Mythologie basque

Un article de Wikipedia, l'encyclopedie libre.
Sauter a la navigation Sauter a la recherche

La mythologie basque (Euskal mitologia) est l'ensemble des mythes d'origine basque parvenus jusqu'à nous. Christianisés tardivement, les Basques adoraient les forces naturelles comme le soleil, la lune, l'air, l'eau, les montagnes, les forêts, ceux-ci prenant des formes humaines. Sur les stèles rondes des cimetières basques figurent encore souvent le soleil, la lune et des étoiles. Certaines croyances actuelles pourraient remonter au Paléolithique[1].

Histoire des mythes et divinités de l'univers mythologique basque[modifier | modifier le code]

Patxi Xabier Lezama Perier fait partie de la génération de sculpteurs basques nés et ayant grandi avec la magie de la mythologie et interprétant les anciens dieux mythologiques basques ayant préservé ces croyances jusqu'au XXIe siècle.[2].

Présentation générale[modifier | modifier le code]

Le personnage principal de la mythologie basque est Mari, divinité féminine, qui représente « la nature ». Lui est associé Sugaar, « le dragon mâle » (voir aussi Erensuge), représentation des colères du ciel, tonnerres et orages.

Il existe aussi d'autres forces naturelles comme le soleil, Egu, Eguen ou Ekhi, qui chassait les forces des ténèbres (la croix basque serait un symbole solaire à l'instar de la svastika) et la lune, Hil ou Ilargi, qui surgit du monde occulte, de l'obscurité et de la mort et qui est souvent représentée avec une hache et les instruments de la fileuse.

Il existe aussi des êtres intermédiaires entre hommes et dieux, les Basajaunak, « seigneurs de la forêt », velus et terriblement forts, sortes de génies bénéfiques qui protègent les troupeaux et détiennent les secrets de l'agriculture. Certaines légendes les assimilent à des enfants de l’ours et de la femme. Les Basajaunak, les seigneurs sauvages, ainsi que les « Mairiak » ou « Jentilak », des géants païens, sont considérés comme étant les bâtisseurs de dolmens et cromlechs du Pays basque. Ces géants et leur déesse Mari auraient disparu avec l’arrivée du christianisme d'après la légende de Kixmi[3].

N'ayant plus aujourd'hui de réelle influence, ils sont considérés pour beaucoup comme des contes fantastiques.

Arbre généalogique de la mythologie basque[modifier | modifier le code]

Princesse
de Mundaka
 
 
Sugaar
(Feu, serpent)
 
 
 
Mari
(Déesse)
 
 
 
 
Amalur
(La Terre Mère)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Jaun Zuria
(Seigneur des Basques)
 
Mikelats
(Mauvais esprit)
 
Atarabi
(Bon esprit)
 
 
 
Eguzki Amandre
(La grand-mère soleil)
 
Ilargi Amandre
(La grand-mère lune)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Amilamia
(Bienfaisante)
 
Urtzi
(Dieu du ciel)
 
Basajaun
(Seigneur de la forêt)
 
Basandere
(Dame de la forêt)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Laminak
(Petits êtres fantastiques)
 

Termes spécifiques à la mythologie basque[modifier | modifier le code]

Les termes suivants appartiennent à la mythologie basque :

Sommaire : Haut - A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

A[modifier | modifier le code]

illustration de la déesse Mari par Josu Goñi

B[modifier | modifier le code]

C[modifier | modifier le code]

  • Le caractère C n'existe pas dans l'alphabet basque. Il est remplacé par le K. Le Ch est représenté par X ou S.

D[modifier | modifier le code]

  • Damatxo :
  • Debru : diable

E[modifier | modifier le code]

F[modifier | modifier le code]

  • Famerijelak :
  • Frakazar :

G[modifier | modifier le code]

H[modifier | modifier le code]

I[modifier | modifier le code]

J[modifier | modifier le code]

K[modifier | modifier le code]

L[modifier | modifier le code]

  • Labatz : crémaillère
  • Lainaide : brume, brouillard
  • Lainogaixto : brume mauvaise. Autre nom Aidegaxto
  • Lamiak ou Laminak : créatures fantastiques en général représentées par un corps de femme et des pieds palmés
  • Lamiña : lutins (souvent féminins) vivant près de l'eau
  • Lanabes : outils
  • Latsai : paillasse
  • Latsari : habitation des Lamiñak
  • Lauso : brume, brouillard
  • Legor : stérile
  • Lerensuge : autre nom pour désigner le dragon
  • Lezekoandrea : autre nom pour désigner la déesse Mari
  • Lur, Lurbira : terre
  • Lezekoandrea : autre nom pour désigner la déesse Mari

M[modifier | modifier le code]

N[modifier | modifier le code]

O[modifier | modifier le code]

P[modifier | modifier le code]

S[modifier | modifier le code]

  • Sagartzi harrikatze : lapidation du pommier
  • Saindi-Maindi :
  • Sakre : juron, imprécation
  • Samiel : contraction de Saint-Michel
  • San Martin txiki : Saint Martin le petite
  • Sanadrian : Saint-Adrien
  • Sandailli : Saint-Elias
  • Sorgin, Sorgiña : sorcière, la sorcière
  • Sorginetxe : maison de sorgin (sorcier)
  • Sorsain : sorgin guetteur
  • Su : feu
  • Suarri : silex
  • Sugaar : dragon, serpent mâle, également époux de la déesse Mari
  • Sugoi : autre nom du dragon, également époux de la déesse Mari,lasse lknlvzfk jnzff '.jnfzf kmjnrzf

T[modifier | modifier le code]

  • Tartaro, Tartalo, tarto : géant cyclope, personnage de nombreux contes, tardivement confondu avec le seigneur sauvage, Basajaun
  • Tella : tuile
  • Torto : variante du nom Tartaro
  • Txaalgorri : veau rouge
  • Txilin : cloche, clochette, sonnaille
  • Txingar : braise, charbon ardent

U[modifier | modifier le code]

X[modifier | modifier le code]

  • Xaindia : jeune servante de ferme, héroïne d'une légende à Saint-Sauveur d'Iraty.
  • Xan Artz : Jean de l'Ours[3]
  • Ximelgorriak :

Y[modifier | modifier le code]

  • Le caractère Y n'existe pas dans l'alphabet basque. Il est remplacé par le I ou le J qui se prononce aussi I.

Z[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Julien d'Huy et Jean-Loïc Le Quellec (2012)"Les Ihizi: et si un mythe basque remontait à la préhistoire?" Mythologie française, 246, pp.64-67.
  2. Patxi Xabier Lezama Perier[1] infoenpunto
  3. a et b "Xan de l'Ours, la légende de l'homme sauvage" de Marc Large, préface de Renaud, éditions Cairn
  4. a b c d e et f Jentil ne prend jamais d'S au pluriel, c'est un mot basque

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Lien externe[modifier | modifier le code]

  • Portail de la mythologie basque
  • Portail de la Navarre
  • Communauté autonome du Pays basque
  • Portail des Pyrénées-Atlantiques
  • Portail des Pyrénées