorgienne sur la base de la confiance.
  • 23 janvier : Moscou s'est dite "préoccupée" par la concentration des forces géorgiennes aux frontières avec les provinces sécessionnistes d'Abkhazie et d'Ossétie du Sud. Le gouvernement russe a fait savoir au chef de la Mission d'observation des Nations Unies en Géorgie Johan Verbeke qu'elle désirait qu'elle transmette à Tbilissi une demande d'arrêt de ses actions aux zones tampons.
  • 23 janvier : Suite au décret russe interdisant la vente d'armes et d'objets à double vocation à la Géorgie, Tbilissi a déclaré qu'elle respectait totalement les accords de l'ONU et de l'Union européenne. Toutefois, Moscou continue à accuser l'Ukraine et Israël d'avoir aidé la Géorgie illégalement durant la guerre.
  • 23 janvier : Dans une interview à la télévision géorgienne, le Président Mikheil Saakachvili a déclaré que la Géorgie va bientôt bannir les OGM de son territoire, à l'instar des pays d'Europe de l'Est et de la CEI.
  • 22 janvier : Tbilissi a annoncé la reprise de la distribution du gaz géorgien à sa province sécessionniste d'Ossétie du Sud. Le gouvernement géorgien avait coupé la distribution le 8 août, au début de la Deuxième Guerre d'Ossétie du Sud, et a été obligé de se plier aux exigences de Moscou et de l'OSCE.
  • 22 janvier : Le vice-président de la Chambre des représentants de l'Assemblée nationale de Biélorussie Valérie Ivanov a annoncé qu'au 2 avril, le Parlement biélorusse débattra sur une possible reconnaissance de l'indépendance de l'Abkhazie et de l'Ossétie du Sud. Alexandre Loukachenko, président de la République de Biélorussie, a même annoncé qu'il sera prêt à signer les documents appropriés en cas d'approbation.
  • 21 janvier : Dora Bakoyannis, ministre des Affaires étrangères de la Grèce, est aujourd'hui à Moscou. Représentant son pays, chef de l'OSCE, elle s'est entretenue avec son homologue russe Sergueï Lavrov et a discuté du conflit russo-géorgien et de l'énergie. Elle a également mentionné l'envie d'Athènes de reprolonger le mandat de l'OSCE en Géorgie, qui s'était achevé le 1er janvier. Lavrov a fait quant à lui savoir sa satisfaction sur les actes de la Grèce, qui fit régler le problème en Ossétie du Sud, qui ne recevait plus de gaz de Tbilissi depuis le 8 août.
  • 21 janvier : Le Ministère russe des Situations d'urgence a annoncé avoir dépensé pas mois de 3 milliards de roubles (71 millions d'euros) pour « rétablir une bonne situation en Ossétie du Sud ».
  • 20 janvier : Suite à une rencontre entre le chef de la diplomatie des indépendantistes sud-ossètes Mourat Djioev et son homologue russe, les traités d'amitié ratifiés le mois de septembre dernier commencent officiellement aujourd'hui. Moscou s'engage ainsi de soutenir Tskhinvali contre toute agression militaire de la Géorgie.
  • 20 janvier : Le président de l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe Lluis Maria de Puig à demandé, suite à une rencontre avec le ministre des Affaires étrangères russe Sergueï Lavrov, à Tbilissi d'arrêter le blocus énergétique fait sur sa province séparatiste d'Ossétie du Sud. Tbilissi n'a toujours pas donné de réponse claire.
  • 19 janvier : Le Kremlin a interdit officiellement la livraisons d'armes et de produits à double vocation à la Géorgie. La Russie menace également de réduire la coopération militaire aux pays qui fourniraient Tbilissi en armes de fabrication russe ou soviétique.
  • 19 janvier : Ouverture des discussions menées entre la Russie et l'APEC, dont la délégation est menée par Lluis Maria de Puig, au sujet des conflits opposants Tbilissi à ses républiques sécessionnistes (Abkhazie et Ossétie du Sud). Selon le président de la Douma Boris Gryzlov, la Géorgie est loin de respecter tous les points du traité Sarkozy-Medvedev du mois d'août dernier. Toujours selon lui, Tbilissi n'arrête pas de concentrer ses forces dans les zones adjacentes aux territoires contrôlés par les indépendantistes, ce qui ne contribue pas à la paix dans la région.
  • 18 janvier : Tbilissi a annoncé que le poste de police situé dans le village de Koki (district de Zougdidi), à la frontière abkhaze, a été attaqué par des soldats indépendantistes. Un officier des forces de l'ordre a été blessé et fut conduit à Tbilissi en urgence. Toutefois, le ministre de la Défense du gouvernement indépendantiste Merab Kichmaria a prétendu être étranger aux attaques et accuse les Géorgiens de se faire du mal à eux-mêmes pour se faire passer pour des victimes.
  • 16 janvier : Un policier géorgien a été abattu aujourd'hui à la frontière entre la Géorgie et sa province séparatiste d'Ossétie du Sud. Selon le Ministère géorgien de l'Intérieur, c'est le onzième à être tué depuis la fin de la guerre. Il n'est pas encore clair si la victime a été tuée par les forces indépendantistes ou bien par des membres des Forces de maintien de la Paix russe à Tskhinvali.
