Muscle peaucier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Un muscle peaucier est un muscle dont au moins une des extrémités s'attache à la face profonde de la peau il s'agit d'une insertion sous-cutanée, l'autre insertion s'attache souvent sur l'os ce qui permet le plissement de la peau, une déformation de celle-ci tout en prenant appui sur une insertion solide. Il n'est pas recouvert par un fascia. Ce sont eux qui via des tractions répétées un grand nombre de fois sur la peau sont à l'origine des rides et ridules qui se forment avec l'âge sur une peau de moins en moins élastique[1]

Chez les animaux[modifier | modifier le code]

Chez certains animaux ces muscles (qui peuvent être contrôlés sélectivement) jouent un rôle dans le hérissement du pelage (ou de pics chez le porc-épic par exemple).

Chez les céphalopodes, ils peuvent modifier de manière immédiate et réversible le relief de la peau, mais aussi activer ou désactiver les chromatophores (contenant des iridocytes ou iridophores riches en réflectines (une famille de protéines qui selon leur configuration modifient l'incidence de la lumière qu'elles réfléchissent, permettant à l'animal de communiquer via les motifs colorés de sa peau ou de se camoufler dans son environnement)[2],[3].

Chez l'humain[modifier | modifier le code]

On peut citer comme exemple

  • les muscles de la face qui contribuent aux expressions, mimiques et micro-expressions du visage humain[4], et en particulier sous les lèvres[5] (qui permettent par exemple le sourire[6]) le front, les sourcils et le menton[7]. En cas de paralysie de ces muscles, le visage perd une grande partie de sa capacité à exprimer des sentiments[8]. Ils sont étudiés par certains artistes via l'anatomie artistique[9]
  • le muscle peaucier du cou
  • le dartos, présent sous la peau du scrotum (qui est fine et dépourvue de graisse sous-cutanée et réagit, grâce à ce muscle à la température[10])
  • le muscle péripénien[11] (ou « muscle peaucier de la verge »)[11]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Goetz P (2005). Rides, traitement phytothérapique. Phytothérapie, 3(2), 77-79.
  2. Des tenues de camouflage ultra perfectionnées inspirées par le calamar, article de Axel Cereloz, publié le 12 septembre 2013, consulté le 14 octobre 2017
  3. Andouche A (2013) Étude au cours du développement de Sepia officinalis des structures tégumentaires à l’origine des motifs colorés (Doctoral dissertation, Paris 6)
  4. Castel-Corlay, A. (2009). Étude des variations de l’activité musculaire des peauciers de la face au cours du traitement des insuffisances transversales maxillaires par quad-hélix. Revue d'orthopédie dento-faciale, 43(4), 471-476 | résumé.
  5. Labbé, D., & Bénateau, H. (2002, October). Les indications de la réanimation des lèvres dans la paralysie faciale. In Annales de chirurgie plastique esthetique (Vol. 47, No. 5, pp. 592-600). Elsevier Masson|résumé.
  6. Bolender, C. J., & Gay, R. (1987). Anatomie du sourire. Revue d'Orthopédie Dento-Faciale, 21(1), 29-43|résumé.
  7. Guerreschi P & Labbe D (2008) Le menton: un complexe dynamique. In Annales de chirurgie plastique esthetique (Vol. 53, No. 3, pp. 262-266). Elsevier Masson | résumé
  8. Gola, R., Carreau, J. P., Faissal, A., & SAMSON, P. (1995). Traitement palliatif de la paralysie faciale. Revue de stomatologie et de chirurgie maxillo-faciale, 96(5), 317-324.
  9. Bonnefoy, C., Dichamp, J., & Chikhani, L. (2013 / 2015). Anatomie artistique en prothèse faciale et muscles peauciers de la face et du cou (1re partie ; 2e partie). Actualités Odonto-Stomatologiques, (265).
  10. Becmeur F, Bothorel B, Clavert A & Candas V (1992). Reactivite thermique de la peau scrotale chez l’homme. Andrologie, 2(2), 48.
  11. a et b Stormont T.J, Cahill D.R, King B.F & Myers R.P (1994). Fascias of the male external genitalia and perineum. Clinical Anatomy, 7(3), 115-124.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Dakpé S (2015). Étude biomécanique de la mimique faciale (Doctoral dissertation, Université de Technologie de Compiègne)|notice.

  • Portail de la médecine
  • Portail de l’anatomie