Pierre Alexis de Pinteville

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pour les articles homonymes, voir Pinteville.
Pierre Alexis Pinteville

Pierre Alexis, baron de Pinteville, colonel-major des dragons de la Garde impériale. Il porte ici sa prothèse faisant suite à une blessure reçue à Toeplitz, le 17 septembre 1813.

Naissance
Vaucouleurs, Meuse
Décès (à 79 ans)
Toul, Meurthe-et-Moselle
Origine  France
Arme Cavalerie
Grade Général de brigade
Années de service 1790-1815
Conflits Guerres de la Révolution française
Guerres napoléoniennes
Distinctions Baron de l'Empire
Officier de la Légion d'honneur
Chevalier de Saint-Louis

Pierre Alexis Pinteville, né le à Vaucouleurs dans la Meuse et mort le à Toul, en Meurthe-et-Moselle, est un général français de la Révolution et de l’Empire.

Biographie[modifier | modifier le code]

Sous la Révolution et le Consulat[modifier | modifier le code]

Il entre en service en 1790 et passe successivement par tous les grades jusqu’à celui de chef d’escadron le 20 octobre 1796[1], grade avec lequel il participe à l’expédition d’Irlande en décembre 1796. Le 30 janvier 1798, il sert à Saint-Domingue, sous la direction du général Hédouville, et est de retour en France le 31 décembre suivant.

Le 21 mai 1800, il est placé à la suite du 11e régiment de chasseurs à cheval, et le 23 octobre suivant, il est mis en congé de réforme. Le 22 décembre 1800, il prend la tête d’un escadron du 11e régiment de chasseurs à cheval, avant d'être fait chevalier de la Légion d’honneur le 26 mars 1804.

Colonel-major des dragons de la Garde impériale[modifier | modifier le code]

De 1805 à 1807, il participe aux campagnes d’Autriche, de Prusse et de Pologne. Le 31 mars 1809, il est nommé colonel commandant provisoirement le 6e régiment de dragons, puis prend le commandement du 30e régiment de dragons le 20 août 1810. En 1812, il fait la campagne de Russie, et devient officier de la Légion d’honneur le 1er juillet. Il est blessé à la bataille de la Moskova le 7 septembre.

Le 3 février 1813, il est promu colonel-major dans le régiment de dragons de la Garde impériale. Lors d'une escarmouche à Toeplitz, le 17 septembre 1813, un éclat d'obus lui enlève une partie du visage et de la mâchoire. Soigné, il survit, mais cette blessure l'oblige à porter une prothèse en argent et en cuir jusqu'à la fin de sa vie[2]. Napoléon lui confère le titre de baron de l’Empire le 16 août de la même année[2].

En 1814, lors de la Première Restauration, le roi Louis XVIII le fait chevalier de Saint-Louis et le nomme général de brigade honoraire le 24 janvier 1815. Pendant les Cent-Jours, Napoléon le confirme dans son grade de général de brigade le 3 juin 1815, mais il reste sans affectation.

Il meurt le 27 août 1850 à Toul.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Michel 1829, p. 418.
  2. a et b Prévost et Bourgeot 2009, p. 35.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Louis Antoine Michel, Biographie historique et généalogique des hommes marquants de l'ancienne province de Lorraine, Nancy, C.J Hissette, , 436 p. (lire en ligne), p. 418.
  • Jean-Jacques Prévost et Vincent Bourgeot, « Les Dragons de la Garde impériale : ou Dragons de l'Impératrice de 1806 à 1815 », Soldats Napoléoniens, Éditions de la Revue Napoléon, no 22 « Les Dragons de l'Impératrice »,‎ , p. 3-41 (ISSN 1770-085X).

Liens web[modifier | modifier le code]

  • Portail de l’histoire militaire
  • Portail de la Révolution française
  • Portail du Premier Empire
  • Portail de la Grande Armée