  • 16 janvier : Alors que le Ministre des Affaires étrangères russe Sergueï Lavrov déclare que la reconnaissance de l'Abkhazie et de l'Ossétie du Sud n'était pas planifié, les ambassadeurs des deux républiques auto-proclamées ont présenté leur lettres de créance à Moscou, établissant ainsi les relations entre les régions séparatistes géorgiennes et la Fédération de Russie.
  • 16 janvier : Pas moins de sept plaintes contre Tbilissi ont été déposées à Strasbourg. Six de ces plaintes viennent de sud-ossètes indépendantistes, tandis qu'une autre provient d'un soldat russe des Forces de maintien de la Paix à Tskhinvali. Ces plaintes s'ajoutent au 3 300 faites contre la Géorgie depuis la Deuxième Guerre d'Ossétie du Sud.
  • 13 janvier : Dans la matinée, le gouvernement de Tbilissi a annoncé la restauration de l'alimentation en gaz à l'Arménie. Depuis le 9 janvier, Tbilissi avait coupé son alimentation à ArmRosGazprom, causant un début de crise politique entre la Géorgie et l'Arménie, qui aurait pu déclencher un conflit dans tout le Caucase.
  • 12 janvier : La Ministre des Affaires étrangères de la Confédération suisse Micheline Calmy-Rey continue son voyage en Géorgie. Après s'être entretenu avec son homologue géorgien Grigol Vachadzé et le Président Mikheil Saakachvili, elle s'est rendu à la frontière sud-ossète, où des clashs se produisent quotidiennement depuis la fin de la guerre. Cette visite fait changer le parti de la Suisse, qui représentera désormais les intérêts géorgiens en Russie.
  • 12 janvier : Le Ministre de l'Energie Alexandre Khetagouri a retiré ses propos concernant les problèmes que l'Arménie causait en Géorgie, mais refuse toujours de fournir du gaz à Erevan, qui tombe dans un sérieux dilemme. La vraie raison serait une défayance dans un des piplines reliant la Géorgie à l'Arménie. Des représentants de la distribution nationale (arménienne) ArmRosGazprom serait déjà en train d'examiner la situation. Selon Erevan, la véritable cause serait que le principal fournisseur de Tbilissi est en fait l'Azerbaïdjan.
  • 11 janvier : Moscou a demandé à Tbilissi de renouveler la distribution de gaz pour l'Arménie. Toutefois, la Géorgie a refusé, accusant une avarie de Erevan.
  • 10 janvier : Le Ministre de la Défense David Sikharoulidzé s'est rendu à Washington avec des membres de son ministère. Il s'est entretenu avec son homologue américain, Robert Gates, avec qui il discuta de la charte de coopération bilatérale récemment signé par Tbilissi et Washington, et également des aspirations de la Géorgie à faire partie de l'OTAN.
  • 9 janvier : La délégation géorgienne en visite à Washington depuis le 4 janvier à finalement signé la charte bilatérale de coopération avec le gouvernement américain. Tbilissi promet d'aider les États-Unis dans tous ses conflits internationaux, tandis que Washington promet de soutenir la Géorgie contre la Russie. Moscou se déclare insulté et écarté par ce traité.
  • 9 janvier : Tbilissi a décidé de couper pendant cinq jours son alimentation de gaz russe à l'Arménie, l'accusant de soutenir la Russie dans les problèmes concernant l'Abkhazie et l'Ossétie du Sud, mais aussi en raison des problèmes qu'Erevan tente de créer en Djavakhie, "comparables aux débuts du conflit du Haut-Karabagh".
  • 7 janvier : L'Ombudsman Sozar Soubari, l'ancien conseiller Vassil Maghlaperidzé et l'opposant Ramaz Liakhvichvili se sont rendus dans la journée à Akhalkalaki, capitale du district de Samtskhè-Djavakhethie (sud du pays), afin de calmer les tensions qui règnent entre la communauté arménienne et l'Église orthodoxe géorgienne depuis la fin de la guerre.
  • 4 janvier : Arrivée de la délégation géorgienne menée par le Ministre des Affaires étrangères Grigol Vachadzé à Washington. Dans la journée, la délégation signera la charte de coopération bilatérale avec le gouvernement des États-Unis.
  • 3 janvier : Le Premier ministre arménien Tigran Sargsian a déclaré une augmentation d'importation de gaz en Arménie via la Géorgie. Cette augmentation amènera plus de 15 millions de mètres cubes par jour en hiver.
  • 2 janvier : Tbilissi confirme la signature d'un partenariat stratégique avec Washington le 4 janvier.
  • 1er janvier : Départ des Forces de la Paix de l'OSCE, suite aux menaces russes. La Grèce, désormais présidente de l'Organisation, a promis de se pencher en premier sur le sujet de la Géorgie et de faire de son mieux pour empêcher une nouvelle invasion russe.

Sous-page d'archives